Aller au contenu

Urzy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Urzy
Urzy
L'église Saint-Denis.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Intercommunalité Communauté de communes Les Bertranges
Maire
Mandat
Gilles Devienne
2020-2026
Code postal 58130
Code commune 58300
Démographie
Population
municipale
1 742 hab. (2021 en diminution de 4,7 % par rapport à 2015)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 45″ nord, 3° 12′ 19″ est
Altitude Min. 182 m
Max. 275 m
Superficie 23,41 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Nevers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Guérigny
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Urzy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Urzy
Géolocalisation sur la carte : Nièvre
Voir sur la carte topographique de la Nièvre
Urzy
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Urzy
Liens
Site web [1]

Urzy est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont les Urzicois et les Urzycoises.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Urzy s'étend sur de 2 341 hectares de part et d'autre de la vallée de la Nièvre, dont 1 111 hectares sont couverts de forêts.

Elle fait partie :

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Guérigny, Balleray, Coulanges-lès-Nevers, Parigny-les-Vaux, Saint-Martin-d'Heuille, Varennes-Vauzelles et Vaux d'Amognes.

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Centre et contreforts nord du Massif Central, caractérisée par un air sec en été et un bon ensoleillement[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 862 mm, avec 11,6 jours de précipitations en janvier et 8,2 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Guerigny », sur la commune de Guérigny à 3 km à vol d'oiseau[3], est de 11,7 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 910,8 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 42,5 °C, atteinte le ; la température minimale est de −14,1 °C, atteinte le [Note 1],[4],[5].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[6]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Au , Urzy est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle est située hors unité urbaine[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nevers, dont elle est une commune de la couronne[Note 2],[9]. Cette aire, qui regroupe 93 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (47,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (47,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (47,5 %), prairies (36,2 %), terres arables (10,9 %), zones urbanisées (5,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,1 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

C'est à partir du IXe siècle qu'il est possible de reconstituer l'histoire d'Urzy. Il est fait mention en 887 de Ecclésia (église) de Urziaco (d'après Massé) une des nombreuses formes du mot Urzy. Celui-ci vient d'un nom romain, Ursius, dérivé de Ursus (ours), nom fréquent à la fin de l'Empire romain ainsi que dans les siècles qui suivirent sa chute.

Plusieurs évêques l'ont porté dont un d'Auxerre. On le retrouve dans Pont Saint Ours (Ponti Sancti Ursini en 1293, Ponti Sancti Urzi en 1478). Les terres d'Urzy deviennent propriété des évêques sous le règne de Charlemagne. Celui-ci fait en effet restituer aux communautés religieuses les biens perdus à l'époque des derniers Mérovingiens et en donne même d'autres. C'est ainsi que les terres de Prémery, Parzy (commune de Garchizy) et Urzy sont attribuées aux évêques de Nevers qui en tirent leurs ressources jusqu'à la Révolution. Ils y possèdent un moulin à blé, celui du Vivier, datant de l'an mil. Actuellement, il est le seul encore en activité sur la rivière Nièvre. Les évêques exercent dans leurs fiefs le droit de haute justice et les seigneurs des Bordes sont leurs vassaux. Il est probable que la paroisse d'Urzy fut créée à cette époque et que fut bâti un édifice religieux proche de la rive droite de la Nièvre et de quelques habitations qui constitueront le bourg historique d'Urzy. Au XIIe siècle, une église consacrée à saint Denis remplace la première chapelle. Elle est reconstruite en partie en 1495 (date gravée et encore visible sur un contrefort saillant de l'abside) grâce à Philibert de la Platière, seigneur des Bordes et propriétaire du château des Bordes lequel assurait la défense du bourg et des terres agricoles proches de la vallée.

À la fin du XVIIe siècle, le bourg va s'enrichir d'une élégante résidence des évêques. En effet, le jeune évêque de Nevers, Édouard Vallot, fils d'un célèbre docteur de Louis XIV, habitué des fastes de la cour de Versailles, trouve sinistre et peu confortable son château féodal de Prémery. Il fait donc édifier entre 1675 et 1680, sur la rive gauche de la Nièvre, une agréable demeure proche de l'église, demeure qui figure sur le blason des évêques de Nevers.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats

[modifier | modifier le code]

Liste des maires

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 mars 1977 Marien Bruère    
mars 1977 mars 1983 René Mauraud DVG Professeur d'enseignement technique professionnel, suppléant de Jacques Bouchacourt, député gaulliste
mars 1983 avril 1988 Jean-Claude Martinet    
juin 1988 mars 1989 Jacques Rousseau    
mars 1989 juin 1995 François Pommery PS  
juin 1995 mars 2008 Roger Rigaud    
mars 2008 mars 2020 Huguette Judas PS Retraitée Fonction publique
mars 2020 En cours Gilles Devienne   Retraité SNCF (roulant)

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2021, la commune comptait 1 742 habitants[Note 3], en diminution de 4,7 % par rapport à 2015 (Nièvre : −4,41 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4965076145178178919901 0831 190
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2401 3861 4411 4021 4211 3791 3921 3461 490
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5461 5231 4531 3811 2661 2921 1861 1361 159
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 1811 0931 0351 4411 7331 8471 8281 8221 839
2018 2021 - - - - - - -
1 7491 742-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
  • Château des Bordes (XVe siècle - XVIIe siècle) : reconstruit en 1486 par Philibert de La Platière, seigneur des Bordes ; cadran solaire du XVIIIe siècle, peintures murales fin du XVIIe siècle : ornement à forme végétale (palme) représentation d'objet (couronne de marquis) - Décor peut-être réalisé quand Marie-Louise de la Grange d'Arquian, marquise de Béthune, devint propriétaire du château à la fin du XVIIe siècle. Très beau portail début du XVIIe siècle et sa grille, petite maison de gardiens, four à pain, communs importants et terrasses. Le château est inscrit monument historique depuis 1946[17].
  • Château de Luanges néo-Renaissance XIXe siècle.
  • Château des Évêques (XVIIe siècle) : avant-corps pourvus de sculptures (Apollon sur un char attelé de quatre chevaux, tenant sa lyre et Neptune encadré de deux médaillons présentant un jeune enfant chevauchant un animal aquatique), tympan orné d'un écusson entouré de feuillages.
  • Église Saint-Denis (nef du XIIe siècle, gros œuvre du XVe siècle). Sur l'un des contreforts saillants est gravée l'inscription : « DVRSI : LE CVERR DE L'EGLISE - FUST : fait : L'AN MIL CCCC : IIIIxxXV » qui indique la date de la construction. Peintures monumentales milieu du XIXe siècle: architecture en trompe-l'œil discrètement gothique flamboyant, soulignant l'architecture réelle, avec des éléments empruntés à la Renaissance (voûtes à caissons) pour la fausse niche. Vitrail du XVe siècle représentant la Crucifixion surmontée du pélican symbolique. L'église est inscrite monument historique depuis 1927[18].
  • Anciennes forges de Demeurs et caserne d'ouvriers du XVIIIe siècle.
  • Ancienne forge du Greux

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]
  • Henri Gamard : député socialiste du 11/05/1924 au 31/05/1932.
  • Berthe Fouchère : institutrice, syndicaliste, féministe et militante du Parti socialiste née le à Urzy et morte à Montataire (Oise) le , auteure de « La Vie héroïque de Rosa Luxembourg ».
  • Louis, Marcel Bernard né le 29/06/1914 à Urzy, décédé le 02/09/1946 à Nevers, député communiste de la Nièvre du 21/10/1945 au 02/09/1946.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Urzy et Guérigny », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Guerigny », sur la commune de Guérigny - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Guerigny », sur la commune de Guérigny - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Nevers », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  17. Notice no PA00113037, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Notice no PA00113039, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :