Resident Evil (jeu vidéo, 2002)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Resident Evil (homonymie).
Resident Evil
Éditeur Capcom
Développeur Capcom Production Studio 4

Date de sortie Gamecube
  • Japon 22 mars 2002
  • États-Unis 30 avril 2002
  • Europe 12 septembre 2002

Wii
  • Japon 25 décembre 2008
  • États-Unis 23 juin 2009
  • Europe 26 juin 2009

Windows, PS3, PS4, Xbox 360, Xbox One (HD)
Genre Survival horror
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme GameCube, Wii, PlayStation 3, PlayStation 4, Xbox 360, Xbox One et Microsoft Windows
Média 2 minis DVD, DVD

Resident Evil (parfois improprement appelé Resident Evil Rebirth en France[réf. souhaitée]) est un jeu vidéo de type survival horror développé par Capcom Production Studio 4 et édité par la société japonaise Capcom. Il met en scène les agents des S.T.A.R.S., une équipe d'élite piégée dans un manoir après avoir été envoyée dans une forêt afin d'enquêter sur les différents meurtres ayant eu lieu dans les environs.

Ce jeu est une refonte graphique totale de l'épisode original Resident Evil paru sur PlayStation en 1996. Ce remake est disponible depuis septembre 2002 sur GameCube, et sur Wii en 2009 sous l'édition « Resident Evil: Archives ».

L'appellation « REbirth » (littéralement « REnaissance » — les majuscules permettant le jeu de mot avec les initiales du jeu) n'est pas officiellement de Capcom, mais donnée par des journalistes de la revue Joypad. Ce nom est resté dans l'esprit des joueurs pour nommer ce remake sur Gamecube.[réf. nécessaire]

Une version remastérisée en haute définition de ce remake est sortie en janvier 2015 sur PlayStation 3, PlayStation 4, Xbox 360, Xbox One et Microsoft Windows[1].

Nouveautés du remake[modifier | modifier le code]

Parmi les différences entre l'original et le Rebirth, on peut remarquer :

  • Des graphismes entièrement retravaillés : toujours en gardant le principe des décors en 2D précalculés avec des personnages incrustés en 3D temps réel ;
  • L'apparition d'armes défensives : couteau utilisé en cas de corps à corps, grenades (pour le personnage de Chris Redfield) et un pistolet électrique nécessitant des piles (pour Jill Valentine) ;
  • Des zombies capables d'ouvrir certaines portes, de descendre les escaliers et pouvant se régénérer en « Crimson Head » (littéralement « Têtes cramoisies »), autrement dit des monstres plus redoutables et plus rapides ;
  • Les changements apportés à certains décors (et certaines énigmes à résoudre) et l'apparition de nouvelles zones de jeu (telle que la cabane des Trevor et le cimetière), ainsi que de nouveaux événements étoffant le background scénaristique de la série ;
  • L'apparition d'une nouvelle créature nommée Lisa Trevor, personnage qui est souvent mentionné dans le Wesker's Reports II (Resident Evil: The Umbrella Chronicles). Il s'agit de la fille de l'architecte du manoir, George Trevor, qui a subi des expériences de la société Umbrella Corporation l'ayant transformée et rendue immortelle.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Ventes[modifier | modifier le code]

Sur le plan commercial, en revanche, ce remake a été considéré comme un semi-échec : 1,35 million d'unités ont trouvé preneur, dont seulement 267 470 au Japon. Ces chiffres s'expliquent essentiellement par le succès modéré de la GameCube, qui ne permit pas à Capcom de couvrir un panel suffisant de joueurs pour rentabiliser la production.[réf. nécessaire]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Bruno Provezza, Resident Evil : Des zombies et des hommes, Third, , 224 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]