Saison 11 de X-Files : Aux frontières du réel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saison 11 de
X-Files : Aux frontières du réel
Logo original de la série
Logo original de la série

Série X-Files
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine Fox
Diff. originale
Nb. d'épisodes 10

Chronologie

Cet article présente le guide des épisodes de la onzième saison de la série télévisée américaine X-Files : Aux frontières du réel, diffusée du au sur le réseau Fox et en simultané au Canada sur le réseau CTV. Dans les pays francophones, la saison a été diffusée en Suisse du au sur RTS Un et en France du au sur M6.

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Invités[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[1]

Production[modifier | modifier le code]

Attribution des rôles[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage de cette saison se déroule dans la région de Vancouver, où ont été tournées les cinq premières saisons de la série ainsi que la dixième.

Épisodes[modifier | modifier le code]

Épisode 1 : La Vérité est ailleurs, 3e partie[modifier | modifier le code]

Titre original
My Struggle III (trad. litt. : « Ma lutte, 3e partie »)
Numéro de production
209 (11-01)
Code de production
2AYW01
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 5,15 millions de téléspectateurs[3] (première diffusion)
  • Drapeau du Canada Canada : 1,351 million de téléspectateurs[4] (première diffusion + différé 7 jours)
  • Drapeau de la France France : 1,49 million de téléspectateurs[5] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Scully a sombré dans le coma et son activité cérébrale déconcerte les neurologues. Quand elle reprend conscience, elle prévient Mulder et Skinner : l'Homme à la cigarette est encore en vie, plus influent que jamais, et William pourrait être la clé pour l’arrêter.
Commentaires
  • C.G.B. Spender, alias l'homme à la cigarette, révèle pour la première fois son nom en entier : Carl Gerhard Bush Spender.
  • Cet épisode marque le retour de Jeffrey Spender (Chris Owens), dont la dernière apparition remonte au final de la saison 9.
  • Le tagline change, et pour la première fois avec un effet visuel : de la disparition en fondu de « La vérité est ailleurs », « est » demeure et se décale sur la ligne de texte pour faire apparaître un nouveau message, « Le mensonge est ici ».

Épisode 2 : Une vie après la mort[modifier | modifier le code]

Titre original
This (trad. litt. : « Ceci »)
Numéro de production
210 (11-02)
Code de production
2AYW02
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 3,95 millions de téléspectateurs[6] (première diffusion)
  • Drapeau du Canada Canada : 1,197 million de téléspectateurs[7] (première diffusion + différé 7 jours)
  • Drapeau de la France France : 1,19 million de téléspectateurs[5] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Mulder et Scully sont contactés par un double numérique de Richard Langly, mort physiquement depuis 2002. Rapidement, une force militaire armée arrive pour les arrêter et personne, pas même Skinner, ne semble avoir l'autorité de les retenir.
Commentaires
  • C'est la première et unique fois de la série que Ringo Langly, membre cofondateur et jusque-là indissociable des Bandits solitaires (avec Melvin Frohike et John Byers), apparaît sans le reste de sa bande (les deux autres n’étant présents que sur la photographie encadrée chez Mulder).
  • Dans la copie de la photo des Bandits solitaires chez Mulder, on aperçoit une quatrième silhouette en arrière-plan, en haut à droite : il s'agit de This Man, un homme qui, d'après une légende urbaine répandue sur Internet, apparaîtrait sous une même apparence dans les rêves de gens qui ne se seraient jamais rencontrés ni concertés.
  • Le tagline change : « Accuse tes ennemis de ce dont tu es coupable ».
  • Scully rappelant les événements de N'abandonnez jamais à Muller qui en était totalement absent, elle apprend également que le virus mortel auquel les Bandits solitaires furent exposés alors est la souche la plus dangereuse du virus Marburg. Toutefois, elle affirme à Mulder l'incinération de leurs corps bien qu'ils furent pourtant inhumés à Arlington dans des cercueils.
  • Les épitaphes de certaines tombes d'Arlington affichées explicitement à l'écran portent des noms de personnes liées de près ou de loin à la série, en hommage et/ou par plaisanterie : Terry Hutcheson, Maximilian Lyman, Julie Ng (productrice du documentaire The X-Files: Re-Opened ainsi que des contenus supplémentaires des saisons 10 et 11) et George Donald Rivers (ami personnel de la famille du réalisateur‑scénariste).
  • Les épitaphes des Bandits solitaires indiquent des date et lieu de naissance pour chacun, qui correspondent tous les trois aux dates de décès d'un président américain :
  • La date commune de décès indiquée sur l'épitaphe des Bandits solitaires est exactement la même que celle de première diffusion de l'épisode où ils trouvèrent la mort (N'abandonnez jamais) : le . Idem pour celle de Gorge profonde (, date de première diffusion de Les Hybrides).
  • La stèle de Gorge profonde, enterré là depuis le finale de la première saison, révèle ses vrais nom, date et lieu de naissance : Ronald Pakula, né au Texas le (qui est aussi la date de naissance réelle de son interprète, Jerry Hardin).
  • La carte d'identification du FBI aperçue lors de la consultation des affaires non classées par Skinner, Mulder et Scully, est celle de Reggie Quelque Chose, homonyme du futur épisode L'Effet Reggie (4e de la saison).
  • L'intrigue et le lien entre Langly et Hamby rappellent l'épisode Clic mortel.

Épisode 3 : Les Jumeaux diaboliques[modifier | modifier le code]

Titre original
Plus One (trad. litt. : « Un de plus »)
Numéro de production
211 (11-03)
Code de production
2AYW03
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 3,95 millions de téléspectateurs[8] (première diffusion)
  • Drapeau du Canada Canada : 1,144 million de téléspectateurs[9] (première diffusion + différé 7 jours)
  • Drapeau de la France France : 1,07 million de téléspectateurs[5] (première diffusion)
Invités
  • Karin Konoval (Judy Poundstone / Chucky Poundstone)
  • Benjamin Wilkinson (Dean Cavalier)
  • Jared Ager-Foster (Arkie Seavers)
  • Denise Dowse (Docteur Babsi Russel)
  • Alison Araya (Infirmière Vickie Easton)
  • Lossen Chambers (Infirmière Peggy Easton)
  • Elizabeth Lavender (Serveuse séduisante)
  • Thabo Ketshabetswe (Garde)
  • Rhett Spencer (Premier gars)
  • Kathryn Kirkpatrick (Réceptionniste)
Résumé détaillé
Mulder a vent d'une affaire classée X : une vague de suicides touche une petite ville, et toutes les victimes se sont dites harcelées par leurs doubles. Scully se montre comme toujours sceptique mais intéressée par une femme schizophrène qui semble avoir un lien particulier avec son jumeau, tous deux liés aux morts.
Commentaires
  • Un effet visuel en rapport avec l'intrigue est appliqué au tagline : le message se dédouble par effet de fondu.

Épisode 4 : L'Effet Reggie[modifier | modifier le code]

Titre original
The Lost Art of Forehead Sweat (trad. litt. : « L'art perdu de la sueur sur le front »)
Numéro de production
212 (11-04)
Code de production
2AYW04
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 3,87 millions de téléspectateurs[10] (première diffusion)
  • Drapeau du Canada Canada : 1,114 million de téléspectateurs[11] (première diffusion + différé 7 jours)
  • Drapeau de la France France : 801 000 téléspectateurs[12] (première diffusion)
Invités
  • Brian Huskey (Reggie Quelque Chose)
  • Bill Dow (Panghorn)
  • Stuart Margolin (Dr Thaddeus Q. Ils)
  • Dan Zukovic (Martin)
  • Keith Arbuthnot (Alien)
  • Alex Diakun (Buddy / Le diable)
  • Susan Wright (La mère de Reggie)
  • Antonio Cayonne (Le premier agent du FBI)
  • Wolsey Brooks (Le second agent du FBI)
  • Ryan Hesp (Le premier acolyte)
  • Shane Dean (Le second acolyte)
  • Charles Andre (Détenu)
Résumé détaillé
Mulder est contacté par un homme inconnu qui clame connaître la conspiration ultime : il serait possible de manipuler les souvenirs du peuple et le gouvernement aurait réussi à faire en sorte que l'informateur n'existe plus, lui et ses souvenirs. Scully pense que l’inconnu va trop loin dans les théories, Mulder croit à l'effet Mandela, mais l'inconnu a des preuves troublantes.
Commentaires
  • Reggie Quelque Chose (Reggie Something en VO) était annoncé par la série bien avant son apparition physique : sa carte d'identification du FBI peut être entraperçue parmi les fichiers scannés des affaires non classées consultés par Skinner, Mulder et Scully dans l'épisode 2, Une vie après la mort.
  • Reggie avance à Mulder pour le convaincre que le premier épisode de La Quatrième Dimension qu'il aurait vu enfant, s'intitulerait « Le Martien perdu » : clins d’œil au sobriquet de Mulder (« le Martien ») ainsi qu'à sa quête personnelle de vérité dans les précédentes saisons.
  • Mulder et Scully parlent de la probabilité de confondre un épisode parmi deux séries télévisées comme La Quatrième Dimension et Au-delà du réel. Fait ironique : à l'époque de sa première diffusion dans les pays francophones, X-Files : Aux frontières du réel pouvait parfois être confondu (notamment à cause de la ressemblance des titres francophones, des genres télévisuels similaires ainsi qu'un développement et une présence au quotidien des TIC moindres par rapport au XXIe siècle) avec la série canadoaméricaine Au-delà du réel (L'aventure continue); diffusée à la même époque.
  • Mulder avoue à Scully avoir marqué un « X » à sa fenêtre : c'est la première fois depuis la reprise de la série qu'il réutilise ce procédé récurrent, qui lui servait de code tacite pour entrer en contact avec des informateurs.
  • L'intrigue de l'épisode et la situation de Reggie, apparemment poursuivi par des hommes incarnant des silhouettes uniformes et menaçantes, rappellent le film australoaméricain Dark City. Le responsable du complot ultime est appelé « le Dr Ils » (Dr They en VO) : le pronom personnel « ils » est couramment utilisé pour désigner sans le nommer : un groupuscule, ou une organisation secrète voire désincarnée, ou des acteurs et/ou instigateurs indistincts ou indéterminés ; d'une conspiration présumée ou d'une machination quelconque.
  • Le « Mengele » à qui Reggie Quelque Chose attribue la paternité du véritable nom de l'effet Mandela sur des motifs uchroniques, est le célèbre Todesengel (« L'Ange de la Mort »). Dans le même paradigme, il attribue la paternité du rasoir d'Ockham non pas à ce dernier, mais à Ötzi.
  • L'acteur Bill Dow est un ancien de la série : en plus du rôle d'un épisode du Dr Rick Newton dans La Guerre des coprophages, il interprétait notamment le personnage du Dr Chuck Burks, un spécialiste et analyste en imagerie, contact de Mulder qui servait régulièrement de consultant au duo. Le trait d'humour que son personnage fait à propos de la figurine d'Evel Knievel est dû à la carrière et l'expérience du cascadeur.
  • Le slogan provocateur They Can't Lick Our Dick de l'affiche de campagne de Richard Nixon en arrière-plan peut se traduire par « Ils ne peuvent pas nous sucer la bite ».
  • À partir de la révélation de Reggie qu'il serait lui aussi leur équipier aux affaires non classées, se joue une version alternative du générique (au thème musical vocal et minimaliste ; brisant le quatrième mur en créditant non pas les acteurs, mais les personnages « Fox Mulder », « Dana Scully » et « Reggie Quelque Chose » qui est intégré aux plans par trucage ; et au tagline « La vérité est ailleurs ? ») et des scènes d'anciens épisodes retouchées et remontées pour intégrer Reggie comme un personnage principal à part entière des événements et de la diégèse de X-Files.
  • Au travers de ces vidéos d'archives, réapparaissent brièvement pour l'occasion d'anciens personnages, comme par exemple Melvin et Byers (les deux autres membres décédés des Bandits solitaires avec Ringo), Clyde Bruckman (le véritable voyant de Voyance par procuration) ou encore le monstre contorsionniste et hépatophage Tooms. Dans cette version « réécrite » de l'histoire, c'est Reggie qui surprend Eddie Van Blundht changé en Mulder et en train d'entreprendre Scully sur le canapé dans La Queue du diable : lorsque Van Blundht reprend son apparence normale, Reggie l'abat sans sommation.
  • L'idée de l'épisode peut être considérée dans l'hypothèse comme un brisement de quatrième mur.
  • Dans sa discussion avec Mulder sur le vrai et le faux, ironiquement le Dr Ils fait une contrevérite par un Ipse dixit erroné, attribuant le « Celui qui contrôle le passé contrôle le futur. » de George Orwell à Orson Welles. Quand Mulder rend à César ce qui est à César en réattribuant la citation à Orwell, Ils laisse entendre de manière dédaigneuse que ce ne serait que temporaire (puisqu'il aurait le pouvoir de modifier cette vérité).
  • L'ambulance dans le parking souterrain rappelle le véhicule d'SOS Fantômes. Le nom de l'établissement auquel il apparient est écrit au-dessus de la vitre arrière : « Spotnitz Sanitarium ».

Épisode 5 : Ghouli[modifier | modifier le code]

Titre original
Ghouli
Numéro de production
213 (11-05)
Code de production
2AYW05
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 3,64 millions de téléspectateurs[13] (première diffusion)
  • Drapeau du Canada Canada : 1 million de téléspectateurs[14] (première diffusion + différé 7 jours)
  • Drapeau de la France France : 1,12 million de téléspectateurs[15] (première diffusion)
Invités
  • Miles Robbins (William Mulder / Jackson Van De Kamp)
  • William B. Davis (l'homme à la cigarette)
  • Louis Ferreira (Inspecteur Costa)
  • Madeleine Arthur (Sarah Turner)
  • Sarah Jeffery (Brianna Stapleton)
  • Ben Cotton (Monsieur Paulsen)
  • Zak Santiago (Monsieur Green)
  • François Chau (Peter Wong)
  • Cameron Forbes (Docteur Harris)
  • Sunita Prasad (Docteur Aliyeh Scholz)
  • Keith Arbuthnot (Ghouli)
  • Devon Alexander (Barista)
  • Troy Anthony Young (Monsieur Van De Kamp)
  • Robyn Bradley (Madame Van De Kamp)
Résumé détaillé
Deux jeunes femmes se sont retrouvées sur l'épave d'une péniche à la poursuite d'une légende urbaine, mais prises de visions horrifiques, elles ont manqué de s'entretuer. Scully est prise d'une vision étrange au réveil, semblable à celle des deux jeunes femmes, qui connaissent Jackson Van de Kamp, le nom d'adoption de William.
Commentaires
  • Le tagline change : « Vous voyez ce que je veux que vous voyiez ».
  • Cet épisode marque la première réapparition du personnage William, le fils de Mulder et Scully qui avait été mis à l'adoption (par sa mère et Jeffrey Spender) dans l'épisode 16 de la saison 9.

Épisode 6 : Le Retour du monstre[modifier | modifier le code]

Titre original
Kitten (trad. litt. : « Chaton »)
Numéro de production
214 (11-06)
Code de production
2AYW06
Première diffusion
Réalisation
Carol Banker
Scénario
Gabe Rotter
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 3,74 millions de téléspectateurs[16] (première diffusion)
  • Drapeau du Canada Canada : 987 000 téléspectateurs[17] (première diffusion + différé 7 jours)
  • Drapeau de la France France : 1,05 million de téléspectateurs[15] (première diffusion)
Invités
  • Cory Rempel (Walter Skinner jeune)
  • Brendan Patrick Connor (Shérif Mac Stenzler)
  • James Pickens Jr. (Alvin Kersh)
  • Haley Joel Osment (Davey James / John « Chaton » James jeune)
  • Patrick Keating (Mendiant)
  • Charles Andre (Ozzy Krager)
  • Jeremy Jones (Sergent)
  • Peter Hall (Docteur Matthew Wegweiser)
  • Robert Mann (Hillbilly Ed)
  • Zachary Choe (Garçon vietnamien)
  • Shane Symons (L'autre marine)
  • Johnson Phan (Quon)
  • Jovan Nenadic (John « Chaton » James âgé)
  • Rob Fournier (canonnier)
  • Shawn Beaton (Le monstre)
Résumé détaillé
Walter Skinner a disparu et le directeur Kersh, bien qu’appréciant peu les deux agents, ordonne à Mulder et Scully de le retrouver. Des indices chez leur supérieur les amène à Mud Lick, où vivent plusieurs anciens combattants du bataillon de Skinner pendant la guerre du Viet Nam, dont certains auraient été exposés à un gaz hallucinogène développé par l'armée américaine.
Commentaires
  • Le tagline change : « Une guerre n'est jamais terminée ».
  • Cet épisode marque la première réapparition du personnage d'Alvin Kersh interprété par James Pickens Jr. depuis le finale de la saison 9.
  • On apprend par Scully le second prénom de Skinner (Sergei), mais aussi son surnom au sein de son unité militaire pendant la Guerre du Viêt Nam : « l'Aigle ».
  • Après Chris Owens (jeune Carl Gerhard Bush Spender/Jeffrey Spender), c'est au tour d'Haley Joel Osment d'interpréter à la fois un père dans sa jeunesse et son fils au même âge dans la série.

Épisode 7 : Rm9sbG93ZXJz[modifier | modifier le code]

Titre original
Rm9sbG93ZXJz
Numéro de production
215 (11-07)
Code de production
2AYW07
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Kristen Cloke et Shannon Hamblin
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 3,23 millions de téléspectateurs[18] (première diffusion)
  • Drapeau du Canada Canada : 1,130 million de téléspectateurs[19] (première diffusion + différé 7 jours)
  • Drapeau de la France France : 995 000 téléspectateurs[12] (première diffusion)
Invités
  • Candus Churchill (Shirley)
  • Ashley Lambert (Voix originale du service client)
  • Matt Corboy (Voix originale de la science)
  • Sitara Attaie (Voix originale du service client E-Norm-Uz)
  • Scott Higgs (Voix originale de la voiture Whipz)
  • Kristen Cloke (Voix originale de Wendy)
  • Nikita Wyllie (Voix originale de Gydz)
Résumé détaillé
Dans un futur alternatif où les drones gèrent toutes les tâches du quotidien, Mulder et Scully voient peu à peu les choses dérailler pendant une soirée dans un restaurant de sushis.
Commentaires
  • Le titre est un code en base64 et signifie Followers (« suiveurs »). De même, le message à la fin du générique « VGhlIFRydXRoIGlzIE91dCBUaGVyZQ= » (The Truth is Out There ; « La vérité est ailleurs »).
  • Le nom du restaurant japonais, フォロワー (en rōmaji « FOROWĀ »), est l'anglicisme de Follower (« suiveur »). Comme pour le titre de l'épisode, ce terme désigne sur Internet (plus spécifiquement, un dit « réseau social »), une personne recensée — qu'elle soit réelle ou, par exemple, un bot — comme s'intéressant et/ou se tenant ponctuellement informée des contenus ou activités virtuelles d'une autre physique ou morale (actions qui ont généralement une considération tacite de validation et de valeur sociales pour la suivie, et ne sont donc pas perçues péjorativement contrairement à celles du stalker).
  • En excluant la dernière séquence, l'épisode fonctionne comme un huis clos, Mulder et Scully étant les seuls individus présents. Nonobstant les voix synthétiques, il n'y a pratiquement aucun dialogue et la musique diégétique est, elle aussi, quasiment absente.
  • Cet épisode-concept fonctionne sur le principe de l'anticipation, illustrant dans un futur plus ou moins proche la dégradation des rapports humains face à un excès de technologie et d'automatisation au quotidien, les travers et abus intrusifs du consumérisme et du cyberharcèlement contre l'individu, ainsi que les dangers de l'omniprésence d'une intelligence artificielle autonome et d'une dépendance envers elle, affranchie de toute intervention ou réglementation humaine.
  • Scully utilise le nom de Queequeg (feu son chien, du harponneur de Moby Dick) comme mot de passe pour le système domotique de sa maison, et son code d'alarme est 0223 (comme sa date d'anniversaire, le ). On apprend également son lieu de naissance (Annapolis).
  • Lorsque Mulder par frustration et humour face aux échecs répétés d'une tentative de connexion informatique, fait mine de se poignarder puis s'éviscérer lui-même avec ses ciseaux, il singe grossièrement une méthode d'éventration effectuée au terme du seppuku, un ancien rituel japonais de suicide datant du XIIe siècle.
  • Erreur technique : la cafetière électrique de Scully paraissant tout ce qu'il y a de plus classique (alimentée par prise et possédant un réservoir d'eau à remplissage manuel avec une capacité égale ou inférieure au récipient) et l'épisode ne comportant aucun phénomène à caractère paranormal, il est donc impossible qu'elle puisse autant déborder d'elle-même sans intervention humaine.
  • Scully reçoit sur son système domotique une notification indiquant l'approche de l'anniversaire de Walter Skinner, ce qui situe les événements de l'épisode un peu avant le . Elle reçoit également un rappel à dégeler du poulet pour la venue prochaine d'un certain « Scott » à dîner : une allusion humoristique à Scott Reynolds, ancien chanteur du groupe de punk rock ALL, qui avait posté en 2016 une vidéo sur Internet, Gillian Anderson, Please Go On A Date With Me[20], où il interprète une chanson qu'il a écrite pour inviter l'actrice interprète de Scully à sortir avec lui.
  • Le portrait de This Man (déjà présent sur l'exemplaire de la photo des Bandits solitaires encadrée chez Mulder) est à nouveau visible, sur le tableau d'affichage du local de repos de l'usine où sont acculés Mulder et Scully.
  • Le tableau du restaurant dans le premier plan de la dernière scène et qui fait écho, à ladite scène, au premier plan de Mulder et Scully au FOROWĀ (juste après le générique d'ouverture) et à l'épisode en général, est un détournement d'un véritable tableau : « Nighthawks », d'Edward Hopper (les trois hommes figurant originellement au comptoir avec la dame étant ici remplacés par des robots).
  • Dans cette scène, Mulder reçoit sur son appareil un message énigmatique (avec « UFOs » en objet) de Harry Reid : « Le NYT est au courant concernant l'Advanced Aerospace Threat Identification Program[21] [‹ Programme d’identification des menaces aérospatiales avancées ›]. S'ils vous trouvent… NIEZ TOUT. ». L'AATIP est un programme de recherche secret (au point qu'il aurait même souffert de problèmes de transparence au sein de son propre personnel) sur les OVNI que le Pentagone a effectué (et effectuerait toujours, selon un ancien employé).

Épisode 8 : Les Forces du mal[modifier | modifier le code]

Titre original
Familiar (trad. litt. : « Familier »)
Numéro de production
216 (11-08)
Code de production
2AYW09
Première diffusion
Réalisation
Benjamin Van Allen
Scénario
Karen Nielsen
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 3,46 millions de téléspectateurs[22] (première diffusion)
  • Drapeau du Canada Canada : 997 000 téléspectateurs[23] (première diffusion + différé 7 jours)
  • Drapeau de la France France : 953 000 téléspectateurs[15] (première diffusion)
Invités
  • Alex Carter (Chef Strong)
  • Jason Gray-Stanford (Officier Eggers)
  • Erin Chambers (Anna Strong)
  • Roger Cross (Officier Wentworth)
  • Sebastian Billingsley-Rodriguez (Andrew Eggers)
  • Michael Q. Adams (Pasteur)
  • Emma Oliver (Emily Strong)
  • Sean Campbell (Officier Sean)
  • Ken Godmere (Melvin Peter)
  • Kwesi Ameyaw (Juge)
  • Keith Arbuthnot (Monsieur Rigolo)
  • John Perrotta (L'huissier)
  • Philip Cabrita (Le citadin)
  • Monique Durlan (La citadine)
Résumé détaillé
La mort brutale d'un garçon de 6 ans en forêt amène Mulder et Scully dans le village d'Eastwood au Connecticut. La police est à cran, le père de la victime étant un policier, et si Scully recherche un tueur humain, Mulder s'intéresse au passé de la ville et à la chasse aux sorcières qu'elle a connue.
Commentaires
  • Le coyloup mentionné par Mulder, que Scully croit être une autre de ses exubérances, est une espèce hybride existante et avérée.
  • L'épisode comporte une incohérence par rapport à l'évolution des personnages (probablement dû à un cliché scénaristique et une méconnaissance de la série) qui nuit à la continuité : après visite de la scène de crime, Scully (caricaturalement sceptique et paradoxalement, catholique assumée) nie catégoriquement à Mulder la possibilité de l'existence de la combustion spontanée ainsi que de tout phénomène qui toucherait au Diable et à la magie noire, ce qui contredit totalement les anciennes affaires (antérieures à la reprise de la série en , comme par exemple celles de L'Incendiaire, La Main de l'enfer, Sanguinarium, Pauvre Diable ou encore La Morsure du mal) où ils (parfois même, Scully personnellement et seule comme dans L'Âme en peine) ont déjà été témoins, acteurs ou victimes, et de manière avérée et incontestée, de ces types de phénomènes.
  • Les « Superbidules » vus à la télévision sont une parodie des Télétubbies, personnages de l'éponyme émission britannique pour la jeunesse.

Épisode 9 : Rien n'est éternel [modifier | modifier le code]

Titre original
Nothing Lasts Forever (trad. litt. : « Rien ne dure éternellement »)
Numéro de production
217 (11-09)
Code de production
2AYW08
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Karen Nielsen
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 3,01 millions de téléspectateurs[24] (première diffusion)
  • Drapeau du Canada Canada : 861 000 téléspectateurs[23] (première diffusion + différé 7 jours)
Invités
  • Micaela Aguilera (Olivia Bocanegra)
  • Garrett Black (Le technicien)
  • Carlena Britch (Juliet Bocanegra)
  • Genevieve Buechner (Kayla)
  • Jere Burns (Docteur Randolph Luvenis)
  • Samuel Patrick Chu (Warren)
  • Fabiola Colmenero (Josephine Bocanegra)
  • Guy Fauchon (Docteur Dave)
  • Nick Heffelfinger (Calvin)
  • Aidan Kahn (Agent Colquitt)
  • Albert Nicholas (Agent Bludworth)
  • Nailya Red (Membre du culte)
  • Fiona Vroom (Barbara Beaumont)
Résumé détaillé
Alors qu'ils enquêtent sur un trafic d'organes humains dans New York, Mulder et Scully sont confrontés à un culte organisant des rituels macabres.

Épisode 10 : La Vérité est ailleurs, 4e partie[modifier | modifier le code]

Titre original
My Struggle IV (trad. litt. : « Ma lutte, 4e partie »)
Numéro de production
218 (11-10)
Code de production
2AYW10
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 3,43 millions de téléspectateurs[25] (première diffusion)
  • Drapeau du Canada Canada : 1,017 million de téléspectateurs[26] (première diffusion + différé 7 jours)
  • Drapeau de la France France : 638 000 téléspectateurs[12] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
La course contre la montre est lancée pour Mulder et Scully afin de retrouver William sain et sauf, mais l'Homme à la cigarette n'a pas dit son dernier mot et compte bien utiliser tous les moyens pour le retrouver lui aussi...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche du doublage français de la série », sur RS Doublage, (consulté le 7 décembre 2015) [m-à-j].
  2. « The X-Files Saison 11 : FOX annonce la date du retour de Mulder et Scully », sur Critictoo,
  3. (en) Rick Porter, « Chicago PD adjusts up, The X-Files adjusts down: Wednesday final ratings », sur TVbytheNumbers,
  4. (en) « Audience du 1er épisode au Canada » [PDF], sur Numéris,
  5. a b et c « X-Files (saison 11) : quelle audience pour le retour de Mulder et Scully sur M6 ? », sur Toutelatele.com, .
  6. (en) Rick Porter, « Speechless adjusts up: Wednesday final ratings », sur TVbytheNumbers,
  7. (en) « Audience du 2e épisode au Canada » [PDF], sur Numéris,
  8. (en) Rick Porter, « Riverdale, X-Files and everything else unchanged: Wednesday final ratings », sur TVbytheNumbers,
  9. (en) « Audience du 3e épisode au Canada » [PDF], sur Numéris,
  10. (en) Rick Porter, « Match Game adjusts up: Wednesday final ratings », sur TVbytheNumbers,
  11. (en) « Audience du 4e épisode au Canada » [PDF], sur Numéris,
  12. a b et c « X-Files (bilan saison 11) : audiences catastrophiques pour la fin sur M6 », sur Toutelatele.com, .
  13. (en) Rick Porter, « The Amazing Race adjusts up, The Blacklist adjusts down: Wednesday final ratings », sur TVbytheNumbers,
  14. (en) « Audience du 5e épisode au Canada » [PDF], sur Numéris,
  15. a b et c « X-Files : quelle audience pour la suite de la saison 11 et le retour du monstre sur M6 ? », sur Toutelatele.com, .
  16. (en) Rick Porter, « Riverdale adjusts up: Wednesday final ratings », sur TVbytheNumbers,
  17. (en) « Audience du 6e épisode au Canada » [PDF], sur Numéris,
  18. (en) Rick Porter, « Speechless adjusts up: Wednesday final ratings », sur TVbytheNumbers,
  19. (en) « Audience du 7e épisode au Canada » [PDF], sur Numéris,
  20. (en) Scott Reynolds, « Gillian Anderson, Please Go On A Date With Me », sur YouTube,
  21. (en) Wikipedia, « Advanced Aviation Threat Identification Program », sur Wikipedia,
  22. (en) Rick Porter, « The Goldbergs and Riverdale adjust up, Chicago PD and Life Sentence down: Wednesday final ratings », sur TVbytheNumbers,
  23. a et b (en) « Audience du 9e épisode au Canada » [PDF], sur Numéris,
  24. (en) Rick Porter, « The X-Files adjusts down: Wednesday final ratings », sur TVbytheNumbers,
  25. (en) Rick Porter, « Survivor, The Goldbergs and Modern Family adjust up, Speechless adjusts down: Wednesday final ratings », sur TVbytheNumbers,
  26. (en) « Audience du 10e épisode au Canada » [PDF], sur Numéris,