Saison 9 de X-Files : Aux frontières du réel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saison 9 de
X-Files : Aux frontières du réel
Logo original de la série
Logo original de la série

Série X-Files
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine FOX
Diff. originale
Nb. d'épisodes 19

Chronologie

Cette page recense les épisodes de la neuvième saison de la série télévisée américaine X-Files : Aux frontières du réel.

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Acteurs récurrents[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

Épisode 1 : Nouvelle Génération, 1re partie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nouvelle Génération.
Titre original
Nothing Important Happened Today I (trad. litt. : « Rien d’important ne s’est produit aujourd’hui »)
Numéro de production
183 (9-01)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 10,6 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Le directeur Alvin Kersh engage les agents du FBI John Doggett et Monica Reyes pour enquêter sur la disparition de Fox Mulder. Monica Reyes découvre que Brad Follmer, l'assistant du directeur, possède deux vidéos sur la naissance du fils de Dana Scully. L'enquête interne déclenchée par Doggett au sujet d'un complot au FBI provoque une tempête au sein du service. Pendant ce temps, un fonctionnaire de l'Environnement est assassiné : il s'intéressait de trop près à certaines substances présentes dans l'eau potable.
Commentaires
Le générique du début change une seconde fois, avec de nouveaux visuels et d'autres, actualisés comme la musique. De même qu'Annabeth Gish (Monica Reyes) et Mitch Pileggi (Walter Skinner) sont ajoutés pour la première fois aux crédits, David Duchovny est à nouveau absent du générique.

Épisode 2 : Nouvelle Génération, 2e partie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nouvelle Génération.
Titre original
Nothing Important Happened Today II (trad. litt. : « Rien d'important ne s'est produit aujourd'hui »)
Numéro de production
184 (9-02)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 9,4 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Scully assiste les agents Doggett et Reyes dans l'enquête sur la contamination de l'eau. Leur piste les mène vers un étrange laboratoire clandestin caché dans un navire de la marine marchande, construit pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant ce temps, Scully se pose toujours des questions sur les relations entre son bébé et un complot du gouvernement. Doggett entretient des liens très particuliers avec Shannon. Celle-ci lui apprend qu'elle n'est pas un être humain comme les autres, mais le résultat d'un demi-siècle de recherches secrètes. Non seulement elle n'éprouve jamais le besoin de dormir, mais elle peut aussi respirer sous l'eau...
Commentaires

Épisode 3 : Dæmonicus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dæmonicus.
Titre original
Dæmonicus (trad. litt. : « Démoniaque »)
Numéro de production
185 (9-03)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 8,7 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
  • James Remar (Josef Kobold)
  • Tim Halligan (Darren Mountjoy)
  • Sarah Benoit (Evelyn Mountjoy)
  • James Rekart (Paul Gerlach)
  • Lou Richards (Officier Custer)
Résumé détaillé
Doggett et Reyes enquêtent sur des crimes à caractères rituels ce qui les conduit sur les traces d'un professeur dans un asile psychiatrique qui incite des personnes à tuer.
Commentaires
  • Le titre Dæmonicus peut se traduire par « démoniaque », ou bien « Satan » en latin.
  • Le choix des victimes est expliqué comme suit :
    • DA (Darren Mountjoy),
    • E (Evelyn Mountjoy) ,
    • MONI (Dr Monique Sampson),
    • CUS (Officier Custer).

Épisode 4 : 4-D[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 4-D.
Titre original
4-D
Numéro de production
186 (9-04)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 8,9 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
  • Cary Elwes (Brad Follmer)
  • Dylan Haggerty (Erwin Lukesh)
  • Angela Paton (Mme Lukesh)
  • Lo Ming (Dr Kim)
  • Gil Colon (Agent Rice)
Résumé détaillé
Un homme tue Monica Reyes et blesse grièvement John Doggett… dans une autre dimension.
Commentaires
  • Le titre 4-D fait référence à la quatrième dimension, le temps[1].
  • Lorsque Reyes au chevet de Doggett lui énonce la théorie de l'univers parallèle, il écrit en guise de réponse sur son moniteur que ça fait « trop Star Trek ».
  • L'épisode est dédié à la mémoire de Ricky Loyd Arreguin (de son vrai nom Ricardo David Loyd, -), beau-fils de l'accessoiriste Jose Arreguin, qui a été assassiné en pleine rue par un gang.

Épisode 5 : Le Seigneur des mouches[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Seigneur des mouches.
Titre original
Lord of the Flies
Numéro de production
187 (9-05)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 9,9 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Scully, Doggett et Reyes doivent découvrir si un garçon, nommé Dylan, peut contrôler les mouches, car un jeune homme de son lycée a été dévoré de l'intérieur par ces insectes.
Commentaires
  • Le titre original de l'épisode fait référence au livre culte de William Golding, Sa Majesté des mouches (titré Lord of the Flies dans son édition originale).
  • L'émission du groupe de David Winkle, Dumbass Show, rappelle la véritable émission américaine Jackass.
  • La Fox, qui produit la série, est mentionnée explicitement dans l'épisode.

Épisode 6 : Ne faites confiance à personne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ne faites confiance à personne.
Titre original
Trust No 1
Numéro de production
188 (9-06)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 8,4 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Scully reçoit un courriel de Mulder lui indiquant qu'elle lui manque, tout comme William. Scully est mise sur écoute et espionnée. Un couple travaillant pour la NSA s'introduit alors chez elle pour observer son enfant. Leur chef, qui veut absolument transmettre des informations à Fox Mulder, s'avère être un « super soldat » qui veut éliminer Mulder ou l'enfant de Scully. Mulder devant revenir par un train arrivant à minuit, le super soldat attend sur le quai pour l'abattre, mais finit abattu par Doggett. Pris au piège dans une carrière, le super soldat n'était pas mort, mais semble réagir avec un minerai précis qui provoque son autodestruction.
Commentaires
  • Le tagline habituel change ; They’re watching (« Ils nous observent »).
  • Le message Trust no one (« Ne te fie à personne ») est récurrent dans la série. Il a été utilisé par :
    • Gorge profonde, en guise de derniers mots prononcés à Scully durant le dernier épisode la première saison, Les Hybrides (dont c'est également le tagline) ;
    • Mulder, comme mot de passe de son ordinateur (TRUSTNO1) dans Les Petits Hommes Verts puis comme adresse électronique dans cet épisode (trust_no1@mail.com) ;
    • L'homme à la cigarette, qui l'avait fait graver sur son briquet (Trust no one).
    • La plupart des protagonistes, comme conseil ou ligne de conduite lors de périodes de conspiration, de poursuites et de danger, ou de situations équivoques.
  • Bien que Mulder soit au centre de l'intrigue avec Scully, David Duchovny n'apparaît pas réellement dans l'épisode, les plans du personnage se résumant à des scènes d'épisodes antérieurs.
  • C'est la troisième participation de Terry O'Quinn (crédité sous son vrai nom, Terrance Quinn) dans la série, après Aubrey (le lieutenant Brian Tillman) et le film Combattre le Futur (l'agent spécial en charge Darius Michaud). Il a également tenu le rôle récurrent de Peter Watts dans la série dérivée MillenniuM.
  • L'adresse électronique de Scully (queequeg0925@hotmail.com) est un clin d’œil à son chien Queequeg, légué par Clyde Bruckman (Peter Boyle) dans Voyance par procuration et qui trouva la mort face à un monstre marin dans l'épisode Les Dents du lac. La référence au harponneur de Moby Dick est voulue, son défunt père l'ayant elle-même surnommée par jeu Starbuck et lui-même, Achab.
  • Dans la boîte de réception de Scully, figure l'adresse du FBI d'un certain « Dr Stanton » : allusion au personnage homonyme de DC Comics, qui est doublé dans la série animée Batman, la relève par Mitch Pileggi (Walter Skinner).

Épisode 7 : Amnésie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Amnésie (X-Files).
Titre original
John Doe (trad. litt. : « Monsieur X »)
Numéro de production
189 (9-07)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 8,7 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
L’agent spécial John Doggett se réveille dans un petit village du Mexique, seul et sans souvenirs.
Commentaires
  • Le titre original (dont la proximité phonétique avec John Doggett n'est pas anodine) est une expression anglophone pour désigner les personnes non identifiées.
  • Barbara Patrick, qui interprète Barbara Doggett (l'ancienne épouse de John) dans cet épisode, est également l'épouse de son acteur (Robert Patrick).
  • Le tatouage de Doggett révèle qu'à l'armée, il faisait partie du 24th MAU (depuis rebaptisé MEU). La devise latine des Marines, Semper fidelis, signifie « toujours fidèle ».

Épisode 8 : Écorchés[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Écorchés (X-Files).
Titre original
Hellbound (trad. litt. : « Damné »)
Numéro de production
190 (9-08)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 7,8 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Des visions étranges d'hommes écorchés vifs poussent l’agent Reyes à regarder une affaire sous un autre angle.

Épisode 9 : La Prophétie, 1re partie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Prophétie (X-Files).
Titre original
Provenance
Numéro de production
191 (9-09)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 9,7 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Un agent du FBI, infiltré dans une secte, retourne clandestinement en Amérique et est gravement blessé dans un accident de moto. Le lendemain matin, les grands pontes de l’agence convoquent Scully à la suite des similitudes entre l’accident et une ancienne affaire non classée. L'enfant de Scully manifeste des capacités psychiques d'extraterrestre.
Commentaires
Les événements de cet épisode renvoient à l'épisode La Sixième Extinction.

Épisode 10 : La Prophétie, 2e partie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Prophétie (X-Files).
Titre original
Providence
Numéro de production
192 (9-10)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 8,4 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Scully demande de l'aide aux Bandits solitaires et à Reyes pour retrouver son fils William, qui après avoir échappé à une tentative de meurtre par Robert Comer (l'agent infiltré), est enlevé sous la menace par la membre de la secte qui est également responsable du coma de Doggett.

Épisode 11 : Audrey Pauley[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Audrey Pauley.
Titre original
Audrey Pauley
Numéro de production
193 (9-11)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 8 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Reyes est gravement blessée dans un accident de voiture, l'hôpital la met avec les autres patients comateux. Doggett essaie de la sauver.
Commentaires
C’est le second passage de Tracey Ellis dans la série, après son rôle (six ans plus tôt) de Lucy Householder dans Souvenir d’oubliette.

Épisode 12 : Dans les abîmes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dans les abîmes.
Titre original
Underneath (trad. litt. : « Au-dessous »)
Numéro de production
194 (9-12)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 7,8 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
  • W. Earl Brown (Robert M. Fassl)
  • Lisa Darr (Jana Fain)
  • Robert Curtis Brown (Damon Kaylor)
  • Paul Vincent O'Connor (Brian Hutchinson)
  • Arthur Nascarella (Duke Tomasick)
  • Alan Davidson (L'homme barbu)
Résumé détaillé
Après 13 ans d’incarcération, Robert M. Fassl surnommé le « Tueur au tournevis » — et arrêté à l'époque sur les lieux des derniers crimes par John Doggett et son équipier quand ils travaillaient dans la police de New York — est disculpé à la suite d'une nouvelle analyse ADN. Malgré cela Doggett, qui était arrivé sur les lieux juste après les meurtres, est persuadé de sa culpabilité et jure qu'il recommencera une fois libéré.

Épisode 13 : Improbable[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Improbable (X-Files).
Titre original
Improbable
Numéro de production
195 (9-13)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 9,1 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Un tueur en série se base sur la numérologie pour commettre ses crimes.
Commentaires
  • Le tagline habituel change : Dio ti ama (« Dieu t'aime » en italien), dont la valeur numérologique (en rapport avec l'épisode) est 9.
  • La bande originale de l'épisode est signée Karl Zéro (titres tirés de son album de bossa nova Songs for cabriolet y otros typos de vehiculos), qui interprète (uniquement vocalement) le duo musical de fin El Bodeguero avec Henri Salvador.
  • L'intrigue de l'épisode exploite la croyance que les nombres auraient un certain lien causal ou une influence quantifiable sur tout ce qui existe : cet épisode débordant de symbolismes divers est le 13e de la saison, nombre lui aussi fortement symbolique qui, selon des superstitions répandues, attirerait la chance ou au contraire, le malheur.
  • L'échange sur la numérologie entre Reyes et Doggett (dont le chiffre numérologique serait d'après elle le 6, comme celui du numéro de production de l'épisode — 195, « 1+9+5 = 15 → 1+5 = 6 » — et de sa date de première diffusion — le 07/04/2002, « 7+4+2+2 = 15 → 1+5 = 6 ») ainsi que les références au chiffre 6 parsemées dans l'épisode, rappellent entre autres Numéro six, célèbre personnage de la série télévisée britannique Le Prisonnier, et sa fameuse réplique « Je ne suis pas un numéro, JE SUIS UN HOMME LIBRE ! » à laquelle Doggett fait allusion dans sa conclusion. Quant à Scully, son chiffre numérologique serait le 9 (comme le numéro de saison de l'épisode, ou 6 inversé) selon Reyes, dont le réveil-matin explicitement montré au moment de l'apprendre indique « 9:09 ».
  • Toujours un rapport numérologique avec l'intrigue et les chiffres 6 et 9 : le nom de la FOX (dont les trois lettres dans l'alphabet latin standard, sont les seules à valoir 6), qui ici se calcule « FOX → 6+6+6 = 18 → 1+8 = 9 ».
  • L'épisode laisse à penser que le personnage homonyme incarné par Burt Reynolds pourrait être Dieu.

Épisode 14 : Une vue de l'esprit[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Une vue de l'esprit.
Titre original
Scary Monsters (trad. litt. : « Affreux monstres »)
Numéro de production
196 (9-14)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 8,2 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
L'agent spécial Leyla Harrison conduit Reyes et Doggett dans les montagnes pour voir le comportement bizarre d'un père et son fils isolés du monde.
Commentaires
  • C'est la seconde apparition du personnage de Leyla Harrison (Jolie Jenkins), qui fut introduite au cours de la saison précédente dans l'épisode Seul.
  • Il est fait mention dans l'épisode à deux anciennes affaires non classées menées par Mulder et Scully : celles de Coup de foudre et Spores.

Épisode 15 : N'abandonnez jamais[modifier | modifier le code]

Article détaillé : N'abandonnez jamais.
Titre original
Jump the Shark (trad. litt. : « Sauter par-dessus le requin »)
Numéro de production
197 (9-15)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 8,6 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Les Bandits solitaires aident Morris Fletcher à stopper un virus mortel.
Commentaires
  • Cet épisode est une incursion entre X-Files et la série dérivée centrée sur Les Bandits solitaires qui en a résulté, The Lone Gunmen : Au cœur du complot (à laquelle l'épisode sert également de conclusion).
  • En plus d'être le troisième (et dernier) épisode centré sur Les Bandits solitaires, c'est aussi la troisième apparition du personnage de Morris Fletcher (Michael McKean) dans la série, après le double épisode Zone 51 (auquel il fait inconsciemment allusion) puis son caméo dans Brelan d'as (également centré sur le trio). D'anciens personnages (Mulder et Monsieur X) réapparaissent seulement dans l'introduction au travers d'extraits d'anciens épisodes.
  • Des allusions à des œuvres de science-fiction sont faites : une mention du film Men in Black et de ses erreurs techniques présumées (selon Fletcher) ; ou encore un plan schématique du Jupiter 2, vaisseau spatial de Perdus dans l'espace.
  • Langly porte fièrement un tee-shirt Joey Lives! (« Joey est en vie ! ») en hommage à Joey Ramone (décédé un peu plus d'un an auparavant), et explique à Fletcher pourquoi il considère les Ramones comme « le plus grand groupe de musique punk de tous les temps ».
  • Alors qu'il est aussi bien le plus proche ami que le plus ancien complice des Bandits solitaires (qu'il a involontairement contribué à créer), Fox Mulder n'est pourtant pas présent comme les autres à leurs funérailles, au même titre que le Dr Susanne Modeski (qui est pourtant, en tant que grand amour de Byers, celle qui a motivé la création du groupe).
  • Le titre original, ironique, provient d'une expression populaire aux États-Unis qui tient son origine de la série culte des années 1970, Happy Days : en anglais américain, Jumping the shark (« sauter par-dessus le requin ») désigne le moment où la qualité d'une série commence à baisser notablement. Le titre francophone quant à lui, est une conviction émise par Langly qui fait également office, et de derniers mots et de dernière volonté des Bandits solitaires.
  • Le sort des Bandits solitaires vis-à-vis de la série est une décision des producteurs de la FOX. Bien que des bandes dessinées tentèrent une continuité rétroactive pour la changer sans renier la diégèse de la série, la FOX reconfirmera le canon de la fin d'épisode à la reprise en 2016, une bonne décennie plus tard.

Épisode 16 : William[modifier | modifier le code]

Article détaillé : William (X-Files).
Titre original
William
Numéro de production
198 (9-16)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 9,3 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Doggett se fait agresser par un homme défiguré dans son bureau; et à la suite d'un test ADN, conclut qu'il est Fox Mulder.
Commentaires

Épisode 17 : Clairvoyance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Clairvoyance (X-Files).
Titre original
Release (trad. litt. : « Délivrance »)
Numéro de production
199 (9-17)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 7,8 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
  • Cary Elwes (Brad Follmer)
  • Jared Poe (Rudolph Hayes)
  • Barbara Patrick (Barbara Doggett)
  • Mandy Levin (Ellen Persich)
  • Sal Landi (Nicholas Regali)
Résumé détaillé
À partir de l'observation d'un corps, découvert emmuré par l'agent Doggett après la fuite d'un suspect, un étudiant de Scully dresse avec précision le profil du tueur en série, qui s'avère être le meurtrier de Luke Doggett, le fils de John et de son ex-femme Barbara.
Commentaires
  • Le titre francophone met l'accent sur l'acuité de Rudolph Hayes ; le titre original, lui, indique que cet épisode conclut définitivement l'énigme jusque-là irrésolue du meurtre de Luke, le fils de John Doggett.
  • L'épisode est découpé en chapitres avec des panneaux textuels, dont les messages sont :
    • The Tip (« Le tuyau »),
    • Ashes (« Cendres »),
    • A Message (« Un message »),
    • Release (« Libération »).
  • Lors de leur rencontre avec Reyes, Regali fait des jeux de mots intraduisibles avec le nom de Doggett dans la version originale : en traînant volontairement sur la première syllabe, il l'insulte implicitement de Dog (« chien », comparaison déjà faite dans un sens affectueux par Reyes dans l'épisode Audrey Pauley). Agent Doggett en anglais, est également proche phonétiquement d'Agent Dogged, qui peut se traduire par « Agent Obstiné » ou « Agent Tenace » (un trait de caractère reconnu du personnage).
  • L'urne funéraire de Luke conservée par Doggett situe les dates de naissance et de décès de son fils (-).
  • C'est la seconde fois dans la série que l'épouse de Robert Patrick, Barbara Patrick, interprète son homologue et homonyme à l'écran, Barbara (déjà aperçue furtivement dans des bribes de souvenirs de son ex-mari, devenu amnésique dans l'épisode Amnésie). De même pour les acteurs Sal Landi (Nicholas Regali) et Mandy Levin (Ellen Persich), mais pour eux dans des rôles différents (l'agent Landau dans la deuxième partie du double épisode Chasse à l'homme pour le premier ; Angie dans Entre chien et loup pour la seconde).

Épisode 18 : Irréfutable[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Irréfutable (X-Files).
Titre original
Sunshine days (trad. litt. : « Journées ensoleillées »)
Numéro de production
200 (9-18)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 10,4 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Doggett, Reyes et Scully enquêtent sur des meurtres bizarres. Le suspect est obsédé par la série The Brady Bunch.
Commentaires
  • C'est le 200e épisode de la série. Scully le sous-entend en disant qu’elle a enquêté sur quelque 200 affaires paranormales.
  • Le titre original est un clin d’œil à la chanson It's a Sunshine Day chantée par les enfants Brady lorsqu'ils formèrent un groupe.
  • Dû aux événements de l'épisode précédent ainsi qu'au ton plus léger et décalé de cet épisode-ci, la personnalité de John Doggett semble avoir évolué vers un caractère moins fermé et sinistre.
  • Pour illustrer par l'absurde à Doggett l'invraisemblance des circonstances de la mort de Blake McCormick, Reyes le compare à l'archétype du personnage de cartoon surréaliste et farfelu habituellement dépeint dans des œuvres semblables à celles de Tex Avery (appelé dans un sens élargi au domaine, le « toon »).

Épisodes 19/20 : La vérité est ici[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La vérité est ici.
Titre original
The Truth (trad. litt. : « La vérité »)
Numéro de production
201 & 202 (9-19 & 9-20)
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : 13 millions de téléspectateurs (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Mulder s'introduit dans une base militaire secrète. Accusé du « meurtre » d'un super soldat (Knowle Rohrer), il est soumis à une parodie de justice devant un tribunal militaire, l'issue fatale du procès étant convenue à l'avance. Les collègues et amis de Mulder tentent de l'aider en convoquant un maximum de témoins, héros d'épisodes précédents : Gibson Praise, Marita Covarrubias, etc. (Ce qui donne aux scénaristes l'occasion d'effectuer une synthèse complète de la série.)
Commentaires
  • Le générique de l'épisode est le premier et unique créditant ensemble les cinq protagonistes principaux (interprétés par David Duchovny, Gillian Anderson, Robert Patrick, Annabeth Gish et Mitch Pileggi). Le tagline change également : This Is the End (« C'est la fin »).
  • Cet épisode a été diffusé en une seule fois, sans interruption de générique, mais compte d'après la production comme un double épisode. Il est toutefois analysé en tant qu'épisode unique par les livres et articles sur la série.
  • Mulder fait de l'esprit auprès de Scully en citant Le Silence des agneaux, rejouant Hannibal Lecter qui accueille Clarice Starling depuis sa cellule (« J'ai subodoré votre venue, Clarice. »).

Notes et références[modifier | modifier le code]