Susan Brownmiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Susan Brownmiller
Nom de naissance Susan Brownmiller
Naissance (86 ans)
Brooklyn (New York)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité Américaine
Profession
Autres activités
Formation

Susan Brownmiller, née le à Brooklyn (New York), est une écrivaine, journaliste et féministe radicale américaine, notamment connue pour son essai, Against Our Will : Men, Women, and Rape (Le Viol), paru en 1975[1].

Elle y affirme que le viol s'est jusque-là basé sur une définition faite par les hommes plutôt que par les femmes, permettant d'en limiter la portée et d'assurer une forme de domination masculine.

Le livre a reçu des critiques d'Angela Davis, qui déclara que Susan Brownmiller avait négligé le rôle joué par les femmes noires dans le mouvement anti-lynchage et que certains passages frôlaient le racisme. En 1995, la New York Public Library a sélectionné Against Our Will : Men, Women, and Rape comme l'un des 100 livres les plus importants du XXe siècle[2].

En 1975, elle fait partie des personnalités de l'année selon Time Magazine parmi « Les Américaines »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Susan Brownmiller naît à Brooklyn dans l'état de New York, le . Elle est la fille unique de Mae et Samuel Warhaftig, un couple juif issu de la classe moyenne. Sa mère était secrétaire à l'Empire State Building et son père était vendeur au Garment District, puis à la grande chaîne de magasins new-yorkaise Macy's. Plus tard, elle prend le nom de plume Brownmiller, changeant légalement de nom en 1961.

En 1972, Susan Brownmiller fait partie des signataires de la pétition Ms.: “We Have Had Abortions” (Nous avons eu des avortements) qui appelait à mettre fin aux "lois archaïques" limitant la liberté sexuelle et reproductive et à encourager les femmes à partager leurs histoires et à agir[3].

Elle se dépeint elle-même comme "une célibataire", en ajoutant :

« Même si j'ai toujours été une grande adepte de la romance et du partenariat. Je voudrais être en étroite union avec un homme dont je respecte le travail", a-t-elle déclaré lors d'un entretien , attribuant son statut de célibataire au fait qu'elle n'était "pas disposée à faire des compromis. »

Éducation[modifier | modifier le code]

Enfant, Susan Brownmiller a été envoyée à la Synagogue d'East Midwood deux après-midis par semaine pour y apprendre l'hébreu et l'histoire juive. Elle commentera plus tard :

« Tout cela a été en quelque sorte malmené dans mon cerveau, sauf pour un fil: beaucoup de gens au cours des siècles ont semblé vouloir nuire au peuple juif. ... Je peux affirmer que la voie que j'ai choisie - pour combattre contre les dommages corporels, en particulier l'effroi de la violence contre les femmes - à ses origines dans ce que j'avais appris à l'école hébraïque sur les pogroms et l'Holocauste. »

Elle eut "une adolescence orageuse", fréquentant l'Université Cornell pendant deux ans (de 1952 à 1954), sans aucun diplôme. Elle étudie ensuite le théâtre à New York et est apparue dans deux productions d'Off-Broadway.

Carrière[modifier | modifier le code]

Le parcours de Susan Brownmiller dans le journalisme a commencé par une position éditoriale dans un "magazine d'aveux". Elle a ensuite travaillé comme assistante du rédacteur en chef du magazine Coronet (de 1959 à 1960) puis rédactrice du Albany Report, revue hebdomadaire de la législature de l'État de New York (de 1961 à 1962) et chercheuse en affaires nationales au Newsweek (de 1963 à 1964). Au milieu des années 1960, Susan Brownmiller poursuivit sa carrière en occupant des postes de journaliste pour NBC-TV à Philadelphie et rédactrice pour le journal hebdomadaire The Village Voice, en 1965, et de rédactrice de nouvelles pour ABC-TV à New York City (de 1966 à 1968).

À partir de 1968, elle commence à travailler comme rédactrice indépendante; ses critiques de livres, essais et articles ont été régulièrement publiés dans des publications telles que le New York Times, Newsday, le New York Daily News, Vogue et The Nation. En 1968, elle a signé l'engagement de «protestation contre la guerre envers les écrivains et les rédacteurs en chef», promettant de refuser les paiements d'impôts pour protester contre la guerre du Vietnam.

Susan Brownmiller s'est portée volontaire pour Freedom Summer en 1964, où elle a travaillé sur l'inscription des électeurs à Meridian. Selon son propre compte:

« Jan Goodman et moi faisions partie du deuxième groupe de bénévoles pour Mississippi Freedom Summer .... Lorsque personne d'autre à la séance d'orientation de Memphis ne s'est porté volontaire pour Meridian, Jan et moi avons accepté la mission. Entre nous, nous avons eu une bonne dizaine d'années d'expérience dans l'organisation, la sienne dans les primaires démocrates et les campagnes présidentielles, la mienne dans CORE, le “Congress of Racial Equality” (Rassemblement pour l'égalité des races), et nous deux ensemble dans les campagnes d'enregistrement des électeurs à East Harlem. Le soir de notre arrivée à Meridian, un secrétaire de terrain a convoqué une réunion, demandant à voir les nouveaux volontaires. Nous avons fièrement levé la main. "Merde!" explosa-il. "J'ai demandé des volontaires et ils m'ont envoyé des femmes blanches." »

De retour à New York, elle a commencé à écrire pour le Village Voice et est devenue rédactrice de télévision de réseau pour l'ABC, un emploi qu'elle a occupé jusqu'en 1968. Elle continue d'écrire et de parler de questions féministes, y compris un récent mémoire et historique In Our Time: Memoir of a Revolution sur la deuxième vague féministe et le féminisme radical, paru en 1999. Ses articles ont été archivés à Harvard, dans la bibliothèque de recherche Arthur et Elizabeth Schlesinger sur l'histoire des femmes en Amérique.

Engagements[modifier | modifier le code]

Susan Brownmiller a également participé à plusieurs actions en faveur des droits civiques[4], rejoignant le CORE et le SNCC lors du sit-in movement, en 1964.

Elle s'est impliquée pour la première fois dans le Women's Lib (Mouvement de libération des femmes) à New York en 1968, en rejoignant un groupe de sensibilisation au sein de la toute nouvelle organisation New York Radical Women. Susan Brownmiller a ensuite coordonné un sit-in contre le Ladies' Home Journal en 1970 et a commencé à travailler sur Against Our Will: Men, Women, and Rape après que les New York Radical Feminists se soit prononcés dans la lutte contre le viol en 1971.

En 1977, Susan Brownmiller s'associe à l'organisation WIFP “Women's Institute for Freedom de la presse” (L'Institut des femmes pour la liberté de la presse) et en 1979, elle cofonde le mouvement féministe radical Women Against Pornography.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Essais en langue étrangère[modifier | modifier le code]

traduit en français par Anne Villelaur sous le titre Le Viol, préface. Benoîte Groult, Stock, 1975, 568 p. (ISBN 978-2234005808).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en)Sascha Gordon, « How a Book Changed the Way We Talk About Rape », sur Time,
  2. (en)Rachel Cooke, « US feminist Susan Brownmiller on why her groundbreaking book on rape is still relevant », sur The Guardian,
  3. (en)« We Have Had Abortions »
  4. (en)Claire Gordon, « When America started caring about rape », sur Al Jazeera America,

Liens externes[modifier | modifier le code]