Saint-Aubin-les-Forges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Aubin.

Saint-Aubin-les-Forges
Saint-Aubin-les-Forges
Mairie de Saint-Aubin-les-Forges.
Image illustrative de l’article Saint-Aubin-les-Forges
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Cosne-Cours-sur-Loire
Canton Charité-sur-Loire
Intercommunalité Communauté de communes Loire, Nièvre et Bertranges
Maire
Mandat
Annie Vaillant
2014-2020
Code postal 58130
Code commune 58231
Démographie
Population
municipale
405 hab. (2016 en diminution de 6,25 % par rapport à 2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 29″ nord, 3° 12′ 08″ est
Altitude Min. 195 m
Max. 333 m
Superficie 26,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Aubin-les-Forges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Aubin-les-Forges
Liens
Site web www.saint-aubin-les-forges.com

Saint-Aubin-les-Forges est une commune française située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Aubin-les-Forges est une bourgade de la Nièvre, située à l'ouest du département.

Hameaux, écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune regroupe les hameaux, habitations isolées et lieux-dits suivants : les Brûles, Chamilly, les Comtes, Crot Canard, la Douée, les Esserts, les Fontaines, la Forêt, Forgeras, Forges Bas, Frasnay, la Gauthierie, la Grande Mare, les Grandes Vallées, la Grange Neuve, le Gué de la Chaise, les Happeriaux, la Limantonnerie, Mirandolle, Mirondolle, Montivert, les Murailles, Palissonnet Rioterie, les Petites Vallées, Pierre des Élus, la Pinauderie, la Roche, les Roses, les Vallées, Villemaigre et Vintgeux[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Raveau Murlin Beaumont-la-Ferrière Rose des vents
Chaulgnes N Poiseux
O    Saint-Aubin-les-Forges    E
S
Parigny-les-Vaux Guérigny

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au fil du temps, la commune apparaît sous différents noms : Saint-Aulbin (1478), Saint-Aulbin-sous-Frasnay-les-Chanoines (1762), Val-Challier (pendant la Révolution) et Saint-Aubin-sur-Nièvre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Maison du bourg, construite en 1876.

La première mention connue du nom de la commune remonte à 1355 : Sanctus-Albinus (censier du chapitre de Nevers)[2].

La fondation du village ne serait pas antérieure au XIIIe siècle et la commune devrait son nom à une chapelle construite à cette époque.

À la Révolution, l’église et le presbytère sont vendus comme biens nationaux. Il n’y a plus de service religieux dans la commune pendant de nombreuses années. En 1840, une modeste église, sans grand caractère, est construite au bourg[3].

La fondation de l’école des garçons remonte à 1843, celle des filles à 1873. Chacune compte à la fin du XIXe siècle une seule classe : celle des garçons a 95 élèves, celle des filles 70.

La première route traversant le bourg, conduisant de Guérigny à Entrains-sur-Nohain, aujourd’hui la D. 117, date de 1865. Il n’y avait auparavant que des chemins ruraux[4].

La commune a abrité une industrie métallurgique, à laquelle elle doit en partie son nom. Le site de Forgebas est mentionné pour la première fois en 1734 mais est certainement bien antérieur. La forge était capable de fabriquer des ancres de 1000 à 2000 kg. On y trouvait onze logements pour les ouvriers. Le site de Forgebas est abandonné dans les années 1870[5]. À la fin du XIXe siècle, la commune compte six moulins (cinq sur la Nièvre et un sur la Douée).

En 1872, alors que le nombre d'habitants s'élève à 1094, on trouve sur le territoire communal sept cabaretiers, trois épiciers, trois sabotiers, deux maréchaux, deux charrons, un armurier... mais la population laborieuse est composée pour l'essentiel de cultivateurs et, surtout, de manœuvres. Une vingtaine de familles ont en nourrice un petit Parisien, placé là par l’hospice de Nevers[6].

Tout au long du XXe siècle, la population ne cesse de décroître, atteignant son étiage en 1990 avec 368 habitants. Une légère remontée se fait depuis sentir : en 2014, la commune compte 418 habitants.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? M. Doumer Droite  
? ? Mme Charmant PS  
juin 1995 mars 2001 Marcel Charmant PS  
mars 2001 mars 2008 Philippe Legrand    
mars 2008 En cours Annie Vaillant    
Les données manquantes sont à compléter.


Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2016, la commune comptait 405 habitants[Note 1], en diminution de 6,25 % par rapport à 2011 (Nièvre : -4,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6116508819381 0821 1381 1461 1261 124
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0991 1101 1601 0941 1041 1021 096983913
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
836831812737683607567544558
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
523511510406368403447439409
2016 - - - - - - - -
405--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Frasnay-les-Chanoines.
  • Église (1840)
  • Château de Frasnay-les-Chanoines, dont une tour date du XIIIe siècle ; propriété privée : ne se visite pas.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Nièvre, INSEE, 1951.
  2. Georges de Soultrait, Dictionnaire topographique de la Nièvre, 1865.
  3. Georges de Soultrait, Répertoire archéologique du département de la Nièvre, Paris, 1875.
  4. Auguste Namy, Histoire de la commune de Saint-Aubin-les-Forges, 1887, Mémoires de la Société académique du Nivernais, tome LXI, 1976.
  5. Pierre Bornet, Forgebas, commune de Saint-Aubin-les-Forges, Le Marteau Pilon, tome X 1998.
  6. Recensement de 1872, 6 M 231, Archives départementales de la Nièvre.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. Mémoires de la Société académique du Nivernais, 1976

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la commune de Saint-Aubin-les-Forges, Auguste Namy, 1887, Mémoires de la Société académique du Nivernais, tome LXI, 1976.
  • Forgebas, commune de Saint-Aubin-les-Forges, Pierre Bornet, Le Marteau Pilon, tome X, 1998.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :