Mouvement pour l'Europe des nations et des libertés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mouvement pour l'Europe des nations et des libertés
(en) Movement for a Europe of Nations and Freedom
Image illustrative de l'article Mouvement pour l'Europe des nations et des libertés
Logotype officiel.
Présentation
Président Jean-François Jalkh (FN)
Fondation 2014
Trésorier Harald Vilimsky
Positionnement Extrême-droite
Idéologie Euroscepticisme
Nationalisme
Patriotisme
Souverainisme
Groupe au Parlement européen Europe des nations et des libertés
Site web menleuropa.eu
Représentation
Députés européens
40 / 751
Chambres basses nationales
78 / 2 012
Chambres hautes nationales
49 / 1 009

Le Mouvement pour l'Europe des nations et des libertés (MENL ou Movement for a Europe of Nations and Freedom, MENF en anglais) est une alliance de partis politiques européens d'extrême droite fondée en 2014[1],[2] et qui a obtenu le statut de parti politique européen en 2015.

Historique[modifier | modifier le code]

Il est composé de partis autrefois membres de l'Alliance européenne pour la liberté (EFA) qui n'arrivèrent pas à former un groupe politique au Parlement européen après les élections de 2014. Le parti néerlandais Parti pour la liberté (PVV) refuse d'être subventionné par l'Union européenne et n'y adhère pas[1]. Le MENF reçoit des crédits pour 1 170 746 en 2015[3] plus 621 677 [4] pour sa fondation, intitulée Fondation pour une Europe des nations et des libertés.

Son premier congrès se déroule le 27 juin 2015 à Perpignan[2]. Son président est Louis Aliot.

Il comprend uniquement quatre partis représentés au Parlement européen : le Front national, la Ligue du Nord, le Parti de la liberté d'Autriche et le Vlaams Belang. Un parti tchèque (Občanská konzervativní strana, OKS), non représenté au Parlement, est également membre de cette alliance[5]. Nicolas Lebourg, spécialiste de l'extrême droite, relève que si la plupart des partis membres d'ENL sont engagés, à la suite du FN, dans une stratégie de dédiabolisation, le mouvement comprend le parti tchèque Liberté et démocratie directe, qui « veut expulser les Roms en Inde » et dont le leader « appelle à élever des porcs et à les promener autour des mosquées »[6].

Bureau[modifier | modifier le code]

Parti Pays Nom Fonctions
FN Drapeau de la France France Jean-François Jalkh Président
FPÖ Drapeau de l'Autriche Autriche Harald Vilimsky Trésorier
FN Drapeau de la France France Marine Le Pen Membre du bureau
VB Drapeau de la Belgique Belgique Gerolf Annemans Membre du bureau
FN Drapeau de la France France Nicolas Bay Membre du bureau
LN Drapeau de l'Italie Italie Lorenzo Fontana Membre du bureau
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Janice Atkinson Membre du bureau
AfD Drapeau de l'Allemagne Allemagne Marcus Pretzell Membre du bureau
Drapeau de la Roumanie Roumanie Laurentiu Rebega Membre du bureau
KNP Drapeau de la Pologne Pologne Michał Marusik Membre du bureau

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « À Bruxelles, pas de groupe mais une fondation pour le FN », sur Le Huffington Post, (consulté le 24 novembre 2015).
  2. a et b « À Perpignan, le Front national accuse l’Europe et le pouvoir (notre interview video de Marine Le Pen) », sur Lindependant.fr, (consulté le 24 novembre 2015).
  3. (en) « Grants from the European Parliament to political parties at European level per party and per year » [PDF], sur europarl.europa.eu, .
  4. (en) « Grants from the European Parliament to political foundations at European level per foundation per year » [PDF], sur europarl.europa.eu, .
  5. (en) « National Delegations – Movement for a Europe of Nations and Freedom », sur www.menleuropa.eu (consulté le 24 novembre 2015).
  6. Hugo Domenach et Nicolas Lebourg, « Marine Le Pen a pris le leadership de l'extrême droite en Europe », sur lepoint.fr, (consulté le 10 octobre 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]