La Genevraie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec La Genevraye.
La Genevraie
L'église Saint-Laurent.
L'église Saint-Laurent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Rai
Intercommunalité communauté de communes des Vallées d'Auge et du Merlerault
Maire
Mandat
Vincent Lelouvier
2014-2020
Code postal 61240
Code commune 61188
Démographie
Population
municipale
110 hab. (2014)
Densité 8,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 07″ nord, 0° 19′ 08″ est
Altitude Min. 184 m – Max. 300 m
Superficie 13,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
La Genevraie

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
La Genevraie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Genevraie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Genevraie

La Genevraie est une commune française, située dans le département de l'Orne et la région Normandie, peuplée de 110 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 5 kilomètres du Merlerault, La Genevraie fait partie du canton du Merlerault.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le prieuré de Bénédictins Notre-Dame à La Genevraie est fondé vers 1160 par Fouque II baron du Merle et de Messei. Il sera reconnu en 1181 comme abbaye par une bulle du pape Alexandre III (vestiges).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1983 mars 2014 Pierre Granlin DVD Éleveur, conseiller général jusqu'à 2004
mars 2014[1] en cours Vincent Lelouvier SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 110 habitants, en augmentation de 7,84 % par rapport à 2009 (Orne : -1,55 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
220 233 228 503 490 453 427 404 394
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
361 354 328 312 286 289 270 269 246
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
224 233 198 213 214 211 200 221 227
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
211 152 132 105 118 101 108 110 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La statue gisante de Foulques du Merle, aussi nommée le Gisant de la Génevraye, est probablement celle exposée au Philadelphia Museum of Art[6],[7].
  • L'église Saint-Laurent. Elle possède un grand retable datant de la 2e moitié du XVIIe siècle.
  • 1817 : Les anciennes communes de Carnettes et de Tallonnay sont rattachées à La Genevraye.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[8].
  1. « La Genevraie (61240) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 10 juin 2014)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. (en) Tomb Effigy of a Recumbent Knight from the Abbey of Sainte-Marie, La Genevraye, Lower Normandy
  7. Le fondateur de l’abbaye semble être Foucaud du Merle, comme le précise l’évêque de Lisieux dans sa lettre sans date (entre 1145 et 1181). Certains seigneurs faisaient figurer sur leur écu, non pas leurs armes, mais une représentation symbolique de leur nom (des merlettes), ou de leur seigneurie (Le Merlerault a une merlette dans ses armes). Il semblerait donc que ce gisant soit bien celui de Foucaud, fondateur de l’abbaye, entre 1145 et 1181 (sous réserve d'expertise officielle).
  8. « La Genevraie sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :