René Bazin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bazin.
Ne doit pas être confondu avec l'aviateur René Bazin.
René Bazin
Rene Bazin.jpg
Fonction
Fauteuil 30 de l'Académie française
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
René François Nicolas Marie BazinVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Bernard SeignyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Marie Bazin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Membre de
Distinctions
Œuvres principales
Ma tante Giron (d), Une tache d’encre (d), Les Oberlé (d), La Terre qui meurt (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de René Bazin
signature

René Bazin, né à Angers le et mort à Paris le [1], est un écrivain français, à la fois juriste et professeur de droit, romancier, journaliste, historien, essayiste et auteur de récits de voyages.

Famille[modifier | modifier le code]

La famille Bazin, devenue René-Bazin, est une famille de la bourgeoisie originaire d'Anjou[2]. Elle est issue de Claude Bazin (1645-1721), contrôleur des fermes du roi à Vihiers, (Maine-et-Loire).

  • Simon Bazin (1675-1720), était huissier royal à Maulévrier.
  • Simon-Pierre Bazin (1675-1720), était contrôleur des fermes du roi à Vihiers.
  • Louis Bazin (1729-1787), était huissier-audiencier près le grenier à sel de Vihiers.
  • Nicolas Bazin (1791-1872) était greffier au tribunal de Segré, puis à celui d'Angers.
  • Alfred Bazin (1821-1872), père de Rene Bazin, était avocat puis industriel à Angers. Sa mère, Élisabeth Meauzé (1831-1891), appartient à une famille de la bourgeoisie angevine. Son grand-père, Barthélemy-François Meauzé, était président du tribunal de commerce, membre de la chambre de commerce d’Angers, administrateur de la Banque de France et premier adjoint au maire d’Angers par décret impérial de 1859.

Biographie[modifier | modifier le code]

René Bazin fait ses études au collège Mongazon d'Angers. Pendant ses études, il est déjà passionné par la littérature et la poésie. Après une licence de droit à Paris, René Bazin suit les cours de la faculté catholique d'Angers et obtient un doctorat en droit (1877). En 1882, il tient la chaire de droit criminel à l'Université catholique de l'Ouest.

En 1876, il se marie avec mademoiselle Aline Bricard (1855-1936) ; le couple aura deux fils, Nicolas-René et Louis romancier et traducteur, six filles (dont l'une épousera Antoine Sainte-Marie Perrin, fils de Louis Sainte-Marie Perrin (beau-père de Paul Claudel) ; une autre épousera le comte Tony Catta ; une autre Henri Viot, la mère de l'abbé Michel Viot). La sœur de René Bazin, Marie, romancière qui écrira sous le pseudonyme de « Jacques Bret », épousera Ferdinand Hervé et sera la grand-mère de l'écrivain Hervé Bazin.

À partir de 1883, René Bazin publie ses premiers romans. Son parcours littéraire, très riche et varié, comprend plus d'une soixantaine d'œuvres : romans, biographies, contes et récits de jeunesse, essais et nouvelles, chroniques de voyages et récits de la guerre 14-18.

En 1895, René Bazin reçoit le Prix de l'Académie française avec la parution de son récit de voyage Terre d'Espagne. Ses deux romans, La Terre qui meurt et Les Oberlé, qui paraissent en 1899 et 1901, connaissent un immense succès couronné par l'Académie française. En 1903, il est élu à l'Académie française, au XXXe fauteuil.

Chrétien social et fervent catholique, René Bazin est porté toute sa vie par ses convictions religieuses. De 1915 à 1923, il est responsable de la Corporation professionnelle des publicistes chrétiens, qui se fait appeler aussi Syndicat des journalistes français. Il en devient président en 1916. Et en 1917, il fonde le Bureau catholique de la presse[3].

L'œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

« Si loin que je remonte dans mes souvenirs, je me trouve écrivant des vers, soit au collège, soit, plus tard, entre deux cours de droit, sur un banc du jardin du Luxembourg. Je tenais aussi un journal de mes impressions et de ce qu'on croit être des pensées quand on est jeune. »

René Bazin devient rédacteur en second au journal L'Étoile et commence à écrire Stéphanette, son premier roman. Celui-ci est publié, en 1883, en feuilleton, par L'Union, journal local. Ce roman, ainsi que le suivant (Ma Tante Giron, 1885), est publié en 1884, en un seul volume, par la maison Retaux-Bray, à Paris.

À partir de 1885, le succès de son roman Ma Tante Giron lui ouvre les portes du milieu littéraire parisien. Il rencontre Léon Lavedan, directeur du Correspondant (et père d’Henri Lavedan), ainsi que Georges Patinot, directeur du Journal des débats, qui accepte de publier, en feuilleton, le roman Une tache d'encre.

Dès 1885, des lectures publiques de ses romans ont lieu à la conférence Saint-Louis, cercle d'étudiants de la faculté catholique d'Angers.

En novembre 1887, il rencontre Ludovic Halévy, membre de l’Académie française, qui l’oriente vers Calmann-Lévy, éditeur célèbre dont la diffusion permet à René Bazin d'élargir son public. Calmann rachète les droits du roman Ma Tante Giron, puis publie en mai 1888, en un seul volume, Une tache d'encre qui, grâce à l'influence de Ludovic Halévy, est couronné par l'Académie française.

Plusieurs fois lauréat de l’Académie française, il publie des livres de voyages et collabore à la Revue des deux Mondes ainsi qu’à divers autres journaux. Après 1870, il est un des écrivains de la « Revanche » avec Les Oberlé et Le Guide de l'Empereur. Il est élu membre de l'Académie française en 1903, après le succès des Oberlé (1901). Il est aussi membre de l'Académie de Stanislas[4].

En 1909 un séjour à Hostel dans la commune de Belmont-Luthézieu, chez le beau-père de Paul Claudel, lui inspire le roman Le Mariage de mademoiselle Gimel se déroulant à Linod dans la commune voisine de Vieu et librement adapté de faits réels.

René Bazin écrit en 1919 Les Nouveaux Oberlé, roman dans lequel il dépeint un tableau, tout en nuances, de la découverte de la France par un jeune Alsacien qui a choisi de combattre dans l'armée française pendant la Grande Guerre.

À l'exception notable des Oberlé et des Nouveaux Oberlé, les romans de René Bazin ont le plus souvent pour cadre le milieu rural et paysan de l'ouest de la France qu'il évoque avec une grande richesse de vocabulaire. Son roman La Terre qui meurt traite de la désertification des campagnes, du drame du déracinement et des problèmes de l'urbanisation. Aujourd'hui, certains aspects de l'écologie ne sont pas loin de la vision de René Bazin.

Ainsi La Terre qui meurt, publié en 1898[5], évoque le drame d'un domaine agricole doublement abandonné : d'une part par le grand propriétaire qui va à Paris et qui, ruiné, doit vendre jusqu'à ses meubles, et d'autre part par les fils du métayer chargé de l'exploitation agricole. L'un émigre en Amérique, l'autre devient cheminot. Cependant, la terre finalement ne « meurt » pas, puisque le valet Jean Nesmy, accepté comme gendre par le métayer après quelques réticences, reprend finalement l'exploitation.

Ce livre, qui a connu un immense succès, à l'instar du roman Les Oberlé, a ouvert les portes de l'Académie française à René Bazin. En 1936, La Terre qui meurt a été adapté en l'un des premiers films en couleurs, La Terre qui meurt.

Dans ses romans, l'écrivain décrit aussi avec beaucoup de justesse la condition sociale des ouvriers.

Précurseur des intellectuels catholiques et chrétiens sociaux, René Bazin s'efforce de promouvoir dans ses écrits des conditions de travail humaines et le respect de la personne. Il met en valeur la noblesse de cœur et l'humilité.

René Bazin a écrit la plupart de ses livres dans sa propriété des Rangeardières, près d'Angers, à Saint-Barthélemy-d'Anjou. En 1904, il y fut élu au conseil municipal.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Stéphanette (1884) [lire en ligne]
  • Ma Tante Giron (1885)
  • Une tache d’encre (1888) Mode Image en ligne[6] Édition illustrée par André Brouillet chez Mame à Tours en 1889, couronnée par l'Académie française en 1889.
  • Les Noellet (1890)
  • Le Guide de l'Empereur (1890)
  • À l’aventure (croquis italiens) (1891) Mode Image en ligne
  • Contes en vers (1891)
  • La Sarcelle bleue (1892)
  • La Légende de sainte Béga (1892)
  • Madame Corentine (1893)
  • Sicile : croquis italiens (1893) Mode Image en ligne prix Montyon de l'Académie Française en 1893
  • Les Italiens d'aujourd'hui (1894) Mode Image en ligne
  • Humble Amour (1895) Mode Image en ligne
  • Terre d'Espagne (1895) Texte en ligne
  • En province (1896)
  • Contes de bonne Perrette (1897)
  • De toute son âme (1897)
  • Histoire de vingt-quatre sonnettes (1898)
  • La Terre qui meurt (1899) Texte en ligne Mode Image en ligne[7]
  • Les Personnages de roman (1899)
  • Croquis de France et d'Orient (1899)
  • Le Guide de l'Empereur : histoire de pauvres gens (1901)
  • Les Oberlé (1901)
  • L'Enseigne de vaisseau Paul Henry, défenseur de la mission de Pékin (1902)
  • Donatienne (1903) Texte en ligne
  • Récits de la plaine et de la montagne (1904)
  • Le Duc de Nemours (1905)
  • L'Isolée (1905) Texte en ligne
  • Questions littéraires et sociales (1906)
  • Le Blé qui lève (1907) Texte en ligne Mode Image en ligne
  • Mémoires d'une vieille fille (1908)
  • Le Mariage de mademoiselle Gimel, dactylographe (1909)
  • La Barrière (1910) Texte mutiformat Texte en ligne
  • La Douce France (1911)
  • Davidée Birot (1912) Texte en ligne
  • Nord-Sud, Amérique, Angleterre, Corse, Spitzberg, notes de voyage (1913)
  • Gingolph l'abandonné (1914)
  • Pages religieuses, temps de paix, temps de guerre (1915)
  • Aujourd'hui et demain, pensées du temps de la guerre (1916)
  • La Campagne française et la guerre (1917)
  • Notes d'un amateur de couleur (1917)
  • La Closerie de Champdolent (1917)[8]
  • Les Nouveaux Oberlé (1919)
  • Charles de Foucauld, explorateur du Maroc, ermite au Sahara (1921) Texte en ligne
  • Il était quatre petits enfants : histoire d'une famille française (1922) ; trad. en anglais par Margery Williams (Juniper Farm, 1928)
  • Contes et Paysages (en province) (1923)
  • Le Conte du triolet (1924) Mode Image en ligne
  • Baltus le Lorrain (1926) Texte en ligne
  • Paysages et pays d'Anjou (1926)
  • Fils de l'Église (1927)
  • Les Trois Peines d'un rossignol (1927)
  • Pie X (1928)
  • Le Roi des archers (1929)
  • Magnificat (1931)
  • Champdolent (1931)
  • La Faneuse endormie et autres nouvelles (1949)

Adaptations[modifier | modifier le code]

La Terre qui meurt fut adapté une première fois au cinéma muet par Jean Choux en 1926[9], puis au parlant par Jean Vallée dix ans plus tard[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « René Bazin », Encyclopædia Universalis en ligne (consulté le 21 mai 2013).
  2. Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simili-Nobiliaire-Français, éd. Sedopols, 2012, p. 673
  3. Biographie.
  4. (fr) « Bazin René », sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) (consulté le 23 octobre 2013).
  5. Voir sur le site de l'Académie française.
  6. « Édition classique abrégée à l'usage des écoles ».
  7. « Édition classique pour les écoles allemandes ».
  8. Revue des deux Mondes, juillet 1917, consultable ici.
  9. Voir La Terre qui meurt.
  10. Voir La Terre qui meurt.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Lire aujourd'hui René Bazin. Actes du colloque du 25 mars 2000", Paris, L'Harmattan, 2000.
  • Mathias Burgé, "Mémoire de la décadence, décadence de la mémoire : l'incroyable oubli de René Bazin", mémoire de Master 2 d'histoire culturelle sous la direction de Pascal Ory, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2011, 416 p.
  • "René Bazin, un écrivain à (re)découvrir. Colloque international du 10-12 mars 2016", Le Coudray-Macouard, Saint Léger Editions, 2017.
  • "Promenade poétique à travers la nature : René Bazin, écrivain et poète, peintre des paysages", par Véronique de Nercy-Le Gall, 2015.
  • "Journal d'un civil pendant la Guerre", par René Bazin : ouvrage inédit rassemblant les notes des carnets personnels de l'écrivain, écrits pendant la Grande Guerre (Tome I : août 1914-décembre 1915, novembre 2018 / Tome II : janvier 1916-avril 1919, parution en avril 2019), Editions Edilys, 2018-2019.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]