Meddle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Meddle

Album de Pink Floyd
Sortie
Enregistré Janvier à août 1971
Studios Abbey Road, AIR et Morgan (Londres)
Durée 46:48
Genre Rock progressif
Format 33 tours
Producteur Pink Floyd
Label Harvest (Royaume-Uni)
Capitol Records (États-Unis)
Classement 3e (Royaume-Uni)
70e (États-Unis)

Albums de Pink Floyd

Singles

  1. One of These Days/Fearless
    Sortie : 29 novembre 1971

Meddle est le sixième album studio du groupe de rock anglais Pink Floyd, sorti le chez Harvest Records. L'album est enregistré au courant d'une tournée, de à , dans plusieurs studios de Londres.

N'ayant aucun matériel à travailler et aucune idée précise sur la direction de l'album, le groupe met en place une série d'expérimentations qui inspirent finalement le morceau phare de l'album, Echoes. Bien que les albums ultérieurs du groupe soient unifiés par un thème central avec des paroles entièrement écrites par Roger Waters, Meddle est un effort collectif avec des contributions lyriques de chaque membre, et est considéré comme un album de transition entre le Pink Floyd influencé par Syd Barrett à la fin des années 1960 et le groupe qui signera plus tard The Dark Side of the Moon ou The Wall. L'image sur la pochette de l’album représente une oreille sous l'eau et a été créée par Storm Thorgerson du collectif de graphisme Hipgnosis.

L'album est bien accueilli par les critiques à sa sortie et est un succès commercial au Royaume-Uni, mais la publicité peu brillante de la part du label américain du groupe, Capitol Records, entraîne de mauvaises ventes aux États-Unis lors de la sortie initiale.

Historique[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

En 1971, Pink Floyd n'existe que depuis cinq ans mais a déjà montré sa capacité à produire des succès populaires avec Arnold Layne et See Emily Play. Après le départ de Syd Barrett en 1968 et quelques essais dans la création de musique de film pour The Committee, More et Zabriskie Point, le groupe sort deux albums, Ummagumma et Atom Heart Mother, qui établissent la trajectoire du groupe dans le rock psychédélique[1].

Atom Heart Mother est bien accueilli par le public et devient le premier album de Pink Floyd à être numéro un dans les classements britanniques en passant 18 semaines dans les charts[2]. Ce succès permet au groupe de faire du profit pour la première fois de son histoire, et Pink Floyd commence alors une longue tournée en Amérique du Nord et en Europe[3],[4]. Avant l'enregistrement de Meddle, le groupe signe un nouveau contrat avec la maison de disque EMI, Nick Mason ayant déclaré qui celle-ci leur avait accordé « un temps de studio illimité en échange d'une légère réduction des royalties », précisant que selon lui « seuls les Beatles avaient un accord similaire à l'époque »[1].

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Après une série de tournées à travers l'Amérique et l'Angleterre pour l'album Atom Heart Mother, Pink Floyd commence début 1971 à travailler sur du nouveau matériel aux studios Abbey Road à Londres[5]. À l'époque, Abbey Road est équipé d'installations d'enregistrement multipistes n'allant que jusqu'à huit pistes, ce que le groupe juge insuffisant pour répondre aux exigences techniques croissantes de leurs projets. Ils transfèrent leurs meilleurs travaux, y compris l'ouverture de ce qui deviendra Echoes, sur des bandes 16 pistes dans des studios plus petits de Londres (à savoir AIR sur Oxford Street et Morgan à West Hampstead) qui offrent l'avantage d'un équipement d'enregistrement plus flexible. Les ingénieurs John Leckie et Peter Bown enregistrent les sessions principales à Abbey Road et AIR, tandis Rob Black et Roger Quested se chargent des tâches d'ingénierie pour les travaux mineurs chez Morgan[6].

En l'absence d'un thème central pour le projet, le groupe utilise plusieurs méthodes expérimentales pour tenter de stimuler le processus créatif. L'un des exercices consiste à faire jouer chaque membre sur une piste distincte, sans référence à ce que font les autres membres. Le tempo est alors entièrement aléatoire, tandis que le groupe joue autour d'une structure d'accords convenue, et des ambiances telles que « les deux premières minutes sont romantiques, les deux suivantes sont plus rapides ». Chaque section enregistrée est nommée, mais le processus est largement improductif ; après plusieurs semaines, aucune chanson complète n'est créée[7].

Leckie a travaillé sur des albums tels que All Things Must Pass de George Harrison et Sentimental Journey de Ringo Starr, et est employé comme opérateur sur Meddle, en partie pour sa disposition à travailler jusqu'aux petites heures du matin. Il déclare que les sessions de Pink Floyd commencent souvent l'après-midi et se terminent tôt le lendemain matin, « période pendant laquelle rien ne se faisait. Il n'y avait aucun contact avec les maisons de disques, sauf lorsque leur directeur de label se présentait de temps en temps avec quelques bouteilles de vin et quelques joints »[8]. Le groupe passe apparemment de longues périodes à travailler sur des sons simples ou sur un riff de guitare particulier. Ils passent également plusieurs jours à l'AIR pour tenter de créer de la musique en utilisant divers objets de tous les jours, projet qui est revisité dans leurs prochains albums, The Dark Side of the Moon et Wish You Were Here[9].

Sorte de piano à touches noires et blanches et plusieurs boutons rouges et blancs. Sur le piano est posé une boîte grise avec des câbles et un caisson noir avec plusieurs boutons.
L'orgue Farfisa Compact Duo de Richard Wright avec son Binson Echorec (en).

À la suite de ces premières expérimentations — appelées Nothings (« Riens ») — le groupe développe Son of Nothings, qui est suivi par Return of the Son of Nothings, titre de travail du nouvel album. L'un de ces premiers travaux implique l'utilisation du piano de Richard Wright, qui fait passer une seule note par une cabine Leslie, produisant un « ping » semblable à celui d'un sonar de sous-marin. Le groupe essaye à plusieurs reprises de recréer ce son en studio, sans succès, et la version démo est donc utilisée sur ce qui devient Echoes, mixé presque exclusivement aux studios AIR[7],[10]. Combiné avec la guitare de David Gilmour, le groupe peut développer un peu plus le morceau en expérimentant avec des effets sonores accidentels (comme la guitare de Gilmour branchée sur une pédale wah-wah à l'envers, un effet utilisé en concert à partir de 1970 pour la section centrale de Embryo). Contrairement à Atom Heart Mother, les nouvelles capacités multi-pistes du studio leur permettent de créer le morceau par étapes, plutôt que de le jouer en une seule prise. La version finale d’Echoes, d'une durée de 23 minutes, occupe finalement toute la seconde face de l'album[11].

Meddle est enregistré au courant d'une tournée, sa production s'est donc étalée sur une période de temps considérable[12]. Le groupe enregistre dans la première moitié d', mais dans la seconde moitié il joue à Doncaster et Norwich avant de revenir enregistrer à la fin du mois. En mai, ils partagent leur temps entre des sessions à Abbey Road, et des répétitions et des concerts à Londres, Lancaster, Stirling, Édimbourg, Glasgow et Nottingham. En juin et juillet, ils se produisent principalement dans des salles de concert à travers l'Europe[12],[13]. En , ils se rendent en Extrême-Orient et en Australie, en en Europe et d' à aux États-Unis[12]. Pendant la même période, le groupe produit également Relics, un album compilation de certaines des œuvres antérieures de Pink Floyd. Un mixage quadriphonique de l'album est préparé aux Command Studios les et , mais il n'est jamais publié[14],[15].

Parution et accueil[modifier | modifier le code]

Meddle sort le aux États-Unis et le au Royaume-Uni[note 1]. Bien qu'il atteigne la troisième place au Royaume-Uni, le manque de publicité de la part de Capitol Records entraîne de faibles ventes aux États-Unis et une 70e position aux charts[25],[26]. « Pink Floyd avait de nombreux adeptes au Royaume-Uni et dans d'autres parties de l'Europe », rappelle Rupert Perry, alors directeur de l'A&R chez Capitole, « mais ils se devaient d'être plus importants aux États-Unis, où ils ne vendaient que 200 000 unités. Ils faisaient presque que des albums — pas de singles — ce qui était mauvais pour nous. Ils avaient un facteur de crédibilité élevé mais sans les ventes »[27].

Le , One of These Days sort aux États-Unis en tant que single avec Fearless en face B[28]. Meddle est certifié disque d'or par la RIAA le , puis double platine le , suite à l'attention supplémentaire suscitée par les succès ultérieurs du groupe aux États-Unis[29].

À sa sortie, Meddle reçoit des avis généralement positifs de la part des critiques musicaux[30]. Jean-Charles Costa, de Rolling Stone, a écrit : « Meddle confirme non seulement l'émergence du guitariste principal David Gilmour en tant que véritable force créatrice du groupe, mais il affirme avec force et précision que le groupe est à nouveau en pleine croissance », et New Musical Express qualifie cet album d'« exceptionnellement bon »[31],[32]. Steve Peterson de Hit Parader cite Fearless comme sa chanson favorite et déclare à propos de l'album : « Ce doit être leur meilleur album ». Ed Kelleher de Circus le qualifie de « nouveau chef-d'œuvre d'un groupe magistral », notant que Fearless est « fascinant » et comparant Echoes à « un poème sonore qui laisse aux quatre membres du groupe beaucoup de temps pour se dégourdir les muscles »[30]. Cependant, Melody Maker est plus réservé et le décrit comme « une bande-son d'un film inexistant »[32].

Dans Christgau's Record Guide: Rock Albums of the Seventies, sorti en 1981, Robert Christgau déclare que Meddle est une assez bonne progression par rapport au travail précédent du groupe qui présente des chansons folk soulignées par des mélodies uniques, bien qu'il déplore les paroles de A Pillow of Winds : « C'est une amélioration certaine : un tout petit pas pour l'humanité, un pas de géant pour Pink Floyd ». Dans sa critique d’Echoes, il estime que les paroles imitent Across the Universe des Beatles, mais avec plus de 23 minutes de musique qui s'écoulent avec un « calme intemporel » semblable à Interstellar Overdrive[17]. Daryl Easlea de la BBC estime qu'il s'agit d'une version similaire, mais plus cohérente et plus mélodieuse, d’Atom Heart Mother mise en valeur par Echoes, qui, selon lui, « domine l'ensemble de l'œuvre » et est « tout ce qu'il y a de bon dans le rock progressif ; engageant, intelligent et convaincant »[33]. Dans le New Rolling Stone Album Guide de 2004, Rob Sheffield déclare que Echoes montre que Pink Floyd est un groupe plus développé qu'auparavant, « colorant les lentes ondulations de la guitare de détails sonores profonds que seuls les vrais passionnés remarqueraient, et encore moins apprécieraient »[34]. En écrivant pour AllMusic, Stephen Thomas Erlewine qualifie Meddle de meilleur album de leurs années de transition menant à The Dark Side of the Moon, car il « passe la plupart de son temps avec des textures sonores et des compositions allongées, notamment sur son morceau de fermeture épique, Echoes ». Il a noté un « ton uniforme », ce qui n'est pas le cas pour la structure des chansons, et écrit sur l'importance de l'album dans le catalogue du groupe : « Pink Floyd n'étaient rien d'autre que des maîtres de la texture, et Meddle est l'une de leurs plus grandes excursions dans les petits détails, indiquant la voie vers la brillance mesurée de Dark Side of the Moon et de toute l'ère Roger Waters »[16].

Postérité[modifier | modifier le code]

One of These Days, Echoes et Seamus[note 2] sont interprétés à l'occasion du film Live At Pompeii, les deux premiers étant également joués dans l'émission In Concert de la BBC en 1971[36],[37]. One of These Days est régulièrement joué en concert par Pink Floyd au début des années 1970 avant d'être définitivement retiré de leur setlists[38].

Meddle sort sous forme de LP remasterisé par le Mobile Fidelity Sound Lab en 1984 et au format CD en [39],[40],[41]. L'album est inclus dans le coffret Shine On sorti le [42]. Deux éditions remasterisées de Meddle sont sorties en 2011 et 2016, respectivement chez EMI et Pink Floyd Records, la première fois au format CD et en dématérialisé puis en CD et vinyle[43].

Echoes donne son nom à l'album de compilation Echoes: The Best of Pink Floyd, sur lequel une version très éditée de la chanson titre est incluse. De multiples éditions tout au long de la chanson ont permis de réduire la durée du morceau de sept minutes. Une ébauches créée lors de la création de Meddle est laissée de côté avant de recevoir des paroles et de devenir Brain Damage sur The Dark Side of the Moon[44],[45].

Meddle est élu numéro 255 dans la troisième édition du All Time Top 1000 Albums de Colin Larkin en 2000[46].

Caractéristiques artistiques[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Bien que les six morceaux présentent des ambiances variées, Meddle est généralement considéré comme un album plus cohérent que son prédécesseur de 1970, Atom Heart Mother[44]. Il s'ouvre sur One of These Days, un quasi-instrumental développé autour d'une ligne de basse ostinato créée par Roger Waters en alimentant la sortie par un Binson Echorec (en). Cette ligne est jouée par Waters et Gilmour sur deux guitares basses, l'une munie de cordes usées. Le grognement du batteur Nick Mason « One of these days I'm going to cut you into little pieces » (« Un de ces jours je vais te couper en petits morceaux »)[note 3] est enregistré en voix de fausset en vitesse accélérée, puis la bande est repassée à la vitesse normale pour obtenir un son grave[48].

One of These Days est suivie de A Pillow of Winds, l'une des rares chansons d'amour acoustiques et calmes du catalogue de Pink Floyd. Le bruit du vent sert d'enchaînement entre ces deux titres, un effet repris par la suite sur Wish You Were Here. Le titre de A Pillow of Winds est inspiré par les parties de mah-jong disputées par Waters et Mason avec leurs épouses dans le sud de la France[note 4],[49].

Fearless comprend des enregistrements du Kop du Liverpool Football Club chantant You'll Never Walk Alone, leur hymne, qui met fin à la chanson par un fondu enchaîné fortement réverbéré. L'idée d'associer un chant de supporter à la chanson vient du fait que « fearless », « sans peur », est à cette époque un terme très en vogue dans le football, surtout chez les supporters de Liverpool[note 5]. San Tropez est une chanson pop d'inspiration jazzy au tempo traînant, composée par Waters dans son style de plus en plus utilisé d'écriture de chansons aérées et décalées. Elle a pour inspiration le voyage du groupe dans le sud de la France en 1970. Pink Floyd fait preuve d'un sens de l'humour inhabituel avec Seamus, un pseudo-blues humoristique où le chien de Steve Marriott (dont Gilmour avait la garde) hurle au rythme de la musique[35]. Bien que Seamus soit souvent en tête des sondages des pires chansons que Pink Floyd ait jamais créées, le groupe utilisera de nouveau des sons d'animaux sur son album de Animals[51].

La dernière chanson de l'album, qui occupe l'intégralité de la deuxième face du 33 tours, est Echoes, longue de 23 minutes. Elle est interprétée en concert pour la première fois sous le titre Return of the Son of Nothing le à Norwich. Le groupe passe environ six mois sur le morceau dans trois studios (Morgan, AIR et Abbey Road), mais l'enregistré presque entièrement aux studios AIR[52],[53],[10]. Le morceau s'ouvre sur le « ping » de Wright. L'enregistrement est terminé en [53]. On peut entendre une gamme de Shepard en arrière-plan du morceau[44],[45].

Pochette[modifier | modifier le code]

Le titre de l'album, « Meddle », est un jeu de mots entre « medal » (médaille) et « meddle » (interférer), qui se prononcent de la même manière[51]. Pour la pochette, la première suggestion de Storm Thorgerson, du collectif artistique Hipgnosis, est un gros plan de l'anus d'un babouin. L'idée est rejetée par le groupe, qui l'informe par un appel téléphonique intercontinental lors d'une tournée au Japon qu'ils préféreraient « une oreille sous l'eau »[54]. La photo de la pochette est prise par Bob Dowling. L'image représente une oreille, sous l'eau, qui recueille des ondes sonores (représentées par des ondulations à la surface de l'eau)[51]. Thorgerson a par la suite exprimé son mécontentement à l'égard de la pochette, affirmant qu'il s'agissait de la pochette de l'album de Pink Floyd qu'il préférait le moins : « Je pense que Meddle est un bien meilleur album que sa pochette »[55]. Son collègue Aubrey Powell partage ses sentiments en déclarant « Meddle était un gâchis. Je détestais cette pochette. Je pense que nous ne leur avons pas du tout rendu justice avec ça ; c'est trop faible »[56]. Le pochette intérieure présente un portrait des quatre membres du groupe. C'est la dernière fois que des portraits des musiciens apparaissent sur un album de Pink Floyd jusqu'à A Momentary Lapse of Reason en 1987)[55].

