Voitures célèbres du cinéma, des séries télévisées et de la bande dessinée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hors des circuits publicitaires traditionnels (campagnes promotionnelles, salons de l'automobile, etc.), indépendamment de leurs qualités techniques intrinsèques, de l'intérêt ou de la popularité suscités auprès des utilisateurs, de nombreux modèles d'automobiles connaissent une célébrité grâce à leurs apparitions sur les écrans de cinéma ou de télévision, d'aucunes par association avec des personnages ou héros de films ou de séries télévisées - comme la Ford Gran Torino des personnages de Starsky et Hutch dans la série télévisée éponyme; d'autres en devenant un des « personnages » emblématiques de ces fictions telle la Cadillac DeVille modèle 1964 du film Le Corniaud, mettant en scène deux vedettes du cinéma populaire français, Louis de Funès et Bourvil.

Herbie, Volkswagen Coccinelle, héroïne du film Un amour de Coccinelle.

Le même phénomène s'observe dans la bande dessinée : ainsi la Fiat 509 est-elle devenue indissociable du personnage de Gaston Lagaffe, devenant d'autre part un acteur de la série Marc Lebut et son voisin - aussi connue sous le nom des « aventures de la Ford T » - et faisant la couverture de l'album Tintin au Congo - l'automobile occupant d'ailleurs une place importante dans les albums du personnage de Tintin au point de susciter des collections dédiées au sujet de modèles réduits.

Aux côtés des « véhicules historiques », le parc automobile du cinéma, de la télévision et de la bande dessinée s'est aussi enrichi de « véhicules de fiction » peu ou prou dérivés de modèles automobiles existants : ainsi la première « Batmobile » de la série télévisée Batman des années 1960 et la « Turbot 2 » mise au point par le comte de Champignac qui apparaît dans l'album Vacances sans histoires des aventures de Spirou sont-elles dérivées de l'authentique concept car Lincoln Futura de 1955.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Automobile et cinéma.

Inventions contemporaines, l'automobile et le cinéma sont liés depuis leurs débuts. L'automobile devient très vite, pour le cinéma, une source d'inventivité : les courses-poursuite fascinent et les accidents suscitent le rire, tant la mise en scène est tournée de façon burlesque. L'automobile est un « formidable » accessoire pour le cinéma, utilisée dans les scènes romantiques où deux amoureux s'embrassent, dans les scènes d'actions ou autres cascades spectaculaires[1]. Bien plus tard, l'automobile deviendra même actrice principale comme dans la comédie Un amour de Coccinelle ou encore le film fantastique Christine[note 1].

Cinéma anglo-saxon[modifier | modifier le code]

  • Les films de Laurel et Hardy
Article détaillé : Laurel et Hardy.

L'automobile est souvent utilisée dans les comédies de Laurel et Hardy, notamment dans un de leurs premiers courts-métrages intitulé Le Garage, succession de scènes comiques liées uniquement à l'automobile. La Ford T est tout particulièrement utilisée dans leurs films[note 2].

  • La saga James Bond (1962-2012)
Article détaillé : Liste des films de James Bond.

une Aston Martin

  • Chitty Chitty Bang Bang (1968)

une voiture de course modifiée

  • Duel
Article détaillé : Duel (téléfilm).

Premier film du réalisateur Steven Spielberg réalisé en 1971, ce road movie angoissant met en scène un représentant de commerce, incarné par l'acteur Dennis Weaver, qui, au volant de sa Plymouth Valiant De Luxe, est pris en chasse dans le désert californien par un camion fou. Différents modèles de cette voiture furent utilisés pendant le tournage (1970, 1971 et 1972, le téléfilm original ayant fait l'objet d'une version plus longue pour le cinéma ), toutes ayant été détruites ou sérieusement endommagées au cours du tournage.

  • Cours après moi shérif
Article détaillé : Cours après moi shérif.

une Pontiac Firebird Trans Am

  • Christine
Article détaillé : Christine (film, 1983).

une Plymouth Fury

  • La saga Retour vers le Futur

Le véhicule temporel conçu par le Docteur Emmett Brown et utilisé par Marty McFly au fil de la trilogie est à l'origine une DeLorean DMC-12.

  • La saga Ghostbusters
Articles détaillés : SOS Fantômes et SOS Fantômes 2.

L'équipe de « chasseurs de fantômes » constituée par les acteurs Bill Murray, Dan Aykroyd et Harold Ramis se déplace au fil de ses interventions à bord d'une ambulance Cadillac Miller-Meteor 1959, dérivée de la Cadillac Eldorado, modifiée et baptisée « Ectomobile-1 ».

