Ali Larter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ali Larter
Description de cette image, également commentée ci-après

Ali Larter au WonderCon 2010.

Nom de naissance Alison Elizabeth Larter
Surnom Allegra Coleman
Naissance (41 ans)
Cherry Hill (New Jersey, États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Mannequin
Actrice
Productrice
Films notables

Destination Finale Destination Finale 2 Resident Evil: Extinction Resident Evil: Afterlife' 'Resident Evil : Chapitre final

Obsessed
Séries notables Heroes

Alison Elizabeth Larter dite Ali Larter est une actrice, mannequin et productrice américaine, née le à Cherry Hill (New Jersey).

Elle est principalement connue pour avoir joué dans la série Heroes et pour avoir participé aux sagas Destination finale et Resident Evil.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Ali Larter est la fille de Margaret et Danforth Larter, respectivement agent immobilier et camionneur. Elle étudie au collège Carusi avant de poursuivre ses études à la Cherry Hill High School West (en) dans le New Jersey. Cependant, elle ne termine pas ses études car elle commence sa carrière de mannequin à l'âge de 13 ans. En effet, ancien garçon manqué, elle signe un contrat avec l'agence de mannequin Ford à New York[1]. Accompagnée de sa mère jusqu’à ses 18 ans[2], elle voyage à travers le monde : elle rencontre notamment Amy Smart, les deux aspirantes actrices se lient d'amitié, elles emménagent un temps ensemble[3] et finit par s'installer à Los Angeles afin d'y étudier la comédie.

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Ses premières interventions se font sur le petit écran[4] : Entre 1996 et 1997, elle apparaît dans les séries télévisées Susan, Voila !, Chicago Hope et Nés à Chicago. Parallèlement à ses tournages, elle pose en couverture du magazine Esquire pour un article sur la prétendue modèle nommée Allegra Coleman (en), qui dénonce les travers d'Hollywood, un canular qui permet à l'actrice de faire la rencontre de son manager[5] et de signer avec la prestigieuse agence IMG Models[6].

En 1998, elle décroche un petit rôle dans la série Dawson, qui rencontre un franc succès sur les chaînes The WB et TF1, la série raconte les problèmes et les premiers émois sentimentaux et sexuels des adolescents. L'année d'après, elle retrouve James Van Der Beek pour son premier rôle au cinéma dans le film qui dénonce les dérives du sport scolaire aux États-Unis, American Boys. Elle partage également l'affiche avec sa proche amie Amy Smart qui l'a convaincue de se présenter au casting[7]. Doté d'un budget de 16 millions de dollars, ce premier essai est couronné de succès, le film récolte près de 53 millions de dollars de recettes[8].

Bien décidée à poursuivre sur sa lancée, l'actrice abandonne un temps le petit écran pour se consacrer au cinéma. En 1999, elle enchaîne avec le tournage de deux autres productions, appartenant au genre teen movie : Giving It Up et Drive Me Crazy. Cette même année, elle fait partie du casting du film d'horreur La Maison de l'horreur avec Geoffrey Rush et Famke Janssen. Bien que le film soit démoli par les critiques[9], il est largement rentabilisé[10].

La Révélation Destination Finale (2000/2006)[modifier | modifier le code]

Ali Larter au Comic-Con de 2006.

C'est en 2000, qu'Ali Larter acquiert à la notoriété publique grâce au blockbuster d'horreur Destination finale. Le film est un énorme succès commercial[11] et permet à l'actrice d'être nommée lors des Blockbuster Entertainment Awards. Elle remporte le prix de la révélation féminine lors de la cérémonie des Young Hollywood Awards, qui récompense les jeunes artistes montants et prometteurs à Hollywood[12].

Forte de ce succès, Ali enchaîne les tournages : En 2001, elle rejoint Reese Witherspoon pour la comédie La Revanche d'une blonde qui est largement plébiscité autant par le public[11] que par la critique[13] et se retrouve aux côtés de Jason Mewes et Kevin Smith pour une autre comédie au succès, en revanche, plus modeste[14], Jay et Bob contre-attaquent. Puis, on la retrouve dans le film d'action American Outlaws aux côtés de Colin Farrell et Kathy Bates mais le film est une déception pour les critiques[15] et un échec pour le public[16]. Cette même année, on la retrouve au théâtre pour une version moderne de la pièce Les Monologues du vagin[7].

En 2003, elle retrouve le rôle de Claire Rivers pour Destination finale 2, le film ne réitère pas le succès du premier volet mais il est, tout de même, largement rentabilisé[17]. L'année d'après, elle joue dans le thriller Kidnapping avec Dominic Purcell, popularisé grâce à son rôle de Lincoln Burrows dans la série Prison Break. À noter que l'actrice fait ses débuts en tant que productrice[4] pour ce film accueilli tièdement par le public[18]. Elle renoue avec le petit écran pour le lancement de la série télévisée Entourage, elle apparaît dans le premier épisode et joue son propre rôle.

En 2005, elle enchaîne sur la comédie romantique 7 ans de séduction avec Ashton Kutcher, qui séduit les critiques spécialisées[19] et réussit à être rentabilisé, essentiellement grâce à ses performances au niveau mondial[20]. Elle est aussi à l'affiche du thriller dramatique indépendant, Confess, élu Meilleur film lors du Festival international du film des Hamptons[21].

En 2006, elle est au casting de la comédie potache, très mal reçue[22], Homo Erectus, sorte de version américaine du film français RRRrrrr!!!.

La Confirmation Heroes/Resident Evil (2006/2010)[modifier | modifier le code]

Ali Larter au Comic Con de 2007 pour la promotion de Resident Evil: Extinction.

Cette année là, Ali Larter décroche le double rôle de Niki Sanders/Jessica Sanders dans la série télévisée Heroes, créée par Tim Kring. À ses débuts, la série réalise de belles performances, nommée et récompensées à de prestigieuses cérémonies comme les People's Choice Awards, les Emmy Awards (l'équivalent des Oscars pour la télévision) et les Golden Globes. Elle est, encore aujourd'hui, considérée comme culte[23]. Pour son rôle de mutante, souffrant de trouble dissociatif de l'identité, l'actrice est également nominée et récompensées à plusieurs cérémonies : elle reçoit une citation au titre de meilleure actrice pour les Saturn Awards et les Teen Choice Awards et repart lauréate pour les Gracie Allen Award (en) et les Scream Awards[12]. La série est finalement arrêtée en 2010 suite à une forte érosion des audiences[24].

Ali Larter, lors de la soirée organisée en l'honneur de la première d'Heroes, à Los Angeles, en 2008.

Ali Larter vient renforcer les rangs de la saga Resident Evil pour le troisième volet des aventures de Milla Jovovich et Umbrella Corporation : Resident Evil: Extinction est un succès lors de sa sortie en salles et avoisine les 150 millions de recettes[25]. Elle reprendra son rôle de Claire Redfield dans le quatrième volet Resident Evil: Afterlife, qui est à ce jour, son plus gros succès au box office avec plus de 300 millions de dollars générés[26].

Entre deux attaques de zombies, elle est à l'affiche du drame biographique Crazy (en)[4] pour lequel l'actrice est récompensée du titre de meilleure actrice lors du Hoboken International Film Festival[12]. Elle est aussi au casting du thriller sulfureux Obsessed aux côtés de Beyoncé Knowles. Ce film qui suit les mésaventures d'un couple tranquille harcelé par une intérimaire déséquilibrée, séduit le public[27] mais divise en revanche la critique[28]. Le duo d'actrices est d'ailleurs récompensée lors des MTV Movie Awards mais il est inversement nommé lors de la cérémonie parodique des Razzie Awards[12].

Poursuite de carrière (2010/présent)[modifier | modifier le code]

Ali Larter, au comic con de 2008, pour la présentation de la série télévisée Heroes.

On la retrouve en 2012, en tête d'affiche du téléfilm The Assets, bien accueilli par le public[29]. L'année d'après, elle apparaît dans un épisode de la série The League et, en 2014, l'actrice intègre, à nouveau, le casting principal d'une série, pour les besoins de Legends[30] mais celle-ci est annulée au bout de la première saison, faute d'audiences satisfaisantes[31]. Cette même année, elle est à l'affiche de deux productions : elle partage l'affiche de la comédie indépendante Lovesick aux côtés de Matt LeBlanc, popularisé grâce à la série Friends et obtient un second rôle dans le drame Le Second Souffle tous deux modestement reçus par la critique[32].

En 2015, elle est la tête d'affiche du film d'horreur The Diabolical (en), sorti directement en DVD[33]. En 2016, elle fait son grand retour dans le dernier épisode de la saga Resident Evil intitulé Resident Evil : Chapitre Final, qui rencontre un franc succès au box office mondial[34]. Cette même-année, elle rejoint le casting de la série télévisée Pitch, un drama sportif qui retrace le parcours de la première femme championne de baseball à jouer en Major League. La série reçoit des critiques encourageantes[35] mais la Fox prend la décision, en mai 2017, de ne pas renouveler le programme pour une seconde saison en raisons des audiences jugées insuffisantes[36].

Vie Privée[modifier | modifier le code]

Ali Larter est mariée à Hayes MacArthur (en) depuis le 1er août 2009. Elle a accouché le 22 décembre 2010 à Los Angeles, d'un petit garçon prénommé Theodore Hayes MacArthur[37]. Elle a annoncé le sur le plateau de l'émission The Tonight Show, qu'elle était enceinte de son deuxième enfant. Elle donne naissance à une petite fille, Vivienne Margaret, le [38].

En 2017, Ali Larter se joint à une conférence organisée par le regroupement de planification familiale Planned Parenthood, qui milite en faveur de l'éducation sexuelle, l'accès aux soins de santé et la santé reproductive. Elle explique son engagement par son expérience personnelle, à ses 19 ans, l'actrice a eu recours aux services de santé offert par l'organisme[39].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb[40].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Caroline Maillard[41],[42] est la voix française la plus régulière d'Ali Larter.

En France

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ali Larter - Celebrity », sur http://www.tvguide.com/
  2. http://jam.canoe.ca/Movies/Artists/L/Larter_Ali/2003/01/31/759707.html
  3. (en) « There's no hiding that bump now! Ali Larter shows off her pregnancy curves in a tight black dress », sur http://www.dailymail.co.uk/,
  4. a, b et c (en) « Ali Larter - Biography - IMDb », sur http://www.imdb.com/
  5. (en) Julia Black, « Ali Larter on Her Secret Identity: Hollywood Starlet Allegra Coleman », sur http://www.esquire.com/,
  6. (en) Steff Yotka, « MONDAY MODEL ROUNDUP: TANYA D.'S NEW NAME, DNA'S BRITS AND MARILYN'S MARGHERITA », sur http://fashionista.com/,
  7. a et b (en) LOUIS B. HOBSON, « Actress Ali Larter wants to take control of her life », sur http://jam.canoe.com/
  8. (en) « BOX Office Varsity Blues », sur http://www.boxofficemojo.com/
  9. (en) « Review House On Haunted Hill », sur https://www.rottentomatoes.com
  10. « BOX Office La Maison de l'horreur », sur http://www.jpbox-office.com
  11. a et b (en) « Ali Larter Movie Box Office », sur http://www.boxofficemojo.com/
  12. a, b, c, d, e et f (en) « Ali Larter - Awards - IMDb », sur http://www.imdb.com/
  13. (en) « Review Legally Blonde », sur https://www.rottentomatoes.com
  14. (en) « BOX Office Jay & Bob », sur http://www.boxofficemojo.com
  15. (en) « Review American Outlaws », sur https://www.rottentomatoes.com/
  16. « BOX Office American Outlaws », sur http://www.jpbox-office.com
  17. « BOX Office Final Destination 2 », sur http://www.jpbox-office.com
  18. « Critique du film Three Way », sur http://www.allocine.fr/
  19. (en) « Review A Lot Like Love », sur https://www.rottentomatoes.com
  20. « BOX Office A Lot Like Love », sur http://www.jpbox-office.com
  21. (en) « Confess (2005) Awards », sur IMDb
  22. (en) « Review Homo Erectus », sur https://www.rottentomatoes.com/
  23. Jean-Maxime Renault, « "Heroes" : Grandeur et décadence d'une série culte », sur http://www.allocine.fr/,
  24. « "Heroes" est annulée », sur http://www.allocine.fr/,
  25. « BOX Office Resident Evil 3 », sur http://www.jpbox-office.com/
  26. (en) « BOX Office Resident Evil 4 », sur http://www.boxofficemojo.com
  27. (en) « BOX Office Obsessed », sur http://www.boxofficemojo.com/
  28. (en) « Review Obsessed », sur https://www.rottentomatoes.com/
  29. (en) « The Asset (TV Movie 2012) », sur http://www.imdb.com/
  30. Pascal Muscarnera & Stéphane Villeneuve, « Ali Larter : de Heroes à Legends... », sur http://www.allocine.fr,
  31. « TNT annule les séries télévisées Legends et Agent X », sur http://www.begeek.fr/,
  32. (en) « Ali Larter - Rotten Tomatoes », sur https://www.rottentomatoes.com/
  33. hohoxb, « DIABOLICAL, sortie directe en Blu-Ray et DVD », sur http://freakingeek.com,
  34. RelaxNews, « Box-office mondial : L'ultime chapitre de "Resident Evil" au sommet », sur http://www.ladepeche.fr/,
  35. AlisonP, « Pitch : Un season premiere très réussi pour Kylie Bunbury », sur https://www.cineserie.com,
  36. « La série "Pitch" annulée après une seule saison », sur http://www.ladepeche.fr/,
  37. « La famille s’agrandit pour Ali Larter et David Schwimmer », sur http://www.allocine.fr/,
  38. « Ali Larter maman pour la 2e fois : Une petite fille au prénom très Brangelina... », sur http://www.purepeople.com,
  39. (en) Morgan Brinlee, « Trump's Election Inspired Ali Larter To Become A Planned Parenthood Advocate », sur https://www.bustle.com/
  40. (en) « Ali Larter - Awards - IMDb », sur IMDb
  41. a, b, c, d et e « Comédiennes ayant doublé Ali Larter en France », sur RS Doublage (consulté le 21 avril 2014).
  42. a, b, c et d « Comédiennes ayant doublé Ali Larter en France », sur Doublagissimo (consulté le 21 avril 2014).
  43. « Fiche du doublage français de La Revanche d'une blonde », sur Voxofilm (consulté le 21 avril 2014).
  44. « Fiche du doublage français de 7 ans de séduction », sur Voxofilm (consulté le 21 avril 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]