Dompierre-sur-Nièvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dompierre-sur-Nièvre
Dompierre-sur-Nièvre
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Cosne-Cours-sur-Loire
Intercommunalité Communauté de communes Les Bertranges
Maire
Mandat
Sylvie Thomas
2020-2026
Code postal 58350
Code commune 58101
Démographie
Population
municipale
191 hab. (2018 en diminution de 2,05 % par rapport à 2013)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 14′ 21″ nord, 3° 15′ 08″ est
Altitude Min. 222 m
Max. 333 m
Superficie 18,6 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Nevers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de La Charité-sur-Loire
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Dompierre-sur-Nièvre
Géolocalisation sur la carte : Nièvre
Voir sur la carte topographique de la Nièvre
City locator 14.svg
Dompierre-sur-Nièvre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dompierre-sur-Nièvre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dompierre-sur-Nièvre

Dompierre-sur-Nièvre (nivernais Dompiarre) est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dompierre-sur-Nièvre est situé à environ 40 km au sud-est de Cosne-Cours-sur-Loire, son chef-lieu d’arrondissement. Le point le plus haut de la commune culmine à 333 mètres d'altitude. Le point le plus bas est à 222 mètres.

Les communes limitrophes sont : Arbourse, Châteauneuf-Val-de-Bargis, Champlemy, Saint-Bonnot, Giry, Prémery, Beaumont-la-Ferrière et La Celle-sur-Nièvre.

Les agglomérations les plus proches sont Arbourse, (4 km) et Châteauneuf-Val-de-Bargis (6 km). La Charité-sur-Loire se trouve à 25 km. La route départementale D117 traverse le village.

En 2017, la commune compte 191 habitants.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol est essentiellement composé de roches calcaires, marnes et gypses.

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

  • Bas-de-la-Celle (le), Biches (les), Camp-de-Chalon (ferme du), Château (le), Cordes (les), Dompierre, Fontaraby, Grange-Mouton (la), Grenant, Hâtes (les), Justice (la), Metz (le), Mont (le), Vaubian, Vernes (les) et Vilaines[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dompierre-sur-Nièvre est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nevers, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 93 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (58,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (58,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (58,6 %), prairies (23,2 %), terres arables (18,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Dompierre dérive du latin domnus, au sens de « saint », et Pierre[9].

On relève les occurrences suivantes du nom de la commune : Apud Donam Petrum (1231), La maison-forte de Dompierre-sur-Nièvre (1354), Dampre (1488), Dompetra-super-Nievram (1537)[10].

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté provisoirement le nom de Vallière-sur-Nièvre[11].

Dompierre de France[modifier | modifier le code]

Dompierre fait partie de l'Association des Dompierre-de-France regroupant 23 communes françaises dont le nom comporte Dompierre. Chaque année, une commune différente accueille la fête de l'association. Dompierre-sur-Nièvre n'a encore jamais réuni ses cousins dompierrois et dompierrais ni pour la fête Nationale ni pour l'assemblée générale[12]. En 2013, la fête a eu lieu le 1er week-end de juillet à Dompierre-les-Ormes en Saône-et-Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ėglise.
  • La première mention connue du nom de la commune date de 1231 : Apud Donam Petrum.
  • XIVe siècle : construction du château[14].
  • En 1655, un habitant, le meunier Robert Convert, porte plainte pour injures contre le curé du lieu, Pierre Bonnerot[15].
  • De novembre 1855 à mars 1856, une épidémie d’angine gangréneuse règne dans la commune[16].
  • En 1902, un rapport signale que l’école des filles est installée dans des locaux mal aménagés et dont l’état est lamentable et qu’une réfection s’impose[18].
  • En 1906[19], le nombre d'habitants de Dompierre-sur-Nièvre, qui compte 175 maisons, s'élève à 515 individus. La commune compte un curé, un instituteur et une institutrice publics, un garde champêtre et quatre cantonniers. Il y a moins d’une dizaine de commerçants : 4 épiciers, 1 aubergiste, 1 boulanger et 1 boucher. À cette liste, on peut sans doute ajouter 1 négociante, 1 commerçant en mercerie et 1 marchand de bétail. Les artisans sont nombreux et variés : 26 couturières, 6 lingères, 6 charbonniers, 5 maçons, 4 bourreliers, 4 sabotiers, 4 meuniers, 3 tisserands, 2 charrons, 2 maréchaux-ferrants, 2 cordonniers, 2 scieurs de long, 1 charpentier, 1 menuisier, 1 serrurier et 1 passementière. La catégorie socioprofessionnelle la plus représentée est celle des bûcherons (39 individus), suivie par les cultivateurs (33, dont 2 cultivateurs-exploitants), les domestiques (22, dont 10 domestiques de ferme), les ouvriers agricoles (21), les propriétaires-exploitants (8) et les fermiers (6). On recense également dans la commune 3 charretiers, 2 journaliers, 1 vigneron, 1 farinier[20], 1 ouvrier d’usine (employé par l’entreprise Lambiotte à Prémery) et 1 artiste-peintre[21]. Le comte de Rolland emploie 1 cocher et 1 garde-chasse. Au total, on relève à Dompierre 43 professions différentes. On n’y trouve, selon le recensement de 1906, ni médecin ni notaire ni sage-femme. Il n’y a aucun étranger dans la commune. Comme c’est souvent le cas dans la Nièvre, plusieurs familles du village accueillent un « élève de l’assistance » né dans la capitale : il y a 40 « petits Paris » à Dompierre-sur-Nièvre en 1906.
  • Mort le 27 mars 1907 de l’artiste-peintre Jules Monteigner, élève de Charles Gleyre, ancien maire de la commune, né à Dompierre en 1836. Peintre de genre, mais aussi portraitiste, il aimait peindre les sites de la vallée de la Nièvre[22].
  • En 1931, un syndicat de bûcherons est constitué dans la commune[23].
  • Le 15 mai 1939, un fermier, nettoyant son hangar, y découvre un sac de toile contenant 22 000 francs de valeurs ; après enquête, il s’avère que cette petite fortune appartient à un vagabond de 75 ans, ayant couché quelque temps plus tôt dans le hangar[24].

Curés[modifier | modifier le code]

  • Pierre Bonnerot (1655)[15], André Migault (1739)[25].

Seigneur[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1848   Martin de Chanteloup[26]    
avant 1988 ? Pierre Bosquet PCF  
2001 2008 Éric Guyot    
mars 2008 2014 Thierry Guyot DVG Électricien
mars 2014 juillet 2017 Marylise Chevrin    
octobre 2017 En cours Sylvie Thomas    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[28].

En 2018, la commune comptait 191 habitants[Note 3], en diminution de 2,05 % par rapport à 2013 (Nièvre : −4,36 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
420500509540520622639660648
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
624654705749791740725651608
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
557527502387403332317317300
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
249231212195173152170172195
2017 2018 - - - - - - -
191191-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30]. |recens-pre.)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église (1780).
  • Château, à deux kilomètres au sud du village, ancien château de Néant[31].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Julien Maitron, champion cycliste, est né à Dompierre le 20 février 1881.
  • Jules Monteignier (1836-1907), peintre, né à Dompierre ; y a longtemps vécu[32] et en a été le maire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Guide de recherche de lieu-dit et de hameau de la Nièvre », GenNièvre.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Nevers », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, 1989.
  10. Georges de Soultrait, Dictionnaire topographique de la Nièvre, 1875.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Dompierre-sur-Nièvre », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  12. Site des Dompierre de France.
  13. Augustin Crosnier, Les Congrégations religieuses dans le diocèse de Nevers, Nevers, 1877-1881, sur gallica.bnf.fr.
  14. Georges de Soultrait, Répertoire archéologique du département de la Nièvre, 1875.
  15. a b et c Henri de Flamare, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Nevers, 1891.
  16. « Séance du 22 avril 1856 », Bulletin de l’Académie nationale de médecine, 1856, sur gallica.bnf.fr.
  17. « Demande de foires », Rapports du Préfet, procès-verbaux des délibérations / Conseil général de la Nièvre, 1er janvier 1868, sur gallica.bnf.fr.
  18. Rapports et délibérations / Vendée, Conseil général, août 1902, sur gallica.bnf.fr.
  19. Recensement de 1906, Archives départementales de la Nièvre, 6 M 101/1.
  20. Celui qui fait ou vend de la farine.
  21. Il s’agit de Jules Monteignier (1836-1907), qui fut également maire de la commune.
  22. La chronique des arts et de la curiosité, 6 avril 1907, sur gallica.bnf.fr.
  23. « Chez les bûcherons de la Nièvre », Le Travailleur de la terre : organe officiel de l’Union fédérative terrienne, 1er janvier 1931, sur gallica.bnf.fr.
  24. « Un chemineau avait une fortune dans sa musette », L’Ouest-Éclair, 16 mai 1939, sur gallica.bnf.fr.
  25. Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Seine-et-Oise, 1884.
  26. Annales de Poussery : journal d’agriculture de la Nièvre, 1er janvier 1848, sur gallica.bnf.fr.
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  31. Gaston Gauthier, « Notice sur le château de Dompierre-sur-Nièvre », Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts, Volume 15, 1893.
  32. Société académique du Nivernais, volumes 11 à 14, 1902.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gaston Gauthier, « Notice sur le château de Dompierre-sur-Nièvre », Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts, Volume 15, 1893.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :