Vrije Universiteit Brussel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ne doit pas être confondu avec Université libre de Bruxelles.
Vrije Universiteit Brussel
Vrije Universiteit Brussel (logo).svg
Histoire et statut
Fondation
: Fondation
 : Scission de l'ULB
Type
Université privée non confessionnelle
Régime linguistique
Fondateur
Président
Eddy Van Gelder
Recteur
Prof. Caroline Pauwels
Directeur
J. Van Leemput
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bruxelles
voir sur la carte de Bruxelles
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
11 100[1]
Divers
Devise
Scientia vincere tenebras
Vaincre les ténèbres par la science
Membre de
Site web

La Vrije Universiteit Brussel (VUB) est une université de langue néerlandaise, établie à Bruxelles en Belgique. Elle a été créée en 1969 suite à la scission linguistique de l'université libre de Bruxelles (ULB).

Histoire[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L’ULB a été créée en 1834 par Théodore Verhaegen, il n'y avait pas à cette époque d'enseignement universitaire en néerlandais. Le bilinguisme à l'ULB commence à s'installer en 1890 à la faculté de droit au sein du cours de droit pénal et sera généralisé à l'ensemble de la faculté en 1919. Ce bilinguisme perdurera jusqu'en 1969, date de la scission linguistique de l'ULB qui débouchera sur la création de la VUB[2].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Certains cours de droit furent donnés en néerlandais à l’ULB dès 1890, mais il fallut attendre 1963 pour que presque toutes les facultés organisent des cours en néerlandais. La VUB se sépara finalement de l’ULB le 1er octobre 1969, et fut constituée par une loi le 28 mai 1970 en entité séparée du point de vue légal, administratif et scientifique.

Parallèlement à la scission linguistique de l'ULB et de la VUB, en 1968 l'affaire de Louvain bat son plein et l'université catholique de Louvain se divise en deux établissements séparés par la frontière linguistique.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Les deux universités, dites "libres", de Bruxelles se partagent pour certaines facultés et départements la charge de cours. L'école polytechnique propose ainsi un master en deux ans, dont chacune des années d'études se fait dans une des deux universités. Les départements des langues bénéficient également de l'expertise de leurs confrères et organisent certains cours dans l'université jumelle. Certains bâtiments et laboratoires sont également partagés entre les universités.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Libre examen[modifier | modifier le code]

À l'instar de l'ULB dont elle est issue, la VUB défend comme principes fondateurs le libre examen et la libre pensée. L'université adopte également une citation d'Henri Poincaré comme leitmotiv, citation exprimée lors d'un discours donné à l'occasion des 75 ans de l'ULB en 1909[3].

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. »

— Citation d'Henri Poincaré adoptée par l'ULB et la VUB[4]

Slogan[modifier | modifier le code]

"Scientia vincere tenebras" est le slogan de l'ULB et de la VUB. Les interprétations de cette locution latine diffèrent. Généralement deux sens y sont donnés: 1) la science vaincra les ténèbres, 2) la science pour vaincre les ténèbres. Les "ténèbres" sont les différentes formes d'obscurantismes, de dogmes en tout genres et le manque de savoir. La "science" symbolise le partage du savoir, le libre examen, la remise en question et le progrès scientifique et sociétal.

Progressisme[modifier | modifier le code]

La VUB se veut être une université progressiste. À maintes occasions a-t-elle défendu certaines lois devant être approuvées, a-t-elle pris position vis-à-vis de questions de société et a-t-elle œuvré pour aider des personnes et/ou associations. L'avortement, mariage homosexuel et l'accueil de réfugiés sont quelques domaines dans lesquels l'université a pris une position progressiste[réf. nécessaire]. La participation active d'étudiants et d'associations d'étudiants a aidé l'université d'en venir à bout de ses projets. La VUB et l'ULB tendent à suivre une même ligne philosophique progressiste.

Campus[modifier | modifier le code]

Vue du "campus Etterbeek", à Ixelles

La VUB dispose de trois campus, tous situés en Région de Bruxelles-Capitale.

Brussels Humanities, Sciences & Engineering campus[modifier | modifier le code]

Le Brussels Humanities, Sciences & Engineering campus (littéralement campus des Humanités, Sciences et Ingénierie de Bruxelles, en anglais), également dénommé campus Etterbeek, est le principal campus de l'université. Il regroupe le rectorat, les services administratifs et techniques, ainsi que toutes les facultés à l'exception de celle de Médecine et de Pharmacie. Le rectorat est situé dans le célèbre bâtiment elliptique de l'architecte Renaat Braem ; immeuble également surnommé « le cigare ». On y trouve également la bibliothèque principale, quelques grands auditoires, les laboratoires divers, une piste d'athlétisme avec un terrain de rugby et un centre sportif avec piscine.

Bien que dénommé "campus Etterbeek", en raison de sa proximité avec la gare d'Etterbeek, le campus est majoritairement situé à Ixelles (où il jouxte le campus de La Plaine de l'ULB, dans un site fermé par les boulevards du Triomphe, de La Plaine et Général Jacques), avec également un immeuble à Auderghem (à l'angle du boulevard du Triomphe et de l'avenue Henri Schoofs).

