Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pirates des Caraïbes :
Le Secret du coffre maudit

Titre québécois Pirates des Caraïbes : Le Coffre du mort
Réalisation Gore Verbinski
Scénario Ted Elliott et Terry Rossio
Acteurs principaux
Sociétés de production Walt Disney Pictures et Bruckheimer Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre action, humour, fantastique
Sortie 2006
Durée 150 minutes (h 30 min)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Secret du coffre maudit ou Le Coffre du mort au Québec (Pirates of the Caribbean : Dead Man's Chest) est un film américain de Gore Verbinski sorti en 2006.

Il constitue le second volet de la série Pirates des Caraïbes. Il est précédé par La Malédiction du Black Pearl (2003) et suivi par Jusqu'au bout du monde (2007) et La Fontaine de jouvence (2011).

Synopsis[modifier | modifier le code]

William Turner et Elizabeth Swann sont sur le point de se marier, lorsqu'ils se font arrêter par Cutler Beckett, qui travaille pour la Compagnie britannique des Indes orientales. Ils ont en effet précédemment aidé le capitaine Jack Sparrow, un pirate, à s'évader de prison. En échange de leur libération, William Turner accepte de partir comme émissaire à la recherche de Jack pour proposer un marché : l'amnistie et une lettre de marque pour devenir corsaire en échange de sa boussole. La boussole de Jack a une particularité : elle indique la direction de ce que le porteur désire le plus. Elizabeth arrive a s'échapper de la prison, dérobe une lettre de marque, et part à la poursuite de William.

Pendant ce temps, Bill Turner, le père de William qui fut sous les ordres de Jack, vient prévenir ce dernier : après avoir profité pendant treize ans du Black Pearl, ramené des profondeurs par Davy Jones, il doit s'acquitter à son tour de sa part du marché : entrer au service de Davy pour une durée de cent ans à bord de son navire maudit : le Hollandais volant. Bill repart vers Davy Jones en laissant la marque noire sur Jack. Cette marque attire un monstre marin capable de détruire un navire : le kraken. Apeuré, Jack fait immédiatement route vers la côte la plus proche pour se mettre à l'abris.

Après avoir recherché Jack dans de nombreux endroits, William finit par retrouver sa trace. Il découvre le Black Pearl au sec sur une plage. Il est capturé par une tribu vivant dans les environs et se retrouve enfermé avec quelques survivants de l'équipage du Black Pearl. Jack est considéré comme un dieu sous forme humaine et doit, selon la coutume tribale, être rôti et mangé. Malgré les entraves, ils arrivent à s'échapper de justesse.

Pour échapper à Davy Jones, Jack se met à la recherche d'un coffre et de sa clé. Ce coffre contient le cœur de Davy Jones. Celui-ci permet à celui qui en dispose de contrôler Davy Jones. Jack convainc William de l'aider dans sa quête. Ils se rende d'abord chez Tia Dalma, qui leur indique l'endroit où trouver la clé. Rendu à l'endroit indiqué, ils font face à Davy Jones, qui demande son dû à Jack, où bien de lui donner cents âmes en trois jours. Jack choisit d'aller chercher des âmes, et se rend à Tortuga pour reconstituer un équipage, laissant William en otage. Il retrouve Elizabeth, qui embarque avec lui. James Norrington, un commodore déchu devenu pirate, embarque également.

Guidés par la boussole, ils se rendent sur une ile où le coffre est enfoui. William arrive à dérober la clé à Davy Jones, et s'échappe. Il se retrouve sur l'ile aussi. Le coffré déterré, William, Jack et James se battent pour prendre possession du cœur. James pense échapper au destin de pirate en ramenant le cœur comme trophé à Cutler Beckett. William pense obliger Davy Jones à libérer son père. C'est James qui arrive à tromper les deux autres, et amène le cœur à Cutler.

William et Jack, à peine remontés sur le Black Pearl essuient l'attaque du kraken. Seuls quelques membres de l'équipage arrive à quitter le navire sauf, en chaloupe. Elizabeth détourne l'attention de Jack, et le menotte à un mât. L'attention du kraken retenu par Jack, elle pense améliorer ses chances de survie. Les autres rescapés pense que Jack se sacrifié volontairement. Il disparait dans la bouche du monstre.

Les rescapés se retrouvent chez Tia Dalma. Elle sous-entend que Jack peut être ramené à condition de s'aventurer jusqu'au bout du monde. Le groupe se déclare prêt pour cette mission. Le capitaine Hector Barbossa apparait à ce moment là, prêt à prendre part à l'expédition.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Après le grand succès de premier opus : La Malédiction du Black Pearl, l’ensemble des acteurs et l’équipage ont signé pour deux suites[1]. Les scénaristes Ted Elliott et Terry Rossio n’ont pas voulu une suite indépendante comme c'est le cas pour la série des Indiana Jones et des James Bond[2]. Ils ont envisagé de se baser sur la Fontaine de jouvence comme histoire pour le film. Ils ont introduit le personnage de Davy Jones, le Hollandais volant et le kraken. Ils ont même introduit la compagnie historique East India Trading Company[3].

La planification pour le film a commencée en juin 2004[4].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage de Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit a débuté le 28 février 2005 à Palos Verdes, commençant par le mariage d'Elizabeth et Will. L’équipage a passé les premiers jours de tournage au Walt Disney Studios Burbank[5] avant d’aller à St. Vincent pour tourner les scènes du port royal. Quelques scènes de premier film ont été réutilisées.

Le 18 avril 2005[6], l’équipage est allé en Dominique, un endroit choisi par Verbinski. Là-bas, ils ont rencontré un problème car le gouvernement dominicain n’était pas préparé pour l’arrivée de l’équipe hollywoodienne.

Le film a été aussi tourné à White Cay, une petite île des Bahamas, et à Grand Bahama. Le tournage s’est arrêté à plusieurs reprises à cause des ouragans. L’ouragan Wilma a détruit plusieurs chemins. Le tournage s’est achevé le 10 septembre 2005[7].

Effets spéciaux[modifier | modifier le code]

L’équipage du Hollandais volant a été conçu par Ted Elliott et Terry Rossio comme des fantômes, ce que Gore Verbinski n’a pas apprécié[8]. Verbinski a voulu concevoir des créateurs un peu loin de la fiction. Lui et plusieurs autres animateurs ont regardé des documentaires de David Attenborough et étudié les mouvements des anémones de mer et moules[9]. L’ensemble de l’équipage a été conçu avec ordinateur sauf le personnage de Bill Turner qui a été interprété par Stellan Skarsgård[10]. L’équipe a trouvé des difficultés pour animer le kraken, alors le réalisateur Hal Hickel les a conseillés de voir King Kong contre Godzilla[11].

Réception[modifier | modifier le code]

Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit est diffusé pour la première fois le 24 juin 2006 à Disneyland à Anaheim, Californie[12]. C’était le premier film de Disney à utiliser le nouveau logo[13].

Box-office[modifier | modifier le code]

En Amérique du Nord, le film obtient deux records dès sa sortie dans les salles : le record de la plus grosse recette brute au premier jour de sa sortie en salles détenu par Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith (2005) (le film récolte $55.8 million le premier jour) ainsi que le record de la plus grosse recette au premier week-end en salles avec une recette de $135,6 millions, record précédemment détenu par Spider-Man (2002)[14]. Le film obtient aussi quinze d’autres records.

Le film a récolté $423 315 812 aux États-Unis et au Canada et $642 863 913 dans le reste du monde pour un total de $1 066 179 725 dans le monde entier, ce qui fait de lui le plus gros succès de la série. Le film est actuellement le huitième plus gros succès du box-office mondial et le dixième plus gros succès du box-office nord-américain.

Pays Box-office Nombre de semaines Classement T.L.T.[15] Comparaison avec le #1 (film)
Monde Monde 1 065 361 812 $ 24 3e

2 782 275 172 $ (Avatar)

Drapeau des États-Unis États-Unis & Drapeau du Canada Canada 423 315 812 $ 24 6e 760 507 625 $ (Avatar)
Drapeau de la France France 6 632 316 entrées 17 34e 20 750 000 entrées (Titanic)
Paris 980 062 entrées 10 - 3 318 865 entrées
(Autant en emporte le vent)
Drapeau de la Suisse Suisse 699 726 entrées - 14e 1 940 413 entrées (Titanic)
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 51 998 090 £ 17 6e 68 533 000 £ (Titanic)
Drapeau de l'Australie Australie 37 888 976 $ AUS 13 7e 50 121 453 $ AUS (Shrek 2)
Drapeau de l'Espagne Espagne 5 676 164 entrées 6 8e 10 838 000 entrées (Titanic)
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 7 000 185 entrées 9 13e 17 877 000 entrées (Titanic)
Drapeau de l'Italie Italie 19 569 044 € 6 17e 28 690 071 € (Da Vinci Code)


Critiques[modifier | modifier le code]

Le film a reçu des critiques mitigées, il obtient un score de 54 % sur Rotten Tomatoes[16]. Michael Booth of the Denver Post pour leur part ont donné une critique favorable en lui attribuant trois étoiles et demi sur quatre[17]. Le personnage de Davy Jones, conçu par ordinateur, était tellement réaliste que certains critiques ont cru que Bill Nighy interprétait le personnage[18].

Le film se classe 475e dans la liste des cinq cents meilleurs films de tous les temps, une liste publiée par Empire en 2008[19].

DVD[modifier | modifier le code]

Le film est sorti en DVD en région 1 le 5 décembre 2006. 9 498 304 unités ont été écoulées dès sa première semaine (soit $174 039 324). Il se vend au total, 16 694 937 unités, récoltant ainsi $320 871 909. Il était le best-seller DVD de l’année 2006 en termes d'unités vendus et deuxième derrière Le Monde de Narnia : Le Lion, la Sorcière blanche et l'Armoire magique en termes de recettes obtenues[20]. Le film est sorti en première dans les régions 2 et 4 le 15 et 20 novembre 2006 respectivement[21]. Le DVD contient un commentaire audio du réalisateur, ainsi que des scènes coupées. Un documentaire intitulé According to the Plan a été inclus dans la version qui contient deux disques. Le Blu-ray de film est sorti le 22 mai 2007[22].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

Voici la liste des douze pistes incluses dans la bande originale officielle du film composée par Hans Zimmer sortie le 4 juillet 2006 chez Walt Disney Records. Elle comprend un remix de He's a Pirate.

Pirates of the Caribbean : Dead Man's Chest
No Titre Auteur(s) Durée
1. Jack Sparrow Hans Zimmer 6:06
2. The Kraken Hans Zimmer 6:55
3. Davy Jones Hans Zimmer 3:15
4. I've Got My Eye on You Hans Zimmer 2:25
5. Dinner Is Served Hans Zimmer 1:30
6. Tia Dalma Hans Zimmer 3:58
7. Two Hornpipes (Tortuga) Hans Zimmer 1:14
8. A Family Affair Hans Zimmer 3:34
9. Wheel Of Fortune Hans Zimmer 6:45
10. You Look Good Jack Hans Zimmer 5:34
11. Hello Beastie Hans Zimmer 10:15
12. He's a Pirate Tiësto Remix 7:02
58:33

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le cœur de Davy Jones est enfermé non pas dans son poitrail mais dans le coffre d'où la possibilité de le contrôler. Comme en français, le mot « coffre » peut désigner un conteneur et la poitrine.
  • Dead's Man Chest est aussi le titre d'une ancienne chanson, Fifteen men on a dead man's chest, yo ho ho and a bottle of rum (qui existe en français sous le nom de Quinze Marins : « Quinze marins, sur l'bahut du mort, yop la hou, une bouteille de rhum... ») qu'on peut entendre au début du film, chantée par Joshamee Gibbs. Cette chanson apparaît également dans L'Île au Trésor de Robert Louis Stevenson, mais aussi dans le onzième album des aventures de Tintin, Le Secret de La Licorne, durant le récit qu'Archibald Haddock fait de son ancêtre. On l'entend aussi chantée par Fifi Brindacier (Inger Nilsson) dans l'épisode de la série télévisée homonyme Fifi et les Pirates, alors qu'elle pilote un bateau de pirate justement.
  • Lorsque Jack et son équipage se rendent chez Tia Dalma, on peut apercevoir le singe Jack au chevet d'un corps, qui s'avéra être celui d'Hector Barbossa, ramené à la vie plus tard dans le film.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Brian Linder, « According to Plan: The Harrowing and True Story of Dead Man's Chest » [DVD], Buena Vista,‎ 21 octobre 2003 (consulté le 12 mai 2007 a practical decision on Disney's part to allow more time with the same cast and crew.cite video).
  2. Ted Elliott, Terry Rossio. Audio Commentary (DVD). Buena Vista..
  3. (en) « Everything Relates Back to What Started Everything Off in the First », Production Notes (consulté le 23 mai 2007).
  4. (en) « 2005 (and `06): A Pirate Odyssey », Production Notes (consulté le 23 mai 2007).
  5. (en) « Los Angeles: The Voyage Begins », Production Notes (consulté le 24 mai 2007).
  6. (en) « Shooting in Isle of Beauty, Isle of Splendor », Production Notes (consulté le 24 mai 2007).
  7. « Movies Message Board - Archive 7 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24.
  8. (en) Iain Blair, « Cover Story: 'Pirates Of The Caribbean: Dead Man's Chest' », Post,‎ 1 juillet 2006 (consulté le 24 mai 2007).
  9. (en) Rebecca Murray, « John Knoll Talks About the Visual Effects in the Pirates Movies », About.com (consulté le 23 mai 2007).
  10. (en) « Scene Stealer: Stellan Skarsgård » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24.
  11. (en) Rebecca Murray, « Behind the Scenes of the "Pirates of the Caribbean" Movies », About.com,‎ 3 novembre 2006 (consulté le 23 mai 2007).
  12. World Premiere of Walt Disney Pictures' PIRATES OF THE CARIBBEAN: DEAD MAN'S CHEST at Disneyland in Anaheim, California.
  13. « Old Disney magic in new animated logo » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24.
  14. (en) « 'Pirates' raid record books », Box Office Mojo,‎ 10 juillet 2006 (consulté le 17 septembre 2007).
  15. Tous les temps - All Time.
  16. (en) « Pirates of the Caribbean: Dead Man's Chest (2006) », Rotten Tomatoes (consulté le 4 septembre 2006).
  17. (en) Michael Booth, « Aye, mates: "Pirates" sequel is worth the doubloons », Denver Post,‎ 6 juillet 2006 (consulté le 23 juillet 2006).
  18. (en) « Pirates Of The Caribbean: Dead Man's Chest (2006) Movie Review » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-24 (en) Ryan Gilbey, [http://%5Bhttp://www.newstatesman.com/200607100040 « http://www.newstatesman.com/200607100040 »%5D (%5Bhttp://web.archive.org/web/*/http://www.newstatesman.com/200607100040 Archive%5D%5Bhttp://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://www.newstatesman.com/200607100040 Wikiwix%5D%5Bhttp://archive.is/http://www.newstatesman.com/200607100040 Archive.is%5D%5Bhttp://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:http://www.newstatesman.com/200607100040 Google%5D • %5B%5BProjet:Correction des liens externes#J'ai trouvé un lien mort, que faire ?|Que faire ?%5D%5D), consulté le 2013-03-24%5B%5BCatégorie:Article contenant un lien mort%5D%5D « Sun, sea, sand and horror »], New Statesman,‎ 10 juillet 2006 (consulté le 29 mai 2007).
  19. (en) Empire Magazine, « Les 500 meilleurs films de tous les temps »,‎ 2008.
  20. (en) « Pirates of the Caribbean: Dead Man's Chest - DVD Sales » (consulté le 17 mars 2007).
  21. (en) « Amazon.co.uk: Pirates Of The Caribbean - Dead Man's Chest » (consulté le 4 novembre 2006).
  22. (en) « Disney Sets 'Pirates,' 'Cars' Blu-ray Dates », High-Def Digest,‎ 24 janvier 2007 (consulté le 27 janvier 2007).

Liens externes[modifier | modifier le code]