Bugis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte montrant les zones de peuplement bugis dans l'île de Sulawesi
La princesse Pancana We Tenriolle de Tanete (vers 1920)

Les Bugis, ou Ugi en langue bugis, sont un peuple de la province indonésienne de Sulawesi du Sud dans l'île de Sulawesi.

Culture et religion[modifier | modifier le code]

En Indonésie, les Bugis ont la réputation d'être parmi les musulmans les plus fervents[1]. Ils se sont convertis à l'islam à partir du début du XVIIe siècle. Néanmoins, comme ailleurs en Indonésie, ils continuent d'adhérer à des croyances et d'observer des rites appartenant à leurs croyances traditionnelles.

Le baju bodo, vêtement de cérémonie des femmes bugis
Couvre-chef de noble (XIXe siècle)
Danse Pajoge exécutée par des jeunes filles bugis de la région de Maros (1870)
Le bissu Puang Matoa

Les Bugis tiennent pour sacrée l'épopée La Galigo, qui est à la fois un récit de la création, un recueil de rites et un code de conduite pour les rois.

Les rites royaux ne peuvent être exécutés que par un bissu, c'est-à-dire un individu qui n'est ni homme ni femme, mais dans la pratique, des travestis. Seul un bissu peut en effet être l'intermédiaire entre les hommes et les dieux[1].

Les rites de la vie quotidienne, comme l'inauguration d'une nouvelle maison ou d'un nouveau bateau, les rites de passage, les fêtes marquant les étapes de la vie, les phases du cycle du riz, sont exécutés par un sanro.

Musulmans, les Bugis reconnaissent qu'il n'y a qu'un seul Dieu, qu'ils nomment Puang Allataala ou Dewata Seuwae. Aux côtés de Dieu, les Bugis croient qu'il y a toutes sortes d'autres esprits ou dewata (mot d'origine sanscrite qui signifie "divinité") auxquels il faut rendre hommage afin qu'ils veuillent bien intercéder pour les hommes auprès de l'être suprême.

L'un de ces esprits est Sawerigading, le héros dont les aventures sont contées dans La Galigo.

Les Bugis vénèrent Sangiang Serri, la déesse du riz (connue plus généralement en Indonésie sous le nom de Dewi Sri), que La Galigo dit être le premier enfant terrestre de Batara Guru, fils Datu Patoto, la divinité suprême. Sangiang Serri meurt au bout de sept jours, est enterrée puis réapparaît sous la forme du riz.

Les to tenrita sont des esprits invisibles qui jouent le rôle d'intermédiaires entre les hommes et les dieux. Parmi eux figurent les esprits gardiens des maisons et des bateaux et les esprits qui haibtent les arbres, les pierres et les sources.

La plupart des rites de la religion traditionnelle bugis ne sont plus observés. En particulier, les funérailles suivent désormais le rite musulman. L'activité des bissu est de plus en plus limitée. Mais les lieux sacrés ont gardé leur importance, notamment des tombes qui sont des lieux de pèlerinages et l'objet d'un culte des ancêtres. Ce culte se traduit également par des offrandes aux ancêtres en un endroit réservé de la maison. Enfin, l'épopée de La Galigo continue d'être récitée en public lors de cérémonies.

Langue et écriture[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Bugis (langue) et Alphabet lontara.

Une confusion courante[modifier | modifier le code]

On attribue à tort aux Bugis la construction et l'équipage des voiliers pinisi qui sillonnent les mers indonésiennes. En réalité, ces voiliers sont construits dans le village d'Ara dans le kabupaten de Bulukumba, et leurs équipages sont en général originaires du village de Bira dans la même région, dont la population s'appelle les Konjo.

Bugis Street[modifier | modifier le code]

Bugis Street (en) est le nom d'une rue de Singapour, célèbre dans les années 1980 comme quartier des travestis.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sharyn Graham, "Sulawesi's fifth gender", Inside Indonesia, avril-juin 2001
  • Overview Of World Religions, Department of Religion and Ethics, St Martin's College

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Gilbert Hamonic, « Autour de l'identité Bugis : entre pays d'origine et diaspora, généalogie d'un imaginaire ethnique », in Aséanie (Bangkok), no 23, juin 2009, p. 145-180
  • (fr) Ninnong, H. Andi', « Une princesse bugis dans la Révolution, pages autobiographiques », traduit et annoté par Ch. Pelras, Archipel, 1977, Volume 13, no 13, p. 137-156
  • (en) Pelras, Christian, The Bugis, Blackwell Publishers, Oxford, 1996

Filmographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Sharing paradise, film documentaire réalisé par Amelia Hapsari, Documentary Educational Resources, Watertown, MA, 2008, 1 DVD (60')