Avernes-Saint-Gourgon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Avernes-Saint-Gourgon
Avernes-Saint-Gourgon
L'église Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte (Saint-Cyr-d'Estrancourt).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées d'Auge et du Merlerault
Maire
Mandat
Christophe Bignon
2020-2026
Code postal 61470
Code commune 61018
Démographie
Gentilé Avernais
Population
municipale
59 hab. (2018 en diminution de 4,84 % par rapport à 2013)
Densité 4,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 21″ nord, 0° 19′ 11″ est
Altitude Min. 121 m
Max. 234 m
Superficie 12,13 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Vimoutiers
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Avernes-Saint-Gourgon
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Avernes-Saint-Gourgon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avernes-Saint-Gourgon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avernes-Saint-Gourgon

Avernes-Saint-Gourgon est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 59 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est aux confins du pays d'Ouche et du pays d'Auge, du département de l'Orne et de celui du Calvados.

Son bourg est à 7 km au nord du Sap, à 13 km à l'est de Vimoutiers, à 14 km au sud-ouest d'Orbec et à 20 km au sud-est de Livarot[1].

Avant la Révolution, elle appartenait à la généralité d'Alençon et à l'élection de Lisieux, au diocèse de Lisieux et au doyenné de Vimoutiers [2].

Elle fait partie du canton de Vimoutiers.

Elle adhérait, depuis sa création en 2003, à la communauté de communes du Pays du Camembert, intégrée depuis le à la communauté de communes des Vallées d'Auge et du Merlerault.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Avernes-Saint-Gourgon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[4],[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (66,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (42,8 %), forêts (31,3 %), terres arables (23,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Avenae en 1209, Avesnis en 1214[11].

Albert Dauzat envisage pour origine le latin avena, « avoine », qui pourrait avoir eu ici le sens de « terre maigre »[12]. Selon Ernest Nègre, il peut s'agir de l'ancien français avenesne, issu du bas latin *avenesna (au pluriel *avenesnas) qui a eu le sens de « terre propice à l'avoine »[11], alors que pour René Lepelley, c'est le germanique avisna / afisna, « pâturage »[13] (cf. vieil anglais æfesn « pâturage »). Le s aurait été altéré en r[13], évolution phonétique parfois observée.

Ernest Nègre explique également le type toponymique Avesnes, dont la répartition est limitée à la Normandie, la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais, par l'ancien français avenesne[14] ou le bas latin *avenesna (non attesté), en supposant un hypothétique passage de *Avenesne à Avesne. *Avenesne n'est jamais mentionné dans les formes anciennes des différents toponymes Avesnes ou en -avesne. En effet, toutes les formes les plus anciennes sont du type Avis(i)n-. Ainsi, en témoignent, par exemple, Avesnes-Chaussoy (Somme, Avisnas en 750), Avesnes (Somme, Vron, Avisnis en 844), Avesnes-le-Sec (Nord, Avisinas en 775), Avesnes-en-Bray (Seine-Maritime, Avisnis en 842). Il est en revanche semblable au radical du mot germanique avisna. En outre, l'altération du [s] montre que le toponyme n'a pas été perçu comme étant un dérivé d’aveine « avoine », un nom de lieu n'évoluant jamais dans le sens d'une plus grande opacité sémantique.

La paroisse était dédiée à Gourgon, martyr romain du IVe siècle.

La paroisse de Saint-Cyr-d'Étrancourt était quant à elle dédiée à Cyr de Tarse, également martyr chrétien du IVe siècle.

Le gentilé est Avernais.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1821, Avernes-Saint-Gourgon (195 habitants[15]) absorbe Saint-Cyr-d'Étrancourt (100 habitants[16]) à l'est de son territoire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 ? Émile Jarrie    
? mars 2001[17] Henri Hubert    
mars 2001 En cours Christophe Bignon[18] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de sept membres dont le maire et un adjoint[18].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[20].

En 2018, la commune comptait 59 habitants[Note 3], en diminution de 4,84 % par rapport à 2013 (Orne : −2,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %). Avernes-Saint-Gourgon a compté jusqu'à 316 habitants en 1841, mais les deux communes d'Avesnes-Saint-Gourgon et Saint-Cyr-d'Étrancourt fusionnées en 1821 totalisaient 352 habitants en 1806 (respectivement 236 et 116).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
230232236195306316299285241
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
226197177181185172170162154
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
14215698150133131146118117
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018
1207872556369695759
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte de Saint-Cyr-d'Estrancourt (XIe siècle), inscrite aux Monuments historiques[22]. L'ensemble autel-retable des environs de 1800 est classé à titre d'objet mobilier [23], ainsi que plusieurs statues et un groupe sculpté [24]. L'église est dédiée à saint Cyr et à sa mère, sainte Julitte, deux martyrs chrétiens du IVe siècle.
  • Église Saint-Gourgon d'Avernes-Saint-Gourgon, construite par le marquis d'Avernes au début du XIXe siècle, abritant un aigle-lutrin du XIXe classé à titre d'objet mobilier [25].
  • Ruines du château d'Avernes, du XVIIIe siècle. Le château d'Avernes a été construit vers 1770 pour Charles Antoine de Bernard, marquis d'Avernes, donjt la famille possédait la seigneurie d'Avernes depuis le XVIe siècle, par l'architecte parisien Henry [26]. Il succéda à un manoir construit en pans de bois, un peu plus bas dans la vallée. Long de onze travées, il s'élevait sur trois niveaux, en moellons enduits, avec des chaînages en brique. La façade d'arrivée comportait une aile en retour à chacune de ses extrémités et un avant-corps central légèrement saillant, surmonté d'un fronton triangulaire et d'un haut comble mansardé. De ce côté, le niveau inférieur, en sous-sol, était occulté par un terrassement incliné, séparé du château par un étroit fossé sec. La façade arrière dominait un panorama très étendu sur la vallée. Elle était rectiligne, avec un avant-corps central saillant en arc de cercle, large de trois travées, rythmées par des pilastres en brique. Cette saillie comportait à son sommet une terrasse couverte en feuille de plomb. Assez élevé, le premier étage, ou piano nobile, offrait des espaces de réception hauts de plafond et des pièces entresolées. Le château était environné d'un parc comportant des avenues et, sur une vaste parcelle, des arbres plantés en quinconce [27],[28]. Le marquis d'Avernes n'émigra pas à la Révolution et ne fut pas dépossédé de ses biens. A sa mort, sans postérité, à Avernes en 1818, le château et le domaine échurent à son cousin Eustache Louis de Vauquelin des Chesnes (1769-1859) [29], qui le laissa à son fils Alphonse Eustache de Vauquelin. Celui-ci fut maire d'Avernes et mourut au château en 1880. Il eut pour successeur son fils, Guillaume de Vauquelin, également maire d'Avernes, mort en 1901. Le château fut alors vendu. Après la première guerre mondiale, il fut laissé à l'abandon et tomba progressivement en ruines. Les avenues et le quinconce du parc furent abattus [30]. Il ne reste plus aujourd'hui du château que des pans de murs éventrés et couverts de végétation, occultés depuis le chemin d'accès par un bâtiment agricole (propriété privée). Son aspect est connu par des cartes postales anciennes [31].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles-Antoine de Bernard (1734-1818), marquis d'Avernes, maréchal des camps et armées du Roi en 1784, lieutenant général des armées du Roi en 1815, chevalier de Saint-Louis , mort à Avernes en 1818, commanditaire de l'église et du château d'Avernes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. A. Dallet, « Avernes Saint Gourgon, son église, son château et ses seigneurs », Bulletin de la Société historique et archéologique de l'Orne, tome 7,‎ , p. 203-207 (lire en ligne).
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 12 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève, (lire en ligne), p. 349.
  12. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, 1963
  13. a et b René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, , 223 p. (ISBN 2-86253-247-9), p. 144.
  14. Avesna et Avenesne sont mentionnés par Du Cange dans des textes tardifs du XIIIe siècle.
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Cyr-d'Étrancourt », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 11 janvier 2009).
  17. « Élections municipales 2001 », sur municipales2001.ouestfrance, Ouest-France (consulté le 11 décembre 2014).
  18. a et b Réélection 2014 : « Avernes-Saint-Gourgon (61470) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 mai 2014).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. « Eglise Saint-Cyr et Sainte-Julitte de Saint-Cyr-d'Estrancourt », notice no IA00120004, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Autel, retable (maître-autel, retable architecturé) », notice no IM61000940, base Palissy, ministère français de la Culture.
  24. « Œuvres mobilières à Avernes-Saint-Gourgon », base Palissy, ministère français de la Culture.
  25. « Lutrin (aigle-lutrin) », notice no IM61000805, base Palissy, ministère français de la Culture.
  26. A. Dallet, « Avernes Saint Gourgon, son église, son château et ses seigneurs », Bulletin de la Société historique et archéologique de l'Orne, tome 7,‎ , p. 208-209 (lire en ligne).
  27. « La plantation en quinconce », sur La Terre d'abord, (consulté le 2 juillet 2019).
  28. A. Dallet, « Avernes Saint Gourgon, son église, son château et ses seigneurs », Bulletin de la société historique et archéologique de l'Orne, tome 7,‎ , p. 209-210 (lire en ligne).
  29. Henri Pellerin, « Nouvelle statistique monumentale du Calvados, canton d'Orbec, Meulles : Le fief des Chesnes », Le Pays d'Auge,‎ , p. 15-18 (lire en ligne).
  30. Henri Pellerin, « Nouvelle statistique monumentale du Calvados : canton d'Orbec, Meulles : le fief des Chesnes », Le Pays d'Auge,‎ , p. 17-21 (lire en ligne).
  31. « Château d'Avernes Saint Gourgon », sur Cercle de recherches généalogiques du Perche-Gouët (consulté le 29 juin 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :