Saint-Verhaegen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue de Théodore Verhagen sur le campus de l'ULB

La Saint-Verhaegen ou Saint-V célèbre la fondation de l'Université libre de Bruxelles (ULB) chaque 20 novembre. Élément central du folklore estudiantin bruxellois, mêlant commémorations et guindailles, elle est organisée conjointement par l'association interfacultaire des étudiants de l'ULB c'est-à-dire l'Association générale des étudiants de 1886 à 1970, l'Association des cercles folkloriques de 1973 à 1989 et enfin l'Association des cercles étudiants (ACE) de 1989 à nos jours ainsi que par son homologue néerlandophone la Brusselse Studentengenootschap (BSG) de la Vrije Universiteit Brussel (VUB). Celle-ci s'est séparée de l'ULB en 1969.

Histoire[modifier | modifier le code]

De 1834 à 1888[modifier | modifier le code]

L'ouverture officielle de l'ULB eut lieu le sous l'impulsion de Pierre-Théodore Verhaegen, Vénérable Maître de la loge Les Amis philanthropes et d'Auguste Baron. Dès cette époque, cette date fut décrétée jour de congé mais les premières réelles manifestations n'apparurent qu'au moment de la création de l'Union des anciens étudiants (UAE) en 1843. Il s'organisait alors à cette date des retrouvailles entre anciens de l'ULB dans les bistrots de Bruxelles. Cette journée se finissait par un banquet.

De 1888 aux années 1920[modifier | modifier le code]

Cette année-là apparut pour la première fois l'expression « Saint-Verhaegen ». Les étudiants voulurent à cette date réagir contre l'organisation universitaire ressentie comme antidémocratique et éloignée du principe du libre examen. C'est pourquoi ils firent référence publiquement au fondateur de l'ULB, grand promoteur de l'enseignement libre et scientifique.

Le matin du 20 novembre 1888, 200 étudiants (sur 1 400) munis de drapeaux des différentes organisations estudiantines se rendirent donc devant la statue de Verhaegen située devant les bâtiments de l'université qui se trouvait à l'époque rue des Sols. Puis ils allèrent déposer une couronne de feuilles de chêne sur la tombe de Verhaegen au cimetière de Bruxelles à Evere. Ce n'est que deux ans plus tard que les autorités académiques prirent part aux cérémonies. Pendant des années, étudiants et francs-maçons de la loge Les Amis philanthropes marchèrent ensemble pour commémorer la St V. Ces derniers accueillaient les étudiants au siège de la loge.

Dans les années qui suivirent, un cortège constitué par une gigantesque monôme (c'est-à-dire en une longue file indienne) partait dans l'après-midi du boulevard Anspach, précédé des drapeaux et fanfare, pour se rendre à l'université, rue des Sols, devant le monument dédié à Verhaegen. Là, étaient prononcés des discours au nom des étudiants et de l'ULB. Le recteur recevait ensuite les étudiants. Ceux-ci, pour finir partaient faire la fête dans les rues bruxelloises. L'aspect guindaille ne débutait pas avant 17 heures, l'essentiel de la journée étant consacré aux hommages.

Les années noires[modifier | modifier le code]

La commémoration de la fondation de l'ULB eut lieu en 1914-1918 à La Panne ainsi qu'en 1942 (à l'hôtel Rembrandt) et en 1943 (à l'université de Londres) en Angleterre.

À six reprises les étudiants ont renoncé à la Saint-Verhaegen: Entre 1938 et 1941 où seules des collectes furent organisées au profit des familles des mobilisés. En 1975, le cortège fut annulé en raison du conflit entre les universités et le gouvernement. Le projet de loi-programme Humblet-De Croo voulait neutraliser une inflation de personnel non justifiée des universités, ainsi que le blocage des engagements de personnel, des promotions, des salaires. Du côté étudiant, les normes définissant les étudiants subsidiables étaient revues de manière draconiennes. Et finalement, en 2015, elle fut également annulée suite aux menaces terroristes pesant sur Bruxelles.

Annulation de la Saint-Verhaegen 2015[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps, les autorités académiques de l'ULB et de la VUB envisagèrent de déplacer les festivités au Plateau du Heysel et de remplacer le cortège par un cantus et un banquet[1]. Dans un second temps, elles proposèrent, en concertation avec les associations étudiantes, d'organiser celle-ci sur la Grand-Place de Bruxelles et d'y tenir les traditionnels discours, le cortège folklorique au départ du Sablon demeurant annulé et le thé dansant (TD) du soir maintenu[2]. Finalement, toutes les cérémonies et célébrations de la Saint-V furent annulées le vendredi 20 novembre au matin, TD compris, à la suite de la recommandation du centre de crise fédéral[3]. Certains étudiants bravèrent néanmoins l'interdit et se rassemblèrent au Sablon et dans les cafés du centre-ville[4].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Les cérémonies du matin[modifier | modifier le code]

Dans les années 1920, l'ULB déménage et s'installe sur le campus du Solbosch à Ixelles. D'où changement dans les festivités : la partie académique aura désormais lieu le matin, la fête l'après-midi.

Jusqu'aux années 1960, les étudiants défilaient devant la tombe du soldat inconnu et devant la statue de Francisco Ferrer (érigée en 1911), symbole de la défense de la liberté intellectuelle (situé alors place du Samedi, puis quai à la Chaux) et se dirigeaient ensuite vers l'université.

À partir de 1963, ils se réunissent à l'Enclos des fusillés (situé à l'ancien site du Tir national) où 18 étudiants furent exécutés durant la Seconde Guerre mondiale avant de rejoindre la tombe de Théodore Verhaegen à Evere. Ensuite retour au Solbosch où l'on se rassemble devant le monument commémoratif du Groupe G, un groupe de résistants issu de l'ULB lors de la Seconde Guerre mondiale. Les cérémonies se poursuivent alors dans le Hall des marbres de l'ULB devant le mémorial aux membres de la communauté universitaire décédés au cours des deux conflits mondiaux. Y sont prononcés des discours en français et néerlandais par les recteurs de l'ULB et de la VUB, le président de l'UAE, le bourgmestre de Bruxelles, le grand maître du Grand Orient de Belgique et pour les étudiants, le président de l'ACE et de la BSG ainsi que celui du Cercle du libre examen. Pour clôturer la partie académique, des gerbes de fleurs sont déposées devant le mémorial et la statue de Verhaegen ainsi que celle, située en face, de Ferrer, placée là en 1984 (150 ans de l'ULB). On entonne alors le Semeur, chant de l'ULB. À cela s'ajoute depuis quelques années[Quand ?] un drink à l'hôtel de ville de Bruxelles.

Le cortège de l'après-midi[modifier | modifier le code]

Foule au cortège de la St V. 2004.

L'après-midi a lieu un cortège dans le centre-ville de Bruxelles rassemblant des chars affrétés par les différents cercles étudiants de l'ULB et de la VUB ainsi que quelques écoles supérieures. À l'origine tirés par des animaux de traits (jusque dans le début des années 1950), les chars rassemblent de nos jours une armada de camionnettes, camions et même semi-remorques. Ils arborent décorations et ornementations (plus ou moins imaginatives en fonctions des époques) illustrant le thème annuel choisi par les étudiants. Celui-ci aborde généralement des sujets comme la lutte contre l'extrême droite, le pacifisme, l'environnement, l'anticléricalisme, le folklore estudiantin… Et bien sûr, chacun transporte pompes et fûts de bière afin d'abreuver les quelques milliers d'étudiants et anciens étudiants participant à cette guindaille.

Partant de la place du Grand Sablon, le cortège descend vers le bas de la ville par la rue Lebeau, la rue de l'Hôpital, la place Saint-Jean, la rue du Lombard et le boulevard Anspach. L'itinéraire n'est pas immuable et varie en fonction des travaux dans Bruxelles et des décisions de la police. Il comportait autrefois un arrêt obligé rue des Sols ou devant le Manneken-pis portant à l'occasion un des nombreux costumes d'étudiants que compte sa garde-robe. La dislocation eut lieu à différents endroits suivant les époques : porte de Namur longtemps, puis place Poelaert, place de Brouckère, place Rogier et actuellement devant le Palais de la Bourse. Le tout se terminant par le brûlage des décors de retour au campus du Solbosch.

Les médailles[modifier | modifier le code]

Reprenant le thème de St-V, des médailles commémoratives sont frappées à l'occasion de celle-ci depuis 1938. Celles-ci s'accrochent sur la penne en souvenir de ce jour attendu par tous les étudiants attachés au folklore et à l'ULB. Mais en plus de l'émission « officielle » par l'association des étudiants s'ajoutent certaines années les versions néerlandophones, les éditions pirates, les retirages abusifs, celles frappées par certains cercles et par divers ordres secrets estudiantins, etc.

Thèmes de Saint-Verhaegen[modifier | modifier le code]

Ci-dessous les thèmes annuels choisis par les étudiants.

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • L'ULB à la une. La Belgique et l'Université Libre racontées par la presse, Édition Le CRI, 1988, Bruxelles.
  • Pierre-Théodore Verhaegen, Édition de l'ULB, 1996.
  • Journaux estudiantins conservés au service des Archives de l'ULB.
  • Rapport sur la St V de Mme Jacqueline Cliquet, Chargée de mission auprès du Vice-recteur à la politique étudiante et à l'initiative culturelle de l'Université Libre de Bruxelles, 2003.
  • Louis Bastien, Les médailles commémoratives de Saint Verhaegen de 1938 à 1997, Union des Anciens Étudiants, 1998, Bruxelles.
  • Inscriptions sur les médailles de St-V pour les thèmes annuels.
  • Jossart, Pierre. « Saint-Verhaegen?… Wat is dat voor een bazaar? », Universitaire Médicale. no 2 (20 novembre 2001), p. 21-23. Republié dans le « Petit Théo », journal de St V de l'Association des cercles étudiants le 20 novembre 2004.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Menace terroriste: La Saint-V déménage au Heysel », sur dhnet, (consulté le 31 décembre 2015)
  2. « La Saint-V aura lieu sur la Grand-Place », sur dhnet, (consulté le 31 décembre 2015)
  3. « Annulation du rassemblement de la St-V à Bruxelles: forces spéciales et tireurs d'élite sur la Grand Place », sur RTBF, (consulté le 31 décembre 2015)
  4. « Le rassemblement et le TD de la Saint-V annulés : des étudiants bravent l'interdit », sur dhnet, (consulté le 31 décembre 2015)
  5. « "Sortie d'urgence, virez à droite" sera le thème de la Saint-Verhaegen 2016 à Bruxelles », RTBF Info,‎ (lire en ligne)
  6. Le thème initial était "Je ne suis pas homophobe, ik heb een faggot vriend !" mais a été modifié sur décision de l'ACE et de la BSG fin octobre 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]