Marmagne (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marmagne.

Marmagne
Marmagne (Saône-et-Loire)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Canton Autun-2
Intercommunalité Communauté urbaine Creusot-Montceau
Maire
Mandat
Didier Lauberat
2014-2020
Code postal 71710
Code commune 71282
Démographie
Gentilé Marmignauds, Marmignaudes
Population
municipale
1 242 hab. (2016 en diminution de 0,4 % par rapport à 2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 50′ 18″ nord, 4° 21′ 31″ est
Altitude Min. 302 m
Max. 552 m
Superficie 32,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marmagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marmagne

Marmagne est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à une dizaine de kilomètres au nord du Creusot, Marmagne se situe au bord de la vallée du Mesvrin, rivière qui va se jeter dans l'Arroux à Étang-sur-Arroux. L'activité est en majorité rurale, élevage entre autres. Cela dit un certain nombre d'habitants ont une activité double, à savoir un travail salarié à la ville + une activité rurale. Au nord de la commune, jusqu'à la limite avec Autun, est située la forêt domaniale de Planoise, essentiellement peuplée de feuillus, hêtres, chênes. Cette forêt est la deuxième ou troisième plus grande forêt domaniale de France (contenance totale : 2 519,17 ha)[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Broye Autun Antully Rose des vents
Saint-Symphorien-de-Marmagne N Saint-Sernin-du-Bois
O    Marmagne    E
S
Charmoy Montcenis Le Creusot

Histoire[modifier | modifier le code]

"...De nombreux noms de peuples germaniques ont donné naissance à des noms de lieux. En voici quelques exemples sur le territoire français : ... les Marcomans : Marmagne[2]..."

Une colonie de Marcomans peut être à l'origine du nom. Une autre hypothèse fait dériver le nom d'un temple de Mars (Mars-Magnus).

Par une bulle d'avril 1164, le pape Alexandre III confirme à l'abbaye Saint-Martin d'Autun les donations qui lui furent faites au temps jadis dont le patronage de la cure de Marmagne, « Marmaignia »[3].

Fief de Saint-Sulpice, dépendance du marquisat de Montjeu, aux mains de Nicolas Jeannin de Castille, puis des princes de Lorraine-Guise.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Marmagne.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De gueules à l’annelet d’argent enfermant une fontaine fascée ondé d’argent et d’azur se six pièces, chapé ployé aussi d’argent chargé de deux haches affrontées de sable, celle de dextre posée en barre et celle de senestre en bande.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1979 Jean-Louis Brugière    
1979 1983 Gabriel Boudot    
1983 1989 Pierre Boudot    
1989 1995 Gérard Chanlon    
1995 2001 Roland Galeste    
2001 2002 Marcel Lefort    
2003 2008 Odette Durand    
2008   Didier Lauberat    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 1 242 habitants[Note 1], en diminution de 0,4 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1711 0541 0421 2851 3761 3501 2801 4241 380
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4021 4211 3731 3601 3651 4611 5621 5711 638
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5611 6351 8041 7571 6901 6071 5881 4811 417
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 2971 2431 2401 3061 3391 3291 2781 2471 242
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Stèle ornée du dieu au maillet Sucellus
  • Traces de voie romaine
  • Château de Saint-Sulpice, XIXe
  • Maisons bourguignonnes, XVIIIe-XIXe
  • Moulin Theureau
  • Domaine de la Croix-Brenot XVIIIe-XIXe
  • Fontaine XIXe
  • Église néo-gothique, XIXe : statues, bénitier, tabernacle, maître-autel de marbre rose
  • Chapelle de Saint-Sulpice, XIXe
  • Croix de cimetière, XVIe
  • Calvaire sculpté
  • Au Pont d'Ajoux : dérivation du Rançon (avec obélisque) aménagée en 1873 pour permettre l'alimentation du Creusot en eau[8].
  • Vallée du Mesvrin
  • Bois
  • Étang Grillot

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : « Les forêts domaniales », article rédigé en collaboration avec la direction départementale de l'Office national des forêts et paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 31 (novembre 1976), pp. 7-10.
  2. Henriette Walter: " Honni soit qui mal y pense " Robert Laffont 2001, p. 51
  3. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun: Charte N°: XVIII.
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Quand l'eau arrive au Creusot en 1875 », article d'Alain Dessertenne paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 137 de mars 2004 (pages 19 à 22).


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :