Procurateur de Saint-Marc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Procurateur de Saint-Marc, (en latin Procurator Operis Beati Marci) était un magistrat de la République de Venise. Cette charge fut créée au Xe siècle par le doge Pietro Orseolo, lorsqu'il dut reconstruire la chapelle ducale après son incendie.

Description[modifier | modifier le code]

La dignité de Procur(at)eur de Saint-Marc était accordée à la vie. Elle était la plus éminente de la République de Venise, après le doge. Elle était accordée aux patriciens de familles importantes en patrimoine et position, qui s'étaient distingués par des services rendus dans les ambassades, le commandement des armées ou le long exercice des principales charges de l'État.

Le procurateur avait l'intendance du bâtiment de la basilique Saint-Marc. En 1269, s'y ajouta la tutelle des pupilles et des fous, la surintendance à l'exécution des testaments et à la tutelle, et le recouvrement des biens héréditaires administré par eux.

Au début du XIVe siècle, les six Procureurs furent divisés en trois Procuratie :

  • Ridotti di Supra, chargés de l'administration de la basilique ;
  • Ridotti di Citra, chargés des tutelles, dons et legs des quartiers de San Marco, Castello et Cannaregio ;
  • Ridotti di Ultra, chargés des tutelles, dons et legs des quartiers de Dorsoduro, Santa Croce et San Polo.

En 1305, il fut établi qu'ils ne pussent prendre part aux Conseils sans un décret du Maggior Consiglio. Dès 1388, seul un Procurateur par Procuratia ne pût tenir un bureau public et dès 1442, ils durent résider dans des maisons publiques sur la place Saint-Marc. En 1444, ils furent exonérés de l'obligation d'intervenir aux séances du Maggior Consiglio, pour autant qu'ils ne s'agissait pas de discuter des décrets concernent les Procuratie. En 1453, ils devinrent sénateurs à vie avec droit au vote. Dès 1523, trois procurateurs armés assistèrent aux réunions du Maggior Consiglio pour garantir la sécurité du Corps Souverain. Dès 1569, les Procureurs pouvaient assumer la charge de Grands Sages du Conseil à raison de deux par Procuratia. Ils occupèrent des mandats à l'étranger comme ambassadeurs extraordinaires auprès des têtes couronnées. Après 1516, la fonction fut attribuée à quelconque patricien, moyennant paiement d'une concession. Ces Procureurs avaient les mêmes droits que les autres mais n'avaient pas de succession.

Historique[modifier | modifier le code]

Il n'y eut à l'origine qu'un seul procurateur. Le plus ancien procurateur connu est Bartolommeo Tiepolo, élu en 1049 sous Domenico Ier Contarini.

Mais en 1231, suite à l'absence du procurateur[1], nommé ambassadeur à Constantinople, un 2e procurateur[2] fut élu et demeura lors du retour du premier. Vu la richesse croissante à gérer, un 3e procurateur[3] fut élu en 1259. En 1261, un 4e s'y ajouta[4]. Cette dignité étant fort recherchée et ne coûtant pas un sou à la République, celle-ci nomma en 1319 un 5e et 6e[5] procurateur. Ces six procurateurs furent répartis en trois Chambres.

Enfin, en 1442, trois procurateurs y furent ajoutés, suite à quoi le Grand Conseil fixait le nombre par décret à neuf[6] et le mandat à vie.

Épuisée par l'effort de guerre, la République allait en 1516 vendre l'occupation de ces postes par décret à six nobles supplémentaires[7] tout en décrétant que le nombre devait redescendre à neuf. Mais par une parte de 1522, l'on y dérogea en vendant encore trois et ensuite neuf mandats de procurateurs. Sous Antonio Grimani les extraordinaires dépassaient les ordinaires et sous Andrea Gritti il s'en ajouta encore plus, au coût de 12 000 écus par poste. Ce n'est qu'en 1556 que le nombre retombait enfin à neuf[8], suite à de multiples décès. Le conseil les déclara tous ordinaires.

En 1570, lors de la guerre contre les turcs, la vente reprenait de plus belle et six nobles[9] s'ajoutèrent aux procurateurs. Et lors de la guerre de Candie, et le siège de Venise, le nombre dépassait allègrement les quarante. Des nouveaux nobles[10] avaient acheté la dignité 100 000 ducats, alors que les anciens ne payaient que 30 000 ducats.

Conformément la Parte de 1572, seuls neuf procurateurs sont dits ordinaires et remplacé à leur décès, mais généralement déjà avant leur inhumation pour éviter la pagaille des prétendants.

Investiture[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Filippo Memmo
  2. Pietro Dandolo
  3. Marco Soranzo
  4. Giacomo Molin
  5. Nicolò Falier et Marin Foscarini
  6. Supra : Giacomo Trevisan, Marco Molin, Ludovico Loredan; Citra : Marco Foscari, Andrea Contarini, Paolo Tron; Ultra : Stefano Contarini, Paolo Correr, Francesco Barbarigo
  7. Ludovico Pisani, Giorgio Emo, Francesco Foscari, Lorenzo Loredan, Ludovico Molin et Gerolamo Giustiniano
  8. Supra : Andrea Capello, Giulio Contarini, Stefano Tiepolo; Citra : Antonio Mocenigo, Antonio Priuli, Priamo Legge; Ultra : Giovanni Legge, Giovanni Legge (fils de Priamo), Francesco Contarini
  9. Federico Contarini, Ottavio Grimani, Ludovico et Francesco Priuli, Ludovico Tiepolo, Allessandro Bon
  10. dont Ottavio Manin et Vicenzo Fini

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Archivio di Stato di Venezia. Indice generale, storico, descrittivo ed analitico. Tomo I - Archivi dell'amministrazione centrale della Repubblica Veneta e archivi notarili, 1937.