Resident Evil: Extinction

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Resident Evil: Extinction
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original du film
Titre québécois Resident Evil : L'Extinction
Réalisation Russell Mulcahy
Scénario Paul W. S. Anderson
Musique Charlie Clouser
Acteurs principaux
Sociétés de production Constantin Film
Davis Films
Impact Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau du Canada Canada
Drapeau du Mexique Mexique
Drapeau du Japon Japon
Genre Science-fiction
Durée 94 minutes
Sortie 2007

Série Resident Evil

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Resident Evil: Extinction ou Resident Evil : L'Extinction au Québec est un film multinational réalisé par Russell Mulcahy, sorti en 2007.

Il s'agit du troisième volet d'une série de films librement adaptée de la série de jeux vidéo Resident Evil éditée par Capcom. Il met à l'écran certains éléments de Resident Evil: Code Veronica et met aussi en scène certains personnages et créatures tirés du jeu vidéo.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Trois ans après les évènements de Raccoon City[1],[2], Alice (Milla Jovovich) erre dans le désert du Nevada, à la recherche de survivants. Ces derniers sont quasi inexistants, le monde étant envahi par le virus T.

Entre-temps, un convoi de survivants, non loin d'Alice, parcourt le désert avec comme dirigeants : Claire Redfield (Ali Larter), Carlos Olivera (Oded Fehr), L.J (Mike Epps), K-Mart (Spencer Locke), Betty (Ashanti), Mikey (Chris Egan) et Chase (Linden Ashby).

Tandis que dans une base souterraine d'Umbrella, le docteur Isaacs (Iain Glen) tente de créer un vaccin contre le virus T, Alice découvre un carnet disant qu'une ville d'Alaska, Arcadia, n'est pas touchée par le virus. Le convoi veut camper près d'un motel mais à l'intérieur, un zombie mord L.J, ce dernier n'en informant pas ses camarades.

Le lendemain, K-mart se réveille et informe tout le convoi qu'une horde de corbeaux zombie est venue pendant la nuit et guette. Le convoi tente de partir mais les corbeaux attaquent et Betty ainsi qu'Otto, le conducteur du bus, sont tués avant qu'Alice ne débarque et détruise la horde de corbeaux. Alice informe le convoi qu'Arcadia serait une chance pour eux de partir. Le convoi opte pour l'Alaska. Faute de carburant, ils décident de partir à Las Vegas pour trouver de l'essence.

À la base d'Umbrella, le Dr Isaacs prévoit de capturer Alice, dont le sang serait l'antidote au virus. Avec une immense caisse métallique remplie de zombies évolués, deux hélicoptères partent vers Vegas où les zombies ravagent le convoi : Mickey et Chase sont tués, L.J finit par se transformer en zombie, tente d'attaquer K-Mart et finalement mord Carlos avant que ce dernier n'abatte ce qui était auparavant son frère d'armes. Le Dr Isaacs s'apprête à s'enfuir après la victoire des derniers membres du convoi mais se fait mordre et à la base, après s'être injecté des doses massives d'antivirus, Il devient un Tyran, un zombie extrêmement fort capable de régénérer ses blessures.

Le reste du convoi est en vue de la base d'Umbrella et veut s'enfuir avec un hélicoptère mais une foule de zombies encadre le grillage protégeant la base. Carlos, sachant qu'il va bientôt se transformer, choisit de faire exploser le camion du convoi avec lui-même à l'intérieur afin d'éliminer le plus de zombies possible. Claire, K-mart et les autres survivants partent en hélicoptère, mais Alice choisit de pénétrer dans la base et leur fait ses adieux.

Dans la base, Alice voit la multitude de clones qui avait été créée pour la remplacer. Elle rencontre ensuite l'intelligence artificielle d'Umbrella, la Reine Blanche qui, à l'opposé de la Reine Rouge, veut aider Alice. Alice se bat avec le Tyran et finalement, un des clones active des rayons lasers qui découpent le Tyran en morceaux. Le film s'achève avec Alice annonçant à Albert Wesker, le PDG d'Umbrella, qu'elle se rend à son QG pour l'attaquer...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Production exécutive : Héctor López
Production déléguée : Martin Moszkowicz, Victor Hadida et Kelly Van Horn

Distribution[modifier | modifier le code]

Légende : V. Q. = Version Québécoise[14]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Ce troisième film est évoqué par Paul W. S. Anderson juste après le bon démarrage de Resident Evil: Apocalypse, qui prend la première place du box-office pour son premier week-end d'exploitation aux États-Unis (23,7 millions de dollars de recettes pour ce week-end)[16]. Paul W. S. Anderson souhaite développer un troisième film[17],[18]. Le titre est alors Resident Evil: Afterlife. En , Sony Pictures Entertainment et Screen Gems confirme le film ainsi qu'un quatrième opus[19],[20].

Le titre Resident Evil: Afterlife change finalement pour Resident Evil: Extinction (Afterlife sera le titre du film suivant)[19]. Impressionné par Highlander, Highlander, le retour, The Shadow et Ricochet, Paul W. S. Anderson propose la réalisation à Russell Mulcahy[19].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Ali Larter incarne Claire Redfield, un personnage issu des jeux vidéo

En , Milla Jovovich est annoncée pour reprendre son rôle Alice[20]. Elle déclare cependant qu'elle a hésité à revenir, très déçue par la qualité du précédent film. Elle a cependant été séduite par le script de ce troisième opus[21]. L'actrice s'implique par ailleurs dans son costume, créé par sa société Jovovich-Hawk (en)[21].

En , Mike Epps confirme qu'il revient dans le rôle de L.J. Wayne, apparu dans Resident Evil: Apocalypse[22]. Sienna Guillory devait à nouveau interpréter Jill Valentine mais est prise par le tournage de Eragon (2006)[23],[24].

En 2006, le retour d'Oded Fehr (Carlos Oliveira, ainsi que celui de Iain Glen. Spencer Locke et la chanteuse Ashanti font également partie de la distribution. Des rumeurs annoncaient par ailleurs que Debra Marshall incarnerait Cindy Lennox, un personnage tiré du jeu Resident Evil Outbreak (2003), mais cela n'a jamais été confirmé[25]. D'autres rumeurs prévoyaient la présence de Chris Redfield et Leon S. Kennedy (personnages majeurs des jeux vidéo), qui aurait pu être interprétés respectivement par Charlie Clausen et Jensen Ackles[26]. Le personnage apparaitra finalement dans le film suivant, Resident Evil: Afterlife, sous les traits de Wentworth Miller.

Ali Larter incarne ici Claire Redfield, un personnage issu des jeux vidéo, qui devait initialement apparaitre dans le film précédent, Resident Evil: Apocalypse. Gina Philips avait été choisie pour l'incarner mais avait finalement quitté le projet, tout comme sa remplacante Emily Bergl, peu de temps avant le début du tournage. Sans actrice, le personnage avait donc été supprimé du scénario[27]. Le film introduit un autre personnage des jeux vidéo, Albert Wesker, incarné par Jason O'Mara.

Tournage[modifier | modifier le code]

Initialement prévu dans l'Outback australien[21], le tournage a lieu au Mexique, principalement dans l’État de la Basse-Californie (San Felipe, Mexicali, Laguna Salada, Rumorosa Pass). Il se déroule également dans les studios Churubusco près de Mexico[28].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Resident Evil: Extinction
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de divers artistes
Sortie 2007
Genre musique de film, rock alternatif, death metal, nu metal
Label Bodog Music

Bandes originales de Resident Evil

La musique du film est composée par Charlie Clouser. Ses compositions sont présentes sur l'album Resident Evil: Extinction (Original Motion Picture Score) commercialisé par Lakeshore Records[29]. Un autre album, Original Motion Picture Soundtrack, est également publié avec, en plus de quelques compositiions de Charlie Clouser, des chansons rock.

