Psychométrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Psychométrique)
Aller à : navigation, rechercher

La psychométrie est la science étudiant l'ensemble des techniques de mesures pratiquées en psychologie, ainsi que les techniques de validation de ces mesures. Ces techniques concernent tous les champs de la psychologie, ainsi que d'autres domaines de sciences connexes (comme la recherche en comportement du consommateur par exemple) mais elles ont été surtout développées, à l'origine, pour la mesure des performances intellectuelles (âges mentaux ou quotient intellectuel, quotients de développement dans la petite enfance, etc.) ou bien pour l'analyse des composantes de la personnalité (affectivité, émotions, relations avec les autres, etc.). Elle est la science de la mesure de l'esprit, qui devient une science en introduisant l'arithmétique et le calcul dans les phénomènes de l'esprit.

Concepts de validation[modifier | modifier le code]

Fidélité[modifier | modifier le code]

La fidélité (ou fiabilité ; en anglais : reliability) d'un test concerne sa capacité à mesurer un construit de manière cohérente. En d'autres termes, il est nécessaire avant toute chose qu'un test psychologique soit cohérent avec lui-même, et que chacune de ces composantes réagisse de manière cohérente à une même réponse (par exemple, un test concernant l'humeur de quelqu'un doit montrer que les questions « je suis triste » et « je suis heureux » obtiennent des réponses inverses d'un même sujet). En pratique, la fidélité est estimée par le coefficient alpha de Cronbach. Celui-ci calcule de manière synthétique la moyenne des corrélations des réponses aux questions différentes d'un même questionnaire mesurant une même dimension. Le résultat est généralement présenté sous la forme d'un nombre entre 0 et 1, 1 représentant en théorie une cohérence entre questions qui est parfaite.

L'American Psychological Association considère un questionnaire comme acceptable quand le coefficient alpha est au-dessus de 0,7. Cependant, au-dessus de 0,9, en pratique, on peut commencer à avoir des doutes sur la nature de cette validité (en particulier en vérifiant que les questions mesurant le construit ne sont pas les mêmes avec l'usage de synonymes).

Validation externe du construit (en anglais : construct validity)[modifier | modifier le code]

Cette validation est beaucoup plus complexe que la validation interne, et elle vient après cette dernière: il s'agit de savoir dans quelle mesure le test proposé permet d'identifier de manière certaine le construit mesuré (par exemple, pour reprendre l'exemple ci-dessus, mon test est probablement capable de mesurer l'humeur, mais même si les deux questions sont inversement corrélées, il donne vraisemblablement une mesure faible (ou fausse) de la taille ou de l'intelligence des sujets, donc une faible validité externe en tant que tests de taille ou d'intelligence, mais une forte validité en tant que test de l'humeur).

Plusieurs types de validation peuvent et doivent être entrepris avant de prétendre à la validation d'un construit.

Validité de contenu ou validité apparente[modifier | modifier le code]

Premier niveau d'une procédure de validation, elle consiste à vérifier que les questions d'un test sont en rapport avec le construit qui est censé être mesuré. Par exemple, « êtes vous de bonne humeur » semble avoir une validité faciale pour un test mesurant l'humeur. En revanche, « quelle taille avez vous ? » ne l'a pas. Les problèmes de ce type de validation vient de sa subjectivité (mais on peut confier l'appréciation a un, voire plusieurs observateurs non-impliques dans le design du test). Également, les tests projectifs (par exemple le test de Rorschach ou le TAT) n'ont généralement, par définition, aucune validité apparente.

Validité convergente[modifier | modifier le code]

Composante indispensable d'une étude de validité, la validité convergente concerne la capacité d'un test à pointer les sujets dans les catégories réalisées. Elles sont réalisées avec l'appui d'autres critères diagnostiques, notamment en psychopathologie. Par exemple, il suffit qu'un test de schizophrénie vérifie que tous les schizophrènes diagnostiqués au cours d'entretiens cliniques avec un professionnel aient un score similaire pour prouver la validité convergente dudit test.

Cependant la validité convergente, parfois confondue avec la validité du construit, ne suffit pas, et rend un test particulièrement incertain en l'absence de validité discriminante.

Validité discriminante[modifier | modifier le code]

La validité discriminante vérifie l'envers de la validité convergente: il s'agit de savoir si seul le construit mesuré est mesuré par le test. En d'autres termes, il s'agit de savoir si le test fait bien la différence entre le construit mesuré et n'importe quel autre. Par exemple, un test mesurant la dimension schizophrène de la personnalité n'atteint la validité discriminante que si les schizophrènes sont les seuls à avoir un score supérieur ou inférieur a une certaine moyenne. Par exemple, si un test obtient une même réponse de tous les schizophrènes mesurés, il atteint la validité convergente, mais si des personnes originales ou normales font également la même réponse, le test n'aura pas de validité discriminante.

Validité nomologique[modifier | modifier le code]

La validité nomologique est le dernier élément permettant de conclure a la validité externe d'un test. On atteint la validité nomologique en prouvant une corrélation entre le test à valider et un autre test, déjà valide, qui mesure un construit qui devrait théoriquement être corrélé avec le construit mesure (sans être le même construit). Par exemple, un test mesurant l'alcoolisme peut atteindre la validité nomologique si on peut prouver une corrélation statistiquement significative avec un test mesurant l'impulsivité des sujets, une relation théorique existant entre les deux construits alcoolisme et impulsivité.

Test de validité et de fidélité des instruments[modifier | modifier le code]

La validité d'une méthode est son aptitude à mesurer ce qu'elle est censée mesurer, c'est-à-dire les variables telles qu'elles ont été définies avant leur opérationnalisation. La fidélité d'une méthode est son aptitude à fournir une mesure constante d'un phénomène constant.

Les tests de validité et de fidélité sont pratiqués sur les données recueillies et par conséquent à la dernière phase de l'enquête, ce qui peut sembler à juste titre intervenir trop tard.

Critique[modifier | modifier le code]

Les tests psychométriques ont été critiqués sur le plan de l'impossibilité ou l'inutilité de caractériser un esprit humain par un ensemble de mesures[réf. nécessaire]. La valeur de ces tests est aujourd'hui relativisée par les psychologues [Qui ?] en tant qu'ils ne permettent qu'une mesure ponctuelle de phénomènes pouvant être dynamiques[réf. nécessaire].

Une autre acception du terme[modifier | modifier le code]

Il existe une acception antérieure et différente du terme psychométrie, forgé en 1842 par le Dr Joseph Rodes Buchanan. Celui-ci présente dans son livre Manual of psychometry [1] une étude sur les capacités de certains sujets de percevoir, de manière extrasensorielle, des informations relatives à des lieux dans lesquels ils se trouvent ou à des objets qu'ils touchent. Il s'agirait donc d'une approche psychurge[réf. nécessaire]. Ainsi, le premier sujet étudié par le Dr Buchanan fut le général "bishop" Léonidas Polk, qui avait, entre autres, la faculté de « reconnaître » du laiton, dans l'obscurité et par un simple contact. Ce contact aurait provoqué chez lui la perception, en bouche, d'un goût particulier lui permettant d'identifier le laiton.

Bien que contestable au plan sémantique, l'usage du terme psychométrie pour désigner ces capacités extra-sensorielles semble trop bien établi pour que l'on puisse le remplacer. C'est ce qu'écrit l'abbé François Brune : « Le terme de "psychométrie" a été mal choisi, tout le monde le reconnait, mais il est maintenant trop bien implanté pour qu'on en change. » [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Manual of psychometry - The dawn of a new civilization, Dr Joseph Rodes Buchanan, 1885,
  2. Le Nouveau Mystère du Vatican, père François Brune, éditions Albin Michel, 2002, p. 152.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Manuels et textes généraux[modifier | modifier le code]

  • H. Chauchat, L'Enquête en psycho-sociologie, 1985.
  • P. Dickes, J. Tournois, A. Flieller, et J.-L. Kop, La Psychométrie, PUF, Paris, 1994.
  • C. Duflot, L'Expertise psychologique : procédures et méthodes, Dunod, 1999 (ISBN 210004222X).
  • D. Laveault et J. Grégoire, Introduction aux théories des tests en psychologie et en sciences de l'éducation (2e éd.), De Boeck Université, Bruxelles, 2002, 377 p.
  • M. Reuchlin, La Psychologie différentielle, PUF, 1969.

Articles universitaires[modifier | modifier le code]

  • (en) L. J. Cronbach, « Coefficient alpha and the internal structure of tests », dans Psychometrika, vol. 16, 1951, p. 297-333.
  • (en) L. J. Cronbach et P. E. Meehl, « Construct validity in psychological tests », Psychological Bulletin, vol. 52, 1955, p. 281-302.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

http://www.neuropsychologie.fr/