Howard Becker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Becker.
Howard Becker
Portrait de Howard Becker

Howard Becker à l'École des hautes études en sciences sociales, à Paris, le

Biographie
Naissance (89 ans)
à Chicago
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Thématique
Formation Sociologie
Profession Sociologue, professeur d'université (d) et musicologue (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université Northwestern et université de WashingtonVoir et modifier les données sur Wikidata
Travaux Outsiders
Les Mondes de l'art
Approche Interactionnisme symbolique
Distinctions Bourse GuggenheimVoir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Académie américaine des arts et des sciencesVoir et modifier les données sur Wikidata

Howard Saul Becker est un sociologue américain né le à Chicago dans l'Illinois.

Après avoir été professeur à l'université Northwestern (Chicago) et à l'Université de Washington à Seattle, il est à la retraite.

Howard Becker est un des héritiers de la tradition de l'École de Chicago et s'inscrit ainsi dans le courant de l'interactionnisme symbolique. Il mena longtemps une carrière parallèle de pianiste de jazz, grâce à laquelle il a financé ses études. Il est aussi passionné de photographie, à laquelle il a consacré plusieurs articles.

Howard S. Becker a été étudiant à l'université de Chicago dans les années 1950. Il a ainsi suivi les enseignements des maîtres de l'École de Chicago, notamment Everett Hughes, dont l'œuvre le marqua en particulier. Il a réuni autour de la revue Social Problems (en) dont il devient le rédacteur en chef en 1961 plusieurs des sociologues américains hostiles au courant fonctionnaliste, alors dominant aux États-Unis (Aaron Cicoureletc.).

Il est l'auteur de deux ouvrages marquants, Outsiders et Les mondes de l'art. Il a exercé une forte influence sur la sociologie française à partir de la fin des années 1980 et a entamé vers la fin de sa carrière une collaboration active avec le sociologue français Alain Pessin. Il a reçu plusieurs distinctions en provenance d'universités françaises, devenant Docteur Honoris Causa des universités Paris-VIII et Pierre-Mendès-France de Grenoble.

Outsiders[modifier | modifier le code]

Becker s'inspire tout d'abord du fonctionnalisme des anthropologues dont la lecture de la société se fait à partir des fonctions qui assurent sa stabilité. Il va s'opposer à leurs idées. Dans Outsiders, Becker mène son étude en se fondant sur le monde des musiciens de jazz et sur les fumeurs de marijuana dans les années 1950. Il choisit de faire une observation participante, afin de connaître les représentations du monde de ses « déviants ». Il construit une théorie interactionniste de la déviance, en réaction à la tradition fonctionnaliste. Il refuse du fonctionnalisme, en particulier, l'idée que la déviance soit le produit de facteurs sociaux pesant sur les individus. Becker déplace la conception de la déviance qui ne serait plus uniquement le produit de celui qui transgresse la norme mais aussi de la réaction de la société à cette transgression. L'acte déviant est ainsi pour lui le résultat d'un double processus:

  • premièrement, l'acte doit être défini comme déviant par la société. Becker s'intéresse ainsi à ce qu'il nomme les entrepreneurs de morale, c’est-à-dire aux acteurs qui se mobilisent pour qu'une activité donnée soit catégorisée socialement comme déviante (ainsi l'homosexualité dans les années 1950). Ils détiennent souvent le pouvoir normatif et par les lois qu'ils font passer, posent la norme légale, écrite. Becker cherche ainsi à montrer que la marijuana n'est devenue illégale aux États-Unis qu'à la suite d'une campagne menée par des entrepreneurs de morale. Toute étude de la déviance, pour Becker, ne doit pas penser les actions comme, en soi, déviantes, mais comme ayant été définies comme telles par les entrepreneurs de morale, en un temps donné.
  • d'autre part, il faut que l'acteur entreprenant une action déviante soit étiqueté comme tel lors d'une interaction sociale. Becker propose la typologie suivante :
Perçu comme déviant non-déviant
obéissance 1 — accusé à tort 2 — conformiste
désobéissance 3 — pleinement déviant 4 — secrètement déviant

Le déviant reconnu comme tel n'est donc que l'un des types possibles : il est, en particulier, possible de demeurer secrètement déviant. Le processus d'étiquetage répond à des logiques sociales qui rendent plus probable le fait que certains acteurs soient définis comme délinquant (comme l'illustre par exemple le comportement différent de la police envers les consommateurs de stupéfiant en fonction de leur milieu social).

Becker pense, enfin, que la délinquance se construit à travers une carrière. Elle est le résultat d'un processus social, par lequel le délinquant apprend à la fois à pratiquer une activité délinquante et à reconstruire sa représentation de cette activité pour préserver une image de lui acceptable (c'est ce que Becker nomme la « carrière déviante »). Le délinquant passe ainsi par plusieurs étapes avant de devenir pleinement délinquant, et le passage d'une étape à l'autre n'est en rien obligatoire. Un fumeur de marijuana doit ainsi apprendre à fumer et à éprouver les plaisirs de la drogue, puis doit apprendre à se procurer la marijuana pour devenir un fumeur régulier. Il doit, dans le même temps, reconsidérer l'image négative du drogué (par exemple comme un être ne sachant pas se contrôler) pour préserver son estime de soi. La délinquance est donc, pour Becker, le résultat d'un processus d'apprentissage social, qui passe par une redéfinition de son identité sociale.

Les Mondes de l'art[modifier | modifier le code]

Dans ce livre, Howard Becker aborde l'art via son aspect collectif. Il explore les activités qui font qu'une œuvre d'art prenne un aspect définitif : conception, exécution, fabrication, distribution, activités « de renfort », appréciation, critique. L'un de ses arguments est que pour qu'il y ait œuvre d'art, il faut que des acteurs sociaux s'accordent pour former une « chaîne de coopération ». Pour ce faire, chaque individu prend en compte un « faisceau de tâches » particulier. Cette « chaîne de coopération » et ces « faisceaux de tâches » sont plus ou moins rendus explicites (on les voit apparaître par exemple dans les génériques de films). Il résume[1] : « Toutes les œuvres d'art, en somme, hormis les œuvres absolument individualistes et donc inintelligibles d'un créateur autiste, mettent en jeu une certaine division du travail entre un grand nombre de personnes ».

Écrire les sciences sociales[modifier | modifier le code]

Dans Écrire les sciences sociales, Howard Becker explique les problèmes d'écriture en sciences sociales. Le livre est paru en 1985 aux États-Unis et a été publié en 2004 en version française aux éditions Economica (traduction de Patricia Fogarty et Alain Guillemin, avec une préface de Jean-Claude Passeron).

Comment parler de la société ?[modifier | modifier le code]

Dans cet ouvrage, Becker s'interroge sur les différentes manières de parler de la société (cinéma documentaire, roman réaliste, photographie, sociologie).

Écrits[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Métailié, Paris, 1985 (éd. originale 1963).
  • Les Mondes de l'art, Paris, Flammarion, 1988 (ISBN 978-2-0808-0149-4) (critique par Pierre-Jean Benghozi) ; trad. de Art Worlds, Berkeley, 1982 (ISBN 978-0-520-05218-5).
  • Propos sur l'art, L'Harmattan, Paris, 1999.
  • Becker (dir.), Qu'est-ce qu'une drogue ?, Atlantica, Biarritz, 2001.
  • Les Ficelles du métier, La Découverte, Paris, 2002.
  • Paroles et musique, L'Harmattan, Paris, 2003.
  • Écrire les sciences sociales, Economica, Paris, 2004. Préface de Jean-Claude Passeron.
  • Comment parler de la société, La Découverte, Paris, 2009 (collection Repères)
  • La Bonne Focale : de l'utilité des cas particuliers en sciences sociales, La Découverte, Paris, 2016 (collection Grands Repères[2])

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en) Ken Plummer, « Continuity and change in Howard S. Becker's work: an interview with Howard S. Becker », Sociological perspectives, 2003, no 46(1), p. 21–40.
  • (en) Alain Pessin, « A dialogue on the ideas of 'world' and 'field' », Sociological forum, juin 2006, no 21 (2), p. 275–286.
  • (fr) Becker, H.S, Note sur le concept d'engagement

Références[modifier | modifier le code]

  1. Howard S. Becker, Les Mondes de l'art, Paris, Flammarion, , 379 p. (ISBN 978-2-0812-4564-8)
  2. « La bonne focale - Howard S. BECKER - Éditions La Découverte », sur www.editionsladecouverte.fr (consulté le 27 octobre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Briand, Henri Peretz, (dir.) Hommage à Howard S. Becker, UP8, Travaux et documents 1996/1
  • Alain Pessin. Un sociologue en liberté. Lecture de Howard S. Becker. Montréal, Presses de l’Université Laval, 2004.
  • L’art du terrain. Mélanges offerts à Howard Becker, Textes réunis par A. Blanc et Alain Pessin, L’Harmattan, Paris, 2004.
  • Howard Becker et les mondes de l'art - Actes du Colloque à Cerisy 2010 - sous la dir. P-B Benghozi, T. Paris et le film DVD Autour d'Howie - Réal. G. De Vecchi - Editions de l'Ecole Polytechnique, 2013.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]