Liste des titres (version européenne[30])
No TitreInterprètes Durée
1. Main Title (score)Charlie Clouser 0:49
2. Stupid CrazyShadows Fall 4:40
3. I'm So Sick (T-Virus Remix)Flyleaf vs. The Legion Of Doom 3:21
4. My WorldEmigrate 4:17
5. Duality (Project Alice String Remix)Bayside 3:01
6. Losing (score)Charlie Clouser 1:19
7. One Love (Extinction Remix)Aiden vs. The Legion of Doom 4:02
8. DeathcarFightstar 3:58
9. I, SuicideThrowdown 3:36
10. White Rabbit (SPC Eco Mix)Collide 4:42
11. ParalyzedChimaira 3:07
12. Laser Tunnel (score)Charlie Clouser 0:27
13. Asleep On The Frontlines (Appliantz Remix)The Bled 5:33
14. Catch MeCity Sleeps 3:21
15. ContagiousSearchlight 4:18
16. Scenotaph (DJA Infected Remix)Emanuel 4:16
17. Sixth of JuneIt Dies Today 3:04
18. Wrecking Itself Taking You with MePoison the Well 3:21
19. Convoy (score)Charlie Clouser 0:43
20. Devils In the MistOverkill 4:36
21. So Many PeopleNeurosonic 2:44
22. AmaranthNightwish 3:57
23. Last Angel (titre bonus)Kumi Kōda feat. TVXQ

N.B. : la version américaine de l'album ne contient que 19 titres[31]

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Le film reçoit des critiques mitigées. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 24% d'opinions favorables pour 99 critiques et une note moyenne de 4,3310 avec comme consensus « le film comporte d'importantes scènes d'action qui ne compensent pas une intrigue plate »[32]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 41100 pour 12 critiques[33].

En France, le film obtient une note moyenne de 2,25 sur le site AlloCiné, qui recense 13 titres de presse[34].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
50 648 679 $[35] [36] 6[36]
Drapeau de la France France 581 802 entrées[37] - -

Monde Total mondial 147 717 833 $[35] - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2008, Resident Evil: Extinction a été sélectionné 4 fois dans diverses catégories et a remporté 2 récompenses[38].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Connexions avec le jeu[modifier | modifier le code]

  • À la fin du film, Alice combat le Tyran dans une réplique du manoir vu dans le premier jeu. (Qui est aussi utilisé comme un centre d'entraînement pour les clones d'Alice) un peu comme Claire Redfield le fait dans Resident Evil: Code Veronica, à la fin en Antarctique.
  • Comme une référence au premier Resident Evil, le capitaine Alexander Slater est tué par le Tyran comme Albert Wesker est tué dans le jeu vidéo.
  • Le Tyran du film a une ressemblance avec le T-002 Tyran de Resident Evil[Lequel ?] mais il attaque comme le T-091 Tyran le fait avec ses tentacules (dans Resident Evil: Dead Aim).

Différences avec le jeu[modifier | modifier le code]

Comme ses prédécesseurs, ce film ne respecte pas l'histoire des jeux Resident Evil en de nombreux points :

