Léon Leclère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le musicien, voir Tristan Klingsor.
Léon Leclère
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
BruxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Léon Leclère (Ixelles 1866-Bruxelles 1944) est un historien et ministre belge[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1890[2], Léon Leclère devint professeur d'histoire du Moyen Âge à l'Université libre de Bruxelles, dont il fut le recteur entre 1914 et 1920[1]. Il fut deux fois doyen de la Faculté de Philosophie et Lettres (1899-1901 et 1926-1929)[3]. Recteur de l'université pendant la Première Guerre mondiale, il décida de fermer l'institution en solidarité avec l'Université de Louvain détruite en 1914[4]. En 1919, il fut à l'origine de la création d'un enseignement de pédagogie à l'ULB (section dont il devint le président la même année)[4], duquel émana l'École de Pédagogie (1926)[1]. Il fut aussi l'un des fondateurs de la section d'histoire de l'Art et d'Archéologie[1]. En 1893, il fonda avec Émile Vandervelde l'Extension de l'Université[1],[5]. On lui doit plusieurs manuels, dont un d'Histoire de Belgique communément appelé le petit Leclère par les étudiants de l'ULB[1],[4].

En 1922, il fut ministre des Sciences et des Arts durant quelques mois[1].

Léon Leclère fut également membre (pendant plus d'un demi-siècle) et président (entre 1893 et 1895) de la Ligue de l'enseignement[4].

Le musée de la Fondation archéologique de l'Université libre de Bruxelles porte son nom[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hervé Hasquin (dir.), Dictionnaire d'histoire de Belgique. Vingt siècles d'institutions, les hommes, les faits, Bruxelles, Didier Hatier, .
  • René Robbrecht, « La guerre de Troie n'aura pas lieu : La Ligue de l'Enseignement pendant la Seconde Guerre mondiale  », Éduquer, no 50,‎ (lire en ligne).