Nonant-le-Pin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nonant-le-Pin
Nonant-le-Pin
Bâtiment voyageurs de la gare de Nonant-le-Pin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées d'Auge et du Merlerault
Maire
Mandat
Patrick Ameslant
2020-2026
Code postal 61240
Code commune 61310
Démographie
Gentilé Nonantais
Population
municipale
498 hab. (2017 en diminution de 7,61 % par rapport à 2012)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 24″ nord, 0° 13′ 15″ est
Altitude Min. 180 m
Max. 251 m
Superficie 18,44 km2
Élections
Départementales Canton de Rai
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Nonant-le-Pin
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Nonant-le-Pin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nonant-le-Pin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nonant-le-Pin

Nonant-le-Pin est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 498 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Nonant-le-Pin est située entre pays d'Auge, pays d'Ouche, campagne d'Alençon et plaine d'Argentan. Son bourg est à 5 km à l'ouest du Merlerault, à 12 km au sud-ouest de Gacé, à 12 km au nord de Sées, à 22 km à l'est d'Argentan et à 35 km au nord d'Alençon[1].

Situation de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le point culminant (251 m) se situe en limite sud-ouest, dans le « Parc des Bois ». Le point le plus bas (180 m) correspond à la sortie de la Dieuge du territoire, à l'ouest. La commune est bocagère.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Nonant est attesté sous la forme actuelle dès le XIe siècle.

Dans son recueil Récits du coin du feu édité en 1886[3], Charles du Haÿs récite ce sizain sur une origine mythique de Nonant :

« Nonant, vieux mot latin, quatre-vingt-dix veut dire.
Oui, mais qui vous dira le pourquoi, le parrain ?
Ne serait-ce César, qui le voulut écrire ?
À Lutèce il joignait la mer, par un chemin;
Nonante mille ici trouvant, se prit à dire :
Toi, tu seras Nonant, c'est ton nom, c'est certain ! »

Le latin de Gaule n'a cependant jamais adopté le système de numérotation décimale latine, notamment en Normandie, où seule la numérotation vigésimale héritée des gaulois, prévaut.

En réalité, le toponyme de Nonant représente l'évolution phonétique régulière d'un archétype celtique *Novionemeton, composé des éléments noviios, neuf, nouveau et nemeton, sanctuaire et que l'on retrouve dans Nanterre (Nemptu doro VIe siècle, d'un *Nemetoduru(m)) et Nampont (d'un Nemeto-pons)

En 1891, Nonant devient Nonant-le-Pin[4], le Pin, emprunté aux lieux proches (Le Pin-au-Haras, le haras du Pin, forêt domaniale du Pin), permettant de lever l'homonymie avec un autre Nonant normand.

Le gentilé est Nonantais.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Grande-Rue au début du XXe siècle.

L'affaire criminelle Marin Plessis le 13 janvier 1828.[pas clair]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 1945   Alcide Ameslant    
mai 1945   Reignard Roger    
novembre 1947 mars 1977 Jean Corbière    
mars 1977 mars 1992 Claude Guerlain    
mars 1992 mars 2001 Jacky Dufay    
mars 2001[5] mars 2008 Anne-Marie de Ponton d'Amécourt    
mars 2008[6] mai 2020 Jacques Queudeville   Cadre territorial retraité
mai 2020[7] En cours Patrick Ameslant SE Agriculteur retraité
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[7].

Écologie[modifier | modifier le code]

Centre d'enfouissement de Nonant-le-Pin, citoyens et forces de l'ordre en 2014.
Centre d'enfouissement

L'implantation d'un centre de tri et d'enfouissement de déchets non recyclables issus du broyage d'automobiles usagées est normalement prévu pour 2013. Mais ce centre, géré par Guy Dauphin Environnement et d'une capacité prévue de 2,5 millions de tonnes[8], suscite la polémique[8], les opposants au projet (dont l'animateur Thierry Ardisson[9]) craignent une pollution des sols et des eaux, ainsi qu'une rotation importante de camions, le tout préjudiciable à l'élevage des chevaux[8]. Le , l'autorisation d’exploitation est annulée par la cour administrative d’appel de Nantes[10].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2017, la commune comptait 498 habitants[Note 2], en diminution de 7,61 % par rapport à 2012 (Orne : -2,29 %, France hors Mayotte : +2,36 %). Nonant a compté jusqu'à 917 habitants en 1846.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
615626719735889878917863811
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
820830790755758737738733732
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
700740673736727776759771752
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2017
668712634577617565531510498
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un lycée-collège et d'une école primaire.[réf. nécessaire]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Vélo-Club nonantais, club de cyclisme, affilié à la Fédération française de cyclisme et à la Fédération sportive et gymnique du travail. Activité principale : route, avec une école de cyclisme (pré-licencié à minime), cadet, junior et adulte[15]. Le club a été présidé en 1949 par son créateur M. Ollivier (1949-1967), suivi par Aimable Forcinal (1967-1994), Maurice Véron (1994-1995), Henri Lecœur (1995-2001), Roland Boyard (2001-2004), Francis Girard (2004-2012) et Anthony Léveillé (à partir de 2012). En 2013, le club compte deux présidents d'honneur, neuf dirigeants, dix adhérents, huit enfants en école de cyclisme, sept cadets, dix adultes FFC, dix adultes FSGT, certains ont la double licence. Le club a organisé la 3e manche du challenge régional junior au Merlerault, le trophée départemental des écoles de cyclisme à Sainte-Gauburge-Sainte-Colombe et une école de cyclisme dans la même commune, lors de la fête communale.
  • Tennis de table.

La commune dispose d'une salle omnisports / salle des fêtes.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est située au « cœur du pays des haras[8]» et vit principalement de l'élevage de chevaux. Le village a depuis peu[Quand ?] un épicier, une boulangerie, un bistro-restaurant.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Hugues de Nonant : gouverneur de Rouen vers 1105 pour le compte du duc de Normandie Robert Courteheuse, d'après Ordéric Vital ;
  • Charles Paul Landon (1760-1826) : peintre, historien d'art et conservateur du musée du Louvre, né à Nonant ;
  • Alphonsine Plessis dite Marie Duplessis dite La Dame aux camélias (1824-1847) : née à Nonant où elle a vécu jusqu’à l'âge de 14 ans ;
  • Mangouéro : authentique résistant, puis gangster de la tristement célèbre bande à Moizo à la Libération, condamné aux assises d'Alençon en [16].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. Notice bibliographique
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Nonant-le-Pin », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 1er juin 2009)
  5. « Des petites mairies très disputées », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er novembre 2015)
  6. « Jacques Queudeville nouveau maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er novembre 2015)
  7. a et b « Municipales à Nonant-le-Pin. Patrick Ameslant a été élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 juillet 2020)
  8. a b c et d "Ruades au haras", article de Gilles Van Kote pour Le Monde, dimanche 17 mars 2013, pages 16 et 17.
  9. Quand Ardisson manifeste au pays des haras, L'Express, 23 avril 2013.
  10. GDE à Nonant. Retour sur dix années de tension autour du site, Ouest France, 20 mai 2016
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  15. « Site du club - Présentation du Vélo-Club Nonantais » (consulté le 1er novembre 2013)
  16. Jean-François Miniac (préf. Alain Lambert), Les Grandes Affaires criminelles de l'Orne, Paris, Éditions de Borée, coll. « Les Grandes Affaires criminelles », , 336 p. (ISBN 978-2-84494-814-4)