Bridges to Babylon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bridges to Babylon

Album de The Rolling Stones
Sortie Monde
Enregistré Mars-juillet 1997
Ocean Way Studios, Los Angeles
Durée 62:27
Langue Anglais
Genre Rock
Format CD
Auteur-compositeur Jagger, Richards
Producteur Don Was et The Glimmer Twins, avec Rob Fraboni, Danny Saber, Pierre de Beauport et The Dust Brothers
Label Virgin
Classement
  1. 2 (Canada, France)
    #3 (États-Unis, Suisse)
    #6 (Royaume-Uni)
Critique

Albums de The Rolling Stones

albums subséquents des Rolling Stones

Singles

Bridges to Babylon est le 21e album studio des Rolling Stones paru en 1997.

Historique[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Caractéristiques artistiques[modifier | modifier le code]

Analyse du contenu[modifier | modifier le code]

Pochette et disque[modifier | modifier le code]

Une fois que les Rolling Stones eurent choisis Stefan Sagmeister à être directeur artistique de l’album, Jagger lui dit de s’inspirer de l’art babylonien exposées au British Museum. Sagmeister est plus impressionné par une sculpture de Shedu, mettant en vedette un lion avec une tête humaine et de la barbe et demanda à l'artiste Kevin Murphy pour peindre un lion assyrien similaire dans une position d’attaque. Les premiers millions exemplaires de l'album ont été recouverts d'un coffret spécial filigrane fabriqué, qui donne l’impression que le lion a été incorporé dans la conception. Le fond du désert de la couverture a été étendu à l’ensemble du livret, mettant en vedette les ruines qui ont constitué la base pour la scénographie de Bridges to Babylon Tour[1],[2].

Parution et réception[modifier | modifier le code]

Bridges to Babylon, contenant sans précédent 3 chansons chantées par Richards, reçu des critiques mitigées à sa sortie. Il a atteint la sixième place du classement au Royaume-Uni, numéro 2 en France et troisième aux États-Unis, où il a été certifié disque de platine par la RIAA en novembre 1997[3]. En janvier 2010, Bridges to Babylon a été vendu 1,1 million d’exemplaires aux Etats-Unis[4]. Les singles Saint of Me et Out of Control étaient aussi des tubes mineurs.

Les Stones sont devenus un phénomène de tournée en ce point. Le Bridges to Babylon Tour en 1997 comprenait 108 représentations, avec une scénographie élaborée que Jagger vise à rendre semblable à la tournée PopMart du groupe U2.

En 2009, Bridges to Babylon est remasterisé et ressorti par Universal Music.

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Bridges to Babylon
No TitreAuteur(s)Producteurs Durée
1. Flip the SwitchMick Jagger, Keith RichardsDon Was, The Glimmer Twins 3:27
2. Anybody Seen My Baby?Mick Jagger, Keith Richards, k.d. lang, Ben MinkDon Was, The Dust Brothers, The Glimmer Twins 4:31
3. Low DownMick Jagger, Keith RichardsDon Was, The Glimmer Twins 4:26
4. Already All Over MeMick Jagger, Keith RichardsDon Was, The Glimmer Twins 5:24
5. GunfaceMick Jagger, Keith RichardsDanny Saber, The Glimmer Twins 5:02
6. You Don't Have to Mean It (*)Mick Jagger, Keith RichardsDon Was, The Glimmer Twins, Rob Fraboni 3:44
7. Out of ControlMick Jagger, Keith RichardsDon Was, The Glimmer Twins 4:43
8. Saint of MeMick Jagger, Keith RichardsThe Dust Brothers, The Glimmer Twins 5:14
9. Might As Well Get JuicedMick Jagger, Keith RichardsThe Dust Brothers, The Glimmer Twins 5:23
10. Always SufferingMick Jagger, Keith RichardsDon Was, The Glimmer Twins, Pierre de Beauport 4:43
11. Too TightMick Jagger, Keith RichardsDon Was, The Glimmer Twins 3:37
12. Thief in the Night (*)Mick Jagger, Keith Richards, Pierre de BeauportDon Was, The Glimmer Twins 5:15
13. How Can I Stop? (*)Mick Jagger, Keith RichardsDon Was, The Glimmer Twins 6:54

Personnel[modifier | modifier le code]

The Rolling Stones[modifier | modifier le code]

Musiciens supplémentaires[modifier | modifier le code]

Équipe de production[modifier | modifier le code]

  • The Dust Brothers - production (Anybody Seen My Baby?, Saint of Me, Might As Well Get Juiced)
  • Rob Fraboni - production et mixage sur You Don't Have to Mean It, ingénieur du son
  • Tom Lord-Alge - mixage
  • John X Volaitis - mixage (Gunface)
  • Wally Gagel - mixage (Out of Control)
  • Bob Clearmountain - mixage (Already Over Me)
  • Stefan Sagmeister - direction artistique
  • Hjalti Karlsson - conception
  • Max Vadukul - photographe
  • Kevin Murphy, Gerard Howland (Floating Company), Alan Ayers - Illustration

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes et sources[modifier | modifier le code]