Neuville-sur-Touques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuville.
Neuville-sur-Touques
Ancienne gare.
Ancienne gare.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Vimoutiers
Intercommunalité communauté de communes des Vallées d'Auge et du Merlerault
Maire
Mandat
Jean-Claude Hue
2014-2020
Code postal 61120
Code commune 61307
Démographie
Population
municipale
232 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 28″ nord, 0° 17′ 01″ est
Altitude Min. 146 m – Max. 266 m
Superficie 15,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Neuville-sur-Touques

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Neuville-sur-Touques

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuville-sur-Touques

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuville-sur-Touques

Neuville-sur-Touques est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 232 habitants[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au sud-est du pays d'Auge. Son bourg est à 7,5 km au sud-ouest du Sap, à 8,5 km au nord de Gacé et à 13 km au sud-est de Vimoutiers[2].

Le point culminant (266 m) se situe en limite est, près du lieu-dit la Hachetière, sur la D 253. Le point le plus bas (146 m) correspond à la sortie de la Touques du territoire, au nord. La commune est bocagère.

Communes limitrophes de Neuville-sur-Touques[3]
Roiville Orville Le Sap
Aubry-le-Panthou Neuville-sur-Touques[3] Le Sap
Mardilly Mardilly, Chaumont Chaumont

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est formé à partir de l'ancien français vile dans son sens originel de « domaine rural » issu du latin Villa rustica, et de neuf qui a conservé son sens. Il s'agit donc initialement d'un « nouveau domaine »[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? 2000 Michel Foloppe    
2000[5] en cours Jean-Claude Hue[6] SE Exploitant agricole
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 232 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2004, 2009, 2014, etc. pour Neuville-sur-Touques[7]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 1]. Neuville-sur-Touques a compté jusqu'à 990 habitants en 1841.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
883 891 797 938 967 990 959 879 836
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
802 735 714 688 697 662 631 586 549
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
509 501 415 430 406 374 366 344 326
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 -
277 214 200 208 191 238 251 232 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Germain-d'Auxerre abritant un retable, un aigle-lutrin et un christ en bois sculpté, ces trois pièces étant classées à titre d'objets aux Monuments historiques[10]
  • La Bove des Chevaliers : l'édifice était un souterrain-refuge situé au milieu du bois de la Jaunière. Il s'est effondré en 1952 mais il en existe un plan et un relevé exact. Construit selon un plan symbolique cruciforme, il se composait essentiellement de deux salles dites « de la Chapelle » et « des Chevaliers »[11]. C'est le plus célèbre des souterrains ésotériques[12].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  4. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-905461-80-2, notice BnF no FRBNF36174448), p. 187
  5. « Jean-Claude Hue, candidat à sa succession », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 août 2014)
  6. a et b Réélection 2014 : « Neuville-sur-Touques (61120) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 mai 2014)
  7. Date du prochain recensement à Neuville-sur-Touques, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Œuvres mobilières à Neuville-sur-Touques », base Palissy, ministère français de la Culture
  11. Ivy-Stevan Guiho, L'Ordre des Templiers, petite encyclopédie, Paris, L'Harmattan, , poche (ISBN 978-2-296-09240-2)
  12. Jérôme et Laurent Triolet, Souterrains et croyances, Rennes, Éditions Ouest-France, coll. « Mémoires de l'histoire », , 124 p. (ISBN 978-2-7373-2872-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :