Thouarcé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thouarcé
Thouarcé
La chapelle de la maison de retraite.
Blason de Thouarcé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Commune Bellevigne-en-Layon
Statut commune déléguée
Maire délégué
Mandat
Jean-François Vaillant
2020-2026
Code postal 49380
Code commune 49345
Démographie
Gentilé Thouarcéen
Population 1 914 hab. (2013)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 04″ nord, 0° 29′ 55″ ouest
Altitude Min. 23 m
Max. 98 m
Superficie 18,74 km2
Élections
Départementales Chemillé-Melay
Historique
Date de fusion 1er janvier 2016
Commune(s) d'intégration Bellevigne-en-Layon
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Thouarcé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Thouarcé
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Thouarcé
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 15.svg
Thouarcé

Thouarcé est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire, devenue le , une commune déléguée de la commune nouvelle de Bellevigne-en-Layon[1].

Située dans la vallée du Layon, cette petite ville se trouve au sud d’Angers et de la Loire. Son territoire est essentiellement rural, et jusqu'en 1791, comprenait celui de Champ-sur-Layon.

La ville était le siège de la communauté de communes et un centre administratif et commercial.

On trouve sur le territoire une AOC réputée et produite sur la commune, le Bonnezeaux, un vin blanc liquoreux.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Thouarcé est une commune angevine de l'ouest de la France qui se trouve dans la partie sud de Maine-et-Loire, au centre d'un triangle Angers (23 km), Saumur (32 km) et Cholet (37 km)[2],[3], sur la route D 24 qui va de Notre-Dame-d'Allençon (nord-est) à Valanjou (sud-ouest).

Située dans le Saumurois[4], en limite des Mauges, elle se trouve dans la région des coteaux du Layon.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vallée dominée par des coteaux, son territoire s'étale sur près de 19 km2 (1 874 hectares)[5]. Son altitude varie de 23 à 98 mètres[6], pour une altitude moyenne de 74 mètres. Son relief est très dépendant du réseau hydrographique, et particulièrement marqué au niveau du Layon, qui traverse la commune au niveau du bourg[7].

Situé sur un plateau légèrement en pente vers le nord-est, la géologie de son territoire se compose de terrains du Silurien inférieur, composés de schistes divers et de quartz, de terrains anthraxifères du Dévonien et de terrains tertiaires de l'étage falunien supérieur[5].

Thouarcé se trouve sur les unités paysagères du Plateau des Mauges et du Couloir du Layon[8]. Cette dernière, aux confins du Poitou, est une vallée qui se compose de coteaux escarpés et de vignes, mais aussi de villages, de châteaux et de moulins qui dessinent un paysage aux ambiances contrastées, où l'ardoise cède peu à peu sa place à la tuile[9].

Vallée du Layon[modifier | modifier le code]

Coteau de Beauregard.
Coteau de Beauregard dominant le village de Thouarcé dont il est séparé par le Layon.

La vallée du Layon est un trait majeur de la morphologie régionale, où les coteaux dominent le lit de la rivière. Ce dénivelé correspond au passage d'une importante faille, la faille dite du Layon[10]. On y trouve une géologie variée composée de roches volcaniques et de calcaires primaires[11].

La vallée du Layon se situe en zone naturelle d'intérêt écologique, floristique et faunistique (ZNIEFF). Son paysage se caractérise par une prédominance de la vigne, ainsi qu'une grande richesse botanique avec une flore originale et diversifiée[11].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière du Layon, affluent en rive gauche de la Loire, qui borde l'ouest du bourg[2]. Il alimenta des moulins jusqu'à la première moitié du XXe siècle[5].

On y trouve également les ruisseaux de l'Arbalêtrier, de Fontaine, du Ponge et du Javoineau[5],[7].

Cinq ponts enjambent le Layon, le pont de la Grande-Arche (1784, reconstruit en 1821), le pont sur l'ancien canal (reconstruit en 1830), le pont sur la boire (reconstruit en 1784), le pont sur le bief du moulin (élargi en 1868), et le grand pont du Prieuré (reconstruit en 1856)[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Son climat est tempéré, de type océanique. Le climat angevin est particulièrement doux, de par sa situation entre les influences océaniques et continentales. Généralement les hivers sont pluvieux, les gelées rares et les étés ensoleillés[12].

Vallée assez encaissée et présentant une situation géographique particulière, Thouarcé se situe dans la zone climatique la plus chaude du département. Le niveau d'ensoleillement y est élevé et les précipitations plus faibles que la moyenne[11].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Traversée de Thouarcé via les RD 125 et 120.

Plusieurs voies routières traversent la commune : au nord la D 125 (sud Layon, Rablay-sur-Layon), la D 120 (nord Layon, Faye-d'Anjou), sur un axe bord-sud la D 24 (Notre-Dame-d'Allençon, Valanjou), et au sud la D 199 (Champ-sur-Layon) et la D 125 (Martigné-Briand)[2].

Transports en commun : la commune de Thouarcé est desservie par la ligne 19 (Angers Faveraye-Mâchelles) avec quatre arrêts sur son territoire, que sont Bonnezeaux le Lavoir, les Courcelles, place de la Mairie et le Moulin du Pont[13].

Même s'il y avait autrefois une desserte ferroviaire, ce n'est plus le cas aujourd'hui. La gare de TER la plus proche se situe à Chemillé (ligne Angers - La Possonnière - Cholet)[14].

Aux alentours[modifier | modifier le code]

La commune de Thouarcé est constituée de plusieurs hameaux et lieux-dits : le Paradis, les Rondières, Beauregard, Grand'Fontaine, la Montagne, Bonnezeaux, le Petit Bonnezeaux, les Noues, la Cornemuse, Fesles, le Perray, la Sansonnière, Chandoiseau, l’Arbalêtrier, la Grande Maison, Faveraye, Orillé, Fontaine, Chasles, la Fontaine de Chasles, les Trottières, etc[2].

Les communes les plus proches sont Faye-d'Anjou (3 km), Faveraye-Mâchelles (3 km), Chavagnes (4 km), Champ-sur-Layon (6 km), Notre-Dame-d'Allençon (6 km), Rablay-sur-Layon (6 km), Martigné-Briand (7 km), Aubigné-sur-Layon (7 km), Vauchrétien (8 km), Beaulieu-sur-Layon (8 km)[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine : La commune s'inscrit dans un territoire essentiellement rural.

En 2008, le nombre total de logements dans la commune était de 809[15]. Parmi ces logements, 89 % étaient des résidences principales, 5 % des résidences secondaires et 6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour une part de 93 % des maisons et de 7 % des appartements. Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 1 % étaient des studios, 7 % des logements de deux pièces, 18 % de trois pièces, 25 % de quatre pièces, et 50 % des logements de cinq pièces ou plus[15].

Les résidences principales construites avant 2006, dataient pour 47 % d'avant 1949, 9 % entre 1949 et 1974, 21 % entre 1975 et 1989, et 23 % entre 1990 et 2005[15].

Le nombre de ménages propriétaires de leur logements était de 67 %, proportion supérieure à la moyenne départementale (60 %), et le nombre de ménages locataires était de 31 %. On peut également noter que 2 % des logements étaient occupés gratuitement[15].

L'ancienneté d'emménagement dans la résidence principale, rapporté au nombre de ménages, était de 13 % depuis moins de deux ans, 15 % entre deux et quatre ans, 19 % entre cinq et neuf ans, et 53 % de dix ans et plus[15].

En 2013 on trouvait 855 logements sur la commune de Thouarcé, dont 92 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 90 %, et dont 68 % des ménages en étaient propriétaires[16].

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : Toarciacus au XIe siècle, Castro Toarciaco en 1073, Apud Toarcii en 1080, Pons de Toarceio en 1070, Prior de Toarce en 1095,Toarceiacus en 1100, pour retrouver ensuite Toarceio au XIIe siècle, Thoarce en 1212, Toarcé en 1287, avant de voir apparaitre Thouarcé en 1540[17]. Après la révolution, on retrouvera Thouarcé en 1793, Thouarcé et le Champ en 1801, pour devenir ensuite Thouarcé[18].

L'étymologie de Thouarcé vient du nom d'homme d'origine germanique Theodoard ou Teodericus, suivi du suffixe -acus. Son étymologie n'a pas de lien avec celle de la commune de Thouars (Deux-Sèvres) dont le nom est lié à la rivière du Thouet[19].

Nom des habitants : Les Thouarcéens[19].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Thouarcé

Héraldique :

de gueules au chevron d'argent accompagné de trois lionceaux du même[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Plusieurs traces préhistoriques ont été trouvées sur la commune, dont des haches polies et des haches de bronze, ainsi qu'un dolmen qui était présent aux Trottières[5].

Des traces de l'époque gallo-romaine ont également été trouvées, dont des morceaux de marbre blanc et des monnaies romaines[5].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Thouarcé est un vicus important aux Xe et XIe siècles. Ville close de l'Anjou, ce centre fortifié, dont l'enceinte renfermait le château et trois églises (Saint-Jean, Saint-Lumin, Saint-Pierre), est à l'origine une forteresse franque établie sur l'unique passage du Layon, qui formait la limite naturelle entre l’Anjou et le Poitou[17].

Le fief relevait du duché d'Anjou. Sous Foulque le Réchin (comté d'Anjou), l'éclat de la cour grandit alors que les principaux seigneurs d'Anjou, comme ceux de Thouarcé ou de Trèves, tentent de briguer les offices les plus prestigieux[21].

Au Moyen Age, les seigneurs de Thouarcé[22] étaient les mêmes que ceux de Gonnord (les Chemillé, les Doué, puis les L'Isle-Bouchard[23] jusqu'à Jeanne de L'Isle-Bouchard († av. 1457), sœur cadette de Catherine. Jeanne de L'Isle eut quatre maris, dont Jean Jousseaume de Commequiers et La Forest, et Perceval Chabot de Liré et La Turmelière. Jeanne Jousseaume, la fille de Jeanne de L'Isle-Bouchard et Jean Jousseaume, épouse en 1440 Louis II de Beaumont-Bressuire : leur fils Thibaud de Beaumont (fl. 1491), frère de l'évêque Louis, est suivi de la descendance de leur sœur Catherine de Beaumont († av. 1485), dame du Plessis-Macé et de La Forest, qui avait marié en 1461 Eustache du Bellay (vers 1440-1504), seigneur de Gizeux et du Bellay.

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

La sénéchaussée d'Angers en Anjou au XVIIIe siècle.

Sous l'Ancien Régime, Thouarcé dépend de la Sénéchaussée d'Angers, qui couvre un territoire englobant la quasi moitié Ouest de l'Anjou.

Le Layon forme la limite entre les diocèses d'Angers et de la Rochelle, et les ponts de Thouarcé en revêtent une importance particulière. Thouarcé dépend du doyenné de Chemillé, de l'Élection d'Angers et du grenier à sel de Brissac[5]. Jusqu'en 1791 la paroisse comprend le territoire de la commune du Champ[24].

René Ier du Bellay († av. 1532)[25], fils d'Eustache du Bellay et Catherine de Beaumont, seigneur du Plessis-Macé, de La Forest, du Bellay et de Thouarcé, épouse vers 1496/1498 Marquise, fille de Pierre de Laval-Loué ; il est à noter que le dernier frère de René, Jean du Bellay (né vers 1480-† vers 1523) prit pour femme en 1504 Renée-Catherine Chabot de Liré La Turmelière, dame de Gonnord, arrière-petite-fille de Jeanne de L'Isle-Bouchard et Perceval Chabot : ils furent les parents du poète Joachim.

René du Bellay transmet à son fils cadet Jacques du Bellay († 1580), baron de Thouarcé, gouverneur du duché d'Anjou avant Bussy d'Amboise, père de René II († 1611), qui épouse en 1558 sa cousine éloignée Marie du Bellay, princesse d'Yvetot, dame de Glatigny et de Langey († 1611 ; elle était la petite-fille de Louis du Bellay de Langey, un frère puîné d'Eustache du Bellay, le bisaïeul de René II) : d'où Pierre/Charles († prédécédé en 1592 à Rouen ; baron de Thouarcé) et Martin III du Bellay (1571-1637), marquis de Thouarcé (juin 1608) et du Bellay, prince d'Yvetot, sgr. de Gizeux, La Forêt-sur-Sèvre, Benais... Martin III du Bellay est sans postérité survivante après 1661 : son fils aîné René du Bellay, † dès 1627, avait marié en 1624 Antoinette, fille de Charles d'Avaugour ; son cadet Charles du Bellay, † en février 1661, prince d'Yvetot, avait épousé en 1622/1632 Claude-Hélène de Rieux d'Assérac, arrière-petite-fille de François d'Assérac. Charles du Bellay laisse donc en 1661 à son petit-cousin Antoine-Saladin de Savigny d'Anglure d'Etoges (1603-1675)[26], fils de Charles-Saladin et de Marie Babou de la Bourdaisière de Sagonne (fille de Georges Ier Babou et de Marie-Madeleine du Bellay, une des sœurs de Martin III).

Mais Antoine-Saladin de Savigny d'Anglure d'Etoges vend dès le 19 juillet 1663 le marquisat de Thouarcé à Henri-Albert de Cossé, 4e duc de Brissac (1645-1698)[27]. Sans postérité, Henri-Albert laisse à son cousin germain Artus-Antonin-Timoléon-Louis, 5e duc de Brissac (vers 1668-1709), suivi de son fils cadet le 7e duc Jean-Paul-Timoléon et des deux fils puînés de ce dernier, titrés marquis de Thouarcé : Pierre-Emmanuel-Joseph-Timoléon (1741-1756), et Louis-Hercule-Timoléon, 8e duc de Brissac (1734-massacré à Versailles en septembre 1792) ; leur cousin germain François-Artus-Hyacinthe-Timoléon de Cossé-Brissac (1749-1803), avait épousé en 1781 Marie-Camille-Adélaïde de La Forest d’Armaillé, héritière du comté de Gonnord...

Révolution[modifier | modifier le code]

Même si l'insurrection vendéenne n'a jamais dépassé d'une façon stable la vallée du Layon[28], comme dans le reste de la région, elle marque de son empreinte le pays tout entier.

En 1793 se forment les colonnes infernales. Menées par le général Turreau lors de la guerre de Vendée, elles parcourent toute la région, dont le bourg de Thouarcé qui est incendié par deux fois, en 1793 et 1794[17].

Thouarcé-le-Champ[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1791 la paroisse de Thouarcé comprend le territoire de Champ-sur-Layon, desservie par la chapelle de Notre-Dame[24]. La commune se nomme à l'époque Thouarcé et le Champ[18] (voir toponymie de Thouarcé).

Détachée de celle de Thouarcé, la commune du Champ est créée en octobre 1791. Supprimée en 1801, elle est rétablie définitivement en juin 1820[29]. Tout d'abord dénommée Le Champ elle prend ensuite pour nom Champ-sur-Layon en 1922[30].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du moulin de Beauregard.
Vue aérienne du moulin (la tour de Beauregard) et du vignoble de Bonnezeaux.

À la réorganisation administrative qui suit la Révolution, Thouarcé est en 1790 chef-lieu de canton (de Thouarcé), dépendant du district de Vihiers, puis en 1800 de l'arrondissement de Saumur et ensuite de celui d'Angers[18].

Au XIXe siècle se développent les fours à chaux, dont ceux de la commune fonctionnent à partir de la molasse coquillière. Thouarcé compte aussi une importante activité viticole, renommée notamment pour ses vins blancs de Bonnezeaux. La viticulture constitue l'activité dominante[5].

Durant la Seconde Guerre mondiale, la tour de Beauregard (ancien moulin du XVIe siècle situé sur le coteau de Bonnezeaux) sert d'observatoire aux troupes allemandes, qui le détruisent à leur départ en août 1944[5].

En 2016, les communes de Champ-sur-Layon, Faveraye-Mâchelles, Faye-d'Anjou, Rablay-sur-Layon et Thouarcé se regroupent donnant naissance à la nouvelle commune de Bellevigne-en-Layon[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le , Thouarcé constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Bellevigne-en-Layon et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016 mai 2020 Jean-Yves Le Bars[31]    
mai 2020 en cours Jean-François Vaillant[32]    
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

La commune est créée à la Révolution (Thouarcé), séparée ensuite de la commune de Champ-sur-Layon[17]. Canton en 1790, Thouarcé-le-Champ en 1801, puis Thouarcé[18].

Le conseil municipal est composé de 19 élus[33]. Ses commissions sont : affaires scolaires, agriculture viticulture foncier, bâtiments, cimetière, communication, enfance jeunesse, environnement patrimoine, tourisme culture, finances, social, sports, urbanisme, voirie, assainissement collectif et non collectif[34].

Liste des maires successifs[35]
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1791 Pierre-Étienne Dumesnil Dupineau    
1793   ... Auzilliau    
3 octobre 1797 janvier 1813 Jean-Joseph Landry   notaire
10 février 1813   B.-A. Michel de Cambourg    
17 avril 1815 13 juillet 1815 Jean-René Pantin    
juillet 1815 24 août 1830 (démission) B.-A. Michel de Cambourg    
14 septembre 1831   Gabriel Humeau    
29 avril 1832 9 mars 1848 Jean-Pierre Blot    
11 août 1848   Narcisse Dupont    
1879 1882 Victor Labbé    
février 1882 mai 1882 Jean Maugin    
1882 1902 Théobald de Soland    
1902 1908 Maurice de Soland    
1908 1912 Célestin Bidet    
1912 1916 Maurice de Soland    
1919 1925 Victor Plichon    
1925 9 avril 1934 Joseph Pesneau    
26 mai 1934 1945 René Gouzit    
1945 1971 Henri Raimbault    
1971 1983 Roger Gourdon    
14 mars 1983 12 juin 2003 Michel Piron UMP  
13 juin 2003 31 décembre 2015 Jean-Yves Le Bars[36]    
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Comptes de la commune[modifier | modifier le code]

Les comptes de la commune de Thouarcé de l'année 2013[37]
Chiffres clés En milliers d'Euros En euros par habitant Chiffres 2000
Total des produits de fonctionnement (A) 1 435 754 915
Total des charges de fonctionnement (B) 1 072 563 966
Résultat comptable (R=A-B) 363 191 -51
Total des ressources d'investissement (C) 1 443 758 547
Total des emplois d'investissement (D) 881 463 327
Besoin ou capacité de financement des investissements (E=D-C) -563 -296 316
Encours de la dette au 31/12 1 116 587 261
Annuité de la dette 99 52 79
Budget principal seul - Population légale en vigueur au 1er janvier de l'exercice 2013 : 1 903 habitants.
Les taux de fiscalité 2013[38]
Fiscalité locale Taux
Taxe d'habitation (y compris THLV) 9,26 %
Foncier bâti 10,98 %
Foncier non bâti 23,76 %
Cotisation foncière des entreprises 10,21 %
Taux votés pour l'année 2013[39].

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre en 2015 de la communauté de communes des Coteaux du Layon. Cette structure intercommunale, créée en 1994, regroupait douze communes qu'étaient Aubigné-sur-Layon, Beaulieu-sur-Layon, Champ-sur-Layon, Chavagnes, Faveraye-Mâchelles, Faye-d'Anjou, Martigné-Briand, Mozé-sur-Louet, Notre-Dame-d'Allençon, Rablay-sur-Layon, Saint-Lambert-du-Lattay et Thouarcé[40].

La communauté de communes des Coteaux du Layon avait pour objet l'aménagement de l'espace, les actions de développement économique d'intérêt communautaire, la voirie, le logement et le cadre de vie, la protection et la mise en valeur de l’environnement, fonctionnement des équipements communautaires, le service incendie et secours, tourisme, hydraulique[41]. Elle était membre du syndicat mixte Pays de Loire en Layon, structure administrative d'aménagement du territoire comprenant quatre communautés de communes : Coteaux-du-Layon, Gennes, Loire-Layon et Vihiersois-Haut-Layon. À la suite de la révision du schéma départemental de coopération intercommunale, le les communautés de communes Loire-Layon, Coteaux du Layon et Loire Aubance fusionnent dans la communauté de communes Loire Layon Aubance[42].

La commune était adhérente d'autre structures locales, comme le SMITOM du Sud Saumurois (syndicat mixte pour la collecte et le traitement des ordures ménagères), dont le siège se situe à Doué-la-Fontaine. Il fut créé en 1982 par le regroupement des syndicats intercommunaux à vocation multiple des régions de Doué-la-Fontaine et de Montreuil-Bellay[43].

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2014, la commune fait partie du canton de Thouarcé, dont elle est le chef-lieu, et de l'arrondissement d'Angers[18],[44]. Le canton de Thouarcé compte alors dix-sept communes, dont Champ-sur-Layon, Chavagnes, Faveraye-Mâchelles, Faye-d'Anjou, Notre-Dame-d'Allençon, Rablay-sur-Layon et Thouarcé. C'est l'un des quarante-et-un cantons que compte le département ; circonscriptions électorales servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général du département. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. Le canton de Thouarcé disparait et la commune est rattachée au canton de Chemillé-Melay, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[45].

Thouarcé se situait dans la quatrième circonscription de Maine-et-Loire, composée de six cantons dont Montreuil-Bellay et Vihiers ; la quatrième circonscription de Maine-et-Loire étant l'une des sept circonscriptions législatives que compte le département.

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'administrations judiciaires à Thouarcé.

Le Tribunal d'instance, le Conseil de prud'hommes, le Tribunal de grande instance, la Cour d'appel, le Tribunal pour enfants, le Tribunal de commerce, se situent à Angers, tandis que le Tribunal administratif et la Cour administrative d'appel se situent à Nantes[46].

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

La ville de Thouarcé ne comporte pas de jumelage[47].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[48]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[49],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 1 914 habitants, en augmentation de 5,16 % par rapport à 2008 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5101 5122 0591 6301 6711 6441 6301 4621 710
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6961 7061 7331 6261 7001 8071 6531 5591 527
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5451 5511 5161 4391 5131 5311 5941 5441 544
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
1 6021 6011 4981 4521 5461 6821 8201 914-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[50] puis Insee à partir de 2006[51].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 48,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,2 %, 15 à 29 ans = 16,6 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 19,3 %, plus de 60 ans = 21,1 %) ;
  • 51,9 % de femmes (0 à 14 ans = 21,3 %, 15 à 29 ans = 14,2 %, 30 à 44 ans = 18,1 %, 45 à 59 ans = 18,1 %, plus de 60 ans = 28,4 %).
Pyramide des âges à Thouarcé en 2008 en pourcentage[52]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90  ans ou +
2,1 
8,2 
75 à 89 ans
12,0 
12,0 
60 à 74 ans
14,3 
19,3 
45 à 59 ans
18,1 
22,7 
30 à 44 ans
18,1 
16,6 
15 à 29 ans
14,2 
20,2 
0 à 14 ans
21,3 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[53].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Les structures présentes sur la commune sont une école maternelle et primaire public et une privée, une halte garderie, un centre de loisirs et un accueil périscolaire, un collège public et un collège privé, une bibliothèque intercommunale, une piscine intercommunale, un cinéma, une gendarmerie, un centre de secours, un bureau de poste et une trésorerie[34].

Un service de ramassage des ordures ménagères (collecte sélective) est assuré par le SMITOM du Sud Saumurois. On ne trouve qu'une seule déchèterie sur le territoire de l'intercommunalité, située au Bottereau à Thouarcé[34].

En 2010, la ville de Thouarcé a été classée une fleur au concours des villes et villages fleuris[54].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Située dans l'académie de Nantes, la commune compte deux écoles et deux collèges :

  • école Jules-Spal,
  • école privée Saint-Pierre,
  • collège Les Fontaines,
  • collège privé Saint-Paul[55].

Sports[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs infrastructures sportives (salle omnisports, stade, courts de tennis) qui permettent la pratique de nombreuses activités sportives[34].

Santé[modifier | modifier le code]

Plusieurs professionnels de la santé se trouvent sur le territoire communal : médecins généralistes, psychologue de l'enfance, chirurgien dentiste, pharmacie, optique[34]. On y trouve également une maison de retraite, place du Moulin du Pont. Il n'y a pas de laboratoire d'analyses médicales, le plus proche se trouvant à Brissac-Quincé.

Deux structures se trouvent à Martigné-Briand, l'hôpital local (99 places) et l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (72 places)[56].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le tri des déchets sont pris en charge par le SMITOM du Sud Saumurois[43]. Une déchèterie est présente sur le territoire (route de Rablay)[34].

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse de Thouarcé, de culte catholique, fait partie du diocèse d'Angers, doyenné du Layon[57].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage sur la commune de Thouarcé était de 15 861 , pour 15 716  sur l'année précédente, et pour 17 211  sur l'ensemble du département[58].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Implanté en territoire rural, Thouarcé est le centre administratif et commercial de la région.

Au XIXe siècle on y fait le commerce des barriques, des vins et des céréales[59].

En 2008, sur les 196 établissements présents sur la commune, 38 % relevaient du secteur du commerce et des services, et 27 % de celui de l'agriculture[60]. Deux ans plus tard, en 2010, sur les 204 établissements présents sur la commune, 24 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 9 % du secteur de l'industrie, 6 % du secteur de la construction, 40 % de celui du commerce et des services et 21 % du secteur de l'administration et de la santé[61]. Le tissu économique se composait de nombreuses petites entreprises ; seuls 8 % des établissements comptaient plus de 10 salariés[61].

Sur les 193 établissements présents sur la commune à fin 2014, 16 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 11 % sur le département), 8 % du secteur de l'industrie, 6 % du secteur de la construction, 48 % de celui du commerce et des services et 22 % du secteur de l'administration et de la santé[16].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Vignobles de la vallée de la Loire.
Vignobles de la vallée de la Loire.

Situé dans la région viticole du Val de Loire, une des principales activités agricoles est la viticulture, avec notamment l’appellation Bonnezeaux (AOC)[62], vin blanc liquoreux devenu Appellation d'origine contrôlée (AOC) en 1951. Il est produit sur 104 hectares uniquement sur la commune de Thouarcé[63]. L'AOC Bonnezeaux est, avec l'AOC Quarts de Chaume, un des plus célèbres crus de l'Anjou.
Le vignoble est implanté sur trois coteaux en pente forte bordant le Layon dont un constitue le lieu-dit La Montagne. Les sols se composent de schistes avec des filons de quartz et de phtanites. L'exposition sud, ainsi que la nature du sol, favorisent une précocité végétative et permettent l'obtention de vendanges surmûries[64].

Situé au fond d'une vallée et entouré de collines d'où les vignes peuvent bénéficier pleinement du soleil, on produit aussi sur la commune le Coteaux-du-layon (AOC). Une coopérative est présente sur le territoire, comprenant trois entités : une coopérative céréalière, une coopérative de distillation (née en 1905) et des caves de vinification.

Liste des appellations présentes sur le territoire[65] :

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Principale ville du canton, tel que constitué à la fin du XVIIIe[66], on y trouve plusieurs commerces et services (boulangerie pâtisserie, coiffure, garage, etc), ainsi qu'un supermarché Super U. Un marché local a lieu chaque mardi[34].

Plusieurs activités artisanales sont également présentes sur la commune : espaces verts, maçonnerie, menuiserie, etc., ainsi qu'une entreprise de cartonnage et un laboratoire vinicole[34].

On trouve sur la commune une zone artisanale (Rondières) et une zone industrielle.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Outre un camping (camping de l’Écluse), on trouve sur Thouarcé plusieurs structures de restauration et d'hébergement[34].

Une flamme postale des années 1990 à l'effigie de la commune évoque ses coteaux et ses vignobles ainsi que les loisirs du camping et de la pêche.

Activité économique de la région[modifier | modifier le code]

Sur le territoire cantonal[66] on trouvait 1 852 établissements à fin 2010, répartis pour 32 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 10 % du secteur de la construction, 40 % de celui du commerce et des services et 12 % du secteur de l'administration et de la santé[67].

En 2009, sur les 1 757 établissements présents, 39 % relevaient du secteur du commerce et des services (pour 52 % sur l'ensemble du département) et 34 % dans le secteur de l'agriculture (pour 18 % dans le département)[68].

Seuls 5 % des établissements comptaient plus de 10 salariés, pour 8 % sur l'ensemble du département[67].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Bonnezeaux.
Château de Bonnezeaux.
Château de Fesle.
Château de Fesle.

La commune de Thouarcé comporte plusieurs inscriptions à l'Inventaire[69], dont deux monuments historiques[70] :

  • Manoir Le Gué du Berge, 2 rue des Fontaines, du XIXe siècle, monument classé pour la maison de maître du XIXe siècle, pour les façades et les toitures des communs, le parc (avec la serre, l’ancienne ferme-communs, la maison du jardinier, la pompe), et la chapelle prieurale[71] Saint-Jean du XIIe siècle, Monument historique Inscrit par arrêté du 9 mai 2006 (PA49000054).
  • Moulin de la Montagne, au milieu des vignes, du XIXe siècle, de type cavier, Monument historique Inscrit par arrêté du 30 juillet 1980 (PA00109371).
  • Chapelle d'Orillé, du XIXe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Église paroissiale Saint-Pierre, des XIIe et XIXe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Plusieurs maisons des XVe XVIe et XVIIe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Moulin à eau dit moulin du Prieur, moulin à blé, Inventaire général du patrimoine culturel.

Autres lieux et monuments :

  • La rue des Trois-Ponts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François de la Croix (?-1625?), curé de Thouarcé, docteur en théologie, membre de l’ordre des Carmes, auteur de divers traités de philosophie et de théologie.
  • René-François Soyer (1767-1845), né à Thouarcé, évêque de Luçon (1817-1845), frère du suivant.
  • Jean-Aimé de Soyer (1768-1823), né à Thouarcé, militaire et homme politique français, capitaine, major général de l'armée d'Anjou en 1794, frère du précédent.
  • Roger Gourdon (1908-2001), ingénieur agronome de Montpellier, maire de Thouarcé de 1971 à 1983, commandeur du mérite agricole, président de la fédération viticole de Maine-et-Loire et chevalier des sacavins d'Anjou.
  • René Renou (1952-2006), vigneron sur la commune, président du syndicat des producteurs de grands vins de Bonnezeaux[72], président de l'Institut national des appellations d’origine[73].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port (édition révisée par André Sarazin et Pascal Tellier), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : S-Z, t. 4, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (1re éd. 1878) (BNF 35857376, lire en ligne), p. 500-508.
  • Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire : N-Z, t. 3, Angers, Lachèse & Dolbeau, , 1re éd. (BNF 34106676), p. 580-584.
  • Cosnier et Lachèse - Imprimeurs Libraires, Recueil des usages locaux du canton de Thouarcé, Cosnier et Lachèse,
  • Dezanneau et Tireau, Analyse des eaux minérales de Thouarcé (Maine-et-Loire), Lachèse Belleuvre et Dolbeau,
  • G. Raimbault, Thouarcé : 1789-1799, G. Raimbault,
  • Louis Raimbault, Histoire de Thouarcé et du canton, Lachèse et Dolbeau,
  • Louis Raimbault, Histoire de Thouarcé et du canton, Paris, Barré & Dayez, 1998 (réimpression de l'éd. de 1882), 215 p. (ISBN 978-2-84451-001-3 et 2-84451-001-9)
  • Daniel Voyé, AOC Bonnezeaux, La Mothe-Achard, La Mothe Achard, , 48 p. (ISBN 2-908752-21-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Préfecture de Maine-et-Loire, Recueil spécial des actes administratifs no 83 - 6 novembre 2015. Pages 11-12, arrêté no DRCL/BCL/2015-70 du 2 novembre 2015 portant création de la commune nouvelle de Bellevigne-en-Layon.
  2. a b c et d IGN et BRGM, Géoportail Thouarcé (49), consulté le 20 septembre 2010
  3. a et b Lionel Delvarre, « Distances orthodromiques à partir de Thouarcé (49) », sur Lion1906 (version du 31 mai 2017 sur l'Internet Archive), consulté le 12 octobre 2011 — Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  4. Louis Poirier, « Bocage et plaine dans le sud de l'Anjou », Annales de Géographie, t. 43, no 241,‎ , p. 22 (lire en ligne).
  5. a b c d e f g h i et j Célestin Port 1996, p. 500-508.
  6. IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2010), consulté le 2 février 2011 — Données consultables sur WikiAnjou.
  7. a et b CETE de l'Ouest - DLRC d'Angers, Atlas des cavités souterraines – Région sud de la Loire et est du département du Maine-et-Loire – Dossier no 42.11.49.109 - Thouarcé, document du 25 novembre 2013.
  8. Département de Maine-et-Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine-et-Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Angers, Le Polygraphe Éditeur, , 205 p. (ISBN 2-909051-22-6), p. 57 — Données consultables sur WikiAnjou.
  9. Atlas des paysages de Maine-et-Loire, op. cit., p. 146.
  10. Société géologique et minéralogique de Bretagne, « Géologie des Coteaux du Layon »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 25 juin 2011.
  11. a b et c DREAL Pays de la Loire, Données environnementales GéoSource, Liste des zonages recensés sur la commune de Thouarcé, consultée le 18 juin 2011.
  12. Comité météorologique départemental de Maine-et-Loire, « Le climat de Maine-et-Loire », sur Conseil général de Maine-et-Loire, 2006-2014 (version du 28 janvier 2010 sur l'Internet Archive), consulté le 24 mai 2011.
  13. Réseau interurbain de Maine-et-Loire, Réseau AnjouBus, consulté le 19 juin 2011.
  14. SNCF, TER Pays-de-la-Loire, Réseau Pays-de-la-Loire, consulté le 12 octobre 2011.
  15. a b c d et e INSEE, Dossier complet sur la commune de Thouarcé (49345), consulté le 18 juin 2012.
  16. a et b Insee, Statistiques locales du territoire de Thouarcé (49345), consultées le 20 novembre 2016.
  17. a b c et d Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, Lachèse & Dolbeau, 1878, t. 3 p. 580 — selon ses travaux faits au XIXe siècle sur les archives anciennes.
  18. a b c d et e École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui - Notice communale de Thouarcé, consultée le 18 juin 2011 — Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l'ensemble du territoire français de l'époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  19. a et b Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Le Coudray-Macouard, Cheminements, 2004-2005 (ISBN 978-2-84478-338-7, BNF 39295447), p. 196.
  20. Armorial des communes de Maine-et-Loire - Gérard Byron-Clouzard, Le blason des communes de l'Anjou, 1991.
  21. Louis Halphen, Le comté d'Anjou au XIe siècle, 1906.
  22. « Thouarcé, p. 580-585 », sur Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, t. III, par Célestin Port, à Angers, 1878.
  23. « Seigneurs de L'Isle-Bouchard, p. 4 », sur Racines & Histoire, par Etienne Pattou, 2005 et 2017.
  24. a et b Célestin Port, Édition révisée de 1996, op. cit., t. 4, p. 505.
  25. « Famille du Bellay, p. 4 à 7 et 14-15 », sur Racines & Histoire, par Etienne Pattou, 2015 et 2021.
  26. « Maison d'Anglure, p. 15 », sur Racines & Histoire, par Etienne Pattou, 2016 et 2020.
  27. « Maison de Cossé-Brissac, p. 7 à 10 », sur Racines & Histoire, par Etienne Pattou, 2004 et 2020.
  28. André Siegfried, Tableau politique de la France de l'ouest sous la Troisième République, 1975, p. 40.
  29. Célestin Port (édition révisée par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (1re éd. 1874) (BNF 33141105), p. 633.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Champ-sur-Layon », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le )..
  31. « Organisation », sur Bellevigne-en-Layon (consulté le ).
  32. « Organisation », sur Bellevigne-en-Layon, (consulté le ).
  33. Nombre de conseillers municipaux sur le Code général des collectivités territoriales.
  34. a b c d e f g h et i Mairie de Thouarcé, La commune, consulté le 17 juin 2011.
  35. Célestin Port 1996, p. 502, liste des maires jusqu'en 1995.
  36. Ouest-France, Sans surprise, Jean-Yves Le Bars réélu maire, article du 1er avril 2014.
  37. « Les comptes des communes », Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et Ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État. Consulté le 26 juin 2011, mis à jour le 26 août 2014 - « Définition des rubriques », sur le site du Ministère de l’Économie et des Finances.
  38. « Les comptes des communes, Fiscalité », Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et Ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État. Consulté le 26 juin 2011, mis à jour le 26 août 2014.
  39. La taxe professionnelle a été remplacée en 2010 par la contribution économique territoriale (CET), composée de la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).
    Loi no 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance).
  40. Insee, Composition de l'EPCI des Coteaux du Layon (244900734), consulté le 31 août 2013.
  41. Communauté de Communes des Coteaux du Layon, Statuts, consulté le 17 juin 2011.
  42. « Arrêté préfectoral DRCL/BSFL no 2016-176 », sur Préfecture de Maine-et-Loire, .
  43. a et b Syndicat mixte de Collecte et de traitement des déchets, Smitom Sud Saumurois, consulté le 19 juin 2011.
  44. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Thouarcé, consultée le 22 février 2015.
  45. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  46. Ministère de la Justice et des Libertés, Liste des juridictions compétentes pour 49380 Thouarcé, consulté le 13 octobre 2011.
  47. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  48. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  49. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  50. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  51. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  52. « Évolution et structure de la population à Thouarcé en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  53. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  54. Villes et villages fleuris, Palmarès 2010, consulté le 16 octobre 2011.
  55. Académie de Nantes, Annuaire des écoles, collèges et lycées, consulté le 26 août 2014.
  56. Fédération hospitalière de France, Hôpital local (Martigne-Briand), consulté le 12 octobre 2011.
  57. Diocèse d'Angers, Doyennés pour le diocèse d'Angers, consulté le 13 octobre 2011.
  58. Insee, Statistiques locales du territoire de Thouarcé, données mises à jour le 22 octobre 2011.
  59. Jules Verne, Géographie illustrée de la France et de ses colonies, Paris, J. Hetzel, , p. 398.
  60. Insee, Statistiques 2008 du territoire de Thouarcé, consultées le 18 juin 2011.
  61. a et b Insee, Statistiques 2010 du territoire de Thouarcé, consultées le 5 janvier 2013.
  62. Legifrance, Décret no 2009-1217 du 9 octobre 2009 relatif à l’appellation Bonnezeaux, consulté le 16 octobre 2011.
  63. Legifrance, Décret du 6 novembre 1951 relatif à l'aire de production Bonnezeaux, consulté le 16 octobre 2011.
  64. INAO, Fiche du Bonnezeaux, consultée le 16 octobre 2011.
  65. INAO, Fiche de Thouarcé, consultée le 20 septembre 2010 - AOC Appellation d'origine contrôlée (FR), AOP Appellation d'origine protégée (CE), IGP Indication géographique protégée (CE).
  66. a et b Canton de Thouarcé, tel que constitué avant la réforme territoriale de 2014 (voir canton de Thouarcé).
  67. a et b Insee, Statistiques locales du canton de Thouarcé (4932), consulté le 5 janvier 2013.
  68. Insee, Statistiques locales 2009 du canton de Thouarcé, consulté le 21 octobre 2011.
  69. Ministère de la Culture, Monuments historiques et Inventaire général du patrimoine culturel, base Mérimée, consultée le 20 septembre 2010.
  70. Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine, Liste des protections à Thouarcé, consulté le 20 septembre 2010.
  71. Prieurale, voir sur Wiktionnaire.
  72. SAGE Layon Aubance, Liste des comptes-rendus des travaux de la Commission Locale de l’Eau avant l’approbation du SAGE Layon Aubance en mars 2006, document du 7 novembre 2008.
  73. La Dépêche, Cérémonie pour l'anniversaire de l'appellation, article du 17 septembre 2001.