Montchanin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montchanin
Place Roger-Salengro.
Place Roger-Salengro.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement de Chalon-Sur-Saône
Canton Blanzy
Intercommunalité Communauté urbaine Creusot-Montceau
Maire
Mandat
Jean-Yves Vernochet
2014-2020
Code postal 71210
Code commune 71310
Démographie
Population
municipale
5 229 hab. (2014)
Densité 669 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 56″ nord, 4° 28′ 11″ est
Altitude Min. 298 m – Max. 351 m
Superficie 7,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montchanin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montchanin
Liens
Site web ville-montchanin.fr

Montchanin est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montchanin se situe à mi-chemin entre Le Creusot, ville de la métallurgie et Montceau-les-Mines, ville minière.

Elle se situe aussi à quelques kilomètres de la plus grande ville du département, Chalon-Sur-Saône.

Noin loin de Dijon également.

La commune est desservie par deux gares : la gare du Creusot TGV, située sur la ligne Paris-Lyon (LGV Sud-Est), et la gare de Montchanin, située sur la ligne de Nevers à Chagny.

On y trouve également le canal du Centre, qui lui permet d'exploiter le tourisme fluvial (« les sept écluses » entre Montchanin et Chagny).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Torcy Écuisses Rose des vents
N
O    Montchanin    E
S
Saint-Eusèbe Saint-Laurent-d'Andenay

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1854 par démembrement de la commune de Saint-Eusèbe. Elle s'appelle alors Montchanin-les-Mines.

Elle a pris son nom actuel de Montchanin en 1958.

De 1857 à 1968, bénéficiant de précieux atouts (l'un géologique, la présence massive de houille et d'argile, l'autre géographique, le canal du Centre et des réseaux ferré et routier développés), Montchanin fut le siège de l'une des plus importantes tuileries de France. Cette tuilerie développée par Charles Avril (1817-1891) devint la Grande Tuilerie mécanique et perfectionnée de Bourgogne ; elle fusionna en 1938 avec la Société des grandes tuileries bourguignonnes de Chagny (établissements Lambert)[1].

De 1889 au 7 avril 1969 (date de sa fermeture par la SNCF), Montchanin fut relié à Saint-Gengoux-le-National par une ligne de chemin de fer[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montchanin Blason De sinople à la barre d’argent chargée d’un TGV d’orangé, de sable et d’argent mouvant de la pointe et accompagnée en chef d’un chevalet de mine, aussi de sable mouvant de la barre et brochant sur une usine de même et en pointe, d’une roue dentée également de sable enclenchée à un pignon du même. Le tout en barre soutenu de trois anneaux olympiques accolés d’azur, de gueules et d’or, 2 et 1 à la bordure componée de 22 pièces d’argent et de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1856. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 229 habitants, en diminution de -4,93 % par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : 0,19 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 500 3 016 3 522 3 411 4 611 4 780 4 856 4 014 4 380
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 514 4 243 4 689 5 867 5 739 5 692 5 247 5 009 5 452
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
6 405 6 408 6 279 6 263 5 960 5 593 5 490 5 226 5 229
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
en cours Jean-Yves Vernochet DVG Conseiller général
Pierre Corneloup UMP Conseiller général
Pierre Forest PS  
Louis Farastier PS  
Lucien Parriat    
Jean-Marie Gillot    
Jean Berthier   Nommé par le Régime de Vichy
Jean-Marie Gillot    
MM. Augagneur et Jury   Adjoints faisant fonction de maire
Clément Flety    
Jean Raquillet    
Étienne Binet    
Sébastien Pernet    
Philibert Pretet    
Ernest Douin    
Jacques Tremeau    
Maximilien David    
Jules Granger    
Philibert Pretet-Loiseau    
Claude Micheli    
Pierre Pidault    
Vivant Rochette    
Charles Avril    
Les données manquantes sont à compléter.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.

Église[modifier | modifier le code]

Mosquée[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

Équipement[modifier | modifier le code]

  • Golf à 18 trous,
  • Randonnée, promenade,
  • Piscine,
  • Restaurant,
  • Bibliothèque,
  • Stade,
  • Salle des fêtes.

Clubs[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Montchanin est jumelée avec[7] :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Un siècle d'histoire industrielle : la tuilerie de Montchanin », article de Nathalie Perraudin-Leininger paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 87 (automne 1991), pages 10 à 12.
  2. « Le chemin de fer de Saint-Gengoux à Montchanin : un souvenir inscrit dans le paysage », article d'Alain Dessertenne paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 75 (automne 1988), pages 17 à 20.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. L'histoire du Jumelage


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :