Victor Brochard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Victor Brochard
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Victor Brochard, né à Quesnoy-sur-Deûle (Nord) le et mort à Paris le , est un philosophe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse, études et vie privée[modifier | modifier le code]

Victor Brochard effectue ses études secondaires au Lycée Faidherbe, puis au lycée Louis-le-Grand. Il est reçu 3e à l'Ecole normale supérieure en 1868 et obtient une licence de philosophie ; il se déclare alors sans religion. Il est reçu troisième à l'agrégation de philosophie en 1872[1]. Il devient docteur ès lettres en 1879[2]

Célibataire, il reconnaît un fils naturel, médecin de marine[1].

Parcours académique[modifier | modifier le code]

Il enseigne la philosophie au lycée de Pau (1872), de Douai (1873), et de Nancy (1876). . Il est nommé au lycée parisien Condorcet jusqu'en 1886. Son mémoire pour le prix Victor Cousin en 1884 fut couronné par l'Académie des Sciences morales et politiques et publié en 1887 sous le titre Les Sceptiques grecs.

Spécialisé dans l'histoire de la philosophie antique, il est maître de conférences à l'École normale supérieure en 1886 puis il est chargé de cours d'histoire de la philosophie à la Sorbonne de 1889 à 1894 avant d'être professeur d'histoire de la philosophie ancienne au sein de cette université[3]. Il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1900. Il est également rédacteur de la Revue philosophique. Son mémoire sur Les Sceptiques grecs a notamment été salué et intensivement utilisé par Nietzsche[4].

Dans son édition de Sodome et Gomorrhe, Antoine Compagnon suggère que Brochard aurait servi de modèle à Marcel Proust pour créer le personnage de Brichot dans À la recherche du temps perdu.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • De la Responsabilité morale, Pau, 1874
  • De l'Universalité des notions morales, Pau, Ribaut, 1876
  • De l'Erreur, thèse pour le doctorat, Faculté des lettres de Paris, Paris, Berger-Levrault, 1879.
  • Les Sceptiques grecs, Paris, Impr. nationale, 1887, réédité à la Librairie générale française, Paris, 2002.
  • Études de philosophie ancienne et de philosophie moderne, recueillies et précédées d'une introduction par Victor Delbos, Paris, F. Alcan, 1912
  • De assensione Stoici quid senserint, Parisiis, Berger-Levrault, 1879 (Vicifons)

Élèves[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Christophe Charle, « 15. Brochard (Victor, Charles, Louis) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 1,‎ , p. 36–37 (lire en ligne, consulté le 3 avril 2021)
  2. Christophe Charle, « 15. Brochard (Victor, Charles, Louis) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 1,‎ , p. 36–37 (lire en ligne, consulté le 10 juillet 2020)
  3. Christophe Charle, « 15. Brochard (Victor, Charles, Louis) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 1,‎ , p. 36–37 (lire en ligne, consulté le 10 juillet 2020)
  4. Andreas Urs Sommer: Nihilism and Skepticism in Nietzsche, dans: Keith Ansell Pearson (ed.), A Companion to Nietzsche, Oxford 2006, pp. 250–269.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]