  • Filmographie de l'acteur Steve McQueen
Article détaillé : Steve McQueen.
  • Bullitt (1968)
Article détaillé : Bullitt.

une Ford Mustang et une Dodge Charger

Le Mans (1971)

Article détaillé : Le Mans (film).

une Porsche 917 et une Ferrari 512 S

Cinéma français[modifier | modifier le code]

En France, pour ses débuts au cinéma, l'automobile fut d'abord un sujet de documentaires court-métrage par le biais notamment de reportages sur les premières courses et rallyes automobiles. En 1896, Louis Lumière filme le départ de l’excursion Paris-Meulan et l'intitule: Départ des voitures automobiles à Paris. Les accidents mortels, en courses ou dans la vie de tous les jours, étant très fréquents à la Belle Époque, puisque les routes sont encore avant tout destinées à la circulation des véhicules hippomobiles et des chevaux, elle devient aussi l'héroïne de petits films dénonçant ses dangers : en 1899, Georges Méliès réalise « Automaboulisme et autorité » où la voiture devient une arme dangereuse entre les mains de deux clowns. En 1903 sort une première œuvre romanesque où l'automobile joue quelque rôle : « Enlèvement en automobile et mariage précipité » produit par Alice Guy, la première réalisatrice de l'histoire du cinéma, pour la société cinématographique de Léon Gaumont.

  • La Belle Américaine (1961)
Une Oldsmobile 98 convertible, modèle 1959. Un véhicule de ce type, considérablement modifié, est la « belle américaine » dans le film éponyme.
Une Cadillac DeVille convertible de 1964, semblable à celle utilisée dans le film Le Corniaud.
Article détaillé : La Belle Américaine.
  • Le Corniaud (1965)
Article détaillé : Le Corniaud.
  • Sur un arbre perché (1971)
Article détaillé : Sur un arbre perché.
  • Les véhicules Citroën et le cinéma français

La Traction avant

Article détaillé : Citroën Traction Avant.

La 2CV

Article détaillé : Citroën 2CV.

La DS

Article détaillé : Citroën DS.

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Automobile et bande dessinée.

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

À l'instar des Aston Martin associées au personnage de James Bond, certaines voitures restent indissociables de personnages ou de héros de séries télévisées.

  • Série Columbo
Peugeot 403 Cabriolet, le légendaire véhicule de l'inspecteur Columbo incarné par l'acteur Peter Falk.
Article détaillé : Columbo.
  • Série Starsky et Hutch
Article détaillé : Starsky et Hutch.

une Ford Torino

  • Série Shérif, fais-moi peur
Article détaillé : Shérif, fais-moi peur.

Le General Lee

  • Série K2000
Article détaillé : K 2000 (série télévisée).

KITT la voiture qui parle

  • Série Mr. Bean
Article détaillé : Mr. Bean.
Mr Bean, alias Rowan Atkinson, et sa Mini Cooper en 2009.
Un van Reliant Regal.

La voiture de Mr. Bean occupe une telle place dans les épisodes qu'elle est finalement devenue l'un des personnages de la série. Dans le premier épisode, il s'agit d'une Mini 1000 orange qui finit dans un fossé durant le générique. Par la suite, la voiture est jaune et noire. La voiture a été le théâtre de plusieurs morceaux de bravoure, comme lorsque Mr. Bean s'habille tout en la conduisant pour arriver à l'heure chez le dentiste ou qu'il la conduit depuis un fauteuil installé sur le toit. Mr. Bean prend soin de sa sécurité, utilisant plusieurs clés pour l'ouvrir et la fermant à l'aide d'un cadenas. Il en emporte également régulièrement le volant. Lors de l'épisode Mr. Bean retourne à l'école, la voiture est échangée contre une autre et finit écrasée par un char d'assaut lors d'une démonstration militaire. Après un épisode d'absence, la voiture de Mr. Bean revient pour les deux derniers épisodes.

Durant la série, Mr. Bean se montre également continuellement agressif envers une autre voiture, une Reliant Regal Supervan III bleue à trois roues jusqu'à aller à lui prendre sa place en la poussant dans un ravin lors de l'épisode pilote de la série ou sur le côté dans « Les malheurs de Mr. Bean »[note 3].

  • Série Les Enquêtes du commissaire Laviolette

Le personnage du commissaire Laviolette incarné par Victor Lanoux conduit une Ford Vedette rouge rutilante.

  • Série Scooby-Doo

Fred Jones, Daphné Blake, Véra Dinkley, Sammy Rogers et Scooby-Doo (personnage) sont à bord d'une fourgon La Mystery Machine

L'un des personnages principal, Dean Winchester, conduit une Chevrolet Impala 1967 noire ("Impala 67" ou "Chevy Impala") nommée Baby (en VO). Cette voiture a appartenu à son père, John Winchester, qui lui a transmise. Ce dernier l'a achetée en 1973, sous les conseils du Dean du futur, ayant fait un voyage temporel. Sam et Dean Winchester parcourent toute l'Amérique avec, pour chasser des monstres. Dans le coffre de la voiture, une réserve d'armes, protégée par un piège à demons, a été aménagée. Ainsi, nous pouvons y trouver de tout; des lames angéliques, des fusils, du gros sels, de l'eau bénite, de couteaux à démons, un lance-flammes...

Elle est devenue un personnage de la série à part entière, et n'est plus considérée comme accessoire dans la série. Elle est très aimée par les fans, et par l'acteur Jensen Ackles qui a même déclaré durant un panel "Baby n'est PAS un accessoire" (VO: Baby is NOT a prop[2]).

Batmobile[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Batmobile.

Voitures liées au destin ou à la carrière de grands acteurs[modifier | modifier le code]

La Ford T et les acteurs comiques du cinéma muet[modifier | modifier le code]

La Ford T fut largement utilisée dans de nombreux gags et cascades des grands acteurs comiques du cinéma muet tels Laurel et Hardy, Harold Lloyd, Billy Bevan, Snub Pollard et biens d'autres[3].

La Porsche 550 Spyder de James Dean[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : James Dean et Porsche 550.

C’est en 1955 que James Dean acquit une des 90 Porsche 550 Spyder fabriquées par Porsche, qu’il surnomme Little Bastard (Mot à mot : "la petite bâtarde", mais l'équivalent de "sale gosse", "petite bourrique", etc., plutôt affectueux qu'injurieux). C'était une voiture sportive très performante, spécialement créée pour la compétition. James Dean avait déjà commandé une autre voiture, une Lotus Mark 10 (voir Lotus Cars) mais sa commande avait pris du retard. Or il lui fallait absolument une voiture pour participer à une prochaine course. En visitant le garage de Los Angeles où l'importateur des Porsche exposait les nouveautés, il fut emballé par le Spyder 550, et l'acheta sur un coup de tête.

La voiture est devenue célèbre malgré elle car non seulement c'est à son volant que la star du cinéma trouva la mort le mais d'autres personnes qui acquirent des éléments de l'épave connurent un destin tragique dans les années qui suivirent et beaucoup de gens crurent dès lors que le véhicule de l’acteur était maudit.

Georges Barris, qui a personnalisé la voiture de James Dean, acheta l’épave du véhicule pour 2500 $ et se fractura la jambe quelque temps plus tard.

Peu après, il vendit le moteur et la transmission à deux médecins Troy McHenry et William Eschrid. En faisant la course l’un contre l’autre, l’un mourut en percutant un arbre après avoir perdu le contrôle de sa voiture, tandis que l’autre se blessa sérieusement après que la sienne eut quitté la route.

Barris vendit les pneus de la voiture : l'acheteur eut un accident de voiture bien qu'ils fussent en bon état.

Deux jeunes essayèrent de voler la voiture mais l’un d’eux, en prenant le volant de la Porsche, s’ouvrit le bras à cause d’un morceau de métal déchiqueté. Plus tard, un autre homme se blessa en essayant de voler le siège du conducteur couvert de sang. Enfin, Barris décida de cacher la voiture, qui fut récupérée par la California Highway Patrol pour l’exposer à titre d’exemple sur les accidents de la route.

La première exposition connut un désastre : en effet, un incendie se déclara, détruisant toutes les voitures aux alentours dans le local et seule cette voiture en sortit indemne. Lors de la deuxième, dans un lycée, la voiture tomba et cassa la jambe d’un étudiant. Sur la voie menant à Salinas, le camion qui transportait le véhicule eut un accident et le conducteur se blessa. À deux autres occasions, la voiture s’'échappa' des camions sans causer d’accidents graves, mais en brisant le pare-brise d’un véhicule.

Finalement, en 1959, ce fut la dernière exposition de la voiture en onze pièces, car en 1960 elle disparut mystérieusement avec le camion dans lequel elle était. On n’a plus jamais revu Little Bastard[note 4]

Musées et collections privées[modifier | modifier le code]

Jouets et modèles réduits de collection[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce paragraphe est tiré de l'article Histoire de l'automobile.
  2. Ce paragraphe est tiré de l'article Histoire de l'automobile.
  3. Cette section est tirée de l'article Mr. Bean.
  4. Cette section est tirée de l'article James Dean.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Coulibaly, Il y a un siècle l’automobile, Ouest-France, 2007 (ISBN 978-2-7373-4127-4), pp.129–130.
  2. Wayward Winchester, « Jensen Ackles "Baby is NOT A PROP" Supernatural Comic Con Panel 2017 SDCC 2017 », (consulté le 5 juillet 2018)
  3. Montage de séquences sur YouTube