Henri Mendras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mendras.
Henri Mendras
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Décès
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Famille

Henri Mendras, né le [1]et mort le , est un sociologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Mendras a passé son enfance dans le village de Novis dans l'Aveyron, premier département moutonnier de France. C'est là que l'auteur qui se présente dans ses écrits autobiographiques comme « fils du château » a eu accès à une certaine intimité avec le monde de l'élevage.

Issu d'une famille militaire aisée, étudiant il fut formé au contact de Georges Gurvitch et de Georges Friedmann, et s’imposa, à 40 ans, en 1967, avec la publication de son livre La Fin des paysans où il constatait la disparition du mode de production paysan caractérisé par une économie de subsistance accompagnée d'une grande autonomie dans l’organisation du procès de production et du travail, bien que le paysan soit assujetti. Il montre en outre que la paysannerie française est progressivement remplacée par des professionnels de l’agriculture qui organisent leur production selon un mode capitaliste. C’est précisément l’intégration du travail de la terre et de la production paysanne dans la société capitaliste globale qui suscite la déstructuration des fondements de l’économie paysanne - phénomène qu'il nomme « intégration capitaliste ».

Dans une France très attachée aux valeurs rurales, ce livre provoqua la polémique. Considéré comme un sociologue spécialiste des paysanneries et des sociétés rurales auxquelles il consacre plusieurs ouvrages, il publie en 1988 La Seconde Révolution française dans lequel il constate, selon une approche "cosmographique de la société", le poids désormais décisif d'une "constellation centrale" ainsi que le déclin des symboles de la République, l'abandon de l’étatisme et de l’identité nationale au profit de la décentralisation, du libéralisme et de la mondialisation.

Son champ d’analyse s’est déplacé ensuite de la société française aux sociétés européennes. Il était dernièrement en poste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Dans ce qu’il considérait comme son autobiographie intellectuelle : Comment devenir sociologue ou les mémoires d’un vieux mandarin, Henri Mendras décrit la naissance, les circuits universitaires, les systèmes et traditions de la sociologie.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le père de Marie Mendras, politologue française spécialisée dans l'étude de la politique russe.

Parcours académique[modifier | modifier le code]

  • Sorbonne, Paris.
  • Diplômé de l'IEP de Paris.
  • Docteur ès Lettres.
  • Université de Chicago.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

  • Chercheur, directeur de recherche au CNRS (1954)
  • Professeur de sociologie à l'IEP de Paris (1956/57).
  • Conseiller à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) (depuis 1981).
  • Fondateur et Directeur de l'Observatoire sociologique du changement (1983/93).
  • Membre du Conseil économique et social (1995/97).
  • Membre de l'académie d'agriculture (depuis 1970).

Publications[modifier | modifier le code]

Henri Mendras a publié de nombreux articles et ouvrages dont :

  • Henri Mendras, Sociologie de la campagne française, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1959 (réédité)
  • Henri Mendras, La fin des paysans, Paris, SEDEIS, 1967 ; A. Colin, 1970
  • Henri Mendras, Éléments de sociologie, Paris, Armand Colin, coll. « U », 1967.
  • Henri Mendras, Les sociétés paysannes, Paris, Armand Colin, coll. « U » ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 1995.
  • Henri Mendras (dir.), La sagesse et le désordre, Paris, Gallimard, 1980.
  • Henri Mendras, La Seconde Révolution française. 1965-1984, Paris, Gallimard, 1988.
  • Henri Mendras & Dominique Schnapper (dir.), Six manières d’être européen, Paris, Gallimard, 1990.
  • Henri Mendras & Michel Forsé, Le changement social, Paris, Armand Colin, coll. « U », 1991.
  • Henri Mendras, Voyage au pays de l'utopie rustique, Arles, Actes Sud, 1992
  • Henri Mendras & Frédéric Reillier, Atlas européen. 340 millions d'européens, Paris, Ramsay, 1995.
  • Henri Mendras & Christoher Freeman (dir.), Le paradigme informatique, Paris, Descartes & cie, 1995.
  • Henri Mendras & Ezra Suleiman (dir.), Le Recrutement des élites en Europe, Paris, La Découverte, 1995.
  • Henri Mendras, Comment devenir sociologue ou les mémoires d'un vieux mandarin, Arles, Actes Sud, 1995.
  • Henri Mendras & Jean Étienne, Les grands auteurs de la sociologie : Tocqueville, Marx, Durkheim, Weber, Paris, Hatier, coll. « initial », 1996.
  • Henri Mendras & Michel Forsé, Convergence et divergence des sociétés, Paris, PUF, 1996.
  • Henri Mendras, L'Europe des européens. Sociologie de l’Europe occidentale, Paris, Gallimard, coll. « folio actuel », 1997.
  • Henri Mendras & Dominique Jacques-Jouvenot, L’œil du sociologue, Besançon, Presses du Centre Unesco, 1998.
  • Louis Dirn, La société française en tendance. 1975-1995. Deux décennies de changements, Paris, PUF, 1998.
  • Henri Mendras & Jean Étienne, Les grands thèmes de la sociologie par les grands sociologues, Paris, Armand Colin, 1999.
  • Henri Mendras & Marco Oberti (dir.), Le sociologue et son terrain, Paris, Armand Collin, coll. « U », 2000.
  • Henri Mendras, La France que je vois, Paris, Autrement, 2002.
  • Henri Mendras & Laurence Duboys-Fresney, Français, comme vous avez changé, Paris, Tallandier, 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]