Victor Delbos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Victor Delbos, né le à Figeac et mort le à Paris, était un philosophe historien français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est reçu 3ème à l'École normale supérieure en 1882 puis il termine 1er à l'agrégration de philosophie en 1885 et il devient docteur ès lettres en 1902.

Il commence sa carrière en étant professeur de philosophie aux lycées de Limoges (1886), Toulouse (1887), Michelet (1893), Louis-le-Grand (1895). Par la suite, il est professeur de khâgne au lycée Henri-IV en 1897 et à Louis-le-Grand en 1902[2].

Nommé maître de conférences en histoire de la philosophie moderne en Sorbonne en 1902, il est également, au sein de cette université, professeur de philosophie et psychologie de 1909 à 1913 puis professeur de philosophie et d'histoire de la philosophie de 1913 à 1916[3]. Il fut membre puis Président de la Société d'études pour les questions d'enseignement secondaire. En 1911, il fut membre de l'Académie des sciences morales et politiques qui accorde depuis 2002 un prix biennal à son nom. Son essai sur la formation de la philosophie pratique de Kant reste une référence.

À la question de savoir si Victor Delbos était un philosophe catholique ou un catholique philosophe, Étienne Gilson, éminent représentant de la rubrique « philosophe historien », disait de son maître à la Sorbonne : « Victor Delbos était-il catholique ? On le disait, mais rien dans son enseignement ni dans ses écrits n'autorisait à le dire. La foi chrétienne et l'Église étaient aussi absentes de leur [sa] pensée publique que la Bible et la synagogue l'étaient des écrits ou des leçons d'Émile Durkheim[4]. »

Il a collaboré avec différentes revues telles que la Revue de métaphysique et de morale, les Annales de philosophie chrétienne, la Revue philosophique, Foi et Vie ou encore la Revue universitaire[5].

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (86e division).

Publications[modifier | modifier le code]

Sur Victor Delbos[modifier | modifier le code]

  • J. Wehrlé, Victor Delbos, Paris, 1932.
  • A. Matheron, Les Deux Spinoza de Victor Delbos, in Spinoza au XIXe siècle, Paris, 2008.
  • J-L Maisonhaute,
    • « Delbos et la Philosophie » (+ notice biographique), in Revue de la Société des Études du Lot Juillet-. [lire en ligne]
    • « Victor Delbos, éducateur », in Le Philosophoire numéro 37, printemps 2012. [lire en ligne]
    • « Pour une philosophie sociale de l'éducation », présentation d'un discours prononcé par Victor Delbos, inCahiers Philosophiques, numéro 132/1er trimestre 2013. [lire en ligne]
    • « Victor Delbos, interprète de l’« idéalisme » de Descartes par « gros temps », in Revue de Métaphysique et de Morale N°4, 2015. [lire en ligne]
  • Conférence[6] du philosophe Denis Kambouchner, Victor Delbos, une philosophie pour la cité, le jeudi à Figeac.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. suivant la catégorie retenue par Merleau-Ponty dans son histoire des Philosophes célèbres (dernière édition en Pochothèque, 2006, p. 1350)
  2. Christophe Charle, « 31. Delbos (Étienne, Marie, Justin, Victor) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 1,‎ , p. 58–59 (lire en ligne, consulté le 13 juillet 2020)
  3. Christophe Charle, « 31. Delbos (Étienne, Marie, Justin, Victor) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 1,‎ , p. 58–59 (lire en ligne, consulté le 13 juillet 2020)
  4. Le philosophe et la théologie, Vrin, 2005, p. 42.
  5. Christophe Charle, « 31. Delbos (Étienne, Marie, Justin, Victor) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 1,‎ , p. 58–59 (lire en ligne, consulté le 13 juillet 2020)
  6. « Victor Delbos, philosophe de référence, méconnu à Figeac », ladepeche.fr (consulté le 3 janvier 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources partielles[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Revue d'histoire de l'Église de France, 1933, no 83, p. 260, article en ligne