Nouristan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nouristan
نورستان
Province du Nouristan
Province du Nouristan
Administration
Pays Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan
Type Province
Capitale Parun
Démographie
Population 150 400 hab. (est. 2016[1])
Densité 16 hab./km2
Géographie
Superficie 9 225 km2
Les districts du Nouristan

Le Nouristan (ou encore Nurestân, Nourestan, Nuristan) est une province, montagneuse, difficile d'accès, située au nord-est de l'Afghanistan dans le sud des vallées de l'Hindou Kouch. Son centre administratif est Parun. Elle était autrefois connue sous le nom de Kafiristan (« terre des infidèles » en persan) jusqu'à ce que ses habitants aient été convertis à l'islam en 1896, où la région a été renommée Nouristan (« Pays de lumière »).

Aujourd'hui, elle est l'une des 34 provinces d'Afghanistan, formée en 1989 et officiellement créée en 2001 par les parties nord de la province de Laghman et de la province de Kunar. Son centre administratif, Parun, est situé dans la vallée de Parun. Avant 2001, sa capitale était située dans la province de Laghman du fait du contrôle exercé par les moudjahidins sur la province de Nouristan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Effigies ancestrales, Kafiristan.

On ne sait pas précisément quand ces peuplades indo-iraniennes s'établissent dans ces hautes vallées au pied de l'Hindou Kouch. Leur isolement géographique et leur réputation guerrière font qu'elles échapperont aux grands courants religieux qui traversent la région et s'implantent chez leurs voisins, hindouisme, bouddhisme, puis islam. Ainsi, jusqu'à la fin du XIXe siècle, ces peuples offrent la particularité d'être les seuls peuples descendant de migrations indo-européennes avec leurs voisins les Kalash à demeurer païens et polythéistes sans discontinuité depuis l'Antiquité. C'est cette situation que décrit le colonel et voyageur Alexander Gardner (soldier) (en) qui parcourt ces territoires dans les années 1825-1830, récit dont s'inspirera Rudyard Kipling, sous une forme romancée, dans sa célèbre nouvelle L'Homme qui voulut être roi.

En 1895, l'émir de Kaboul Abdur Rahman Khan, encouragé par les clauses du traité Durand signé avec les Indes britanniques, décide de soumettre ces populations et de les convertir à l'islam[2]. Les Kafirs ayant tué les envoyés de l'émir, celui-ci mobilise son armée et ordonne une répression très dure qui confine au massacre des guerriers kafirs mal équipés[3]. Le pays est annexé en 1896, le Kafiristan devient le Nouristan (Pays de lumière), les temples et les statues sont détruits et les conversions sont nombreuses[4].

Pendant les tueries, un certain nombre de Kafirs de la vallée de Bashgal trouveront refuge dans le royaume de Chitral et s'installeront dans le fond des vallées Kalash[2]. Leurs descendants convertis à l'islam y vivent encore.

Langues[modifier | modifier le code]

90 % de la population parle des langues nouristanies.

Littérature[modifier | modifier le code]

Le cœur de la nouvelle L'Homme qui voulut être roi de Rudyard Kipling, adaptée au cinéma par John Huston, se déroule dans cette province.

Districts[modifier | modifier le code]

Population par district[modifier | modifier le code]

Nombre d'habitants en 2006
District Population
Paroun 11 900
Nour Gram 28 700
Doab 6 900
Waigal 17 400
Wama 9 800
Mandol 17 600
Kamdech 22 300
Barg-i Matal 13 800
Total 128 400

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Citypopulation.de
  2. a et b Erik L'Homme, Parlons khowar, L'Harmattan, 1999, p. 35.
  3. Jean-Yves Loude, Kalash. Les derniers infidèles de l'Hindu-Kush, Berger-Levrault, , p. 174.
  4. Max Klimburg, Nuristan, Columbia University (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]