Aventurier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des sources utilisées dans cet article ou section sont trop anciennes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Améliorez sa pertinence à l'aide de sources plus récentes.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

Un aventurier est une personne, réelle ou fictive, qui cherche l'aventure, par goût ou par intérêt, ce qui le conduit à affronter des dangers divers.

Dans l'Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l’histoire ancienne Démétrios de Pharos, Catilina ou Allectus peuvent certainement être considérés comme des aventuriers. Au Moyen Âge le nom a été donné à des troupes de mercenaires comme les Grandes compagnies qui vendaient leurs services au plus offrant. Certains de leurs chefs se sont alliés avec des familles de grande noblesse comme Rodrigue de Villandrando avec Marguerite de Bourbon ou Jean Salazar avec Marguerite de la Trémoille et ont occupé d’importantes fonctions au sein du royaume de France.

Plus tard le nom a aussi qualifié les pirates et corsaires.

Au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Il a été probablement le siècle des aventuriers, du fait des nombreuses guerres et bouleversements sociaux qu’il a connus.

Les aventuriers sont souvent des gens cultivés même s’ils sont issus des classes sociales inférieures, ils se piquent de philosophie et de littérature, c’est le siècle des Lumières. En témoignent les œuvres de Giacomo Casanova certains pour gagner leur vie produisent des ouvrages libertins ou franchement pornographique comme André-Robert Andréa de Nerciat. Ils rédigent parfois des pamphlets ou libelles comme Ange Goudar.

Ils sont aussi parfois plus ou moins espions.

C’est aussi le siècle de l’occultisme et des pseudo-découvertes scientifiques avec des aventuriers comme Cagliostro ou Mesmer.

Des soldats de fortune comme Benoît de Boigne ou le Major Général Claude Martin ont pu, grâce à leurs talents militaires, occuper des postes de haut rang en Inde.

Au XVIIIe siècle, un « aventurier » pouvait aussi faire référence à un mercenaire ou un pirate[1].

Au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La découverte d’une partie encore inexplorée du monde notamment l’Afrique, des guerres nombreuses ont permis à certaines personnes de conquérir des territoires comme Joseph Lambert à Madagascar, Paul Voulet en Afrique, Jules Brunet au Japon, qui a inspiré le film Le Dernier Samouraï, Antoine de Tounens ou le marquis de Morès

L’époque est propice aux aventurières et courtisanes comme Lola Montez ou La Castiglione.

Au XXe siècle[modifier | modifier le code]

On trouve plus facilement des chevaliers d’industrie comme Charles Bedaux, des escrocs comme Alexandre Stavisky ou Christophe Rocancourt mais aussi des mercenaires comme Bob Denard qui sera l’homme fort des Comores.

On trouve aussi un certain nombre d’activistes comme le docteur Martin.

Chez les aventurières on peut citer la Belle Otero, Mata Hari ou l'actrice Illa Meery.

Les aventuriers dans la littérature et au cinéma[modifier | modifier le code]

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Le terme Aventure dans certains titres de roman, qui relève du classement en Roman d'aventures ne veut pas dire pour autant que le héros du livre est un aventurier. Ainsi, le qualificatif d’aventurier ne peut s’appliquer à Robinson Crusoé qui est plutôt victime des évènements. C'est également le cas quand le titre utilise le terme de Voyages comme dans Les Voyages de Gulliver ou les Voyages extraordinaires de Jules Verne dont les héros se trouvent parfois entraînés malgré eux dans des aventures non désirées. On y rencontre cependant des aventuriers comme le Capitaine Nemo ou Robur le conquérant.

En revanche, peuvent certainement être qualifiés d’aventuriers des personnages comme Daniel Dravot personnage principal de L'Homme qui voulut être roi de Rudyard Kipling ou le héros de Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad et qui présentent de nombreuses similitudes avec des aventuriers réels comme Antoine de Tounens.

L'archétype de l'aventurière est certainement Milady de Winter dans Les Trois Mousquetaires. On peut également citer Irène Adler, qui s'oppose à Sherlock Holmes et La Comtesse de Cagliostro ennemie d'Arsène Lupin.

Arsène Lupin, présente lui aussi certaines caractéristiques d’un aventurier, par son origine sociale mixte, son goût de l’aventure, son manque de morale, même s'il répugne à utiliser la violence et a un côté justicier.

Dans la bande dessinée[modifier | modifier le code]

Dans la bande dessinée, essentiellement destinée à la jeunesse les Tintin et autre Spirou ne peuvent être considérés comme des aventuriers même s’ils vivent de nombreuses aventures. Les héros de la BD rencontrent fréquemment des aventuriers comme Rastatopoulos, Zantafio, en revanche Blueberry peut être vraisemblablement considéré comme un aventurier.

Dans les aventurières, on peut citer Chihuahua Pearl dans la série Blueberry ou Lady X dans la série Buck Danny.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Ils sont nombreux avec des héros « positifs » comme Indiana Jones ou Allan Quatermain partant à la recherche de cités perdues ou luttant contre les forces du mal mais avec certains moins nobles comme le colonel Kurtz dans Apocalypse Now

Dans les jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Nathan Drake ou Lara Croft sont des aventuriers notables, parcourant le monde à la recherche de trésors perdus

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Virginie Krysztofiak, Paul Ste-Marie, Raymond Duchesne et Geneviève Goulet …, Le Québec en deux temps, Pearson, ERPI, , 294 p. (ISBN 978-2-7613-4548-4), chap. 4 (« La Conquête et le changement d'empire »), p. 150.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages sur l'aventure, les aventuriers et les aventurières[modifier | modifier le code]

  • Beauvoir, Roger de, Aventurières et courtisanes, Paris, Michel Lévy Frères, 1856.
  • Erlanger, Philippe. Aventuriers et favorites. Paris: Perrin, 1963
  • Exquemelin, Alexandre-Olivier. Histoire des avanturiers qui se sont signalez dans les Indes, contenant ce qu’ils ont fait de plus remarquable depuis vingt années. Paris : Jacques Le Febvre, 1686.
  • Glaser, Horst Albert, et Sabine Kleine. Abenteurer als Helden der Literatur, oder, Wie wurden oder machten sich Schwindler, Spione, Kolonialisten oder Militärs zu grossen Gestalten der europäischen Literatur? Stuttgart : M & P Verl. für Wissenschaft und Forschung, [19??]. Stuttgart : Metzler, 2002.
  • Grasilier, Léonce. Aventuriers politiques sous le Consulat et l’Empire: le baron de Kolli, le comte Pagowski. Paris: P. Ollendorff, 1902.
  • Hauc, Jean-Claude. Aventuriers et libertins au siècle des Lumières. Paris : Les Éd. de Paris, 2009.
  • Roth, Suzanne. Les Aventuriers au XVIIIe siècle. Paris : Editions Galilée, 1980.
  • Rouvillois, Frédéric. Le Collectionneur d'impostures. Paris : Flammarion, 2010.
  • Stroev, Alexandre. Les Aventuriers des Lumières. Paris : Presses universitaires de France, 1997.
  • Soupel, Serge, Kevin Lee Cope, Alexander Pettit, et Laura Thomason Wood (éd.). Adventure : An Eighteenth-Century Idiom : Essays on the Daring and the Bold as a Pre-Modern Medium. New York : AMS Press, 2009.
  • Tadié, Jean-Yves. Le Roman d’aventures. Paris : Presses universitaires de France, 1996.
  • Urbain, Jean-Didier. Secrets de voyage: menteurs, imposteurs et autres voyageurs invisibles. Nouv. éd. Petite bibliothèque Payot 464. Paris: Payot & Rivages, 2003.
  • Venayre, Sylvain. La Gloire de l’aventure : genèse d’une mystique moderne : 1850-1940. Paris : Aubier, 2002.
  • Villiers Du Terrage, Marc de. Conquistadores et roitelets. Rois sans couronne. Du roi des Canaries à l’empereur du Sahara. Paris : Perrin, 1906.
  • Vivanco, Luis Antonio, et Robert J. Gordon. Tarzan Was an Eco-Tourist, And Other Tales in the Anthropology of Adventure. New York : Berhahn Books, 2006.
  • Wilding, Peter. Les Grands Aventuriers du XVIIIe siècle. Traduit par Jacques Lamolle. Paris : Corrêa, 1938.
  • Wyzewa, Théodore de. Excentriques et aventuriers de divers pays: essais biographiques d’après des documents nouveaux. Paris : Perrin, 1910.
  • Zweig, Paul. The Adventurer. The Fate of Adventure in the Western World. Princeton, N. J. : Princeton University Press, 1981.

Récits d'aventuriers[modifier | modifier le code]

  • Zykë, Cizia. Oro. Paris : Hachette, 1985.
  • Contreras, Alonso de. Mémoires du capitán Alonso de Contreras: 1582-1633. Traduit par Olivier Aubertin. Paris : Seuil, 1993.
  • Boussenard, Louis. Le Tour du monde d'un gamin de Paris, Paris, [s. n.], 1894.

Récits d'aventure[modifier | modifier le code]

  • La Fontaine, Jean de, Les Deux Aventuriers et le Talisman, dans Fables, Livre X, fable XIV.
  • Zévaco, Michel, Le Capitan. L'Héroïne, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2003 (1910).

Récits d'aventurières[modifier | modifier le code]

  • Boussenard, Louis, Voyages et aventures de Mlle Friquette, Sans-le-sou. Les grandes aventures, Paris, Librairie illustrée, 1904 (1897), p. 285-534.
  • Ivoi, Paul d', Le Message du Mikado, Paris, J. Taillandier, coll. « Œuvres de Paul d'Ivoi », 1935 (1925).
  • Salgari, Emilio, La Capitaine du « Yucatan », Paris, Édition Maison, coll. « Femmes de caractères », 2005 (1902).