Claire Delbos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delbos.
Claire Delbos
Description de l'image defaut.svg.

Naissance
Paris
Décès (à 52 ans)
Hauts-de-Seine
Activité principale compositeur, violoniste
Formation Conservatoire national supérieur de musique et de danse, Schola Cantorum de Paris

Claire Delbos () est une violoniste et compositrice française. Elle a été la première femme du compositeur Olivier Messiaen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Delbos, née à Paris, est la fille de Victor Delbos, professeur à la Sorbonne. Bien que connue après son mariage sous le nom de Claire ou Claire-Louise, elle fut baptisée Louise Justine Delbos[1]. Elle fut élève à la Schola Cantorum de Paris[2], puis étudia le violon et la composition au conservatoire de Paris[3].

Ses talents au violon attirèrent l’attention du jeune Messiaen. Ils donnèrent ensemble des récitals à Paris au début des années 1930 et ils se marièrent le 22 juin 1932. La compositrice Claude Arrieu était la demoiselle d'honneur de Delbos[4]. Messiaen composa Thème et variations pour violon et piano comme présent de mariage pour sa femme ; ils l’interprétèrent ensemble le 22 novembre[5].

Durant cet été les Messiaen déménagèrent dans un appartement au 77 rue des Plantes, sur la Rive Gauche dans le quatorzième arrondissement de Paris. Ce fut leur domicile pendant les six années suivants, ainsi que le lieu de rencontres musicales occasionnelles d'amis. Ce fut dans ce lieu qu'ils rencontrèrent pour la première fois André Jolivet[4]. Certaines œuvres de Messiaen furent composées pour célébrer le bonheur du jeune couple, par exemple Poèmes pour Mi pour soprano et piano en 1936, qu'il arrangea pour soprano et orchestre en 1937, dont le texte consiste en ses propres poèmes sur la joie du mariage. Mi était le surnom affectueux donné par Messiaen à Claire Delbos[6]. Delbos composa également plusieurs œuvres pour orgue, dont Paraphrase sur le jugement dernier et L'offrande à Marie, pour Messiaen[3].

Durant les premières années de leur mariage, plusieurs de leurs vacances se passèrent au Château St Benoît, à Neussargues-Moissac, un château appartenant à la famille Delbos, que Messiaen trouvait propice à la composition et où la plus grande partie de L'Ascension fut composée[7]. Thème et variations fut suivi par une autre œuvre pour violon que composa Messiaen pour sa femme, Fantaisie — cette pièce ne fut publiée qu'en 2007[8] ou 2008[9] et il n'est pas certain qu’elle ait été jouée du vivant de Messiaen[10].

Delbos fit plusieurs fausses-couches les premières années de leur mariage[11], mais en 1937 leur fils Pascal naquit, et Messiaen composa Chants de terre et de ciel (1938) dans lesquels les trois membres de la famille étaient dépeints[12]. Les Messiaen déménagèrent au 13 villa du Danube dans le dix-neuvième arrondissement de Paris[11]. Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, Delbos subit une opération chirurgicale à la suite de laquelle elle commença à souffrir de pertes de mémoire. Elle entra dans un hôpital psychiatrique, et y resta, avec une santé constamment déclinante, jusqu'à sa mort en 1959 dans les Hauts-de-Seine[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Chants pour voix et piano[modifier | modifier le code]

  • Primevère (1935) (cinq chants sur des poèmes de Cécile Sauvage, la mère de Messiaen) :
    • Le long de mes genoux
    • J'ai peur d'être laide
    • Mais je suis belle d'être aimée
    • Je suis née à l'amour
    • Dans ma robe à bouquets bleus
  • L'âme en bourgeon (1937) (huit chants sur des poèmes de Cécile Sauvage sur la naissance de son fils Olivier) :
    • Dors
    • Mon cœur revient à son printemps
    • Je suis là
    • Te voilà hors de l'alvéole
    • Je savais que ce serait toi
    • Maintenant il est né
    • Te voilà mon petit amant
    • Ai-je pu t'appeler de l'ombre
  • Trois aspects de la mort (joué pour la première fois en 1947):
    • Sans espérance (Cécile Sauvage)
    • Lamentation et terreur (Livre de Job)
  • Vers elle, avec confiance (R. de Obaldia)

Autres chants[modifier | modifier le code]

  • Psaume 141, pour soprano, chœur de femmes, quatre ondes Martenots et piano. Non publié.

Orgue[modifier | modifier le code]

  • Deux pièces (1935)
    • L'homme né de la femme vit peu de jours
    • La Vierge berce l'enfant
  • Paraphrase sur le jugement dernier (1939)
  • L'offrande à Marie (1943)
    • Voici la servante du Seigneur
    • Vierge digne de louanges
    • Mère des pauvres
    • Mère toute-joyeuse
    • Debout, la Mère des douleurs
    • Secours des Chrétiens, reine de la paix
  • Parce, Domine 'Pardonnez, Seigneur, à votre peuple', pour le temps de Carême (1952)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hill and Simeone, p. 40.
  2. Dingle, p. 48
  3. a, b et c Simeone.
  4. a et b Dingle, p. 48.
  5. Dingle, p. 48-49.
  6. Griffiths
  7. Dingle, p. 49.
  8. Paul Festa, Notes on the newly published score of Olivier Messiaen's Fantaisie for violin and piano (1933).
  9. Andrew Shenton, Program notes from the 2008 Olivier Messiaen Music Festival
  10. Dingle, p. 49
  11. a et b Dingle, p. 53.
  12. Griffiths.

Liens externes[modifier | modifier le code]