Jean-Marie Zemb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Marie Zemb
Defaut 2.svg
Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
LorientVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
linguiste, professeurVoir et modifier les données sur Wikidata
A travaillé pour

Jean-Marie Zemb, né le à Erstein (Bas-Rhin) et mort le à Lorient, est un linguiste français, spécialiste de la langue allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

« Malgré-nous » au sein de la DCA de la Wehrmacht, il suit des études de philosophie à la Sorbonne et à Fribourg-en-Brisgau. Il est lecteur à l'Université de Hambourg entre 1952 et 1961, et publie Aristoteles.

Il passe alors son agrégation pour devenir professeur d'allemand aux lycées Carnot et Paul-Valéry, puis de linguistique appliquée, en 1966, à la Faculté des lettres et des sciences humaines de Besançon. Soutenant une thèse sur « Les Structures logiques de la proposition allemande », il obtient son doctorat en 1968 et devient professeur des universités de linguistique allemande à Paris VIII, Paris III et Paris X jusqu'en 1985.

En 1986, il obtient la chaire de grammaire et pensée allemandes du Collège de France, qu'il détient jusqu'en 1998. L'année suivante, le 11 janvier, il est élu à l'Académie des sciences morales et politiques, dans la section philosophie, au fauteuil du père Raymond Bruckberger.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Aristoteles (1963)[1]
  • Les structures logiques de la proposition allemande. Contribution à l’étude des rapports entre le langage et la pensée (thèse principale, 1968)
  • Grammaire comparée de l'allemand et du français (2 volumes, 1978-1984)
  • Gespräche über den deutschen Satz (1994)
  • Für eine sinnige Rechtschreibung (1997)
  • Non et non ou non ? Entretiens entre un philosophe, un grammairien et un logicien (2007)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean-Marie Zemb, Aristote », La lettre du collège de France, no 24,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]