Nasi goreng

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la cuisine <adjF> image illustrant l’Indonésie
Cet article est une ébauche concernant la cuisine et l’Indonésie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nasi.
Nasi goreng istimewa, riz frit, ici accompagné de saucisses et d'œuf, d'un cracker et de chips de crevette

Le nasi goreng, qui signifie littéralement « riz frit » en indonésien et en malais est, comme son nom l'indique un plat de riz frit dans de l'huile, assaisonné de kecap manis (sauce soja sucrée), d'échalote, d'ail, de tamarin et de piment, accompagné d'autres ingrédients, comme de l'œuf, du poulet et des crevettes. Bien que ce plat soit très emblématique de la Cuisine indonésienne[1], il est aussi très populaire en Malaisie, à Singapour et aux Pays-Bas.

Le nasi goreng est désigné comme « plat national » de l'Indonésie[2],[3], mais n'est qu'une des nombreuses composantes de la cuisine indonésienne[4].

Ingrédients[modifier | modifier le code]

Le nasi goreng se distingue des autres riz frits asiatiques par l'emploi généreux de sauce soja sucrée et d'épices. Il est également recouvert de krupuk et de bawang goreng (échalotes frites).

Les ingrédients principaux du nasi goreng sont le riz précuit et frit et le kecap manis, sel, ail, échalote, piment, cébette, noix de muscade, curcuma, huile, oignon, sucre de palme, bumbu, et tranches de concombre et tomate en garniture. On peut également retrouver du poivre noir, du terasi (pâte de crevette), ou de la sauce de poisson. À l'origine optionnel, l'ajout d'un œuf renomme le plat en nasi goreng spesial (pakai telur).

Condiments[modifier | modifier le code]

Le nasi goreng contient des condiments et des garnitures, tels que :

Recettes[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de recette unique du nasi goreng[5]. Les ingrédients basiques sont le riz, un mélange d'épices (bumbu) à base d'échalote, d'ail, de poivre, de sambal et de sauce soja sucrée. Certaines recettes incluent de la saus tiram (sauce d'huître), de l'ang ciu (vin rouge de cuisine chinois), du kecap ikan (nuoc-mâm), ou du kecap inggris (sorte de sauce Worcestershire).

Le nasi goreng est une variante des nombreux plats de riz frits communs en Indonésie, en Malaisie et à Singapour. Il existe des recettes similaires aux Philippines, le sinangag, et le riz frit thaï en Thaïlande.

Indonésie[modifier | modifier le code]

Nasi goreng avec des fèves et de la viande de chèvre à Jakarta.

Dans la plupart des endroits en Indonésie, lenasi goreng est cuit avec de la sauce soja sucrée. Cependant, dans l'est de l'archipel (Sulawesi et Moluques), on n'utilise pas de sauce soja mais de la sauce tomate. Cette recette est alors appelée nasi goreng merah (riz frit rouge) ou nasi goreng Makassar d'après le nom de la capitale du sud de Sulawesi. D'autres recettes comme le nasi goreng teri Medan utilisent l'anchois de Medan mais pas de kecap manis, ce qui confère au plat une couleur similaire au riz frit chinois ou au chahan japonais.

Dans la majorité des recettes de nasi goreng, on utilise du poulet et des œufs. Mais il n'est pas rare de trouver d'autres ingrédients : nasi goreng kambing (viande de chèvre), nasi goreng pete/petai (avec des fèves), nasi goreng jamur (champignons), nasi goreng sapi (bœuf), nasi goreng udang (crevettes), nasi goreng seafood (fruits de mer), nasi goreng ikan asin (poisson salé), nasi goreng kampung[6] et nasi goreng Jawa[7].

Malaisie et Singapour[modifier | modifier le code]

Cuisinier faisant un nasi goreng sur un marché de Kota Kinabalu, Sabah.

Le nasi goreng est très répandu en Malaisie et à Singapour. On peut y trouver de nombreuses recettes, comme le nasi goreng kampung (anchois, poisson, kangkong), nasi goreng USA (œuf et bœuf frits dans une sauce pimentée), nasi goreng pattaya (riz frit enveloppé dans une omelette), nasi goreng ikan masin (poisson salé), nasi goreng seafood (crevettes, calamars, crabe) et nasi goreng belacan. Compte tenu des importantes communautés chinoises, les recettes chinoises de riz frit comme le yeung chow concurrencent le nasi goreng.

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Nasi goreng aux Pays-Bas, d'influence indonésienne et surinamienne.

Aux Pays-Bas, la cuisine indonésienne est très présente, due au passé colonial du pays. Elle est ainsi présente en restauration et en grande distribution. En Flandre, le terme nasi goreng désigne n'importe quel riz frit asiatique en général. Diverses recettes ont été développées, dont certaines inspirées par l'apport de la cuisine du Suriname. Le nasi goreng a aussi été transformé en snack appelé nasischijf (néerlandais pour « disque de riz »).

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rick Stein, « Indonesian stir-fried rice (Nasi goreng) », sur BBC Food Recipes (consulté le 3 août 2015)
  2. « Nasi Goreng: Indonesia's mouthwatering national dish » (consulté le 5 juillet 20105)
  3. Todd Watson, « Indonesian cuisine: An unduly underappreciated taste », Inside Investor, (consulté le 20 juillet 2013)
  4. (en) Barbara Crossette, « Fare of The Country: Spicy Staple of Indonesia », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Andru Jo, « The Indonesians’ nasi goreng recipes », sur Asian Inspirations (consulté le 17 décembre 2015).
  6. « Nasi Goreng Kampung », sur Blueband (consulté le 3 août 2015)
  7. « Nasi Goreng Jawa », sur Sajian Sedap (consulté le 3 août 2015)