Resident Evil: Apocalypse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Resident Evil: Apocalypse
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original du film
Titre québécois Resident Evil: L'apocalypse
Réalisation Alexander Witt (en)
Scénario Paul W. S. Anderson
Musique Jeff Danna
Acteurs principaux
Sociétés de production Constantin Film
Davis Films
Impact Pictures
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la France France
Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre horreur
Durée 93 minutes
Sortie 2004

Série Resident Evil

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Resident Evil: Apocalypse est un film d'horreur multinational réalisé par Alexander Witt (en), sorti en 2004.

Il fait suite à Resident Evil (2002) de Paul W. S. Anderson, libre adaptation de la série de jeux vidéo Resident Evil de Capcom. Contrairement au premier, ce deuxième film de la franchise cinématographique s'inspire davantage des jeux vidéos notamment de Resident Evil 3 et aussi certaines références à Resident Evil 2 et Resident Evil: Code Veronica.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sous un vieux manoir, est caché le Hive, laboratoire secret d'une grande compagnie de recherche biologique : Umbrella Corporation. Dans le Hive (« la Ruche » en anglais), les scientifiques de la compagnie Umbrella expérimentaient des armes biologiques, jusqu'au jour où une fiole contenant le virus T, renversée volontairement, contamina tous les employés du Hive, puis bientôt la majeure partie des habitants de Raccoon City, les transformant en zombies aux fonctions motrices primaires et soumis à leurs besoins primaires (nourriture...). Alice, une employée du service de sécurité de la compagnie, qui avait tenté de la trahir, fut capturée, puis emmenée dans un hôpital de Raccoon City, juste après avoir vu le dernier survivant du manoir, Matt, enlevé sous ses yeux.

Se réveillant après un laps de temps inconnu, elle s'échappe de ce lieu a priori désert pour découvrir l'horreur : la ville entière est en proie au même mal qui a rongé le Hive. Les habitants se zombifient les uns après les autres, des créatures infâmes rôdent dans le centre ville à la recherche de victimes potentielles. Déjà, les autorités, poussées par Umbrella, décident de fermer les ponts permettant de sortir de Raccoon City, piégeant ainsi le reste de la population.

Pour Alice, il est temps de savoir ce qui se passe. Alice rencontrera d'autres survivants, ainsi que des membres d'une unité d'élite, appelée STARS. Leur but sera de s'échapper car la contamination avance à grands pas, et il ne restera bientôt plus de survivants. Malheureusement, Umbrella a ordonné le bouclage de Racoon, afin d'éviter que le virus ne s'échappe de la ville. La seule solution qui restera pour Alice et ses coéquipiers, est de retrouver la fille d'un membre important de Umbrella, disparue alors qu'elle devait être extraite et mise en sécurité dès la connaissance de la contamination du Hive. En échange de cette recherche, ce membre important leur permettra de s'enfuir de Racoon, Umbrella ayant en effet l'intention d'exterminer l'ensemble de la population (aussi bien les zombies que les humains restants) de Raccoon City à l'aide d'un missile nucléaire pour arrêter le virus et détruire les preuves.

Alice sera aidée par Jill Valentine, membre des STARS, et par un groupe de commando comprenant Carlos Oliveira, envoyé en mission suicide par Umbrella, et quelques autres individus. La tâche sera rude, surtout que la compagnie responsable de ce carnage ne compte pas en rester là. Elle a envoyé à son dernier soldat génétiquement modifié, le Nemesis, une immonde créature immense (qui se révèlera être Matt, le dernier survivant du Hive précédemment mentionné), équipé de matériel, dont une gatling et un lance-roquette. Le Nemesis sera ensuite reprogrammé pour avoir comme objectif premier de tuer l'ensemble des commandos STARS, seul obstacle entre Umbrella et l'accomplissement de leur expérience "à grande échelle".

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Producteurs délégués : Bernd Eichinger, Samuel Hadida, Victor Hadida, Daniel S. Kletzky et Robert Kulzer
Producteur associé : Hiroyuki Kobayashi

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Occupé sur Alien vs. Predator[2], Paul W. S. Anderson cède ici son poste de réalisateur à Alexander Witt, qui avait jusqu'alors principalement officié comme réalisateur de la seconde équipe sur de nombreux films d'action. Paul W. S. Anderson reste cependant scénariste. Contrairement au premier film, il s'inspire des jeux vidéo de la série notamment Resident Evil 3 et aussi certaines références à Resident Evil 2 et Resident Evil: Code Veronica.

Le film s'intitule initialement Resident Evil: Nemesis, comme le jeu Resident Evil 3: Nemesis (1999). Cependant, le titre est changé en Resident Evil: Apocalypse après l'échec commercial de Star Trek : Nemesis (2002)[2].

La production avait tout d'abord fait appel à l'actrice Natasha Henstridge pour tenir le rôle de Jill Valentine, mais cette dernière a dû décliner l'offre car elle avait d'autres engagements[3]. Le rôle revient à Sienna Guillory.

Par ailleurs, le film devait inclure Claire Redfield, personnage principal du jeu Resident Evil: Code Veronica et également présent dans d'autres jeux. L'actrice Gina Philips est choisie pour l'incarner mais quitte finalement le projet. Elle est remplacée par Emily Bergl, qui quitte à son tour le film peu de temps avant le début du tournage. Sans actrice, le personnage est donc supprimé du scénario. Claire Redfield apparaitra finalement dans le film suivant, Resident Evil: Extinction (2007), sous les traits d'Ali Larter[2].

Dans le commentaire audio présent sur le DVD du film, Paul W. S. Anderson révèle que le rappeur Snoop Dogg devait initialement incarner L. J., mais il finalement quitté le projet et est remplacé par Mike Epps[2].

Tournage[modifier | modifier le code]

Alors que le premier film était majoritairement tourné en Allemagne, le tournage de Resident Evil: Apocalypse se déroule principalement dans l'Ontario au Canada[3] : à Toronto (notamment son hôtel de ville, le quartier d'Etobicoke, la Northern Secondary School, Booth Avenue Studios, Cinespace Film Studios, parc des expositions...), à Brampton, à Hamilton. Quelques scènes sont tournées dans la province du Manitoba (Winnipeg) ainsi qu'à Berlin. Il a lieu d'août à octobre 2003[4].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Resident Evil: Apocalypse
Music From And Inspired By The Original Motion Picture

Bande originale de divers artistes
Sortie 2004
Genre rock alternatif, metal industriel, nu metal, electro
Label Roadrunner Records

Bandes originales de Resident Evil

La musique du film est composée par Jeff Danna et enregistrée avec l'Orchestre Philharmonia. Comme pour le premier film, l'album commercialisé par Roadrunner Records, contient également des chansons rock et electro inspirées par le film.

Liste des titres[5]
No TitreInterprètes Durée
1. VermilionSlipknot 4:14
2. Just a LittleThe Used 3:28
3. Us or ThemThe Cure 4:10
4. SwampedLacuna Coil 4:00
5. The Outsider (Renholder Apocalypse Mix)A Perfect Circle 5:27
6. The End of Heartache (thème principal du film et générique final)Killswitch Engage 4:05
7. Mein TeilRammstein 4:23
8. Digging Up the CorpsesDevilDriver 3:52
9. NymphetamineCradle of Filth 5:01
10. Escape from HellviewCKY 3:43
11. The Chauffeur (reprise de Duran Duran)Deftones 5:24
12. Join Me in DeathHIM 3:37
13. NemoNightwish 4:39
14. Under a Killing MoonThrice 2:42
15. Bloodwork36 Crazyfists 3:13
16. End of the World (version acoustique)Cold 3:37
17. Girl on Fire (Resident Renholder Mix)Rob Zombie 5:11
18. Future ProofMassive Attack 5:39

N.B. : dans certains pays, la chanson no 13 est My Heartstrings Come Undone de Demon Hunter[6].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Le film reçoit des critiques globalement négatives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il ne récolte que 20% d'opinions favorables pour 131 critiques et une note moyenne de 3,8210 avec comme consensus « Resident Evil: Apocalypse a beaucoup d'action, mais beaucoup moins d'intrigue et de créativité »[7]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 35100 pour 26 critiques[8].

En France, le film obtient une note moyenne de 2,55 sur le site AlloCiné, qui recense 15 titres de presse[9].

Box-office[modifier | modifier le code]

Avec près de 130 millions de dollars de recettes mondiales, Resident Evil: Apocalypse fait mieux que son prédécesseur, même s'il a couté un peu plus cher. Il est le second meilleur film de la saga sur le sol américain, juste après le quatrième volet Resident Evil: Afterlife (2010)[10].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
51 201 453 $[1] [11] 8[11]
Drapeau de la France France 990 268 entrées[12]

Monde Total mondial 129 342 769 $[1] - -

Distinctions principales[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[13]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Clin d'œil[modifier | modifier le code]

Le teaser du film, parodiant les pubs de cosmétiques en vendant un produit nommé Renegerate, est une référence à la carrière de l'actrice principale Milla Jovovich en tant qu'égérie de L'Oréal. Aussi, durant le film, plusieurs références au teaser apparaissent : au début du film, lorsqu'Alice parle d'Umbrella Corporation, il est possible de voir un bref instant le clip publicitaire, et, au milieu du film, une affiche de Renegerate est visible sur un bus.

Comparaisons avec les jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Resident Evil: Apocalypse reprend différents éléments du jeu tels que le personnage de Jill Valentine, le Nemesis, Carlos, Nicholai et le nom d'Ashford qui correspond à la famille d'un des fondateurs d'Umbrella. Ainsi nous pouvons remarquer les similitudes mais aussi des différences suivantes :

Les personnages :

  • Jill Valentine a la même apparence physique, mais elle fume et a un caractère mal assuré. Dans le film, elle est une ex S.T.A.R.S qui connait la manière pour tuer les zombies mais il n'est pas expliqué comment elle en a la connaissance puisqu'elle n'a pas participé à l'opération dans le Hive.
  • Nicholaï et Carlos n'ont que leur nom, mais sont tous deux des mercenaires d'Umbrella.
  • La mission de Nicholaï et de Carlos était d'aider les forces de police de Raccoon City face aux zombies, cependant ce qui diffère avec le jeu est une trahison orchestrée par Nicholaï, trahison qui échoua et qui lui couta la vie
  • Le nom d'Ashford, qui correspond à la famille d'un des fondateurs d'Umbrella, est utilisé.
  • Le Nemesis est lui aussi fidèlement repris dans sa première forme avec son lance-roquettes, mais il possède en plus une grosse gatling. De plus, l'origine de Nemesis dans le jeu est floue tandis que dans le film, c'est l'un des protagonistes et survivant du premier film : Matt, qui a été transformé par les expériences d'Umbrella. Dans le film, il meurt après avoir été écrasé par un hélicoptère qu'il venait d'abattre après s'être retourné contre Umbrella alors que dans le jeu, il est tué par Jill Valentine après un énième combat avec elle.

Les événements :

  • Les dobermans (cerbères) toujours bien reproduits
  • La quarantaine et la destruction par une tête nucléaire de Raccoon City est bien lancée mais par Umbrella elle-même pour couvrir l'incident tandis que dans le jeu, c'est le gouvernement américain qui prend la décision de rayer la ville de la carte. De plus, à la fin du film, l'explication fournie par la firme et le gouvernement est l'explosion d'une centrale nucléaire toute proche alors que dans le jeu, c'est bien l'infection mise en cause mais la responsabilité d'Umbrella n'est pas complètement établie.
  • Umbrella fait passer ses études, recherches et autres tests en priorité par rapport à la vie humaine.
  • Et un petit clin d'œil à Resident Evil: Code Veronica lorsqu'Alice fait mine de se rendre devant des soldats d'Umbrella, lâche son arme pour la rattraper au dernier moment afin de se débarrasser d'eux. Nous retrouverons la même scène dans le jeu et sa cinématique de présentation.
  • Un autre clin d'œil au jeu Resident Evil: Code Veronica est fait dans le film ; la scène où le personnage d'Alice court derrière une baie vitrée qui vole en éclats lorsqu'elle échappe à une fusillade est reprise directement de la même scène du jeu, où c'est le personnage de Claire Redfield qui est mis en scène.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]