Brussels health campus[modifier | modifier le code]

Le Brussels health campus (littéralement campus de la santé de Bruxelles, en anglais), également dénommé campus Jette, est le campus médical de l'université. S'y trouvent la faculté de Médecine et de Pharmacie et l'hôpital universitaire UZ Brussel, mais aussi le département des soins de santé de l'Erasmushogeschool Brussel.

Le campus Jette est situé dans la commune du même nom, à proximité du bois du Laerbeek.

Brussels technology campus[modifier | modifier le code]

Le Brussels technology campus (littéralement campus technologique de Bruxelles, en anglais), également dénommé campus Kaai (littéralement, campus quai), regroupe les bâtiments du Département des Sciences et Technologies Industrielles, associé au FabLab de Bruxelles, mais aussi le département musical du Conservatoire Royal de Bruxelles (section néerlandophone) et les services centraux de l'Erasmushogeschool Brussel.

Le campus Kaai est situé à Anderlecht, sur le quai de l'Industrie.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Folklore[modifier | modifier le code]

Le folklore de la VUB s'est fort inspiré des cercles étudiants de l'ULB. L'université compte également des cercles facultaires, régionaux, culturels, politiques et de section.

L'anniversaire de l'ULB, donc par extension de la VUB, se fête le 20 novembre. Depuis 1888 à ce jour la création de l'université par Pierre-Théodore Verhaegen se fête lors de la Saint-Verhaegen dans le centre de Bruxelles.

D'autres activités folkloriques ont lieu tout au long de l'année. Outre les baptêmes des cercles étudiants, un festival de chanson estudiantine est organisé (Vrijzinnig Zangfeest), des TD, guildes, conférences, concerts, spectacles, tournois et expositions.

Le chant officiel de la VUB est le Lied van Geen Taal. Le chant officieux de l'ULB est le semeur.

Études[modifier | modifier le code]

La VUB a une offre de 27 cycles bacheliers, 68 masters en néerlandais ou en anglais et 24 masters complémentaires[1].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Liste des recteurs[modifier | modifier le code]

La liste des recteurs reprise ci-dessous n'inclut que les recteurs de la VUB et ne commence donc qu'en 1969, après que la VUB se soit scindée de l'ULB.

Liste des facultés et départements[modifier | modifier le code]

Finances[modifier | modifier le code]

Entrée en bourse[modifier | modifier le code]

Le 30 octobre 2015 la VUB s'est lancée en bourse et a, dès l'ouverture de la bourse, récolté plus de 61,5 millions d'euros en obligations. L'objectif initial était de ne récolter que 50 millions d'euros. Cette action cadre dans la stratégie du recteur Paul De Knop à faire grandir économiquement l'université. Avec cet argent le recteur a pour projet de construire des logements étudiants et une tour sur le campus pour la culture et la recherche en laboratoire[5],[6].

Critiques sur l'entrée en bourse[modifier | modifier le code]

L'accueil de cette entrée en bourse ne fut pas unanime. Quelques étudiants et associations étudiantes, notamment le Comac VUB s'y sont opposés, dénonçant le fait que l'enseignement universitaire et la science ne sont pas à privatiser[7],[8],[9]. La réponse aux critiques est que par la vente d'obligations l'université ne serait pas privatisée mais aurait la possibilité de puiser dans d'autres sources financières[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La Vrije Universiteit Brussel en chiffres; les chiffres datent de l'année académique 2010–2011
  2. https://www.ulb.ac.be/facs/droit/historique.html
  3. Dès le début cette université a défendu les principes fondamentaux de l'indépendance de la recherche en répétant dans les déclarations les lieux communs puisés dans les publications des universités d'ancien régime, ou les nouvelles universités allemandes ou celles fondées par Guillaume Ier des Pays-Bas, mais le mot « libre examen » comme tel n'y apparaît pas avant cette date.
  4. Œuvres d’Henri Poincaré (1956), p. 152
  5. (nl) « Vrije Universiteit Brussel is gelanceerd op de beurs », sur http://deredactie.be/cm/vrtnieuws, (consulté le 26 décembre 2015)
  6. (nl) « VUB naar de beurs », sur http://www.demoeial.be/, (consulté le 26 décembre 2015)
  7. (nl) « PVDA-studenten veroordelen 'beursgang' VUB », sur http://www.brusselnieuws.be/nl, (consulté le 26 décembre 2015)
  8. (nl) « VUB naar de beurs: 'Zal de beurskoers binnenkort bepalen hoeveel proffen we kunnen aannemen?' », sur http://www.knack.be, (consulté le 26 décembre 2015)
  9. (nl) « Universiteiten trekken naar beurs voor broodnodig geld: Ook UGent denkt aan beurs », sur http://www.veto.be/, (consulté le 26 décembre 2015)
  10. (nl) « De beursgang die geen beursgang genoemd mag worden », sur http://www.demoeial.be/, (consulté le 26 décembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]