Quatre hommes aux cheveux longs de face.
Photo des membres du groupe à l'intérieur de l'album. De gauche à droite : Roger Waters, Nick Mason, David Gilmour et Richard Wright.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Face A
No TitreAuteurChant Durée
1. One of These DaysGilmour, Mason, Waters, WrightInstrumental[note 6] 5:57
2. A Pillow of WindsGilmour, WatersGilmour 5:13
3. Fearless (inclut You'll Never Walk Alone)Gilmour, Waters (Rodgers, Hammerstein)Gilmour 6:08
4. San TropezWatersWaters 3:43
5. SeamusGilmour, Mason, Waters, WrightGilmour 2:15
Face B
No TitreAuteurChant Durée
6. EchoesGilmour, Mason, Waters, WrightGilmour et Wright 23:31

Interprètes[modifier | modifier le code]

Équipe de production[modifier | modifier le code]

  • Pink Floyd : production, concept de la pochette
  • Rob Black : ingénieur du son (studios Morgan)
  • Roger Quested : ingénieur du son (studios Morgan)
  • Peter Bown : ingénieur du son (studios Air et EMI)
  • John Leckie : ingénieur du son (studios Air et EMI)
  • Bob Dowling : photo (pochette extérieure)
  • Hipgnosis : photo du groupe
  • Tony May : photo (pochette intérieure)
  • James Guthrie : remastering
  • Doug Sax : remastering
  • Storm Thorgerson : design (album remasterisé)
  • Peter Curzon : design (album remasterisé)

Classements et certifications[modifier | modifier le code]

Charts album
Classement (1971-72) Meilleure
place
Drapeau de l'Allemagne Allemagne (Media Control AG)[57] 11
Drapeau de l'Australie Australie (ARIA Charts)[58] 24
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard 200)[59] 70
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Mega Album Top 100)[60] 2
Drapeau de la France France (IFOP)[61] 7
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Albums Chart)[62] 3
Classement (2011) Meilleure
place
Drapeau de la France France (SNEP)[63] 69
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[64] 76
Classement (2016) Meilleure
place
Drapeau de l'Autriche Autriche (Ö3 Austria Top 40)[65] 69
Drapeau de la France France (SNEP)[66] 152
Drapeau de l'Italie Italie (FIMI)[67] 17
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[68] 98
Certifications
Pays Certification Ventes Date
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[69] Disque d'or Or 250 000 + 1993
Drapeau des États-Unis États-Unis[70] Disque de platine 2 × Platine 2 000 000 + 11/03/1994
Drapeau de la France France[71] Disque d'or 2 × Or 200 000 + 1977
Drapeau de l'Italie Italie[72] Disque d'or Or 25 000 + 2015
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[73] Disque d'or Or 100 000 + 22/07/2013

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mabbett (1995) suggère que la date de sortie au Royaume-Uni est le , mais Povey (2007) et le site officiel de Pink Floyd indiquent tous deux le . Pour la date américaine, Mabbett parle de tandis que le site officiel du groupe et Povey indiquent le [23],[24],[25].
  2. Seamus est réinterprété en tant que Mademoiselle Nobs, avec un chien différent et sans paroles[35].
  3. Roger Waters a déclaré plus tard que cette phrase est une attaque personnelle contre Jimmy Young, DJ et animateur de l'émission Family Favourites[47].
  4. « A pillow of winds », « un oreiller de vent » en français, est le nom d'une des combinaisons du jeu[49].
  5. Nick Mason dans son livre Pink Floyd, l'histoire selon Nick Mason note qu'il est surprenant que Roger Waters ait accepté l'idée puisqu'il est un grand fan de l'équipe d'Arsenal Football Club[50].
  6. La chanson est entièrement instrumentale, à l'exception d'une ligne parlée par Nick Mason[48].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Tommy Udo 27 April 2012, « Interview: Pink Floyd's Nick Mason, Engineer John Leckie Discuss the Making of 'Meddle' », sur guitarworld (consulté le 30 juin 2020)
  2. (en) David Roberts, British Hit Singles and Albums 18 Ed, Guinness World Records, (ISBN 978-1-904994-00-8), p. 391
  3. Povey, p. 137-147.
  4. Schaffner, p. 150–151.
  5. Mason, p. 136–137.
  6. Mason, p. 142.
  7. a et b Mason, p. 137.
  8. Harris, p. 62.
  9. Harris, p. 63-64.
  10. a et b Mabbett, p. 42.
  11. Mason, p. 137–138.
  12. a b et c Mason, p. 141-142.
  13. Povey, p. 146-147.
  14. Povey, p. 148.
  15. Sneider, p. 103.
  16. a et b (en-US) « Meddle - Pink Floyd » (consulté le 29 juin 2020)
  17. a et b (en) Robert Christgau, Christgau's Record Guide: Rock Albums of the Seventies, Ticknor & Fields, (ISBN 089919026X), « Consumer Guide '70s: P »
  18. Neil McCormick, « Pink Floyd's 14 studio albums rated », sur The Daily Telegraph, London, (consulté le 27 décembre 2014)
  19. (en) « Pink Floyd Meddle », Acclaimed Music (consulté le 27 décembre 2014)
  20. Stephen Deusner, « Pink Floyd: Meddle ("Why Pink Floyd?" Reissue) », pastemagazine.com, (consulté le 26 août 2015)
  21. « Pink Floyd Meddle », Q,‎ , p. 137 :

    « The four were at their most collectively prolific at this time … »

  22. Rob Sheffield, « Pink Floyd: Album Guide » [archive du ], Rolling Stone, Wenner Media, Fireside Books, (consulté le 27 décembre 2014)
  23. « Pink Floyd : timeline », sur www.pinkfloyd.com (consulté le 29 juin 2020)
  24. Povey, p. 150.
  25. a et b Mabbett, p. 39.
  26. Harris, p. 158–161.
  27. Matthew Gwyther, « The dark side of success », Observer magazine,‎ , p. 33
  28. Povey, p. 344.
  29. (en-US) « Gold & Platinum », sur RIAA (consulté le 29 juin 2020)
  30. a et b (en) « Pink Floyd - Meddle », sur www.superseventies.com (consulté le 29 juin 2020)
  31. (en-US) Jean-Charles Costa et Jean-Charles Costa, « Meddle », sur Rolling Stone, (consulté le 29 juin 2020)
  32. a et b Schaffner, p. 155–156.
  33. (en-GB) Daryl Easlea, « BBC - Music - Review of Pink Floyd - Meddle », sur www.bbc.co.uk (consulté le 29 juin 2020)
  34. « Pink Floyd: Album Guide », sur rollingstone.com, (consulté le 29 juin 2020)
  35. a et b Mason, p. 140-141.
  36. Mabbett, p. 43.
  37. Harris, p. 67.
  38. (en-US) « One of These Days - Pink Floyd » (consulté le 1er juillet 2020)
  39. (en) « Pink Floyd - Meddle », sur Discogs (consulté le 1er juillet 2020)
  40. (en) « MFSL Out of Print Archive – Original Master Recording LP », sur mofi.com (consulté le 29 juin 2020)
  41. (en) « MFSL Out of Print Archive – Ultradisc II Gold CD », sur mofi.com (consulté le 29 juin 2020)
  42. (en-US) « Shine On - Pink Floyd » (consulté le 29 juin 2020)
  43. (en) « Pink Floyd - Meddle », sur Discogs (consulté le 1er juillet 2020)
  44. a b et c Schaffner, p. 160.
  45. a et b Povey, p. 155.
  46. (en) All Time Top 1000 Albums, 3rd, (ISBN 0-7535-0493-6), p. 114
  47. Oullion, p. 139.
  48. a et b Mason, p. 139.
  49. a et b Mason, p. 139-140.
  50. Mason, p. 140.
  51. a b et c Schaffner, p. 155.
  52. Harris, p. 64.
  53. a et b Snider, p. 103.
  54. Mason, p. 143-144.
  55. a et b Blake, p. 166.
  56. Harris, p. 142-143.
  57. (de) Charts.de – Pink Floyd – Meddle. GfK Entertainment. PhonoNet GmbH. Consulté le 28 février 2017.
  58. (en) David Kent, Australian Chart Book 1970–1992, St. Ives, N.S.W., Illustrated, (ISBN 0-646-11917-6), p. 233
  59. (en) Pink Floyd - Chart history – Billboard. Billboard 200. Prometheus Global Media. Consulté le 28 février 2017.
  60. (nl) Dutchcharts.nl – Pink Floyd – Meddle. Mega Album Top 100. Hung Medien. Consulté le 28 février 2017.
  61. « Tous les albums classés par artiste », sur Infodisc, Dominic DURAND / InfoDisc (consulté le 28 février 2017) (sélectionner "PINK FLOYD" dans l'onglet)
  62. (en) Archive Chart. UK Albums Chart. The Official Charts Company. Consulté le 28 février 2017.
  63. Lescharts.com – Pink Floyd – Meddle. SNEP. Hung Medien. Consulté le 28 février 2017.
  64. (en) Swisscharts.com – Pink Floyd – Meddle. Schweizer Hitparade. Hung Medien. Consulté le 28 février 2017.
  65. (de) Austriancharts.at – Pink Floyd – Meddle. Ö3 Austria Top 40. Hung Medien. Consulté le 28 février 2017.
  66. Lescharts.com – Pink Floyd – Meddle. SNEP. Hung Medien. Consulté le 28 février 2017.
  67. (en) Italiancharts.com – Pink Floyd – Middle. FIMI. Hung Medien. Consulté le 28 février 2017.
  68. (en) Swisscharts.com – Pink Floyd – Meddle. Schweizer Hitparade. Hung Medien. Consulté le 28 février 2017.
  69. (de) « BVMI », sur www.musikindustrie.de (consulté le 30 juin 2020)
  70. (en-US) « Gold & Platinum », sur RIAA (consulté le 30 juin 2020)
  71. « InfoDisc : Les Certifications Officielles d'un Artiste depuis 1973 (Argent, Or, Platine, Diamant) », sur www.infodisc.fr (consulté le 30 juin 2020)
  72. (it) « Certificazioni - FIMI », sur www.fimi.it (consulté le 30 juin 2020)
  73. (en) « Parlophone Pink Floyd Meddle », sur bpi.co.uk (consulté le 30 juin 2020)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mark Blake, Comfortably Numb: The Inside Story of Pink Floyd, Hachette Books, (ISBN 978-0-7867-2708-7).
  • (en) Gary Graff et Daniel (eds) Durchholz, MusicHound Rock : The Essential Album Guide, Farmington Hills, MI, Visible Ink Press, (ISBN 1-57859-061-2, lire en ligne).
  • (en) John Harris, The Dark Side of the Moon : The Making of the Pink Floyd Masterpiece, Hachette Books, (ISBN 978-0-7867-3570-9).
  • Nick Mason, Pink Floyd, l'histoire selon Nick Mason NED, Éditions du Chêne, (EAN 9782851208934).
  • (en) Andy Mabbett, The Complete Guide to the Music of Pink Floyd, Omnibus, , 150 p. (ISBN 978-0-7119-4301-8).
  • Jean-Michel Oullion, Pink Floyd : Magiciens, alchimistes et milliardaires, Scrineo, (ISBN 978-2-36740-060-0)
  • Glenn Povey, Pink Floyd, Éditions Place des Victoires, (ISBN 978-2-8099-0092-7).
  • (en) Nicholas Schaffner, Saucerful of Secrets: The Pink Floyd Odyssey, Harmony Books, (ISBN 978-0-517-57608-3).
  • (en) Charles Snider, The Strawberry Bricks Guide to Progressive Rock, Lulu.com, (ISBN 0-615-17566-X, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]