Saint-Firmin (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Firmin.

Saint-Firmin
Saint-Firmin (Saône-et-Loire)
La mairie.
Blason de Saint-Firmin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Canton Le Creusot-2
Intercommunalité Communauté urbaine Creusot-Montceau
Maire
Mandat
Georges Lacour
2014-2020
Code postal 71670
Code commune 71413
Démographie
Population
municipale
883 hab. (2016 en augmentation de 9,15 % par rapport à 2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 48″ nord, 4° 28′ 11″ est
Altitude Min. 336 m
Max. 512 m
Superficie 15,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Firmin

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Firmin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Firmin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Firmin
Liens
Site web saintfirmin71.fr

Saint-Firmin est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Antully Saint-Émiland Rose des vents
Saint-Sernin-du-Bois N Saint-Pierre-de-Varennes
O    Saint-Firmin    E
S
Le Creusot Le Breuil

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg fut le siège d'un prieuré des chanoines réguliers de saint Augustin.

Le prieur Jean-Baptiste-Augustin de Salignac Fénelon affranchit le bourg en 1749, et fait rebâtir l'église et le presbytère.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Firmin Blason D'or à l'enclume de sable à dextre et à la pierre levée du lieu au naturel à senestre; au chef bandé d'or et d'azur et à la bordure de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 avril 2011 Christian Corneloup[1] SE  
avril 2011 en cours Georges Lacour SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 883 habitants[Note 1], en augmentation de 9,15 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
556576503549572555602643624
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
667687627616656733747779810
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
789863899771721742680662641
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
596542588711778773776809874
2016 - - - - - - - -
883--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Tour de Champiteau, reste du prieuré.
  • Église romane, remaniée XVIIIe : reliques de saint Firmin.
  • Source dévotionnelle de Saint-Firmin.
  • Vestiges de voie romaine.
  • Dolmen.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Pierre Dufresne, desservant de Saint-Firmin à compter de 1784, prêtre insermenté en 1792, qui fut arrêté, incarcéré à Mâcon puis déporté à l'île de Ré pour avoir, en 1795, fait scier l'arbre de la Liberté planté à Saint-Firmin[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Dessertenne, Aux portes du Creusot et sur les marches des plateaux autunois : Saint-Firmin, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 67 (automne 1986), pp. 9-11.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site du jsl, édition du Creusot : Georges Lacour nouveau maire
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. « Les arbres de la Liberté en pays creusotin », article de Lucien Taupenot (alias Luc Hopneau) paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 87 (automne 1991), pages 2 et 3.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :