Lucien Lévy-Bruhl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lucien Lévy-Bruhl
Lucien Lévy-Bruhl - Pholosoph.jpg
Lucien Lévy-Bruhl vers 1920.
Fonction
Président
Institut français de sociologie
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Membre de
Influencé par
Distinctions

Lucien Lévy-Bruhl, né à Paris le et mort dans la même ville le , est un philosophe, sociologue et anthropologue français, dont les travaux, au début du XXe siècle, ont principalement porté sur l'étude des peuples sans écriture. Il fut l'un des collaborateurs d'Émile Durkheim. Les travaux de Lucien Lévy-Bruhl s'orientèrent d'abord vers l'histoire de la philosophie, puis après un ouvrage sociologique, il publia une série d'ouvrages ethnologiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lucien Lévy-Bruhl est né le , à Paris, dans une famille juive de condition modeste originaire d’Alsace. Il a étudié à l'École normale supérieure et sort premier de l'agrégation de philosophie en 1879[1]. D'abord enseignant de philosophie à Amiens puis au Lycée Louis-le-Grand à Paris (suivi par Gustave Belot au même poste), il succéda ensuite à Émile Boutroux à la chaire d'histoire de la philosophie moderne de la Sorbonne, chaire qu'il occupa toute sa vie. Il a enseigné à l’École libre des sciences politiques (Paris) à partir de 1888. Il a dirigé la Revue philosophique de la France et de l'étranger et fondé l'Institut d'ethnologie de l’Université de Paris. Il a été élu membre de l'Institut de France, auprès de l’Académie des sciences morales et politiques[2]. Il participe en 1928 au premier cours universitaire de Davos, avec de nombreux autres intellectuels français et allemands. Proche de Durkheim et de l'école française de sociologie, il occupera cependant une position particulière vis-à-vis du groupe des premiers durkheimiens, puisque sa grande proximité avec ce projet sociologique et ceux qui le faisaient vivre n'a jamais donné lieu à une adhésion orthodoxe.

Socialiste engagé, il est l'un des plus proches ami de Jean Jaurès depuis leur rencontre à l'École Normale Supérieure. Jaurès le considérait comme "l'un de ses amis les plus intimes"[3] et le biographe jauréssien Harvey Goldberg parle de Lévy-Bruhl comme de "l'ami d'une vie"[4]. C'est d'ailleurs avec lui que Jaurès passa la matinée qui précéda son assassinat le 31 juillet 1914 où ils s'entretinrent de la guerre, Jaurès pensant la paix encore possible, quand Lévy-Bruhl était, lui, "profondément inquiet"[5]. Cette amitié explique que Lévy-Bruhl ait soutenu la création du journal L'Humanité en y apportant 100 000 francs, soit plus du quart du capital ayant permis sa création[3]. Cette donation, ainsi que celle des frères Salomon et Théodore Reinach, nourriront de nombreuses rumeurs à l'extrême droite, mais aussi jusque dans le camp de la gauche, sur fond d'antisémitisme, sur la supposée collusion du journal avec la famille Rothschild. Charles Rappoport lui-même, "maladroit plus que vraiment malveillant"[3] se fit l'écho de celles-ci lors du congrès de Saint-Quentin (16-19 avril 1911), considérant que le salaire de Lévy-Bruhl ne lui permettait pas un tel don et qu'il devait par conséquent être le prête-nom de capitalistes, et notamment des Rohtschild[6]. En réalité, la somme apportée venait de la dot de son épouse, Alice Brühl, plus fortunée que lui. À la mort de Jaurès, Lévy-Bruhl rédige la première biographie du leader socialiste sous forme d'une notice nécrologique pour l'Annuaire des anciens élèves de l'ENS, qui sera reprise et publiée en 1916 sous le titre Quelques pages sur Jean Jaurès à la Librairie de l'Humanité[7]. Lévy-Bruhl sera aussi le premier préfacier du dernier ouvrage de Jaurès, L'Armée nouvelle, ainsi que le premier président de l'Association des Amis de Jean Jaurès constituée en 1916[3].

Durant la première guerre mondiale, il rejoint le cabinet d'Albert Thomas, député socialiste devenu Ministre de l'Armement, dans le gouvernement d'union sacrée qui se met alors en place[8].

Cousin par alliance d'Alfred Dreyfus, il a été l'un des premiers à le soutenir publiquement[9] et joue un rôle important dans la mobilisation de nombreux intellectuels, gravitant notamment autour de l'École Normale Supérieure, pour la défense du Capitaine, souvent en lien avec son ami Lucien Herr.

Il est le père du juriste Henri Lévy-Bruhl (1884-1964)[10].

Histoire de la philosophie (1884-1900)[modifier | modifier le code]

Après sa thèse L'idée de responsabilité (1884), il publia plusieurs ouvrages d'histoire de la philosophie :

Sociologie de la morale (1903)[modifier | modifier le code]

En 1903, Lévy-Bruhl publie La morale et la science des mœurs, ouvrage inspiré par la sociologie durkheimienne. Lévy-Bruhl observe que le mot "morale" désigne des faits moraux, la science des faits moraux et l'art moral rationnel (p. 101). a) Un fait moral est un fait social qui consiste en mœurs, coutumes, lois, mais aussi en théories morales, qui sont législatrices, normatives. b) Lévy-Bruhl envisage une science des mœurs, branche de la sociologie, pour étudier des mœurs, ici les diverses morales (codes, traditions, enseignements et coutumes) que l'on observe dans les diverses sociétés, qui sont relatives au contexte social ou historique. Ainsi est posé un relativisme moral, la négation de l'unicité de la nature humaine, mais aussi un positivisme moral qui remplace les théories par l'observation. c) L'art moral est une application de la science des mœurs. Il cherche à améliorer la réalité sociale à partir des données de la science des mœurs.

Bien reçu par les sociologues, cet ouvrage qui prônait le développement d'une science des mœurs d'inspiration sociologique en l'opposant à la philosophie morale suscita critiques et débats chez les philosophes[11]. Peut-on étudier les faits moraux comme des choses, sans prendre en compte l'aspect subjectif des conduites (sociologisme) ? Les mœurs sont-elles fonction des époques, lieux, cultures (relativisme) ? Constituer une science des mœurs, est-ce détruire les morales ?

Ethnologie (1910-1939)[modifier | modifier le code]

Lévy-Bruhl regarde ses propres ouvrages d'ethnologie comme une somme de six volumes : I Les fonctions mentales dans les sociétés inférieures (1910), II : La mentalité primitive (1922), III : L'Âme primitive (1927), IV : Le surnaturel et la nature dans la mentalité primitive (1932), V : La mythologie primitive (1935), VI : L'expérience mystique et les symboles chez les primitifs (1938). En 1949, son élève Maurice Leenhardt publia de manière posthume les réflexions que menait Lévy-Bruhl en 1938-1939, sous le titre de Carnets, il y révise ses positions.

Opposition entre mentalité logique et mentalité primitive[modifier | modifier le code]

La thèse de Lévy-Bruhl a fait scandale et lui-même l'a rectifiée dans ses Carnets : le primitif n'a pas les mêmes habitudes mentales que celles de l'Occidental, il ne pense pas par concepts, l'esprit humain n'est pas partout le même (même s'il y a "identité fondamentale de tous les esprits humains : tous capables de raisonner, de parler, de compter, etc.").

Elle doit cependant être comprise à la lumière du débat de l'époque. Les récits des explorateurs européens auprès des peuples primitifs rapportaient alors des phénomènes inexplicables pour la mentalité moderne occidentale. Dans de nombreux cas, les principes fondamentaux de la logique semblaient ne pas être respectés. L'interprétation privilégiée pour rendre compte de ces phénomènes par les premiers ethnologues, notamment britanniques, était celle d'une incapacité de ces populations à bien raisonner. Supposés réfléchir de la même manière que l'observateur européen, ils étaient alors soupçonnés, par infériorité intellectuelle, d'être incapables de respecter les cadres logiques qui s'imposaient à eux.

Fidèle à la tradition durkheimienne naissante et à ce qu'elle implique de relativisation, Lévy-Bruhl propose une tout autre réponse : les "primitifs" ne sont pas moins capables que les modernes de réfléchir selon des cadres logiques déterminés, ils en ont simplement des différents. Vivants dans des sociétés organisées de manière différente, la structure même de leur esprit s'en trouve marquée par des fonctionnements qui ne doivent pas être appréhendés à l'aune du modèle occidental, mais compris comme répondant à leur logique propre. Toute la difficulté viendra alors de ce que, en appelant ainsi à séparer nettement les deux formes de mentalité afin de rendre aux peuples en question une dignité intellectuelle niée par l'ethnocentrisme des premières interprétations, Lévy-Bruhl prend le risque d'introduire une séparation trop radicale entre deux parties de l'humanité. Conscient que la tendance ethnocentrique des interprétations européennes conjurée par la théorie de la mentalité primitive menaçait ainsi, malgré lui, de faire retour par une voie inverse, Lévy-Bruhl finira par revenir sur cette séparation trop nette. Il le fit non pas en considérant que les primitifs nient une mentalité logique qui s'impose pourtant à eux, mais en affirmant que la mentalité logique que l'on trouve chez les Occidentaux masque en réalité un fond de mentalité primitive, qui n'est que plus visible dans les observations de sociétés éloignées (Carnets).

Lévy-Bruhl relève "deux caractères fondamentaux de la mentalité primitive, prélogique et mystique" (Carnets, p. 48).

Premièrement, la mentalité primitive est "prélogique". Selon Lévy-Bruhl (Les fonctions mentales dans les sociétés inférieures), le primitif est insensible à la contradiction et à l'impossible, il n'a pas la notion de causalité. Il ne se fie pas à l'expérience sensible, il se réfère plutôt à des mythes. Depuis Aristote, la pensée logique repose sur le principe d'identité (A est A) et le principe de non contradiction (A n'est pas non-A). Or le primitif soutient qu'il est lui-même et un autre, par exemple lui et un animal, un totem, une trace qu'il laisse, sa maison, l'animal est aussi un homme. La logique distingue nettement la partie du tout, mais pas le primitif, qui considère que la partie vaut le tout : la tête vaut le corps. Pour le primitif, les notions de bi-présence (être ici et ailleurs) et de dualité-unité (être soi et autre chose) ne font pas problème. Il n'oppose pas nature et surnature. Il ne forme pas de concepts, idées générales et abstraites.

Deuxièmement, la mentalité primitive est "mystique", elle repose sur une "expérience mystique". Lévy-Bruhl développe cette notion dans L'expérience mystique et les symboles chez les primitifs. L'expérience mystique en général est "un sentiment continu sans conscience claire de la présence d'êtres semblables à ceux dont parlent les mythes et les légendes" (p. 15). Le primitif regarde la réalité avec un esprit mythique, il mélange une expérience semblable à la nôtre avec la croyance en une réalité invisible et insaisissable où règnent des esprits, des morts, des forces surnaturelles. Il a un but moins cognitif qu'affectif : il cherche la présence et l'action de puissances surnaturelles, plutôt que des causes physiques objectives. Il sent - il ne conceptualise pas - une sympathie entre les êtres, la "participation mystique".

Participation[modifier | modifier le code]

La notion de participation mystique est développée dans La mentalité primitive. Le primitif pose une identité de substance, une parenté étroite entre lui et certains êtres. Il y a "diverses sortes de participations" (Carnets, p. 17) : entre un être et ses appartenances (l'individu est ses cheveux, etc.), l'individu et le groupe (l'individu appartient au groupe "comme le grain avec la grappe"), avec le totem, avec les morts, avec les animaux et les plantes (homme et animal sont consubstantiels, d'essence commune) : "être c'est participer" (p. 22). Il y a "deux sortes principales de participation". Premièrement : "communauté d'essence, identité sentie entre ce qui participe et ce qui est participé. Exemples : participation entre l'individu et ses appartenances (cheveux, ongles, excrétions, vêtements, traces de pas, image, etc.), entre symbole et ce qu'il représente, entre le membre d'un clan totémique et les autres membres de ce clan, vivants ou morts". Deuxièmement : "participation = imitation, c'est-à-dire refus de ce qui n'est pas légitimé par un précédent, tradition mythe, et confiance en la préfiguration. Ces deux formes se complètent. "Pour obtenir une abondante récolte de paddy, les Nagas descendent de leurs rizières le dos courbé comme s'ils ployaient sous la charge pesant sur leurs épaules. La mimique des Australiens qui font comme si l'averse tombait préfigure la pluie pour l'obtenir (première interprétation) ou, par la vertu de l'imitation = participation, la fait déjà tomber réellement" (p. 143-145).

Réception, critiques, auto-critique[modifier | modifier le code]

Bien accueilli par une partie des lecteurs, La Mentalité primitive est sévèrement critiqué, tant pour sa méthode que pour ses conclusions, par des anthropologues comme Marcel Mauss ou Bronisław Malinowski[12].

Cependant, Mary Douglas, revenant sur le terme « prélogique », trop rapidement rejeté comme « pétri de préjugés et de racisme » par les anthropologues après la Seconde Guerre mondiale, juge qu'il est « quasiment impossible de reprocher à Lévy-Bruhl le contraste qu'il proposait entre logique et prélogique »[13].

Très tôt conscient des problèmes posés par la terminologie de son époque, Lévy-Bruhl écrit, en 1921, à propos de ses deux ouvrages, Les fonctions mentales dans les sociétés inférieures et La mentalité primitive, et en avant-propos du deuxième : « Ils procèdent tous deux d’un même effort pour pénétrer dans les modes de pensée et dans les principes d’action de ces hommes que nous appelons, bien improprement, primitifs, et qui sont à la fois si loin et si près de nous »[14].

Vers la fin de sa vie, à partir de 1935, Lévy-Bruhl modifie encore et de manière plus radicale le concept de mentalité primitive tel qu'il l'avait conçu au début du siècle, jugeant non seulement « impropre » mais « indéfendable » l'hypothèse d'une « mentalité primitive différente de la nôtre ». 1) En 1938, il écrit dans ses Carnets : « En d'autres termes, corrigeons expressément ce que je croyais exact en 1910 : il n'y a pas une mentalité primitive qui se distingue de l'autre par deux caractères qui lui sont propres (mystique et prélogique). Il y a une mentalité mystique plus marquée et plus facilement observable chez les « primitifs » que dans nos sociétés, mais présente dans tout esprit humain » (Carnets, p. 131)[15]. 2) "Je n'ai pas été suffisamment prudent en parlant de 'contradiction'... Mais incompatible n'est pas contradictoire. L'incompatibilité des propositions constitue une impossibilité physique, mais non une impossibilité logique" (p. 9). 3) On ne peut pas parler de "loi de participation", seulement du fait que le primitif a "le sentiment" que lui et d'autres êtres sont de même nature (p. 77). 4) On ne peut pas dire que le primitif repousse la catégorie causalité. Il porte plutôt un désintérêt pour les causes secondes, les circonstances, les moyens, il s'attache aux causes profondes, surnaturelles : si sa fille est morte, qu'importe que ce soit par une morsure de serpent ou une maladie, l'important est de chercher l'origine, l'action éventuelle d'un sorcier, un tabou violé.

Selon Véronique Bedin et Martine Fournier[12] : « Il a été le seul parmi ses confrères à s’excuser, longuement et avec une évidente sincérité, des préjugés racistes que véhiculaient ses premiers ouvrages. Pendant sa très longue vie, beaucoup de choses avaient changé dans notre approche des cultures différentes des nôtres. Il a eu le temps de s’en apercevoir, et le courage d’exprimer ses regrets ». Les travaux les plus récents[16],[17], cependant, contestent que l'on puisse parler, même pour les termes les plus polémiques abandonnés plus tard par l'auteur, de "préjugés racistes", car les termes en question sont toujours utilisés non pour décrire une infériorité supposée mais au contraire pour insister sur une différence permettant de poser les deux pensées sur un même plan. Le terme de "pré-logique" par exemple, que l'auteur abandonne après ses premiers travaux, visait à identifier non pas un stade inférieur au stade de la pensée logique mais une certaine indifférence aux cadres de la logique moderne du fait d'une vie sociale organisée différemment.

Linguistique[modifier | modifier le code]

Si la linguistique est marginale dans l'œuvre de Lévy-Bruhl, son article L’expression de la possession dans les langues mélanésiennes (Mémoires de la Société de linguistique de Paris 19(2): 96-104) est toujours relativement cité ([1]).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Histoire de la philosophie[modifier | modifier le code]

Morale[modifier | modifier le code]

Ethnologie[modifier | modifier le code]

  • Quelques aspects de la mentalité primitive, Nouvelle revue française n°240, .

Études sur Lucien Lévy-Bruhl[modifier | modifier le code]

  • Paul Masson-Oursel, « Lucien Lévy-Bruhl (1857–1939) », Revue de Synthèse, vol. 4, n° 1, , p. 113-115.
  • Paul Masson-Oursel, « Disciples ou élèves de Lucien Lévy-Bruhl », Revue philosophique de la France et de l'étranger, n° 64 (127), 1939.
  • Marcel Mauss, « Lucien Lévy-Bruhl (1857-1939) », Annales de l’Université de Paris, n° 14, 1939, p. 408-411.
  • Raymond Lenoir, « Obituary : Lucien Levy-Bruhl, 1857-1939 », The American Journal of Sociology, vol. 44, n° 6 (), p. 980.
  • Jean Cazeneuve, Lucien Lévy-Bruhl. Sa vie, son œuvre, avec un exposé de sa philosophie, Paris, PUF, collection « Philosophes », 1963.
  • Jean Cazeneuve, Lucien Lévy-Bruhl, New York, Etc. Harper & Row, 1972.
  • Mariapaola Fimiani, Lévy-Bruhl. La différence et l'archaïque, traduit de l'italien par Nadine Le Lirzin, Paris, L'Harmattan, 2000.
  • Benjamin Fondane, Lévy-Bruhl ou le métaphysicien malgré lui, texte établi et présenté par Serge Nicolas et Dominique Guedj, éditions de l'éclat, 2019
  • Frédéric Keck, Contradiction et Participation. Lucien Lévy-Bruhl, entre philosophie et anthropologie, Paris, Éditions du CNRS, 2007.
  • Stanislas Deprez, Lévy-Bruhl et la rationalisation du monde, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.
  • Mary Douglas, « Raisonnements Circulaires : Retour Nostalgique à Lévy-Bruhl », Sociological Research Online, vol. 12, no 6,‎ (ISSN 1360-7804, DOI 10.5153/sro.1448, lire en ligne)
  • Véronique Bedin et Martine Fournier, « Lucien Lévy-Bruhl », dans Véronique Bedin et Martine Fournier, La Bibliothèque idéale des sciences humaines, Editions Sciences humaines, (ISBN 978-2-912601-74-2, présentation en ligne, lire en ligne)

Élèves[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 | Ressources numériques en histoire de l'éducation », sur rhe.ish-lyon.cnrs.fr (consulté le 24 octobre 2016)
  2. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  3. a b c et d Gilles Candar, "Henri Lévy-Bruhl et le socialisme", in Emmanuelle Chevreau, Frédéric Audren, Raymond Verdier, Henri Lévy-Bruhl. Juriste sociologue, Paris, Mare et Martin, 2018. pp. 38-39
  4. Harvey Goldberg, Jean Jaurès. Biographie du fondateur du Parti socialiste, Paris, Fayard, , p. 539
  5. Harvey Goldberg, Jean Jaurès. Biographie du fondateur du Parti socialiste, Paris, Fayard, p. 539
  6. Michel Dreyfus, L'antisémitisme à gauche, Paris, La Découverte, , pp. 118-125
  7. Gilles Candar, « Écrire aujourd'hui une biographie de Jaurès », Cahiers Jaurès, vol. N° 200, no 2,‎ , p. 37 (ISSN 1268-5399 et 1969-6809, DOI 10.3917/cj.200.0037, lire en ligne, consulté le 17 avril 2020)
  8. Frédéric Keck, « Lévy-Bruhl, Jaurès et la guerre », Cahiers Jaurès, vol. N° 204, no 2,‎ , p. 37 (ISSN 1268-5399 et 1969-6809, DOI 10.3917/cj.204.0037, lire en ligne, consulté le 17 avril 2020)
  9. http://www.savoirs.ens.fr/savoir-et-engagement Présentation en ligne, sur le site de l'ENS, de l'exposition Savoir et engagement. L'École normale supérieure au cœur de l'affaire Dreyfus « Le foyer brûlant de la conscience nationale » (2006)/pageG01.html
  10. Ibidem.
  11. Merllié D. La sociologie de la morale est-elle soluble dans la philosophie ? La réception de La morale et la science des mœurs. Revue Française de Sociologie 2004; 45(3):
  12. a et b Véronique Bedin et Martine Fournier 2008
  13. Douglas 2007
  14. L. Lévy-Bruhl, « Avant-propos », in La Mentalité primitive, Paris, Alcan, 1960 [15e éd.], p. VII.
  15. Carnets, 1938, p. 82.
  16. Dominique Merllié, « Durkheim, Lévy-Bruhl et la « pensée primitive » : quel différend ? », L'Année sociologique, vol. 62, no 2,‎ , p. 429 (ISSN 0066-2399 et 1969-6760, DOI 10.3917/anso.122.0429, lire en ligne, consulté le 1er avril 2020)
  17. Frédéric Keck, Lucien Lévy-Bruhl, CNRS Éditions, (ISBN 978-2-271-06652-7 et 978-2-271-07809-4, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :