Balleray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Balleray
Balleray
L'église Saint-Blaise de Balleray.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Intercommunalité Communauté de communes Le Bon Pays
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Luc Conception
2017-2020
Code postal 58130
Code commune 58022
Démographie
Population 218 hab. (2014 en augmentation de 7.39 % par rapport à 2009)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 04′ 29″ nord, 3° 16′ 46″ est
Altitude Min. 208 m
Max. 375 m
Superficie 16,08 km2
Élections
Départementales Guérigny
Historique
Date de fusion
Commune(s) d'intégration Vaux d'Amognes
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nièvre
Voir sur la carte administrative de la Nièvre
City locator 15.svg
Balleray
Géolocalisation sur la carte : Nièvre
Voir sur la carte topographique de la Nièvre
City locator 15.svg
Balleray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Balleray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Balleray

Balleray est une ancienne commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Balleray est situé à 17 km au nord-est de Nevers, son chef-lieu d’arrondissement. Les agglomérations les plus proches sont Ourouër (3 km), Saint-Martin-d'Heuille (6 km) et Guérigny (7 km). Les routes départementales D107 et D148 s’y croisent.

Les communes limitrophes sont : Poiseux, Nolay, Ourouër, Saint-Martin-d'Heuille, Urzy et Guérigny.

Le point le plus haut de la commune culmine à 375 mètres d'altitude. Le point le plus bas est à 208 mètres.

Le sous-sol est essentiellement composé de roches calcaires, marnes et gypses.

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

  • Arriaux, Arriaux (maison forestière d’), Baugy, Carrage-de-Lupy, Champaudon, Chat (le), Château-de-Lupy, Fontaines (les), Lupy (la ferme de), Petit-Arriaux (le), Pisserotte (la) et Sauvages[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune dériverait du nom d’homme gaulois Balaros associé au suffixe gallo-romain -acum[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La première mention connue du nom de la commune date de 1287 : Capella Ballere (registre de l’évêché de Nevers)[3].
  • En 1893, le conseil municipal est dissous par décret en conseil des ministres[4].
  • En 1905, dans le hameau d’Arriot, une croix en fer forgé et en pierre, dite croix de Saint-Hubert, est renversée par des inconnus[5].
  • En 1906[6], le nombre d'habitants de Balleray, qui compte 98 maisons, s'élève à 236 individus. La commune compte un instituteur, un garde champêtre, un garde forestier, deux gardes particuliers et deux cantonniers. Il y a quatre commerçants : 3 aubergistes et 1 épicière. Les artisans sont plus nombreux : 5 meuniers, 4 maréchaux-ferrants, 3 maçons (dont un entrepreneur en maçonnerie), 2 charrons, 1 scieur de long, 1 vigneron, 1 couturière et 1 matelassier. La profession la plus représentée est celle de journalier agricole (17 individus), à égalité avec les domestiques (17, dont 16 domestiques de ferme), suivie par les fermiers (13), les propriétaires-exploitants (11) et les ouvriers agricoles (10). La commune compte également 2 ouvriers employés aux forges de Guérigny. Au total, on relève à Balleray 21 professions différentes. On n’y trouve, selon le recensement de 1906, ni curé ni notaire ni médecin ni sage-femme. Il n’y a aucun étranger dans la commune.

Curés[modifier | modifier le code]

  • Vincent Graillot (1653), Nicolas-François Sauvageon (1686)[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 En cours Jean-Luc Conception PCF Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 218 habitants, en augmentation de 7,39 % par rapport à 2009 (Nièvre : −3,1 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
365327389393387445418426416
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
373403395373372363322323301
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
251239229189205193163146148
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
151132125162192221204217218
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Locquin (1879-1949), historien d'art et homme politique, maire de la commune de 1908 à 1934, président du conseil général de 1924 à 1929, plusieurs fois député[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Guide de recherche de lieu-dit et de hameau de la Nièvre », GenNièvre.
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, 1989.
  3. Georges de Soultrait, Dictionnaire topographique du département de la Nièvre, 1865.
  4. Le Petit Journal, 27 janvier 1893, sur gallica.bnf.fr.
  5. « Les destructeurs de croix », La Croix, 19 mars 1905, sur gallica.bnf.fr.
  6. Recensement de 1906, Archives départementales de la Nièvre, 6 M 022/1.
  7. Henri de Flamare, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Nevers, 1891.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. Maurice Bardin, Trésors cachés des églises de la Nièvre, La Camosine, 1990, notice no 53, p. 75, 160.p.
  13. "La France active : organe de toutes les formes de l’activité nationale", 1932, sur gallica.bnf.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Delin, « Notice sur Balleray », Camosine, Annales des Pays nivernais, no 56, 1988.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :