Robert King Merton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Robert K. Merton)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Merton.

Robert King Merton, né Meyer Robert Schkolnick à Philadelphie en Pennsylvanie le et mort à New York le , est un sociologue américain. En 1994, il est le premier sociologue à recevoir la National Medal of Science, récompensant ses nombreuses et importantes contributions en sociologie. Robert King Merton est considéré par beaucoup comme le fondateur de la sociologie des sciences. Il a développé des concepts notables tels que les conséquences inattendues, les rôles modèles, les prophéties auto-réalisatrices, les théories de moyenne portée, ou encore la socialisation anticipatrice et les groupes de référence. Il a introduit le concept de sérendipité en sociologie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Robert King Merton est né Meyer Robert Schkolnick[1] le 4 juillet 1910 à Philadelphie dans une famille juive d'origine russe ayant émigré aux États-Unis en 1904[2]. Sa mère, Ida Rasovskaya, était une socialiste aux pensées radicales et peu attachée à sa religion. Son père, Aaron Schkolnickoff, était un tailleur. Il est arrivé officiellement aux États-Unis sous le nom de Harrie Skolnick[3]. La famille de Robert Merton vivait dans des conditions difficiles, notamment suite à un incendie qui survint dans le local du commerce alimentaire du père au sud de Philadelphie. Il deviendra par la suite assistant d'un charpentier pour subvenir aux besoins de sa famille.

Au lycée de South Philadelphia, il fréquente régulièrement la bibliothèque Carnegie[2], l'académie de Musique, la bibliothèque municipale et le musée des Beaux-Arts. Il prend initialement le nom de Robert K. Merton pour ses spectacles de magie[3]. En 1994, Robert King Merton déclarait dans un article que grandir dans les quartiers sud de Philadelphie pourvoyait aux jeunes « toutes sortes de capitaux — du capital social, culturel, humain et, surtout, ce qu'on pourrait appeler du capital public — à savoir toutes sortes de capitaux excepté le capital économique[4],[note 1]. »

Dans sa jeunesse, Merton se passionne pour la magie, influencée notamment par le copain de sœur. À 14 ans, il choisit de s'appeler Merlin, puis Merton, afin d'américaniser son nom[2]. Il choisit le prénom Robert en l'honneur du magicien français Jean Eugène Robert-Houdin, considéré pour beaucoup comme le père de la magie moderne. Il gardera ce nom par la suite, notamment lorsqu'il recevra son diplôme de l'université Temple[5].

Études[modifier | modifier le code]

De 1927 à 1931, Robert K. Merton est à l'université Temple de Philadelphie. Il y découvre la sociologie en devenant assistant de recherche dans un projet mené par George E. Simpson sur le rapport entre les médias et la discrimination raciale. Sous la tutelle de George Simpson, il participe à un meeting annuel de l'Association américaine de sociologie où il rencontre Pitirim Sorokin, le fondateur de la chaire de sociologie de l'université d'Harvard. Reçu à Harvard, il devient l'assistant de Sorokin de 1931 à 1936[6].

Beaucoup de personnes doutait du fait que Merton puisse être accepté à Harvard en sortant de Temple, mais il commençait déjà à publier avec Pitirim Sorokin après sa deuxième année. Outre ceux de Pitirim Sorokin, il suit les cours de Talcott Parsons en sociologie et George Sarton en histoire des sciences[7]. En 1934, il publie des articles à son nom. Il sort d'Harvard avec une maîtrise et un doctorat en sociologie, dirigés par Pitirim Sorokin[7]. A la fin de ses études, Robert Merton s'est fait déjà connaître de ses pairs en sociologie, notamment avec sa première publication majeure, Science, Technology an Society in Seventeenth-Century England, un ouvrage pionnier de la sociologie des sciences[5]. Il y expose ce qu'on désignera par la suite la thèse de Merton, qui souligne, la corrélation positive entre le piétisme protestant et les débuts de la science expérimentale, non loin en cela des travaux de Max Weber sur lien entre l'éthique protestante et l'économie capitaliste[6].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il enseigne à Harvard jusqu'en 1938, année durant laquelle il devient professeur et président du département de sociologie de l'université Tulane. En 1941, il rejoint l'université Columbia, où il passera la majeur partie de sa carrière universitaire. Durant près de 50 années de services à Columbia, il obtient de nombreux postes prestigieux. Il est directeur associé du Bureau de recherche appliquée en sciences sociales de 1942 à 1971, et est nommé Professeur Giddings de sociologie en 1963[2]. En 1974, il devient professeur d'université, le grade le plus élevé dans l'enseignement universitaire. Il est aussi membre de l'université Rockefeller, ainsi que membre de la fondation Russell Sage[8]. En 1984, il décide d'arrêter d'enseigner. En hommage à ses recherches, l'université Columbia crée en 1990 la chaire Robert K. Merton de sciences sociales[8].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière, Robert King Merton a publié plus de 50 articles en sociologie des sciences, dont il est considéré comme étant le fondateur[2],[9]. Mais il s'est également intéressé à la sociologie des organisations, de la déviance, ou encore à la sociologie de la sociologie[10]. Il est également cité comme le créateur de la méthode de recherche par focus groups[1]. Ses recherches lui ont valu de nombreuses récompenses. Il est l'un des premiers sociologues à entrer à l'Académie nationale des sciences, et le premier sociologue américain à être élu membre étranger de l'Académie royale des sciences de Suède. Il est également membre de la British Academy, de la Société philosophique américaine, de l'Académie américaine des Arts et des Sciences, qui le récompensa du Prix Parsons, de l'Académie nationale de l'Éducation et de l'Academia Europaea[8].

Il reçoit en 1962 une bourse Guggenheim et est le premier sociologue à recevoir le prix MacArthur. Plus de vingt universités le déclarent docteur honoris causa, dont Harvard, Yale, Columbia et Chicago, Oslo, Cracovie ou Oxford[8],[11].

En 1994, il est récompensé de la National Medal of Science pour « avoir fondé la sociologie des sciences et pour ses contributions pionnières dans l'étude de la vie sociale, notamment la prophétie auto-réalisatrice et les conséquences inattendues de l'action sociale[12],[2],[note 2]. » Il est le premier sociologue à recevoir ce prix[8].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1934, Robert Merton se marie avec Suzanne Carhart et divorcent en 1968. Ensemble, ils ont un fils, Robert C. Merton, et deux filles, Stephanie Merton Tombrello et Vanessa Merton. Robert C. Merton, est économiste et remporte le prix Nobel d'économie en 1997. Vanessa Merton est professeur de droit à l'université Pace de New York. Suzanne Carhart meurt en 1992. En 1993, Robert K. Merton se re-marie avec Harriet Zuckerman, également sociologue. Le 23 février 2003, Robert K. Merton à l'âge de 92 ans à New York. Il vivait alors à Manhattan. À sa mort, il avait trois enfants, neuf petits-enfants et neuf arrière-petits-enfants[2].

Sociologie[modifier | modifier le code]

Dans un papier rendant hommage au sociologue, Simonetta Tabboni, professeur émérite à l'université de Paris VII, résume les thèmes abordées par Robert K. Merton : « Les champs d'intérêt de Merton ont été nombreux mais unis par certaines préoccupations centrales : l'attention portée aux éléments structurels, qui facilitent ou rendent difficile l'initiative de l'acteur ; la sensibilité aux "problèmes sociaux", à la déviance, à l'anomie, à la désorganisation; le souci constant de garder strictement liées la démarche théorique et la recherche empirique ; un intérêt passionné pour les thèmes de la connaissance, c'est-à-dire pour les rapports entre science et société[13]. »

Les théories de moyenne portée[modifier | modifier le code]

Le travail de Robert Merton est souvent comparée à celui de Talcott Parsons, dont il était l'élève à Harvard[14]. Merton était admiratif des cours que donnaient Parsons et a découvert à travers lui les méthodes théoriques des sociologiques européens. Cependant, contrairement à Parsons qui considérait nécessaire d'établir en sciences sociales une théorie générale (ce qu'il fera via le fonctionnalisme), Merton voyait plus judicieux d'établir des « théories de moyenne portée », c'est-à-dire des théories intermédiaires, ajustées à chaque domaines de la sociologie. Il en fait la définition dans Social Theory and Social Structure : ces théories spécifiques « se situent entre, d'une part, les hypothèses de travail mineures mais nécessaires qui foisonnent dans la recherche ordinaire et, de l'autre, les efforts systématiques et exclusifs de développement d'une théorie unifiée qui expliquerait toutes les uniformités observables du comportement social, de l'organisation sociale et du changement social[15] ».

Merton pensait ainsi que les théories de moyenne portée outrepassaient les failles de théories plus larges parce qu'elles tendent à être trop éloignées du fait social, dont les particularités propres ne peuvent être élevées en généralité sans être déformées[16]. Selon Merton, une théorie de moyenne portée commence par une description fine et claire du phénomène étudié — d'où l'importance de la recherche empirique — et non par des concepts généraux et abstraits[17]. Ces théories doivent être construites à partir de données empiriques dans le but de créer des hypothèses solides qui peuvent autorisées d'éventuelles généralisations[15].

Théorie de l'anomie et théorie de la tension (strain theory)[modifier | modifier le code]

Merton avançait que la théorie générale de la tension se définit par l'écart entre l'espérance et la réalité, poussant alors à des comportements déviants. « L’homme a plutôt tendance à se conformer aux règles établies, et c’est la pression de désirs insatisfaits mais légitimes qui le pousse à les transgresser », affirme Patrick Peretti-Watel[18]. Ainsi, pour Merton, chaque société se distingue par des buts culturels et des manières, institutionnalisés, d'atteindre ces buts. Une personne qui n'a pas accès à ces moyens institutionnels cherchera par d'autres moyens d'atteindre ce but, mais cette fois en transgressant les règles. Plus spécifiquement, il « explique que les personnes plus pauvres n’ont pas accès aux moyens qui leur permettront d’atteindre leur objectif de réussite sociale et que cette situation crée une tension intérieure qui peut conduire à la délinquance »[19]. Merton prend l'exemple de l'American Dream : la réussite matérielle est ici le but recherché. Si une personne ne peut pas atteindre cet objectif, il peut être frustré, et tenté d'atteindre ce but par d'autres moyens, délinquants, comme le commerce illégal[20]. Cet exemple a souvent été critique pour son racisme de classe, car il prétend que seules les personnes avec un faible revenu peuvent agir de manière déviante, ce qui est tout à fait incorrect[21].

Les prophéties auto-réalisatrices[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Reprenant l'idée du sociologue William I. Thomas, Robert K. Merton décrit le mécanisme de prophétie auto-réalisatrice (self-fulfilling-prophecy) en ces termes : « La prophétie auto-réalisatrice est une définition d'abord fausse d'une situation, mais cette définition erronée suscite un nouveau comportement, qui la rend vraie ». Exemple : Les actionnaires imaginent que le marché va s'écrouler et, cela étant, vendent leurs actions, ce qui provoque effectivement un crack boursier. Il souligne également des phénomènes inverses : lorsque la prédiction d'un évènement empêche celui-ci de se réaliser. Exemple : La crainte d'un embouteillage peut amener à différer son départ et rendre le trafic plus fluide.

La construction typologique[modifier | modifier le code]

Dans Éléments de théorie et de méthode sociologique, un recueil d'articles, R.K. Merton établit une typologie d'adaptation individuelle à la société :

  • le conformisme (l'individu se soumet aux attentes du groupe),
  • l'innovation (l'individu accepte les valeurs du groupe mais ne fait pas siennes les normes sociales et procédures habituelles),
  • le ritualisme (l'individu reste figé dans un mode de comportement donné),
  • l'évasion (l'individu vit en marge de la société),
  • la rébellion (l'individu rejette les buts et les moyens culturellement valorisés par une société donnée, mais vise à en suggérer, voire en imposer d'autres).

Ces modes d'adaptation peuvent représenter des styles de vie de certains groupes sociaux.

Sociologie des sciences[modifier | modifier le code]

La sociologie des sciences est un domaine qui a particulièrement intéressé Robert King Merton durant toute sa carrière universitaire. C'est dans le questionnement du lien entre société et science qu'il a entrepris des recherches pionnières, en étudiant par exemple le rôle des institutions militaires dans le développement des recherches scientifiques durant les périodes de révolution scientifique. Il développe cette théorie dans sa thèse, intitulée « Aspects sociologiques du développement scientifique dans l'Angleterre du XVIIe siècle » et soutenu à Harvard en 1935[22]. Sa thèse, considérée par beaucoup comme le premier ouvrage de sociologie des sciences, est réédité par la suite sous le nom de Science, Technology and Society in Seventeenth-Century England.

Merton est à l'origine de nombreux concepts en sociologie des sciences. Il est à l'origine de l'expression « oblitération par incorporation[23],[24],[25] », qui qualifie la manière par laquelle l'auteur d'un concept est oublié lorsque ce dernier devient très populaire. On lui doit également l'idée de « découvertes multiples » ou « inventions multiples »[26], et d'effet Matthieu[26].

En 1942, il publie l'article The normative Structure of Science dans The sociology of science (Chicago University Press), fondateur d'une tradition d'analyse des normes et valeurs qui régissent le comportement social des scientifiques[27]. Il distingue deux types de normes interdépendantes qui régissent les comportements scientifiques : les normes méthodologiques relatives aux techniques et les normes éthiques. Ces dernières sont au nombre de quatre : l'universalisme, le communalisme, le désintéressement et le scepticisme organisé.

La sérendipité[modifier | modifier le code]

Robert Merton s'est toujours intéressé au concept de sérendipité. Il en pose en 1945 la définition suivante : La découverte par chance ou sagacité de résultats pertinents que l'on ne cherchait pas. Elle se rapporte au fait assez courant d'observer une donnée inattendue, aberrante et capitale (strategic) qui donne l'occasion de développer une nouvelle théorie ou d'étendre une théorie existante[28]. Il la reformule en 1949 dans : Social Theory et Social Structure : « Le processus par lequel une découverte inattendue et aberrante éveille la curiosité d'un chercheur et le conduit à un raccourci imprévu qui mène à une nouvelle hypothèse ».

Déviance et criminalité[modifier | modifier le code]

Merton part de l'observation que les individus dans une société agissent en fonction d’objectifs et grâce à des moyens. Le sociologue prend l'exemple, dans les années 1950 aux États-Unis, d’individus ayant pour objectif de s’enrichir mais qui, ne possédant pas les moyens de le faire (manque d'argent, d'éducation, etc). vont utiliser des moyens illégaux pour s'enrichir.

La représentation structuro-fonctionnelle de Merton de la déviance et l'anomie.

Merton les appelle innovateurs même si ceux-ci sont considérés comme des criminels. En les valorisant, il déplace le problème de la criminalité. L’origine du problème se trouve dans la vie sociale, comme le prouverait l'exemple, aux États-Unis, de l’enrichissement personnel avec des moyens différents selon les individus.

Le sociologue est à l'origine de la notion de dysfonction sociale : lorsque les conséquences d’un fait social empêchent le système de s’adapter et risquent de rendre difficile ou impossible son maintien (par exemple la criminalité urbaine entraîne des conséquences dysfonctionnelles comme l'insécurité, certaines dégradations, etc.).

On distinguerait donc « fonction manifeste » et « fonction latente » :

  • Fonction manifeste : volontaire, voulue, comprise. Il y a des conséquences objectives qui contribuent à son ajustement ou son adaptation.
  • Fonction latente : involontaire, pas comprise, ni voulue. Les conséquences sont du même ordre que la fonction manifeste mais elles sont involontaires et inconscientes.

À travers cette distinction figure une tentative d'analyse de pratiques qui paraissent socialement irrationnelles en allant plus loin que les jugements moraux. L'analyse fonctionnaliste que Merton utilise se fait en cinq étapes : description spécifique de ce qui est étudié ; indication des types d'alternative ; évaluation de la signification de l'activité déviante ; identification des motifs de conformisme ou de déviance et description des modèles non reconnus.

Dans le même ordre d'idées, Merton étudie le système politique. Il montre qu'une élection recouvre les deux fonctions écrites précédemment : la fonction manifeste pour le vainqueur est de gagner l'élection, et la fonction latente est que l'élection peut jouer le rôle d'ascenseur social.

Influences[modifier | modifier le code]

Durant sa jeunesse, Merton a été beaucoup influencé par les cours de Talcott Parsons, et dans une moindre mesure, ceux de Pitirim Sorokin, avec qui il a travaillé à Harvard[29]. Paul Lazarsfeld constitue une influence majeure dans la théorie de moyenne portée de Merton. Lawrence Joseph Henderson lui a beaucoup appris sur les méthodes d'enquêtes qualitatives. E. F. Gay a joué également un rôle important dans la pensée de Merton, tout comme l'historien des sciences George Sarton, qui a participé a son intérêt pour la science[29]. De manière plus large, Émile Durkheim et Georg Simmel ont contribué à forgé l'intérêt de Merton pour la sociologie[30].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

  • Realino Marra, Merton e la teoria dell’anomia, in «Dei Delitti e delle Pene», V-2, 1987, p. 207-21.
  • Charles Crothers, Robert K. Merton, Ellis Horwood, Chichester, 1987.
  • Jon Clark, ed, Robert K. Merton : consensus and controversy, The Falmer Press, London, 1990.
  • Renate Breithecker-Amend, Wissenschaftsentwicklung und Erkenntnisfortschritt : zum Erklärungspotential der Wissenschaftssoziologie von Robert K. Merton, Michael Polanyi und Derek de Solla Price, Waxmann, Münster, 1992.
  • Markus Schnepper, Robert K. Mertons Theorie der self-fulfilling prophecy : Adaption eines soziologischen Klassikers, Lang, Frankfurt, 2004.
  • Gönke Christin Jacobsen, Sozialstruktur und Gender : Analyse geschlechts-spezifischer Kriminalität mit der Anomietheorie Mertons, VS Verlag, Wiesbaden, 2007.
  • Craig J. Calhoun, ed, Robert K. Merton : sociology of science and sociology as science, Columbia University Press, New York, 2010.
  • Arnaud Saint-Martin, La sociologie de Robert K. Merton, La Découverte, coll. "Repères", Paris, 2013.
  • Piotr Sztompka, Robert K. Merton: an intellectuel profile, Macmillan Education, London, 1986.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans sa version originale : « every sort of capital—social capital, cultural capital, human capital, and, above all, what we may call public capital—that is, with every sort of capital except the personally financial. »
  2. Dans sa version originale : « founding the sociology of science and for his pioneering contributions to the study of social life, especially the self-fulfilling prophecy and the unintended consequences of social action »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michael T. Kaufman, « Robert K. Merton, Versatile Sociologist and Father of the Focus Group, Dies at 92 », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  2. a b c d e f et g « Columbia News ::: Renowned Columbia Sociologist and National Medal of Science Winner Robert K. Merton Dies at 92 », sur www.columbia.edu (consulté le 13 octobre 2018)
  3. a et b Peter Simonson, Refiguring Mass Communication: A History, University of Illinois Press, , 123–130 p. (ISBN 978-0-252-07705-0)
  4. Robert K. Merton, "A Life of Learning", édité dans On Social Structure and Science par Piotr Sztompka, Chicago, University of Chicago Press, 1996, pp. 339–59. La citation vient de la p. 346.
  5. a et b "Robert K. Merton Remembered." Robert K. Merton Remembered. N.p., n.d.
  6. a et b Piotr Sztompka, The Blackwell companion to major contemporary social theorists, Malden, Massachusetts Oxford, Blackwell, , 12–33 p. [détail de l’édition] (ISBN 9781405105958), aussi disponible dans l'édition suivante : Piotr Sztompka, Chapter 1. Robert K. Merton, Wiley, , 12–33 p. [détail de l’édition] (ISBN 9780470999912, DOI 10.1002/9780470999912.ch2), « Robert K. Merton » Extract.
  7. a et b Encyclopædia Universalis, « ROBERT KING MERTON », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 14 octobre 2018)
  8. a b c d et e « Merton Awarded Nation's Highest Science Honor », Columbia University Record, vol. 20, no 2,‎ (ISSN 0747-4504, lire en ligne)
  9. Saint-Martin Arnaud, La sociologie de Robert K. Merton. La Découverte, « Repères », 2013, 128 pages. (ISBN 9782707168870). Lire en ligne
  10. Stephen Cole, "Merton's Contribution to the Sociology of Science", Social Studies of Science, 2004, p. 829.
  11. (pl) Doktorzy honoris causa, sur le site de l'université jagellonne de Cracovie
  12. Vice President Gore (1994) at Andrew W. Mellon Auditorium, Washington, D.C., on Monday, December 19, 1994.
  13. Simonetta Tabboni, « Robert K. Merton — Sociologue de l'ironie », Hermès, la revue,‎ , p. 261-265 (lire en ligne)
  14. (en) Jeffreyson Wahalng, « ROBERT.K. MERTON: A PARADIGM FOR FUNCTIONAL ANALYSIS IN SOCIOLOGY », Tata Institute of Social Sciences,‎ (lire en ligne)
  15. a et b Arnaud Saint-Martin, La sociologie de Robert K. Merton, Paris, La Découverte, (ISBN 9782707168870, lire en ligne), p. 53-76
  16. Mann, Doug. Understanding Society: A Survey of Modern Social Theory. Don Mills, Ont.: Oxford UP, 2008. Print.
  17. Robert K. Merton, Social Theory and Social Structure, New York, NY, US, Free Press, (ISBN 978-0-02-921130-4)
  18. Patrick Peretti-Watel, « Théories de la déviance et délinquance auto-reportée en milieu scolaire », Déviance et société,‎ 2001/3 (vol. 25) (lire en ligne)
  19. Christophe Soullez, « Criminalité et économie : un mariage efficace et durable », Regards croisés sur l'économie,‎ , p. 89-102 (lire en ligne)
  20. Gérard Manger, La sociologie de la délinquance juvénile, Paris, La Découverte, , 128 p. (ISBN 9782707149718, lire en ligne), p. 30-57
  21. Agnew, « A revised strain theory of delinquency », Social Forces, vol. 64, no 1,‎ , p. 151–167
  22. Arnaud Saint-Martin, La sociologie de Robert K. Merton, Paris, La Découverte, , 128 p. (ISBN 9782707168870), p. 29-52
  23. (en) Robert King Merton, Social Theory and Social Structure, New York, The Free Press,
  24. Arnaud Saint-Martin, « Robert K. Merton, au/le nom de la science. », La vie savant,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  25. Arnaud Saint-Martin, « En théorie, tout est une question de timing. Entretien avec Diane Vaughan », Zilsel, vol. 2, no 2,‎ , p. 185 (ISSN 2551-8313 et 2553-6133, DOI 10.3917/zil.002.0185, lire en ligne)
  26. a et b (en) Robert K. Merton, On Social Structure and Science, University of Chicago Press, (ISBN 9780226520704, lire en ligne), p. 305-317
  27. Dominique Vinck, L'ethos de la science, Sciences et Avenir, octobre/novembre 2005, page 17.
  28. Éléments de théorie et de méthode sociologique, Plon, 2e éd., 1965, p. 47-51 et note p. 429-430.
  29. a et b Cole, Stephen. "Merton's Contribution to the Sociology of Science".Social Studies of Science, 2004, p. 836.
  30. George Ritzer, Sociological Theory, McGraw-Hill Higher Education, , 251–257 p. (ISBN 978-0-07-352818-2)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]