Prémery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Prémery
Château des évêques de Nevers.
Château des évêques de Nevers.
Blason de Prémery
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Cosne-Cours-sur-Loire
Canton La Charité-sur-Loire
Intercommunalité Communauté de communes entre Nièvres et forêts
Maire
Mandat
Jean Marceau
2014-2020
Code postal 58700
Code commune 58218
Démographie
Population
municipale
1 882 hab. (2014)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 10′ 49″ nord, 3° 19′ 49″ est
Altitude Min. 218 m – Max. 386 m
Superficie 45,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Prémery

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Prémery

Prémery est une commune française située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne-Franche-Comté, à 240 km au sud de Paris.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

Cervenon, Doudoye, La Valotte, Les Chaumes Grand jean, Pourcelanges, Les Granges, Le Gué, Le Fourneau, Nantin, Le Chaillou, Nouleau, La Castinière, La Roche, Le Donloups, La chaume de l'étang, Les Battants, La Coudroie, Les Bernets, Le Breuil, La Garenne, La belle Epine, La Moquerie, Le Clou, Valvry, Les Cités

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Dompierre-sur-Nièvre Giry Oulon Rose des vents
Beaumont-la-Ferrière N Lurcy-le-bourg
O    Prémery    E
S
Sichamps Nolay

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours des journées du 25 et du 27 juin 1944, les troupes allemandes de l'École de Pionniers de Cosne-sur-Loire, résidant dans la caserne du 85e régiment d'infanterie de ligne, se sont livrées à différentes opérations à Thauvenay et à Prémery, à l'aide de camions réquisitionnés dans la journée du 24 juin et dont les chauffeurs et convoyeurs avaient été internés dans la caserne.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Usine Lambiotte (Prémery).

L'économie de Prémery fut dominée pendant 116 ans par l'usine Lambiotte. En 1886, les frères Lambiotte venus de Belgique installent une usine de charbon de bois. Au fil des années l'activité se développe avec l'exploitation des dérivés de la carbonisation des bois. Lambiotte devient ainsi l'un des plus gros producteurs français de charbon de bois et de produits chimiques dérivés du bois (acétone, formol, méthanol, arômes…). Cette activité était néanmoins très polluante[1]. Rachetée par la société Borden puis Bostik[1], le site a été fermé en 2003 et l'usine sera démolie prochainement[2].

Les entreprises

L'artisanat

Les commerces

Les services aux personnes

Les collectivités locales.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« De gueules aux trois tours donjonnées de trois pièces d'or, au chef cousu d'azur semé de fleurs de lys aussi d'or. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ?  ? M Bonnot PCF Conseiller général du canton de Prémery (1973-1979)
mars 2001 en cours Gilbert Germain SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 882 habitants, en diminution de -7,34 % par rapport à 2009 (Nièvre : -3,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 279 1 047 1 672 1 689 1 875 1 907 2 103 2 244 2 325
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 137 2 212 2 272 2 301 2 401 2 449 2 395 2 422 2 574
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 837 2 726 2 645 2 161 2 578 2 630 2 703 2 618 2 589
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
2 815 3 056 2 787 2 603 2 377 2 201 2 023 1 909 1 882
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

  • Ville fleurie : trois fleurs.
  • Foires et Marchés  : Les foires sont installées tous les premiers mardis du mois et les marchés tous les mardis et samedis matin toutes les semaines.

Vie Culturelle[modifier | modifier le code]

  • Cinéma :2 à 3 projections de films récents sont organisées par l'association SCENI QUA NON . La salle de cinéma est équipée d'une boucle d'induction magnétique pour personnes malentendantes. Les prothèses auditives doivent posséder une position "T".
  • Festival de musique : Le premier weed end de Juillet à la Collégiale.
  • Festival de la petite enfance : Festival des Arsouilles dernier week end de septembre.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Religieux
  • Église Saint-Marcel, église collégiale des XIIIe siècle et XIVe siècle remarquable par son chœur à deux étages de baies. Pietà en pierre polychrome avec reste d'orangé sur le visage de la Vierge et le corps du Christ de la fin du XVe siècle, Logo monument historique Classé MH (1907)[7] et plaque commémorative de Nicolas Appleine modèle des prêtres (XVe siècle). Pour visiter, voir Office du Tourisme dans la cour du château[8].
Civils
  • Château de Prémery, autrefois propriété des évêques de Nevers, XIIIe et XVIe siècles. Héberge actuellement l'Office du tourisme et l'Ensemble musical de Prémery.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Maurice Mignon (1882-1962) : universitaire et écrivain, né à Prémery.
  • Louis Arveau (1872-1937), éditeur, imprimeur et phototypiste, né à Prémery. Installé rue du Commerce, Louis Arveau fut le premier phototypiste bourguignon à reproduire des photographies dans sa série de douze « Albums Nivernais » parus en 1896 et 1897. Il est surtout connu pour avoir été un des premiers imprimeurs/éditeurs de cartes postales illustrées français.
  • André Brunot (1879-1973), acteur et sociétaire de la Comédie-Française, né à Prémery.
  • Alix Marquet (1875-1939), Sculpteur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fiche du Basias », (consulté le 20 janvier 2011)
  2. « Article du Journal du Centre », (consulté le 20 janvier 2011)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. René Giblin, Trésors cachés des églises de la Nièvre, La Camosine, 1990, p.13/160.p.
  8. Dépliant touristique du diocèse de Nevers, Visitez les églises de la Nièvre, Pastorale Tourisme & Loisirs, 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]