Leto Atréides II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Léto (homonymie).
Leto Atréides II
Personnage de fiction apparaissant dans
Dune

Blason de la Maison Atréides, un faucon rouge sur champ vert.
Blason de la Maison Atréides, un faucon rouge sur champ vert.

Alias Empereur-Dieu, Le Tyran
Origine Arrakis
Sexe Masculin
Espèce Humain-Ver des Sables
Activité(s) Empereur
Caractéristique(s) Découvreur du Sentier d'Or, déclencheur de la Grande Dispersion
Famille Paul Atréides (père), Chani (mère), Ghanima Atréides (sœur)
Affiliation Fremen, Maison Atréides
Entourage Stilgar, Duncan Idaho (nombreux gholas), Monéo Atréides (descendant, assistant), Siona Atréides (descendante)

Série(s) Les Enfants de Dune (2000)
Première apparition Dune (1964)
Dernière apparition Le Triomphe de Dune (2007)

Leto II Atréides est un personnage de fiction du cycle de Dune du romancier Frank Herbert.

Leto est le fils de l'empereur Paul Muad'dib Atréides et de la fremen Chani. Il est plus connu sous le nom de « l'Empereur-Dieu » ou « le Ver » de son vivant, mais sera nommé « le Tyran » après sa mort.

Description[modifier | modifier le code]

Leto II a fusionné son corps avec les truites des sables d’Arrakis et se métamorphose peu à peu en ver de sables ; il dira : « Ma peau n’est plus la mienne »[1].

Durant son règne qui durera 3 500 ans, Leto impose une paix forcée à l’humanité, dite « la Paix de Leto », destinée à faire évoluer l’humanité sur le chemin de sa survie, et conditionner son essor dans l'univers via la Grande Famine et la Dispersion, telle qu'il l'a vue dans sa grande vision presciente, « le Sentier d'Or ».

Organisation militaire[modifier | modifier le code]

L'Empereur-Dieu est le chef des Truitesses, son armée impériale composée uniquement de femmes, qui le vénèrent comme un dieu vivant, suivant ses commandements à la lettre.

Leto a pour chef de sa garde personnelle un ghola du soldat Duncan Idaho, que l'Empereur-Dieu fera créer en série par le Bene Tleilax durant toute la durée de son règne. Les gholas Ducan Idaho sont utilisés par l’Empereur-Dieu pour son programme génétique de sélection et de reproduction de l'espèce, programme concurrent de celui des Révérendes Mères du Bene Gesserit, que Leto leur a « confisqué » durant son règne.

Pour la plupart, « les Ducans » finissent par être tués, le plus souvent par Leto, se rebellant contre lui et tentant de l’assassiner : les Ducans ne peuvent supporter l'usage cynique et impitoyable du pouvoir de Leto, qui pour eux diverge des valeurs traditionnelles des Atréides qu'il a connus à son époque. Bien que certains Ducans vivent un long moment et fondent même une famille, rares sont ceux qui meurent de vieillesse dans leur lit.

Le dernier ghola Duncan Idaho parviendra à éliminer l’Empereur-Dieu, grâce à l’aide d’une des propres descendantes de la maison Atréides, Siona Atréides.

Le Sentier d'Or[modifier | modifier le code]

l’Empereur-Dieu a prévu sa propre fin grâce à sa vision presciente. Il s’ensuit un exode connu sous le nom de Grande Dispersion : l’humanité enfin débarrassée du joug du Tyran et de l’organisation féodale de l’ancien Empire, part peupler des planètes et des systèmes lointains, réalisant ainsi le Sentier d'Or envisagé par Leto.

Celui-ci laisse derrière lui des caches d’épice innombrables, des messages gravés dans les parois d’anciens sietch, et permet de reprendre le cycle naturel de Dune : la planète ayant été convertie en un endroit fertile, sa mort permet la création de nouvelles Truites des sables, qui jettent les bases d'un nouveau cycle pour les vers des sables, chacune de ces créatures possédant une perle de la conscience de l’Empereur-Dieu.

Leto II reviendra lui-même en tant que ghola aux cours des événements décrits par Les Chasseurs de Dune et Le Triomphe de Dune. Alors il participera, aux côtés des autres gholas — Duncan Idaho, Miles Teg, sa grand-mère Jessica, sa tante Alia, son père Paul et sa mère Chani — et de Sheana à l’achèvement de son Sentier d’Or, conduisant une dernière fois les vers des sables.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frank Herbert (trad. Michel Demuth), Les Enfants de Dune [« The Children of Dune »], France, Robert Laffont, coll. « Presse-Pocket / Rédemption »,‎ 1978 [détail de l’édition] (ISBN 2-266-01303-3), page 454