Papouasie (province indonésienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Papouasie.
Papouasie
(id) Papua
Blason de Papouasie
Héraldique
Drapeau de Papouasie
Drapeau
Papouasie (province indonésienne)
Carte de localisation de la province.
Administration
Pays Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Statut Province à statut spécial
Capitale Jayapura
Date(s) importante(s) 1er mai 1963 : création ; 1er janvier 2000 : dénomination actuelle
Gouverneur Lukas Enembe, S.IP
Fuseau horaire UTC+9
Démographie
Population 2 833 381 hab. (2010)
Densité 9,1 hab./km2
Rang 21e
Géographie
Altitude Max. (Puncak Jaya) 4 884 m
Superficie 309 934,4 km2
Rang 1er
Divers
Langue(s) Indonésien, 271 langues papoues et austronésiennes[1]
Groupes ethniques Papous et minorités indonésienne et chinoise
Religion(s) Protestantisme (51,2 %)
Catholicisme Romain (25 %)
Islam (25 %)
Autres (2,5 %)
Liens
Site web www.papua.go.id

La Papouasie, en indonésien Papua, est le nom d'une province d'Indonésie, située en Nouvelle-Guinée occidentale, qu'elle partage avec l'autre province indonésienne de Papouasie occidentale. Elle partage le même nom que la Papouasie-Nouvelle-Guinée, située dans la partie orientale de la Nouvelle-Guinée.

Ancienne Nouvelle-Guinée néerlandaise, Irian Barat (de 1969 à 1973), puis Irian Jaya (de 1973 à 2002), cette province d'Indonésie occupe la partie occidentale de la Nouvelle-Guinée dont a été détachée en 2003, la Papouasie occidentale, l'extrême ouest dit Vogelkop. Sa capitale est Jayapura. Bien avant l'arrivée des Européens, les régions côtières de Nouvelle-Guinée et surtout les îles se trouvaient dans la mouvance du sultanat de Ternate, en partie peuplé de Papous, ce dont les Hollandais tirèrent argument pour inclure la Nouvelle-Guinée occidentale dans les Indes néerlandaises. Toutefois lorsqu'ils reconnurent en 1949 l'indépendance de l'Indonésie, les Pays-Bas conservèrent ce territoire. L'intervention successive de l'ONU permit en 1963, après l'accord de New York et la mise en place de l'UNTEA, son transfert à l'Indonésie, officiellement confirmé en 1969 par un « acte de libre choix ». Le Congrès papou, qui conteste ce transfert, a proclamé l'indépendance en juin 2000, ce qui a ravivé les tensions entre les communautés : il s'en suit depuis 1963 une guérilla peu armée mais durement réprimée qui se poursuit et a été ravivée en 2001.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Conflit en Papua.

Avant 2000, la partie occidentale de la Nouvelle-Guinée constitue une province unique de l'Indonésie sous le nom d'Irian Jaya puis de Papua à partir de 2000. En , le gouvernement indonésien crée la province de Papua occidentale en séparant la partie extrême-occidentale de la Nouvelle-Guinée (la péninsule de Doberai, dite Vogelkop, « tête d'oiseau » en néerlandais, et ses îles environnantes), du reste de la province qui conserve le nom de Papouasie. Cette séparation est particulièrement contestée par l'Organisation pour une Papouasie libre qui revendique depuis les années 1950 l'indépendance de la Nouvelle-Guinée occidentale.

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

Carte montrant les kabupaten des provinces de Papua et de Papua occidental en 2001.

La province comprend 28 kabupaten :

et une kota :

La formation de nouveaux kabupaten a été décrétée par le gouvernement indonésien lors des dernières années, plusieurs d'entre eux situant dans la région des hautes-terres centrales.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les sites incontournables une fois sur place :

  • La vallée de Baliem pour les treks dans les montagnes
  • Les îles Raja Ampat pour les plongées sur le récif coralien

À peine 50 000 touristes par an en 2013 (source : OMT)

Liens externes[modifier | modifier le code]

̈* 2014, programme d'exploration de la biodiversité des karsts de Papouasie-Occidentale

Références[modifier | modifier le code]