  • Le Tyran qu'est devenu le Dr. Isaacs ne correspond à aucune espèce du jeu.
  • Une dimension de science-fiction est ajoutée avec l'énergie psionique utilisée par Alice.
  • Le virus se propage très rapidement dans le monde alors que dans le jeu il est combattu en de divers endroits isolés.
  • Le virus désertifie le monde.
  • L'existence d'un sérum pouvant faire recouvrir à un zombie des caractères humains a été introduit dans le film pour créer ces zombies plus rapides et plus intelligents, dans le jeu un tel sérum n'existe pas malgré l'apparition des "Supers Zombies" dans Resident Evil 1, des Ganados dans Resident Evil 4 ou des Majinis dans Resident Evil 5.
  • Albert Wesker est le PDG d'Umbrella alors que dans le jeu il n'est qu'un simple employé ayant trahi pour une compagnie rivale à la fin du 1, en l'occurrence Tricell.
  • Après l'explosion nucléaire à Raccoon City, la société Umbrella Corporation n'a pas pu étouffer l'affaire ce qui entraina sa totale disparition entre le troisième et le quatrième de la série, au profit de la société Tricell.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Classification États-Unis : Les enfants de moins de 17 ans doivent être accompagnés d'un adulte - « Classé R pour une forte violence d'horreur et un peu de nudité. »
  2. Classification Japon : « Certaines scènes ne conviennent pas aux enfants de moins de 12 ans. Ils doivent être accompagné d'un parent ou d'un responsable. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Resident Evil: Apocalypse
  2. Dossier de presse du film - Unifrance
  3. (en) « Resident Evil: Extinction - Société de Production / Sociétés de distribution » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  4. « Sociétés de production de Resident Evil: Extinction », sur Unifrance.org (consulté le 11 mai 2021).
  5. « Budget du film Resident Evil: Extinction », sur JP box-office.com (consulté le 11 mai 2021).
  6. (en) « Resident Evil: Extinction - Spécifications techniques » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  7. (en) « Resident Evil: Extinction - Dates de sortie » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  8. « Resident Evil: Extinction - Dates de sortie », sur cineman.ch (consulté le 11 mai 2021).
  9. (en) « Resident Evil: Extinction - Guide Parental » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  10. (en) « Classification Parentale au Royaume-Uni », sur bbfc.co.uk (consulté le 11 mai 2021).
  11. (en) « Classification Parentale en Australie du film Resident Evil: Extinction », sur classification.gov.au (consulté le 11 mai 2021).
  12. « Visa et Classification - Fiche œuvre Resident Evil: Extinction », sur CNC (consulté le 11 mai 2021).
  13. « Resident Evil: Extinction - Guide Parental » sur Allociné (consulté le ).
  14. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage Québec, consulté le 3 janvier 2015
  15. « Page du casting du film » sur le site IMDB.com
  16. « Resident Evil Sequel Infects Weekend Box Office », countingdown.com,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 20 décembre 2007)
  17. « Taking Thoughts on Afterlife », countingdown.com,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 20 décembre 2007)
  18. « 'Resident Evil 3' Still in the Cards Says Anderson », bloodydisgusting.com,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 20 décembre 2007)
  19. a b et c (en) « Resident Evil: Extinction Production Notes », sur sonypictures.com, (consulté le 20 décembre 2007)
  20. a et b « Huge 'Resident Evil' Sequel News Times Two!! » [archive du ], sur bloodydisgusting.com, (consulté le 20 décembre 2007)
  21. a b et c (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  22. « Mike Epps Returns in 'Afterlife'- Refuses to Die! » [archive du ], sur bloodydisgusting.com, (consulté le 20 décembre 2007)
  23. « Jill Valentine Returns, Anderson to Direct?! » [archive du ], sur bloodydisgusting.com, (consulté le 20 décembre 2007)
  24. « Sienna Guillory », empireonline.com,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 29 septembre 2007)
  25. « More 'Resident Evil' Casting News, Begins Shoot Monday! » [archive du ], sur bloodydisgusting.com, (consulté le 20 décembre 2007)
  26. « Full Cast and Crew for Resident Evil: Extinction », sur gamespot.com, (consulté le 5 juillet 2007)
  27. (en) Trivia Resident Evil: Apocalypse sur l’Internet Movie Database
  28. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  29. (en) Charlie Clouser – Resident Evil: Extinction (Original Motion Picture Score) - Discogs
  30. (en) Various – Resident Evil: Extinction (Original Motion Picture Soundtrack) Europe - Discogs
  31. (en) Various – Resident Evil: Extinction (Original Motion Picture Soundtrack) US Version - Discogs
  32. (en) « Resident Evil: Extinction (2007) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 15 avril 2020)
  33. (en) « Resident Evil: Extinction Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 15 avril 2020)
  34. « Resident Evil: Extinction - critiques presse », sur AlloCiné (consulté le 15 avril 2020)
  35. a et b (en) « Resident Evil: Extinction », sur Box Office Mojo (consulté le 15 avril 2020)
  36. a et b (en) « Resident Evil: Extinction - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 15 avril 2020)
  37. « Resident Evil: Extinction », sur JP's Box-office (consulté le 15 avril 2020)
  38. (en) « Resident Evil: Extinction - Distinctions » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]