Théodore Eberhard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Théodore Eberhard
Illustration.
Théodore Eberhard.
Fonctions
Bourgmestre de la ville de Luxembourg

(4 ans)
Monarque Guillaume III
Prédécesseur Jean-Pierre David Heldenstein
Successeur Jean Mersch-Wittenauer
Député

(9 ans)
Élection et
Réélection
Circonscription Canton de Luxembourg-Campagne
Législature 4e et 5e

(3 ans)
Élection
Circonscription Canton de Luxembourg
Législature 2e
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Luxembourg (France)
Date de décès (à 61 ans)
Lieu de décès Luxembourg (Luxembourg)
Nationalité luxembourgeoise
Profession architecte

Théodore Eberhard
Bourgmestres de la ville de Luxembourg

Théodore Eberhard, né le à Luxembourg (France) et mort le dans la même ville, est un architecte et un homme politique luxembourgeois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Architecte de profession, Théodore Eberhard est à l'origine de nombreux ouvrages architecturaux à usage religieux notamment tels que l'église Saint-Michel de Mersch (lb), l'église Saint-Thomas de Nospelt (lb) ainsi que l'église Saint-Mathias de Bivange (lb)[a].

D'abord membre du collège échevinal sous le mandat de Jean-Pierre David Heldenstein de 1850 à 1854 et de 1859 à 1865, Théodore Eberhard est nommé bourgmestre de la ville de Luxembourg en 1865, fonction qu'il exerce jusqu'à sa démission en 1869.

En ce qui concerne la politique au niveau national, Théodore Eberhard est élu dans le canton de Luxembourg à la suite des élections législatives de 1851. Après la dissolution de la Chambre des députés en 1854, il ne parvient pas à conserver son siège aux législatives anticipées. En revanche, il se porte candidat avec succès aux élections législatives de 1857 où il est élu à l'Assemblée des États dans le canton de Luxembourg-Campagne[b]. Réélu dans la même circonscription aux législatives de 1860, il siège jusqu'en 1866.

Une rue porte son nom dans le quartier de Belair à Luxembourg[1].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gilbert 1986, p. 154.
  2. Als et Philippart 1994, p. 512-513.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Index des rues de Luxembourg : rue Théodore Eberhard », sur https://map.geoportail.lu/ (consulté le 3 juillet 2020).
  2. a et b (de) « Inland : Luxemburg, 16. Mai », Luxemburger Wort,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  3. a et b « Décès », L'indépendance luxembourgeoise,‎ , p. 3 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Gilbert, Luxembourg, la capitale et ses architectes: illustration critique du rôle de l'architecture dans la métamorphose d'une ville en un siècle : recueil biographique des architectes défunts ; énumération de leurs œuvres au Grand-Duché, Luxembourg, Imprimerie Saint-Paul, coll. « Publication de la section des Arts et des Lettres de l'Institut grand-ducal », , 222 p. (OCLC 165633904, lire en ligne).
  • Nicolas Als et Robert L. Philippart, La Chambre des Députés, histoire et lieux de travail, Luxembourg, Chambre des députés du Grand-Duché de Luxembourg, , 559 p. (ISBN 2879540216 et 9782879540214).

Article connexe[modifier | modifier le code]