Giuseppe Porta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Giuseppe Porta ou della Porta, dit Salviati le Jeune (Castelnuovo di Garfagnana, 1520 - 1575) est un peintre italien maniériste de l'école vénitienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1535, Giuseppe Porta est en apprentissage auprès de Francesco Salviati à Rome et il adopte le nom de son maître quand il signe.

En 1539, il l'accompagne à Venise où il travaille avec lui à la décoration du palais Grimani. Mais quand Francesco Salviati, repart pour Rome, il décide de rester à Venise. Il est marqué par les mouvements de peinture de l'Italie centrale, ce qui lui donne un style particulier et l'éloigne des jalousies et des intrigues. À ses débuts, il illustre des livres et décore des villas[1].

Il part à Florence (où il rencontrera Vasari), puis à Bologne pour revenir ensuite à Venise, et de 1541 à 1552, il travaille à Padoue, pour un cycle de la Vie de saint Jean Baptiste au palazzo Selvático.

Vers le milieu du siècle il s'affirme en peignant pour les plus grands ordres religieux de Venise, de grands tableaux, dans lesquels on peut voir de solides constructions architecturales et des personnages démesurés, évoquant des sculptures[1].

En 1565, il est à Rome pour peindre des fresques, laissées incomplètes par son maître, pour la Sala Regia au Vatican.

En 1565, il est retourné à Venise au Palais des Doges et à la Biblioteca Marciana, où il peint les Sibylles, les Prophètes, et les Vertus cardinales, et pour la chapelle, La Mort du Christ avec sa mère et Marie-Madeleine.

Il est élu à l'Accademia dell'Arte del Disegno de Florence

Pietro Malombra fut l'un de ses élèves.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Frontispice pour l'ouvrage ésotérique Les Parques ou Jardin des Pensées (1540), Fine Art Museum of San Francisco, (collaboration avec Lambert Sustris)
  • Présentation de Marie au temple avec saint Paul, sainte Hélène, saint Augustin, saint Bernardin, saint Nicolas et saint Marc (Purification de la Vierge) (1548-1550), retable, toile, 483 × 247 cm, Église Santa Maria Gloriosa dei Frari, Venise. L'œuvre se trouve sur un autel cédé avec un droit funéraire à Nicolo Valier en 1517[2].
  • Prophètes (1550-1560 ca.), retable, Église Santa Maria Gloriosa dei Frari, Venise
  • Circoncision de Jésus (1570), collection Luigi Grassi, Rome

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Augusto Gentili, « Le Maniérisme dans la peinture vénitienne », dans Giovanna Nepi Sciré, La Peinture dans les Musées de Venise, Paris, Editions Place des Victoires,‎ 2008 (ISBN 978-2-8099-0019-4), p. 258
  2. Giovanna Nepi Sciré, La Peinture dans les Musées de Venise, Editions Place des Victoires,‎ 2008, 605 p. (ISBN 978-2-8099-0019-4), p.263

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]