Sentier d'Or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dans l’univers de fiction de Dune de Frank Herbert, l’Empereur Dieu, Leto II mène l’humanité sur le Sentier d’Or, ou Secher Nbiw en langage Fremen, chemin de la sauvegarde de l’humanité. Pour y parvenir, il soumet l’humanité à 35 siècles de paix forcée, et entend par là modifier en profondeur le schéma génétique humain, soustraire son inclination aux guerres et le joug de l’ancienne structure féodale[1].

L’empereur pratique un programme de sélection génétique sur la lignée CorrinoAtréides afin d'obtenir des individus capables d'échapper aux visions prescientes.

Un autre élément du Sentier d’Or fut la Grande Dispersion qui, propageant l’humanité de galaxies en galaxies, la fit accéder à l’infinité la mettant ainsi à l’abri de l’extinction.

Sans le Sentier d'Or, l'humanité aurait déjà disparu dans les années ou siècles suivant les événements des Enfants de Dune [2].

Paix de Leto[modifier | modifier le code]

La Paix de Leto est une période durant laquelle, suite aux actions de l’Empereur-Dieu Leto II, le taux de conflits est tombé à moins de 2 % de ce qu’il était avant la prise du pouvoir de Leto.

« Des milliers d’années paisibles, dit Leto. Voilà ce que je vais leur donner. » Les Enfants de Dune, p. 460.

Cette paix artificielle a été imposée dans le cadre du Sentier d'Or. Leto contrôle et impose l’inactivité à toutes les forces, contenant les possibilités de l’Humanité comme dans une cocotte-minute. À la mort du Tyran, cette « paix » volera en éclats provoquant la Grande Dispersion, propulsant toute l’Humanité sur de nombreux et nouveaux chemins.

Voir également[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « En effet le Jihad Butlérien a créé une société féodale quelque peu bloquée ». Frank Herbert (trad. Michel Demuth), Dune, vol. tome II, France, Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction / Cycle de Dune », , 512 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-266-11403-4), page 8
  2. « Sans moi, il n'y aurait à présent plus de gens nulle part. Absolument plus personne. »Frank Herbert (trad. Guy Abadia), L'Empereur-Dieu de Dune [« God Emperor of Dune »], vol. tome IIII, France, Robert Laffont, coll. « Presses Pocket / Cycle de Dune », , 608 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-266-02723-9), page 490