Vihiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vihiers
Vitrail de l'église.
Vitrail de l'église.
Blason de Vihiers
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Saumur
Canton Cholet-2
Intercommunalité C.C. Vihiersois-Haut-Layon
Maire
Mandat
Philippe Algoët
2014-2020
Code postal 49310
Code commune 49373
Démographie
Gentilé Vihiersois
Population
municipale
4 300 hab. (2012)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 50″ N 0° 31′ 57″ O / 47.1472222222, -0.532547° 08′ 50″ Nord 0° 31′ 57″ Ouest / 47.1472222222, -0.5325  
Altitude Min. 52 m – Max. 211 m
Superficie 59,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Vihiers

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Vihiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vihiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vihiers
Liens
Site web Ville de Vihiers

Vihiers est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Depuis 1973, Vihiers s'est associée à deux communes proches, Saint-Hilaire-du-Bois et Le Voide, qui ont conservé le statut de commune associée, conformément à loi du 16 juillet 1971.

Située dans le sud du département, c'est le siège de la communauté de communes du Vihiersois, et le centre administratif et commercial de la région.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune angevine du sud Layon située dans les Mauges[1], ce territoire rural de l’ouest de la France se trouve au sud d'Angers (36 km), au nord-est de Cholet (28 km) et au sud-ouest de Saumur (37 km)[2],[3].

Pays de bocage, le Vihiersois se situe dans un triangle entre Angers, Cholet et Saumur.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

À quelques kilomètres au nord et à l'est du Vihiersois se trouve la vallée du Layon, qui marque la transition entre les Mauges et le Saumurois[4]. Le sud de l'Anjou comporte à l'est des terrains secondaires et tertiaires (Saumurois) et à l'ouest des terrains primaires (Mauges). Dans ces derniers, on trouve un pays de bocage sur des terrains de schistes et de granites[5].

Situé à l’extrémité d'un haut plateau, le territoire de Vihiers appartient au terrain métamorphique[6]. La commune se situe sur l'unité paysagère du Plateau des Mauges[7].

La commune a une superficie de près de 60 km2 (5 970 hectares)[8]. Son altitude varie de 52 à 211 mètres[9], pour une altitude moyenne de 132 mètres.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière Le Lys, affluent du Layon. Ce cours d'eau prend sa source sur la commune de Coron, et traverse le territoire des communes de Vihiers, Montilliers et Aubigné-sur-Layon[10].

On trouve plusieurs ruisseaux dans le Vihiersois, tels le Livier, la Lande et le Lucet.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat angevin est tempéré, de type océanique. Il est particulièrement doux, compte tenu de sa situation entre les influences océaniques et continentales. Généralement les hivers sont pluvieux, les gelées rares et les étés ensoleillés.

Les précipitations sont plus accentuées sur la région des Mauges, dû à son relief plus marqué[11].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Vihiers se trouve au carrefour de plusieurs voies routières : au Nord la D54 (Valanjou), la D120 (Faveraye-Mâchelles, Thouarcé), la D748 (Martigné-Briand), la D156 (Tigné), sur un axe Est-Ouest la D960 (Doué-la-Fontaine-Cholet), et au Sud la D25 (la Plaine, Maulévrier), la D748 (Saint-Paul-du-Bois, Saint-Maurice-la-Fougereuse) et la D377 (Nueil-sur-Layon )[2].

L'autoroute A87 Angers-Cholet (sortie 25 Chemillé) se trouve à une quinzaine de kilomètres à l'ouest.

Transports en commun : La commune est desservie par trois lignes d’autobus du réseau interurbain de Maine-et-Loire AnjouBus, la ligne 17 (Vihiers, Angers par Le Voide), ligne 23 (Cholet, Vihiers, Doué-la-Fontaine, Saumur) et la ligne 25 (Vihiers, Angers par Montilliers)[12].

Il n'existe pas de réseau ferroviaire.

Aux alentours[modifier | modifier le code]

Les communes les plus proches sont Montilliers (5 km), Cernusson (5 km), Les Cerqueux-sous-Passavant (7 km), Trémont (7 km), Saint-Paul-du-Bois (7 km), La Salle-de-Vihiers (8 km), Valanjou (9 km), Coron (9 km), La Fosse-de-Tigné (9 km), Aubigné-sur-Layon (9 km)[3].

Rose des vents Valanjou
Melay
Aubigné-sur-Layon
Montilliers
Cernusson
La Fosse-de-Tigné
Rose des vents
La Salle-de-Vihiers
Coron
N Trémont
O    Vihiers    E
S
La Plaine Saint-Paul-du-Bois Les Cerqueux
Nueil-sur-Layon

Urbanisme[modifier | modifier le code]

En 2008, le nombre total de logements dans la commune était de 1 890[13]. Parmi ces logements, 91 % étaient des résidences principales, 1 % des résidences secondaires et 8 % des logements vacants. Ces logements étaient pour une part de 91 % des maisons et de 12 % des appartements. Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 1 % étaient des studios, 6 % des logements de deux pièces, 15 % de trois pièces, 23 % de quatre pièces, et 55 % des logements de cinq pièces ou plus[13].

Les résidences principales construites avant 2006, dataient pour 33 % d'avant 1949, 17 % entre 1949 et 1974, 28 % entre 1975 et 1989, et 22 % entre 1990 et 2005[13].

Le nombre de ménages propriétaires de leur logements était de 69 %, proportion supérieure à la moyenne départementale (60 %), et le nombre de ménages locataires était de 31 %. On peut également noter que 1 % des logements étaient occupés gratuitement[13].

L'ancienneté d'emménagement dans la résidence principale, rapporté au nombre de ménages, était de 12 % depuis moins de deux ans, 18 % entre deux et quatre ans, 17 % entre cinq et neuf ans, et 52 % de dix ans et plus[13].

En 2011, on trouvait 1 951 logements sur la commune de Vihiers, dont 91 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 91 %, et dont 68 % des ménages en étaient propriétaires[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 1974 Vihiers fusionne avec Saint-Hilaire-du-Bois et Le Voide (fusion association)[15].

Village de Vihiers[modifier | modifier le code]

Nom d'origine latine, Vierium (vivier), qui fut un nom de lieu (parc à gibier) dès l'époque romaine[16].

Formes anciennes du nom : Villa Viviarium en 889, Vieracum en 942, Castrum Vigerium en 1030, Viherium en 1128, Vihers en 1237, Viers en 1301, Vihiers au XVIIe[17] et XVIIIe siècles[18]. Aujourd'hui, le nom officiel de la commune est « Vihiers »[19].

Village de Saint-Hilaire-du-Bois[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : Parochia sancti Hilarii en 1078, Parochia sancti Hilarii de Bosco en 1293[17], Saint Hilaire en 1793, Saint-Hilaire-du-Bois en 1801[20]. À noter que de très nombreuses communes portent le nom de « Saint-Hilaire », et que deux communes actuelles portent le nom de « Saint-Hilaire-du-Bois », l'une en Charente-Maritime et l'autre en Gironde.

Village du Voide[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : Parochia de Vodio en 1297, Le Voesde en 1491, Le Voisde en 1874, et Le Voide en 1878[17] et 1793[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

C'est dans le Vihiersois, sur la commune de Tancoigné, qu'est découvert en 1949 L'homme de Tancoigné ; un squelette du Néolithique accompagné d'une hache-marteau de pierre polie[22]. À quelques kilomètres de là, sur la commune de Cléré-sur-Layon, est aussi découvert quatre haches de l'époque de la pierre polie[23].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Carte de l'Anjou au XVIIIesiècle.
(Cliquez pour agrandir)

Le pays fait partie au IXe siècle des domaines de Saint-Hilaire de Poitiers (Poitou), et passe à la fin du Xe siècle dans les mains des comtes d'Anjou.

Vers 1010–1016, Foulques Nerra, comte d'Anjou, fait construire à Vihiers une puissante forteresse et y amène la population de Saint-Hilaire (ville close). Assez vite deux églises s’élèvent : Saint-Hilaire le château et Notre-Dame Saint-Jouin[17].

Au milieu du XIe siècle, Foulques IV d'Anjou dit le Réchin, est à la tête de la Saintonge et de la seigneurie de Vihiers. Son fils cadet, Foulques V d'Anjou dit le Jeune, fait construire deux autres églises : Saint-Jean (1115) et Saint-Nicolas en (1125)[17].

En 1317, Vihiers est rattaché au diocèse de Maillezais[17].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au milieu du XVIIe siècle la paroisse est intégrée à l'Évêché de La Rochelle, qui comprend l'archiprêtré d'Ardin, les doyennés de Bressuire, Fontenay-le-Comte, Saint-Laurent-sur-Sèvre et Vihiers. À la fin du XVIIe siècle, Vihiers compte 150 feux[17].

À la veille de la Révolution française, une partie du Vihiersois dépend de la sénéchaussée d'Angers (La Salle-de-Vihiers, Vihiers, Coron) et une autre de la sénéchaussée de Saumur (Tigné, Cernusson, Les Cerqueux, Saint-Paul-du-Bois, La Plaine)[24].

Révolution[modifier | modifier le code]

Santerre par Le Sueur.
(Cliquez pour agrandir)

Comme dans le reste de la région, les guerres de Vendée sont meurtrières. En mars 1793 Jacques Cathelineau engage des combats à Vihiers[25] et Chalonnes. Le 6 juin, alors que les armées du Centre et des Mauges se rendent sur Saumur, un détachement de 1 500 républicains est vaincu à Vihiers.

Après la victoire de Martigné, les bleus occupent Vihiers où ils sont attaqués le 17 juillet. Les 17 et 18, plus de 30 000 combattants s’affrontent faisant 2 000 morts (bataille de Vihiers, armée de Sancerre)[6]. Toutes les habitations du village sont rasées ou incendiées, et la moitié des 1 100 habitants périssent cette année-là.

En janvier 1794, les colonnes infernales passent par Vihiers pour s'en emparer. Comme dans le reste des Mauges, elles seront très présentes dans la région vihiersoise, comme à Cernusson ou à Tigné[26].

Article détaillé : Bataille de Vihiers.

Un peu plus tard, c'est à Vihiers que le général Hugo, avec cinquante hommes seulement, arrête une armée de 3 000 Vendéens[27].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la réorganisation administrative qui suit la Révolution, Vihiers est en 1790 chef-lieu de canton (de Vihiers) et chef-lieu de district (de Vihiers) ; district composé des cantons de Vihiers, Brissac, Chanzeaux, Coron, Martigné, Nueil et Thouarcé. En 1800, le district de Vihiers fait place à l'arrondissement de Saumur[18].

Quant aux communes de Saint-Hilaire[20] et du Voide[21], elles sont rattachées en 1790 au canton de Vihiers et au district de Vihiers, puis en 1800 à l'arrondissement de Saumur.

Articles détaillés : District de Vihiers et Canton de Vihiers.

Au milieu du XIXe siècle l'industrie apparait à Vihiers, avec la construction de deux fours à chaux, un four à plâtre et une tuilerie.

Le chemin de fer se développe. Ainsi, en 1896 une ligne du Petit Anjou Cholet-Saumur est ouverte et passe par Saint-Hilaire, Vihiers, Les Cerqueux, Cléré, Passavant et Nueil[28].

En 1973, Vihiers s'associe avec les communes voisines de Saint-Hilaire-du-Bois et du Voide[29], en utilisant le statut de commune associée conformément à loi du 16 juillet 1971[30].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Ville de Vihiers, et des communes associées Saint-Hilaire-du-Bois et Le Voide.

Municipalité en 1790, Vihiers, absorbe en 1973 Saint-Hilaire-du-Bois et Le Voide[18]. Même s'il n'y a qu'un seul conseil municipal, les anciennes communes de Saint-Hilaire et du Voide ont un maire délégué, comme le permet le statut de commune associée.

Le conseil municipal est composé de 27 élus[31].

Listes des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Vihiers[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1788 1790 Jean-Baptiste Delorme   Syndic municipal
1790 1792 Pierre Baranger    
1792 1er messidor an VIII Jean-Baptiste Delorme    
1er messidor an VIII 12 floréal an XII Louis-Jacques Hubert    
12 floréal an XII 16 frimaire an XIV Pierre Gaudicheau-Gontard    
16 frimaire an XIV 10 février 1813 René Hunault    
10 février 1813 30 août 1813 Pierre Renou    
30 août 1813 9 avril 1816 René Hunault    
9 avril 1816 12 novembre 1818 Simon-Louis Burolleau    
12 novembre 1818 21 septembre 1830 René-Marie-Nic. Ferchault    
21 septembre 1830 12 janvier 1835 Urbain Leroy    
12 janvier 1835 1845 Jean-René Planton    
1845 22 août 1848 Casimir Plessis    
22 août 1848 15 février 1855 Victor Vallée    
15 février 1855 septembre 1870 Joseph Besnard    
septembre 1870 1er février 1874 Mathurin Hayault    
1er février 1874 10 mars 1876 Joseph Besnard    
10 mars 1876 1878 Victor Mary    
1878 1881 Séraphin Granry    
1881 juillet 1887 Victor Mary    
juillet 1887 23 juin 1895 Lucien Piau    
23 juin 1895 mai 1900 Eugène Sidaine    
mai 1900 octobre 1947 Georges Catroux    
octobre 1947 mars 1965 Albert Leroux    
mars 1965 20 mars 1977 Michel Hardouin    
20 mars 1977 18 juin 1995 Christian Gillet UDF puis Nouveau Centre puis UDI Conseiller général du canton de Vihiers (1988 - en cours)
18 juin 1995 en cours Philippe Algoët[32] DVD Président de la C.C. du Vihiersois - Haut layon (2001 - en cours)
Les données manquantes sont à compléter.

Liste des maires de Saint-Hilaire-du-Bois (commune associée)[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours André Cottenceau[32]   Maire délégué
Les données manquantes sont à compléter.

Liste des maires du Voide (commune associée)[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1788 1789 André Grelier   Laboureur, syndic de la municipalité
1790   Michel Choloux   Médecin vétérinaire. Ayant présidé le Comité royaliste pendant l'occupation vendéenne il est arrêté à Saumur et fusillé à Doué-la-Fontaine le 4 nivôse an II.
1er fructidor an VIII 10 juin 1810 René Jahant   Décédé en cours de mandat
6 septembre 1810 23 janvier 1816 Pierre Blin    
23 janvier 1816 15 novembre 1830 Jacques Soucher    
15 novembre 1830 20 décembre 1834 Jacques Bompas   Il faillit être assassiné par les Chouans dans sa maison le 19 juillet 1831.Démissionnaire.
28 février 1835 26 novembre 1840 Jacques Gourichon    
6 janvier 1841 août 1856 Louis Réveillère   Décédé en cours de mandat
12 août 1856 25 janvier 1885 Etienne Chesneau   Plus long mandat (29 ans). Décédé alors qu'il est encore en poste.
1885 7 novembre 1889 Jean Abellard   Décédé en cours de mandat
5 janvier 1890 8 novembre 1891 François Barbot   Démissionnaire
1892 1919 Louis Chesneau   Second plus long mandat (27 ans). Fils d'Etienne Chesneau.
1919 1925 Jean Métivier    
17 mai 1925 1929 Louis Tellier    
1929 30 septembre 1935 Jean Métivier   Décédé en cours de mandat
10 novembre 1935 16 décembre 1938 Jean Abellard   Démissionnaire
26 février 1939 1953 Eugène Marolleau    
1953 1959 Louis Gabillard    
1959 1971 Louis Marolleau    
1971 1974 Maurice Gaudicheau   Dernier maire du Voide : après l'absorption de la commune dans celle de Vihiers, ce poste disparaît en effet au profit de la fonction de "maire délégué".
1974 1977 Roland Pineau   Maire délégué
1977 1995 Joseph Guinebretière   Maire délégué
1995 en cours Joseph Thomas[32]   Maire délégué
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Il existe un comité de jumelage[33]. La commune est jumelée avec Walley.[réf. nécessaire]

Comptes de la commune[modifier | modifier le code]

Les comptes de la commune de Vihiers de l'année 2013[34]
Chiffres clés En milliers d'Euros En euros par habitant Chiffres 2000
Total des produits de fonctionnement (A) 3 574 810 3 559
Total des charges de fonctionnement (B) 2 312 524 2 531
Résultat comptable (R=A-B) 1 262 286 1 028
Total des ressources d'investissement (C) 2 190 496 1 736
Total des emplois d'investissement (D) 1 994 452 2 450
Besoin ou capacité de financement des investissements (E=D-C) -196 -44 667
Encours de la dette au 31/12 3 280 743 3 947
Annuité de la dette 328 451 102
Budget principal seul - Population légale en vigueur au 1er janvier de l'exercice 2013 : 4 415 habitants


Les taux de fiscalité 2013[35]
Fiscalité locale Taux
Taxe d'habitation (y compris THLV) 22,44 %
Foncier bâti 15,90 %
Foncier non bâti 42,56 %
Foncier non bâti (taxe additionnelle) 26,89 %
Cotisation foncière des entreprises 16,72 %
Taux votés pour l'année 2013[36].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée à la communauté de communes du Vihiersois-Haut-Layon, qui regroupe douze communes : Cernusson, Les Cerqueux-sous-Passavant, Cléré-sur-Layon, La Fosse-de-Tigné, Montilliers, Nueil-sur-Layon, Passavant-sur-Layon, Saint-Paul-du-Bois, Tancoigné, Tigné, Trémont et Vihiers[37].

Cette structure intercommunale est un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) qui a pour vocation de réunir les moyens de plusieurs communes, notamment dans le domaine du tourisme[38].

La communauté de communes est membre du Pays de Loire en Layon, structure administrative d'aménagement du territoire comprenant les communautés des Coteaux-du-Layon, de Gennes, de Loire-Layon et du Vihiersois-Haut-Layon.

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2014, la commune fait partie du canton de Vihiers, dont elle est le chef-lieu, et de l'arrondissement d'Angers[39]. Le canton de Vihiers compte alors dix-sept communes, dont Cernusson, Les Cerqueux-sous-Passavant, Montilliers, Saint-Paul-du-Bois et Trémont. C'est l'un des quarante-et-un cantons que compte le département ; circonscriptions électorales servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général du département. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. Le canton de Vihiers disparait et la commune est rattachée au canton de Cholet-2, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[40].

Vihiers fait partie de la quatrième circonscription de Maine-et-Loire, composée de six cantons dont Montreuil-Bellay et Thouarcé. La quatrième circonscription de Maine-et-Loire est l'une des sept circonscriptions législatives que compte le département.

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'administrations judiciaires à Vihiers.

Le Tribunal d'instance et le Conseil de prud'hommes se trouvent à Saumur. Le Tribunal de grande instance, la Cour d'appel, le Tribunal pour enfants, le Tribunal de commerce, se situent à Angers, tandis que le Tribunal administratif et la Cour administrative d'appel se situent à Nantes[41].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 4 300 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 000 430 528 947 1 104 1 180 1 292 1 505 1 562
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 618 1 765 1 731 1 527 1 643 1 776 1 699 1 664 1 592
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 599 1 761 1 735 1 619 1 658 1 768 1 674 1 644 1 699
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 847 1 877 3 709 4 090 4 131 3 992 4 092 4 125 4 275
2012 - - - - - - - -
4 300 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[42] puis Insee à partir de 2004[43].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (27,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,4 %, 15 à 29 ans = 17,3 %, 30 à 44 ans = 18 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 24,3 %) ;
  • 50,7 % de femmes (0 à 14 ans = 18,9 %, 15 à 29 ans = 13,5 %, 30 à 44 ans = 17,8 %, 45 à 59 ans = 19,2 %, plus de 60 ans = 30,7 %).
Pyramide des âges à Vihiers en 2008 en pourcentage[44]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
1,6 
9,9 
75 à 89 ans
13,7 
13,7 
60 à 74 ans
15,4 
20,0 
45 à 59 ans
19,2 
18,0 
30 à 44 ans
17,8 
17,3 
15 à 29 ans
13,5 
20,4 
0 à 14 ans
18,9 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[45].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Population des anciennes communes[modifier | modifier le code]

Vihiers (1793-1973)
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 000 430 528 947 1 104 1 180 1 292 1 505 1 562
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 618 1 765 1 731 1 527 1 643 1 776 1 699 1 664 1 592
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 599 1 761 1 735 1 619 1 658 1 768 1 674 1 644 1 699
1962 1968 1973 - - - - - -
1 847 1 877 - - - - - - -
(Sources : base Cassini de l'EHESS (Vihiers 49 3 34 373)[46])


Saint-Hilaire-du-Bois (1793-1973)
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 425 1 427 1 191 1 250 1 293 1 292 1 383 1 557 1 573
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 456 1 514 1 483 1 362 1 352 1 325 1 345 1 274 1 229
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 216 1 225 1 157 1 050 1 023 1 036 1 037 1 036 1 041
1962 1968 1973 - - - - - -
1 069 1 074 - - - - - - -
(Sources : base Cassini de l'EHESS (Saint-Hilaire-du-Bois 49 373)[47])


Le Voide (1793-1973)
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 020 964 715 794 869 898 920 987 983
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
948 901 886 837 790 791 804 777 732
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
719 705 710 608 634 639 670 656 598
1962 1968 1973 - - - - - -
614 628 - - - - - - -
(Sources : base Cassini de l'EHESS (Le Voide 49 373)[48])


Vie locale[modifier | modifier le code]

Les services publics présents sur la commune sont une école maternelle et école primaire, un collège, une maison de retraite, la poste, un centre de secours, une gendarmerie, une trésorerie[49].

Sont également présents sur la commune des accueils péri-scolaires et des activités péri-scolaires (centre de loisirs), cantines scolaires, des équipements sportifs, des services d'aides à domicile (ADMR du Vihiersois), un cinéma, une bibliothèque, une école de musique intercommunale (Vihiersois Haut-Layon), un camping municipal (Vallée du Lys), etc. L’étang du Lys permet d'y pratiquer la pêche[49].

Un marché local a lieu chaque mercredi matin.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Située dans l'académie de Nantes, la commune compte deux collèges et cinq écoles[49] :

  • école maternelle Jacques Prévert,
  • école primaire Gustave Barré,
  • école privée Saint-Jean,
  • école privée Saint-Joseph,
  • école privée mixte,
  • collège de la Vallée du Lys,
  • collège privé Saint-Jean.

Sports[modifier | modifier le code]

Plusieurs équipements sportifs permettent la pratique du sport, que ce soit des salles et des terrains de sports, ou une piscine. Plusieurs activités sportives sont présentes sur la commue de Vihiers : basket, football, volley-ball, tennis, badminton, pétanque, danse, gymnastique, musculation, judo, ju-jitsu, taï-chi-chuan, etc[49].

Le club de football Association sportive Saint-Hilaire Vihiers Saint-Paul compte quatre équipes séniors, avec une équipe première évoluant en Promotion d'honneur (PH) en Ligue atlantique de football[50] soit la 9e division nationale. Ce club compte aussi des sections jeunes allant des catégories U9 à U18.

Le club Vihiers-Basket est né le 19 mai 1999, de la fusion JND Trémont et Lys BC. Depuis le club a remporté treize titres au niveau départemental et régional ; certaines de ses équipes évoluant au niveau régional. Vihiers-Basket compte sur la saison 2011-2012 cent-soixante-cinq licenciés, répartis dans vingt équipes[51].

Un cyclo-cross se déroule sur la commune. Il a été le support du Championnats de France de cyclo-cross de 1961.

Cette ville comporte également une section du C.A.P.S. (Club d'Athlétisme du Pays Saumurois) nommée AthléLys Vihiersois. Depuis 2013, ce club organise une course nature annuelle Les Foulées du Lys[52].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune comporte plusieurs médecins généralistes, des dentistes, des infirmiers, des kinésithérapeutes, deux pharmacies, un laboratoire d’analyses médicales, ainsi qu'un certain nombre d'autres professions paramédicales comme un service d'ambulance[49].

Elle comporte également un hôpital local, le Centre hospitalier intercommunal Lys Hyrôme (198 places)[53].
L'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) le plus proche se trouve à Valanjou (74 places)[53].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Outre un service de ramassage des ordures ménagères (collecte sélective), on trouve sur la commune une déchèterie (route de Cernusson)[49].

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse de Vihiers, de culte catholique, fait partie du Diocèse d'Angers, doyenné de Layon[54].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage sur Vihiers était de 15 313 €, pour une moyenne sur le département de 17 211 €[55].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Implanté en territoire rural, Vihiers est le centre administratif et commercial de la région. Fin 2008, 410 établissements étaient présents sur la commune, dont 46 % relevaient du secteur du commerce et des services[56]. Deux ans plus tard, en 2010, sur les 418 établissements présents sur la commune, 26 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur l'ensemble du département), 5 % du secteur de l'industrie, 7 % du secteur de la construction, 48 % de celui du commerce et des services et 15 % du secteur de l'administration et de la santé[57]. Le tissu économique est composé de nombreuses petites entreprises ; seuls 7 % des établissements comptent plus de 10 salariés[55].

Sur 464 établissements présents sur la commune à fin 2012, 24 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 15 % sur le département), 7 % du secteur de l'industrie, 7 % du secteur de la construction, 49 % de celui du commerce et des services et 14 % du secteur de l'administration et de la santé[14].

Appellations sur le territoire[modifier | modifier le code]

Vignobles de la vallée de la Loire.
(Cliquez pour agrandir)

Vihiers se situe dans la région des vignobles du Val de Loire, au cœur des appellations Anjou (AOC).

De nombreuses appellations sont présentes sur le territoire[58] :

  • AOC AOP Anjou blanc, AOC AOP Anjou gamay, AOC AOP Anjou gamay nouveau ou primeur, AOC AOP Anjou mousseux blanc, AOC AOP Anjou mousseux rosé, AOC AOP Anjou rouge, AOC AOP Cabernet d'Anjou, AOC AOP Cabernet d'Anjou nouveau ou primeur, AOC AOP Crémant de Loire blanc, AOC AOP Crémant de Loire rosé, IGP Maine-et-Loire blanc, IGP Maine-et-Loire rosé, IGP Maine-et-Loire rouge, AOC AOP Rosé d'Anjou, AOC AOP Rosé d'Anjou nouveau ou primeur, AOC AOP Rosé de Loire, AOC AOP Saumur mousseux blanc, AOC AOP Saumur mousseux rosé, AOC AOP Vin destiné à l'élaboration de Crémant de Loire blanc, AOC AOP Vin destiné à l'élaboration de Crémant de Loire rosé,
  • IGP Agneau du Poitou-Charentes, IGP Bœuf du Maine, AOC AOP Maine-Anjou, IGP Volailles de Cholet, IGP Volailles d’Ancenis,
  • IGP Brioche vendéenne,
  • AOC AOP Beurre Charentes-Poitou, AOC AOP Beurre des Charentes, AOC AOP Beurre des Deux-Sèvres.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Ville la plus importante de cette région rurale qu'est le Vihiersois, Vihiers est un centre d'attractivité pour les entreprises et les commerces. On y trouve plusieurs commerces alimentaires (alimentation, boucherie charcuterie, boulangerie pâtisserie, restauration), ainsi que plusieurs commerces de services (aménagement intérieur, assurances, banques, bar tabac, bricolage quincaillerie, coiffure, électroménager, habillement, librairie papeterie, pressing…)[49].

On y trouve également plusieurs entreprises artisanales : briqueterie, cordonnerie, couverture zinguerie, distillerie, distribution de boissons, électricité plomberie chauffage, espaces verts, ferronnerie, garages, maçonnerie platerie, matériaux de construction, matériel et outillage agricole, menuiserie, etc[49].

La Communauté de Communes du Vihiersois a créée une zone d’activités située sur les communes de Vihiers et Montilliers.

Tourisme[modifier | modifier le code]

On trouve sur la commune un plan d'eau, l'Étang du Lys, avec aire de pique-nique, aire de jeux et possibilité d'y pratiquer la pêche, ainsi que plusieurs circuits de randonnée : sentier du Chêne aux Loups de 15,5 km, sentier de la Chapelle Richard de 8 km et sentier de la Croix Soc de 10,4 km[59].

Le pays du Vihiersois développe son tourisme par le biais de son office du tourisme[38], autour de la Communauté de communes. Les trois villes associées de Vihiers, Saint-Hilaire-du-Bois et Le Voide, participent à ce développement.

Activité économique de la région[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de l'intercommunalité on trouvait 1 005 établissements à fin 2010, répartis pour 40 % dans le secteur de l'agriculture (pour 17 % sur l'ensemble du département), 5 % du secteur de l'industrie, 9 % du secteur de la construction, 37 % de celui du commerce et des services et 28 % du secteur de l'administration et de la santé[60].

Seuls 5 % des établissements comptaient plus de 10 salariés, pour 8 % sur l'ensemble du département[60].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune de Vihiers comporte plusieurs inscriptions à l'inventaire du patrimoine, dont deux inscriptions aux monuments historiques[61] :

  • Château du Coudray-Montbault à Saint-Hilaire-du-Bois, des XVIe et XVIIIe siècles, Monument historique inscrit le 12/04/1965 et classé le 27/07/1965 (PA00109406)[62] ;
  • Ancienne chapelle prieurale Saint-Jacques, des XIIe, XVe, XVIe, XVIIIe et XIXe siècles, Monument historique classé 27/04/1965 (PA00109406), chapelle du Sépulcre avec tout son décor intérieur et autres vestiges de l'édifice[63].

Autres lieux inventoriés[modifier | modifier le code]

  • Chapelle des Anges-de-L'Immaculée-Conception, Le Voide, du XIXe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Château fort dit hospice Maupassant, rue Nationale à Vihiers, du XIe siècle, construit par Foulques Nerra vers 1010-1016 dont il reste la motte, reconstruction d'un château plus à l'ouest au XIVe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
    Vers 1010–1016, Foulques Nerra, comte d'Anjou, fait construire à Vihiers une puissance forteresse. De cet édifice, il ne subsiste que la base en glacis des maçonneries de la façade nord, un premier tunnel orienté nord-sud et la base de la tour ronde visible sur le mur de soutènement de la terrasse à l'ouest. Le château est reconstruit au XIVe siècle ou au début du XVe. À cette époque, il s'élevait sur une haute motte au nord-ouest de la ville entre deux côtes rapides défendues sur trois côtés par un vaste étang aujourd'hui presque entièrement asséché que traversait la rivière du Lys.Une seconde enceinte emmurée enveloppait la crête du coteau oriental embrassant la ville. L'antique donjon seigneurial devait se situer sur l'emplacement actuel du château. C'est à cette époque qu'aurait été percé l'actuel souterrain et construite la salle de garde (appelée couramment "chapelle"). Ce château disparaîtra presque entièrement durant l'occupation anglaise et les guerres de religion.
    Un bâtiment à deux étages est reconstruit au XVIe ou XVIIe siècle. L'escalier actuel est construit au XVIIe siècle. C'est sans doute à cette époque que le jardin est créé. En 1790, le château est déclaré bien national. Il pourrait alors avoir été occupé par l'administration du district. En 1793, le château est incendié. Au début du XIXe siècle, le château est restitué aux Cossé Brissac, héritiers de Hercules Timoléon de Cossé Brissac qui l'avait acheté en 1771. Il devient propriété de Marie Nau de Maupassant, veuve de Monsieur Chauvin de Bois-Savary, sœur de Charles Nau de Maupassant. Il est reconstruit avant 1826. Marie Nau de Maupassant meurt en 1858 en léguant son château à la commune de Vihiers avec obligation d'en faire un hospice.
    En 1862, les travaux d'aménagement (lucarnes, corniches, décors des pilastres, clôtures des jardins, obturation des portes du rez-de-chaussée de la cour) sont dirigés par l'architecte Bibard. Cette fondation hospitalière, appelée Hospice Maupassant, comprend alors 15 lits. En 1863, Monseigneur Bompois consacre la chapelle aménagée au rez-de-chaussée de la tour. Divers travaux sont effectués au XXe siècle pour l'aménagement de la maison de retraite. Le bâtiment est désaffecté après la construction d'un hôpital et d'une maison de retraite moderne dans le jardin du château.
  • Église paroissiale Saint Hilaire, Saint-Hilaire-du-Bois, des XIe XVIIIe et XIXe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, place Saint Jean à Vihiers, du XIIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Église paroissiale Saint-Nicolas, place Saint Nicolas à Vihiers, du XIIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Église paroissiale Saint-Pierre, Le Voide, du XIXe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Ferme, 31 rue Mabilais à Saint-Hilaire-du-Bois, du XVIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Vestiges des fortifications d'agglomération, ville close de Vihiers, du XVe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Halle, rue du Champ de Foire des Champs, du XVIIIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Hôtel, 24 rue de l'École à Vihiers, du XVIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Hôtel de voyageurs, 16 place du Minage à Vihiers, du XVIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Lavoir, Le Voide, du XIXe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Maison de Tisserand, 1 rue de l'Echelle à Vihiers, du XVIIIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Plusieurs maisons de Vihiers datent des XVe XVIe XVIIe et XVIIIe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Deux moulins à vent à Vihiers, des XVIIe et XVIIIe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Moulin à vent cavier, Saint-Martin à Vihiers, du XVIIIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Moulin, 11 rue du Moulin à Saint-Hilaire-du-Bois, du XVIIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Prieuré de Bénédictins Notre-Dame, Saint-Jouin, prieuré de bénédictins dépendant de l'abbaye de Saint-Jouin de Marnes (Deux-Sèvres) avec église paroissiale dédiée à Notre-Dame et Saint-Jouin édifiée par Foulques Nerra au XIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La loge en brande à Vihiers[64].
  • Motte dite la Grosse Motte (Motte-aux-Fées) à Saint Hilaire-du-Bois[65].
  • Gisant d'Honorat de la Haye conservé dans la Chapelle Saint-Jacques du Coudray-Monbault.

Dans la région, les communes de Passavant-sur-Layon et Tigné possèdent également des bâtiments classés aux Monuments historiques.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Foulques Nerra (975-1040), comte d'Anjou, à l'origine de la forteresse de Vihiers.
  • Foulques IV d'Anjou, dit le Réchin ou le Querelleur (1043-1109), fut comte d'Anjou et de Tours de 1068 à 1109, et seigneur de Vihiers.
  • Foulques V d'Anjou, dit le Jeune (1092-1144), fit construire deux églises à Vihiers.
  • Henri Menuau, dit Menuau du Maine-et-Loire (1748-1810), fut juge au tribunal de district de Vihiers au début de la Révolution.
  • Antoine Joseph Santerre (1752-1809), se trouvait à la tête des troupes républicaines battues en juillet 1793 à Vihiers.
  • Simon Meusnier-Badger (1759-1833), participa à la bataille de Vihiers des 17 et 18 juillet 1793.
  • Renée Bordereau, dite l'Angevin (1770-1824), combattit à Vihiers durant les guerre de Vendée.
  • Mathurin Bruneau (1784-1822) vécut quelques années à Vihiers (1791-1795, 1796-1799) chez son beau-frère, le sabotier Delaunay.
  • Henry Nicollon des Abbayes (1898-1974), professeur d'université et botaniste lichenologue français, né le 15 juillet 1898 à Vihiers.
  • André Dufraisse (1926- ), coureur français de cyclisme, ayant obtenu une médaille d'or à Vihiers en 1961 au cours des Championnats de France de cyclo-cross.
  • Jacques Tempereau (1945-2006), sculpteur angevin ayant passé son enfance à Vihiers.
  • Anthony Réveillère (1979- ), footballeur international français ayant grandi et joué à Vihiers.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Vihiers

Héraldique :

Les armes de Vihiers se blasonnent ainsi : losangé d'argent et de gueules[66].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Institut géographique national (France), Vihiers Document cartographique, IGN,‎ 2009 (ISBN 9782758516620)
  • Atelier mémoire vihiersois, Vihiers, Le Voide, Saint-Hilaire-du-Bois d'hier à aujourd'hui, Édition du Petit pavé,‎ 2008 (ISBN 9782847121964)
  • Jean Berson, Au temps de la terre : une mémoire de Vihiers, Cheminements,‎ 2004 (ISBN 2844783260)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. P.Wagret, J.Boussard, J.Levron, S. Mailliard-Bourdillon, Visages de l'Anjou, Horizons de France, 1951, p. 10
  2. a et b IGN et BRGM, Géoportail Vihiers (49), consulté le 4 octobre 2011
  3. a et b Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Vihiers (49), consulté le 4 octobre 2011 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  4. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe Éditeur, 2003, p. 146
  5. Louis Poirier, Essai sur la morphologie de l'Anjou méridional (Mauges et Saumurois), Annales de Géographie, 1935, t. 44, no 251, p. 474
  6. a et b Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874 1878, Édition révisée de 1996 par André Sarazin et Pascal Tellier, t. 4, p. 763 et suivantes
  7. Atlas des paysages de Maine et Loire, op. cit. - Données consultables sur WikiAnjou.
  8. OT Vihiersois-Haut Layon, commune de Vihiers, 5 970 ha, consulté le 3 octobre 2011
    EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, 5 970 ha, consulté le 24 janvier 2011
  9. IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2010), consulté le 2 février 2011 - Données consultables sur WikiAnjou.
  10. Syndicat Mixte du Bassin du Layon, Commission locale de l'Eau, Carte du bassin du Layon consultée le 6 septembre 2011
  11. Comité Météorologique Départemental, Le Climat de Maine-et-Loire, consulté le 4 août 2011
  12. Réseau interurbain de Maine-et-Loire, Réseau AnjouBus, consulté le 2 juillet 2011
  13. a, b, c, d et e INSEE, Dossier complet sur la commune de Vihiers (49373), consulté le 17 juin 2012
  14. a et b Insee, Statistiques locales du territoire de Vihiers (49), consultées le 21 décembre 2014
  15. INSEE, Code officiel géographique, Modifications des communes de Maine-et-Loire, consultées le 24 juin 2012
  16. Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Cheminements, 2005, p. 210
  17. a, b, c, d, e, f et g Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, Lachèse & Dolbeau, 1878, Vihiers t. 3 p. 715 - selon ses travaux faits au XIXe siècle sur les archives anciennes.
  18. a, b et c EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Fiche de Vihiers, consultée le 24 janvier 2011 - Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  19. Code officiel géographique, Fiche de la commune de Vihiers, consultée le 24 janvier 2011
  20. a et b École des hautes études en sciences sociales, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Fiche de Saint-Hilaire-du-Bois (49), consultée le 24 janvier 2011
  21. a et b École des hautes études en sciences sociales, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Fiche Le Voide, consultée le 24 janvier 2011
  22. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874 1878, Édition révisée de 1996 par André Sarazin et Pascal Tellier, t. 4 p. 457 Tancoigné
  23. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874 1878, Édition révisée de 1965 par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt, t. 1 p. 774 Cléré-sur-Layon
  24. Carte du Saumurois sous l'Ancien régime notamment réalisée à partir de l'ouvrage de Maïté Lafourcade, La Frontière des origines à nos jours, Presses Universitaires de Bordeaux, 1998
  25. Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, Poignavant et Compagnie, 1852, t. 1 p. 277
  26. Nicolas Delahaye et Pierre-Marie Gaborit, Les 12 Colonnes infernales de Turreau, Éditions Pays et Terroirs, 1995
  27. Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, Poignavant et Compagnie, 1852, t. 2 p. 66
  28. Michel Raclin et Michel Harouy, Vihiers au temps du Petit Anjou, les Dossiers de l'AAPA no 18, 1996
  29. Arrêté préfectoral du 21 décembre 1973 portant fusion par association des communes de Vihiers, Saint Hilaire-du-Bois et Le Voide. En vigueur au 1er janvier 1974.
  30. Loi n°71-588 du 16 juillet 1971 sur les fusions et regroupements de communes sur Legifrance
  31. Nombre de conseillers municipaux sur le Code général des collectivités territoriales
  32. a, b et c Ouest-France, Les 27 membres du nouveau conseil ont élu trois maires , article du 3 avril 2014
  33. Mairie de Vihiers, Compte-rendu sommaire du conseil municipal du 23 avril 2014, document du 3 juin 2014
  34. « Les comptes des communes », Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et Ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État. Consulté le 14 juin 2011, mis à jour le 12 octobre 2014 - « Définition des rubriques », sur le site du Ministère de l’Économie et des Finances.
  35. « Les comptes des communes, Fiscalité », Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et Ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État. Consulté le 14 juin 2011, mis à jour le 12 octobre 2014.
  36. La taxe professionnelle a été remplacée en 2010 par la contribution économique territoriale (CET), composée de la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).
    Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance).
  37. Insee, Composition de l'EPCI du Vihiersois Haut-Layon (244900981), consulté le 17 juillet 2013
  38. a et b Office de tourisme du Vihiersois-Haut Layon, dont l'objectif est de promouvoir la région en présentant le patrimoine, les professionnels et les manifestations.
  39. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Vihiers, consultée le 22 février 2015
  40. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  41. Ministère de la Justice et des Libertés, Liste des juridictions compétentes pour 49310 Vihiers, consulté le 6 octobre 2011
  42. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  43. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012
  44. « Évolution et structure de la population à Vihiers en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 octobre 2012)
  45. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 octobre 2012)
  46. « Vihiers (49 3 34 373) », sur EHESS, Base Cassini (consulté le 17 mars 2013)
  47. « Saint-Hilaire-du-Bois (49 373) », sur EHESS, Base Cassini (consulté le 17 mars 2013)
  48. « Le Voide (49 373) », sur EHESS, Base Cassini (consulté le 17 mars 2013)
  49. a, b, c, d, e, f, g et h Mairie de Vihiers, Ville de Vihiers Saint-Hilaire Le-Voide, consulté le 2 février 2011
  50. Association sportive Saint-Hilaire Vihiers Saint-Paul, Site de l'association, consulté le 19 septembre 2011
  51. Association Vihiers Basket, Site de l'association, consulté le 14 février 2012
  52. Club AthléLys Vihiersois, Les Foulées du Lys, consulté le 29 décembre 2013
  53. a et b Fédération Hospitalière de France, Hôpital local (Vihiers), consulté le 6 octobre 2011
  54. Diocèse d'Angers, Doyennés pour le diocèse d'Angers, consulté le 21 septembre 2011
  55. a et b INSEE, Statistiques locales du territoire de Vihiers, mis à jour le 21 octobre 2011
  56. Insee, Statistiques 2008 du territoire de Vihiers, consulté le 2 février 2011
  57. Insee, Statistiques locales du territoire de Vihiers (49), consulté le 20 janvier 2013
  58. INAO, Fiche de Vihiers, consultée le 24 janvier 2011 - AOC Appellation d'origine contrôlée (FR), AOP Appellation d'origine protégée (CE), IGP Indication géographique protégée (CE).
  59. Office du tourisme du Vihiersois, Les randonnées, consulté le 19 septembre 2011
  60. a et b Insee, Statistiques locales du Vihiersois Haut Layon (244900981), mis à jour le 20 janvier 2013
  61. Ministère de la Culture, Monuments historiques et Inventaire général du patrimoine culturel, base Mérimée, consultée le 24 janvier 2011.
  62. Ministère de la Culture, Monuments historiques, Base Mérimée, Château du Coudray-Montbault (PA00109406)
  63. Ministère de la Culture, Monuments historiques, Base Mérimée, Prieuré d'Augustins Saint Jacques Saint Fort (IA00052429).
  64. Vihiers sur l'Office de tourisme du Vihiersois-Haut Layon.
  65. St Hilaire-du-Bois sur l'Office de tourisme du Vihiersois-Haut Layon.
  66. Armorial des communes de Maine-et-Loire - Gérard Byron-Clouzard, Le blason des communes de l'Anjou, 1991