Parti national slovaque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parti national slovaque
(sk) Slovenská národná strana
Image illustrative de l’article Parti national slovaque
Logotype officiel.
Présentation
Président Andrej Danko
Fondation
Siège Bratislava
Organisation de jeunesse Jeunesses du Parti national slovaque (en)
Organisation féminine Marína - Club féminin du Parti national slovaque
Positionnement Droite[1],[2] à extrême droite[3],[4],[5],[6]
Idéologie Nationalisme[7],[8]
National-conservatisme[7],[8]
Conservatisme social[8]
Patriotisme économique[8]
Populisme de droite[8],[9]
Euroslavisme (en)
Euroscepticisme[8],[10]
Affiliation européenne Mouvement pour l'Europe des libertés et de la démocratie (2011-2015)
Groupe au Parlement européen Europe de la liberté et de la démocratie directe (2009-2014)
Adhérents 6 155 (2016)[11]
Couleurs Bleu, blanc et rouge (couleurs nationales slovaques)
Site web sns.sk
Représentation
Députés
0 / 150
Élus régionaux
5 / 408
Conseillers locaux
1 678 / 20 646

Le Parti national slovaque (en slovaque : Slovenská národná strana, abrégé en SNS) est un parti politique nationaliste de Slovaquie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondé en , mais se prévalant d'un parti créé en 1871, il se réclame de l'héritage historique slovaque. Le parti est représenté au Parlement entre 1990 et 2002 et participe aux gouvernements Mečiar II et III entre 1992 et 1998.

Le , des dissidents créent le SNS authentique (Pravá Slovenská Národná Strana) dirigé par Ján Slota. La réunification intervient cependant en .

Le SNS participe au gouvernement de coalition avec le parti de centre gauche SMER – social-démocratie (SMER). La formation de cette coalition a pour résultat la suspension du SMER du Parti socialiste européen (PES). Le , le PES déclare que le SNS est « un parti politique qui incite ou amène ses membres à des préjugés ethniques ou raciaux »[réf. nécessaire].

Cette alliance n'est pas ressentie contre nature par de nombreux Slovaques, mais elle est en revanche très mal perçue par les partis de gauche européens.

Lors des élections législatives du , le parti passe de 11,73 % à 5,07 % des voix et de 20 à 9 sièges. Le SMER n'étant plus en mesure de former un gouvernement, à la suite de la disparition du Parti populaire – Mouvement pour une Slovaquie démocratique de Vladimír Mečiar et à la baisse du SNS, ce dernier rejoint l'opposition.

Le gouvernement du SNS est couramment soutenu par le Parti communiste slovaque. Le journaliste allemand Jürgen Elsässer dit par rapport au SNS : « C'est vrai que le Parti national slovaque a ses racines dans l'extrême droite. Mais on ne peut simplement maintenir s'il est toujours d'extrême droite[12]. »[réf. nécessaire]

Lors des élections législatives du , il obtient 225 386 voix, soit 8,64 %, ce qui lui donne 15 députés au Conseil national. Le 23 mars, trois de ses membres entrent au nouveau gouvernement formé par Robert Fico. Ils demeurent en fonction dans le gouvernement Pellegrini en mars 2018.

Lors des élections législatives du , il obtient 91 171 voix, soit 3,16 %, et perd sa représentation au Conseil national.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Le parti repose sur ses trois piliers chrétien, national et social. Il est fréquemment décrit par ses opposants comme nationaliste[13], extrémiste[13] et néo-fasciste[14],[15][source insuffisante], à cause de ses attaques à l'encontre des Hongrois, des Roms et des homosexuels[16],[17].

La politique économique du parti a parfois été décrite par ses opposants comme de gauche mais a cependant des caractéristiques du centre droit[réf. nécessaire].

Membres importants[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année Voix % Rang Sièges Gouvernement
1990 470 984 13,9 3e
22 / 150
Opposition
1992 244 527 7,9 4e
15 / 150
Opposition
1994 155 359 5,4 7e
9 / 150
Mečiar III
1998 304 839 9,1 5e
14 / 150
Opposition
2002 95 633 3,3 9e
0 / 150
Extra-parlementaire
2006 270 230 11,7 3e
20 / 150
Fico I
2010 128 490 5,1 6e
9 / 150
Opposition
2012 116 420 4,6 7e
0 / 150
Extra-parlementaire
2016 225 386 8,6 4e
15 / 150
Fico III (2016-2018), Pellegrini (2018-2020)
2020 91 171 3,16 10e
0 / 150
Extra-parlementaire

Élection présidentielle[modifier | modifier le code]

Après sa présence à l'élection présidentielle de 1999, le SNS n'a pas investi de candidat aux élections suivantes.

Année Candidat 1er tour 2e tour
1999 Ján Slota 3,6% (4e) -

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Année Voix % Rang Sièges Groupe
2004[18] 14 150 2,01 9e
0 / 14
2009 45 960 5,55 6e
1 / 13
ELD
2014 20 244 3,61 10e
0 / 13
2019 40 330 4,09 8e
0 / 14

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tatiana Jancarikova, « Former far-right Slovak party near power with tough migration stance », sur reuters.com
  2. (en) Martin Ehl, « Na slovenský parlament útočí i extremisté. Kotlebovci by mohli získat křesla i státní peníze »,
  3. « Is your national anthem a criminal record? It could be in Slovakia after law voted in 'by mistake' », sur euronews.,  : « It was pushed forward by the far-right Slovak National Party (SNS), and was in direct response to the use of a modified symbol on the new uniform of the country's ice hockey team. »
  4. « Slovakia:Thirty-one parties are running for 13 seats. », sur European Interest,  : « No doubt the Slovak National Party (SNS) is an old player in far-right political game. »
  5. « Slovakian Anthem Ban: President Vetoes New Law », sur Hungary today,  : « Originally, the far-right Slovak National Party (SNS) presented the law in connection with a debate surrounding the symbols printed on the Slovak national ice hockey team’s gear. »
  6. Thierry Coosemans, « L'élection du Parlement européen de juin 2004 », Courrier hebdomadaire du CRISP, vol. n° 1843-1844, no 18,‎ , p. 1 (ISSN 0008-9664 et 1782-141X, DOI 10.3917/cris.1843.0005, lire en ligne, consulté le 23 août 2019)
  7. a et b (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe », sur parties-and-elections.eu (consulté le 1er août 2015)
  8. a b c d e et f Yann Algan, « The European Trust Crisis and the Rise of Populism: Supplementary Online Appendix », Brookings Papers on Economic Activity,‎ , p. 55 (lire en ligne)
  9. « European Public Opinion Three Decades After the Fall of Communism: Political parties », sur Pew Research Center,
  10. (sr) nada kalember, « АНДРЕЈ ДАНКО : Срби не дајте своју воду, минерале и кључна предузећа! », sur srbin.info, СРБИН.ИНФО,‎ (consulté le 3 août 2020).
  11. (sk) Tomáš Kyseľ, « Dankov nápad môže odstaviť SaS, OĽaNO, Kollára aj Kotlebu », sur aktuality.sk, (consulté le 12 octobre 2016)
  12. Jürgen Elsässer dans une entrevue avec Jungle World (de)
  13. a et b New Slovak Government Embraces Ultra-Nationalists, Excludes Hungarian Coalition Party, Új Szó, 9 juillet 2006)
  14. World Socialists: junge Welt defends coalition between social democrats and neo-fascists in Slovakia, wsws.org
  15. (en) Democratic Dilemma - OhmyNews International
  16. New Slovak Government Includes Extreme Right Party, European Roma Rights Centre, 6 juillet 2006
  17. BBC: Europe diary: Franco and Finland - section Slovak Nationalism, news.bbc.co.uk, 6 juillet 2006
  18. En alliance avec le Vrai parti national slovaque.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Parti national slovaque.

Liens externes[modifier | modifier le code]